Accueil / T Y P E S / Articles / ? Les crimes et d?lits majeurs ? d’Obama

? Les crimes et d?lits majeurs ? d’Obama

Joseph Kishore

Le discours prononc? mardi au S?nat par la s?natrice Dianne Feinstein donne des preuves claires et directes de crimes contre la Constitution am?ricaine et les droits d?mocratiques du peuple am?ricain, impliquant des hauts responsables de la?Central Intelligence Agency?(CIA) et de la Maison blanche, jusqu?au pr?sident inclus. Les all?gations de Feinstein sur la tentative d?intimidation de la CIA, ses obstructions et son espionnage de la Commission du S?nat sur les services de renseignements, qu?elle pr?side, constituent des ??crimes et d?lits majeurs,?? qui selon la Constitution permettent de lancer une proc?dure de destitution (Impeachment).

Feinstein a des liens ?troits de longue date avec les services de renseignements, qu?elle a cat?goriquement d?fendus suite aux mois de r?v?lations de l?espionnage ill?gal men? par laNational Security Agency. Pourtant, mardi, elle a prononc? un discours d?une heure dans lequel elle a accus? la CIA d?espionner et de cacher des documents au Congr?s dans le cadre d?une tentative de couvrir le programme de torture que l?agence avait men? sous le pr?sident George W. Bush.

Au cours de ses remarques, elle a donn? un historique d?taill? des actions criminelles de la CIA, dont la tentative du directeur de la CIA John Brennan d?intimider la Commission du S?nat sur les services de renseignements et de faire obstruction ? son enqu?te sur les crimes de l??re Bush en accusant des membres de la Commission d?avoir vol? des documents class?s secrets et en demandant au minist?re de la justice de lancer une enqu?te criminelle. (Brennan, en tant que directeur de l?anti-terrorisme sous Bush, est impliqu? dans le programme de torture).

Le portrait qui ?merge est celui d?une agence de renseignements qui op?re en dehors de toutes contraintes l?gales, rejette toute supervision par le Congr?s, et ne conna?t d?autre loi que la sienne.

La rapidit? avec laquelle les m?dias am?ricains ont enterr? les remarques de Feinstein – qu?ils ont en g?n?ral attribu?s ? une simple ??guerre d’influence?? entre le S?nat et la CIA – est en elle-m?me une indication de la nature fondamentale des crimes d?crits par la s?natrice et de la complicit? des m?dias contr?l?s par les grands groupes dans ces crimes.

Ce qui se passe n?est rien moins qu?une attaque ouverte contre l?ordre constitutionnel qui fut ?rig? en se fondant sur la R?volution am?ricaine, qui s’appuie sur la ??s?paration des pouvoirs?? et un syst?me de ??contre-pouvoirs?? entre le pouvoir ex?cutif, le pouvoir l?gislatif et le pouvoir judiciaire – une chose que les fondateurs consid?raient comme essentielle pour emp?cher l??mergence d?une dictature. L?obstruction de la CIA ? l?enqu?te du S?nat sur ses activit?s – dont son refus de sanctionner la publication d?une version d?classifi?e du rapport de la Commission qui fait 6300 pages – marque une ?tape dans l??tablissement d?une dictature de fait de l??lite militaire et des services de renseignements sur le peuple.

Le fait que la maison blanche soit complice est clair ? la fois d?apr?s le t?moignage de Feinstein et d?apr?s la r?ponse du gouvernement Obama ? ces accusations. Vendredi, le pr?sident Obama a tent? de prendre la pose de l’arbitre neutre des ??questions soulev?es entre la Commission du S?nat et la CIA.?? Il a ajout?, cependant, que ??Brennan en a r?f?r? aux autorit?s appropri?es,?? montrant clairement qu?il soutient le directeur de la CIA et la d?cision de l?agence de d?poser une plainte au p?nal contre la Commission du S?nat sur les services de renseignements. Ses remarques r?pondent ? celles de son attach? de presse, Jay Carney, qui a d?clar? mardi qu?Obama avait ??une grande confiance?? en Brennan.

La liste des crimes et de personnes impliqu?es compte?:

 

  • Le lancement en 2002 (sous le directeur de la CIA George Tenet) d?un syst?me de d?tention secret (les ??sites noirs??) en divers endroits du monde pour d?tenir et torturer des prisonniers. D?apr?s Feinstein, une premi?re revue de sa commission sur ces programmes ?tait ??gla?ante??. Elle a affirm?, ??les interrogatoires et les conditions de d?tention […] ?taient bien plus dures que la mani?re dont la CIA nous les avait d?crits.??
  • La destruction en novembre 2005 de 92 vid?os de tortures de la CIA, dont des simulations de noyade [water boarding]. Parmi ceux qui ont approuv? la destruction de ces vid?os, il y avait Robert Eatinger, alors avocat de la CIA et actuellement le chef du service juridique de la CIA. C?est Eatinger qui, au d?but de l?ann?e, a inform? la Maison blanche des projets de d?poser une plainte au p?nal contre les membres de la Commission du S?nat sur les services de renseignements.

 

En 2010, Le minist?re de la Justice d?Obama a d?cid? de ne pas d?poser de plainte li?e ? la destruction des vid?os – dans le cadre d?une politique g?n?rale de blanchiment et de couverture des crimes du gouvernement Bush.

 

  • La commission du S?nat a vot? pour mener une enqu?te compl?te sur le programme de d?tention de la CIA en mars 2009. D?s le d?but, cette enqu?te a ?t? frein?e par la CIA, tr?s probablement avec le soutien de la Maison blanche d?Obama. Au lieu de donner les documents, comme ? l?habitude, la CIA, dirig?e ? l??poque par un ex-responsable du gouvernement Clinton, Leon Panetta, a demand? aux membres de la Commission de les consulter dans un bureau sp?cifique de ses b?timents. En 2010, d?apr?s Feinstein, ??des documents […] qui avaient ?t? confi?s aux membres de la commission n??taient plus disponibles.??

 

Dans ses remarques mardi, Feinstein a dit que, ??la CIA a d?clar? que le retrait des documents ?tait ordonn? par la Maison blanche.?? Si cela est vrai, la Maison blanche est coupable d?obstruction ? une enqu?te du Congr?s sur des activit?s ill?gales de la part de l’ex?cutif, dont la CIA. Feinstein a not? que la Maison blanche a ni? avoir donn? cet ordre.

 

  • En 2010, dans le cadre de son enqu?te, la Commission a trouv? des brouillons d?une enqu?te interne de la CIA (la?Panetta Review), qui, d?apr?s Feinstein, comprend une ??admission de fautes importantes de la part de la CIA?? ? c-?-d, d?activit?s criminelles. Ce rapport n?a jamais ?t? rendu public. Encore une fois, ces documents ont ?t? par la suite retir?s des ordinateurs accessibles par la commission du S?nat, mais des membres ont pu enregistrer une copie de certains documents qui y figuraient.
  • En d?cembre 2012, la Commission sur les services de renseignements a termin? son enqu?te sur le programme de la CIA. En juin dernier, Brennan a rendu une r?ponse de 122 pages au rapport du S?nat, contredisant des points essentiels de ce rapport. Cette r?ponse, qui reste class?e secr?te, contredit le propre rapport interne de la CIA, la?Panetta Review, d?apr?s Feinstein et d?autres membres de la Commission.
  • En d?cembre dernier, la commission a demand? que la CIA lui fournisse la version compl?te de la?Panetta review. Brennan a refus? d’acc?der ? cette demande et peu apr?s, le 15 janvier de cette ann?e, d?apr?s Feinstein, il a inform? la commission que la CIA avait secr?tement espionn? les ordinateurs des membres de la commission et indiqu? que l?agence continuerait ? enqu?ter sur les membres impliqu?s dans cette enqu?te. Feinstein lui reproche que cela ??a probablement viol? le principe de s?paration des pouvoirs?? ainsi que ??le quatri?me amendement, la Loi sur les crimes informatiques et l?ordonnance 12333, qui interdit ? la CIA de mener des fouilles et des surveillances ? l?int?rieur du pays.??
  • La CIA a donn? suite ? ses fouilles ill?gales en d?posant une plainte au minist?re de la Justice, pour obtenir une enqu?te criminelle contre les membres de la commission, et peut-?tre contre des s?nateurs de cette commission, dont Feinstein. La Maison blanche a ?t? inform?e de ces plans en janvier et n?a rien fait, donnant ? ces actions son soutien tacite. Feinstein a qualifi? cette action d???effort potentiel pour intimider cette ?quipe?? et la commission dans son ensemble.
  • Un reportage de?McClatchy?mercredi affirme que plus de 9000 documents ont ?t? cach?s ? la commission par ordre direct de la Maison blanche, alors m?me que Obama n?a pas fait usage de son privil?ge de l’ex?cutif [possibilit? pour l’ex?cutif de refuser de communiquer des documents s’il pr?tend qu’ils n’ont pas de lien avec l’affaire en cours, les autres pouvoirs pouvant tenter de d?montrer le contraire, ndt]. L?agence de presse cite Elizabeth Goiein de la Facult? de droit de l?Universit? de New York qui note que, ??ces documents font soup?onner fortement que la Maison blanche serait impliqu?e dans les obstructions ? cette enqu?te.??
  • Ces actions vont bien plus loin que les crimes extr?mement s?rieux commis par Nixon lors du scandale du Watergate, qui a entra?n? sa d?mission en 1974 face ? une destitution (Impeachment) quasi-certaine. ? tout le moins, il y a des r?v?lations d?infractions au droit international et national (la torture), de destructions de preuves, d?obstruction ? la justice, de violation de la s?paration des pouvoirs et d?espionnage ill?gal.

 

Ils impliquent les plus hauts responsables de la CIA de cette p?riode ainsi que les plus hauts responsables de la Maison blanche dont Obama lui-m?me. Ils ont ?t? men?s par les hommes de confiance d?Obama. Brennan ?tait le premier conseiller d?Obama sur l?anti-terrorisme au cours de son premier mandat.

Tout cela a ?t? men? dans le dos du peuple am?ricain. Feinstein elle-m?me, en tant que chef de la Commission du S?nat sur les services de renseignements, a valid? pendant longtemps les crimes de l?Etat et est complice dans cette op?ration de couverture, elle ne fait une d?claration publique qu?une fois contrainte par l?offensive juridique de la CIA. Les s?nateurs avaient, dans ses termes, fait tout ce qu?ils pouvaient ??pour r?soudre ce conflit d?une mani?re discr?te et respectueuse?? ? c-?-d, ? l’insu du public.

En m?me temps, sous Bush comme sous Obama, une appareil d?espionnage massif et inconstitutionnel fut construit, partiellement r?v?l? par le lanceur d?alerte de la NSA, Edward Snowden. Une fois de plus, tout l?Etat est complice, y compris la Maison blanche d?Obama et Feinstein, qui ont publiquement accus? Snowden de mener un ??acte de trahison.?? Le pr?sident a ?galement admis ouvertement avoir ordonn? unilat?ralement l?assassinat de citoyens am?ricains.

Une proc?dure de destitution contre des responsables gouvernementaux est totalement justifi?e, mais certainement pas suffisante. Ces crimes contre le peuple am?ricain ne doivent pas rester impunis. Tous les faits, ainsi que les noms de tous ceux qui les ont perp?tr?s et ceux de leurs complices doivent ?tre rendus publics.

Cela l?verait une partie du voile sur la conspiration du silence qui existe entre la Maison blanche, les services de renseignement, le Congr?s, les tribunaux et les medias qui ont donn? ? la CIA, au NSA, au Pentagone le feu vert pour qu’ils jettent aux orties le ‘Bill of Rights’ et ?tablissent le cadre d’un gouvernement totalitaire.

Il s’est pass? presque une quinzaine d’ann?es depuis l’?lection vol?e de l’an 2000. Depuis, l’attaque men?e contre les droits d?mocratiques a connu une escalade, tant sous le gouvernement d?mocrate que sous le gouvernement r?publicain. Cette attaque est motiv?e par l’incroyable augmentation de l’in?galit? sociale d’une part et d’autre part par un tournant de plus en plus marqu? vers le militarisme. Le bilan de cette d?cennie et demie d?montre qu’aucune partie de l’establishment?politique ne fait plus preuve d’un engagement s?rieux vis-?-vis des droits d?mocratiques.

La d?fense des droits d?mocratiques est une question de classe. L’apparition de formes dictatoriales de gouvernement et l’activit? incontr?l?e des agences de renseignement ont leurs racines dans le syst?me capitaliste et dans les int?r?ts de la classe dominante. La d?mocratie n’est pas compatible avec la guerre en permanence et la contre r?volution sociale.

Joseph Kishore et Barry Grey

Article original,?WSWS, paru le 14 mars 2014

A propos de

avatar

Check Also

Écrire, un plaisir sans cesse renouvelé

Si le « plaisir d’amour » ne dure qu’un moment, comme le souligne la célèbre romance de Florian ...