Accueil / A C T U A L I T É / 1er juin 2013 : L’?cole en France

1er juin 2013 : L’?cole en France

Image Flickr par www.pierremorel.net

1er juin 2013, les parents comparent les ?coles avant de choisir, les enseignants cherchent une embauche. Comment est-on arriv? si vite ? cette situation ?

Depuis plusieurs ann?es, des id?es qui paraissaient saugrenues voire farfelues ?taient ?mises par des politiques. On?jugeait alors ceux-ci vieillissants ou vivant en dehors de la r?alit?. Certaines de ces id?es provocatrices avaient d?clench? des milliers de commentaires et des prises de position cat?goriques, mais commen?aient ainsi ? ?tre envisag?es et m?me tol?r?es.

Si une autre coalition ou un parti (c’?tait devenu improbable) ?tait devenu majoritaire, cela aurait-il emp?ch? cette mutation de l’enseignement ? Il est vraisemblable que seule la forme aurait chang? : une consultation nationale aussi inutile que les pr?c?dentes ou l’imp?ratif d’une harmonisation europ?enne auraient ?t? ass?n?s d’une mani?re p?remptoire.

En 2011, les communaut?s de communes qui jusque-l? s’?taient constitu?es relativement librement ont ?t? gentiment pri?es de se regrouper. Sit?t l’?lection pr?sidentielle, elles ont ?t? fusionn?es d’autorit? et sont devenues les M?ga Communaut?s de Communes.

Dans le m?me temps, la d?scolarisation des enfants les plus jeunes s’est acc?l?r?e et l’?ge d’admission ? l’?cole est 5 ans. Avant cet ?ge, les parents doivent trouver un jardin d’enfants ou une structure priv?e. Certains empruntent, comme au Japon, pour obtenir les meilleures conditions de pr?scolarisation.

L’?cole, comme dans les autres pays d’Europe vous a-t-on expliqu?, est regroup?e avec le coll?ge. Les directeurs d’?cole (qui n’ont jamais officiellement exist?) ne sont plus qu’un souvenir. C’est g?n?ralement le proviseur qui devient le chef de cet « ?tablissement public d’enseignement » financ? par la MCC et qui d?cide avec le pr?sident de la MCC du nombre d’enseignants et de personnels.

Les programmes de cet ?tablissement, ainsi que toute autre structure priv?e, doivent ?tre conformes ? un cadre national. 20 % de l’horaire peuvent ?tre consacr?s aux langues et cultures r?gionales ainsi qu’aux religions. La cr?ation d’?tablissements d’enseignement n’est soumise qu’aux imp?ratifs de sant? et s?curit?.

L’?tat organise les examens de fin d’ann?e pour ?tablir un classement des ?tablissements, publi? comme au Qu?bec.

Les enseignants, qui ont subi comme tous les Fran?ais une diminution de 20 % de leur salaire et de leurs avoirs en banque suite ? l’abandon de l’euro,??tudient les offres des MCC et des autres ?tablissements dont les plus riches proposent des primes et des avantages mat?riels, en sus de?conditions de scolarisation plus agr?ables.

Ces enseignants sont maintenant embauch?s, pay?s?et licenci?s par les MCC, y compris les rempla?ants. Ceux qui ont choisi de rester fonctionnaires ne b?n?ficient plus de l’avancement ? l’anciennet?. Les plus performants peuvent n?gocier leurs conditions d’embauche, ce qui ne choque plus dans cette soci?t? o? seules la comp?titivit? et la performance dominent. Ils doivent appliquer les m?thodes et contenus d?finis par la MCC.

Les inspecteurs de l’?ducation (qui n’est plus nationale) proposent leurs prestations aux ?tablissements d’enseignement pour ?valuer et conseiller les embauches et licenciements.

Les syndicats, dont les instances nationales ont distill? les informations, prennent pr?texte du trop grand nombre de changements pour limiter?les revendications. De toute fa?on, les enseignants sont submerg?s par leurs pr?occupations mat?rielles.

Depuis 2011, les parents inscrivent leurs enfants par internet, ce qui permet ? l’?tat ainsi qu’aux services de s?curit? (on ne parle plus d’administration) d’acc?der ? toutes les donn?es et de les?v?rifier en comparant ? la consommation d’?lectricit? gr?ce aux compteurs « intelligents » qui ?quipent tous les foyers. Cette ann?e, des donn?es biom?triques y sont ajout?es. Au d?part, il s’agissait de faciliter les recherches en cas d’enl?vement, maintenant, la surveillance est permanente. Les familles en situation irr?guli?re sont imm?diatement rep?r?es.

Le choix de l’?cole est totalement libre. Les r?sultats des ?valuations des dix derni?res ann?es sont disponibles sur internet, ce qui explique l’acharnement de l’ancienne administration pour les obtenir. Si des parents veulent inscrire leur enfant dans une ?cole qui n’est pas celle de leur secteur, ils devront, s’ils sont accept?s, verser un compl?ment de frais d’inscription. Pour ces frais d’inscription d?termin?s par les MCC afin de couvrir l’ensemble des d?penses et des salaires, ils disposent d’une allocation parentale rempla?ant les allocations familiales et de rentr?e. Ils peuvent en utiliser 10 % pour leurs frais et sous r?serve qu’il n’y ait pas d’absent?isme. Le reste est vers? ? l’?tablissement qui scolarise leur enfant.

Des agences proposent de conseiller les parents et de faciliter l’inscription souhait?e, moyennant une participation financi?re.

Si leur enfant est reconnu en situation de handicap, l’allocation parentale est augment?e mais ce sont les parents qui doivent, selon les crit?res d?finis par la Maison D?partementale des Personnes Handicap?s, embaucher l’accompagnateur pour la scolarisation. Des associations leur proposeront leurs services, mais aussi des organismes ? but lucratif bien inform?s. L’?tat n’ayant jamais voulu cr?er d’emplois d’auxiliaire de vie scolaire, a retard? au maximum l’application de cette obligation et sit?t l’?lection pr?sidentielle, d?cr?t? que cette question devait ?tre r?gl?e de mani?re globale pour assurer une continuit? entre le domicile et l’?cole. Le compl?ment d’allocation ?tant insuffisant, les familles sollicitent leur mutuelle ou assurance.

L’enseignement professionnel dans les lyc?es a ?t? lamin? par les suppressions de la majorit? des options. Ce sont maintenant les entreprises qui forment une main d’?uvre captive et bon march?.

Il fallait trouver des solutions, la situation pr?c?dente n’?tait pas satisfaisante, ressassent les campagnes de communication gouvernementale et les m?dias ? l’approche des vacances d’?t? (du 14 juillet au 20 aout 2013).

100 (et quelques) mots d’?cole

A propos de

avatar

Check Also

Coke en stock (CCCLXII) : de Carlos Ghosn à 1,3 tonne de coke (c)

L’avion posé cet été au Brésil avec ses 1300 kilos de coke a mis le ...