Accueil / T Y P E S / Articles / Am?re Am?rique

Am?re Am?rique

Bric-?-brac. M?li-m?lo. Fourre-tout. Micmac. Chaos. Foutoir. Bazar. Bordel. D?sordre. Fouillis. Fatras. Patchwork. Amas. Amalgame. Amoncellement. Cohue. M?l?e. Fourbi. Embrouillement. Enchev?trement. Vide-poche. Oui, cette Am?rique est un chantier.

La dramaturgie de Charles L. Mee a ?t? qualifi?e de concass?e, et c’est sur ce terrain singulier que le Th??tre de l’Opsis entame son cycle ?tats-unien. Portrait schizophr?nique d’une soci?t? en qu?te de sens, Under construction (titre original de L’Am?rique en chantier) pr?ne en fait la d?construction : « Je pourrais assembler des morceaux d’Am?rique, raconte l’auteur, un monde inachev? dont le d?but, le milieu et la fin ne sont pas encore arr?t?s. Une pi?ce qui refl?terait la texture de la vie. […] J’ai donc ?crit une pi?ce qui invite les autres ? restructurer, ajouter de nouvelles sc?nes, en retrancher d’autres. Une collaboration ouverte et sans fin. Une pi?ce qui, comme l’Am?rique, demeure ?ternellement en chantier ».

C’est donc l’inach?vement et l’al?atoire qui nous sont servis dans une mise en sc?ne pleine de surprises sign?e par Luce Pelletier. Sur un plateau ? moiti? plein (d’objets) et ? moiti? en creux, ?voluent des personnages qui doivent plus ? la fiction qu’? l’observation du r?el. C’est que les textes eux-m?mes puisent largement dans la prose am?ricaine, des romans de Bukowski aux confessions d’une blogueuse verbomotrice en passant par un manifeste punk ou un discours patriotique. Nous sommes en pleine subjectivit?, dans dans un pays fantasm? o? ?voluent des ?tres plus grands que nature.

De la discontinuit? narrative finit par surgir l’impression que les personnages sont des pantins superficiels, manipul?s par l’?poque et le lieu o? ils ?voluent. Tourtereaux na?fs, prostitu?e accro aux jouets sexuels, preacher hyst?rique, couples blas?s, danseurs de techno, hippies pacifistes : chacun endosse une id?ologie qui, faute de contexte, est criante d’absurdit?.

Pour que tout fonctionne malgr? l’absence de fil conducteur, les six solides com?diens m?lent dans un jeu tr?s physique leurs talents de mimes, de danseurs, d’acrobates, de chanteurs et de ma?tres de c?r?monie. Si leurs visages vous sont peut-?tre familiers, leurs noms m?ritent certainement d’?tre cit?s : Luc Bourgeois, Louise Cardinal, Catherine Lachance, Caroline Lavigne, Fran?ois-?tienne Par? et Daniel Parent.

L’Am?rique en chantier ne se produisait au Th??tre Outremont qu’un seul soir, mais devrait tr?s bient?t d?poser son attirail sur plusieurs autres sc?nes montr?alaises : ouvrez l’œil.

A propos de

avatar

Check Also

Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (16)

Le Parti républicain, papillon prenant Donald Trump pour lumière s’est grillé en route depuis, rattrapé ...