Accueil / T Y P E S / Chroniques / WESTMOUNT (MONTREAL, QUEBEC) – LES RACINES FRANCOPHONES

WESTMOUNT (MONTREAL, QUEBEC) – LES RACINES FRANCOPHONES

La municipalit? de Westmount repr?sente une sorte de Liechtenstein du Qu?bec, nich?e ? flanc du Mont-Royal, au beau milieu de Montr?al. Petit royaume comprenant autour de 24 000 sujets, cette municipalit? est autonome, m?me si les principales art?res de la ville de Montr?al la traversent de part en part.

Berceau d?une ?lite anglophone qui tient toujours entre ses mains plusieurs cordons de la bourse, Westmount compte son lot de manoirs et d?opulentes villas qui sont, invariablement, des imitations des divers styles architecturaux qui ont vu le jour au beau milieu de l??re victorienne. Toutefois, les plus anciennes demeures de ce petit royaume bourgeois ont ?t? construites ? une ?poque o? le style vernaculaire s?inspirait des traditions de la Nouvelle-France.

 

Maison-Hurtubise-C?te-St-Antoine-SOURCE-FLICKR

 

Histoire de saluer l?initiative de notre ?ditrice en faveur des anciennes demeures patrimoniales du Qu?bec, je r??dite, ici, un article compos? ? l??poque o? je pratiquais le journalisme en plein coeur de ? Westmount. Bonne lecture et n?h?sitez-pas ? y apporter des pr?cisions au besoin.

 

Le Golden Square Mile de Montr?al : la belle ?poque et le patrimoine ?cossais de la ville autour des ann?es 1880.

 

Le Chemin de la C?te-Saint-Antoine repr?sente le cordon ombilical de Westmount, une art?re qui allait donner naissance aux avenues longitudinales qui formeront la trame du ? bas Westmount ?. ?Bien avant que les riches industriels du ? Golden Square Mile ? viennent s?y ?tablir, ce versant du mont Royal permit ? une poign?e d?? habitants ? de cultiver leurs terres. C?est ainsi que Paul de Chomedey, Sieur de Maisonneuve, accordait vers le milieu du XVIIe si?cle des concessions ? quelques familles, histoire de tirer parti d?un secteur relativement bien irrigu?.

Les premiers arrivants en profit?rent donc pour faire fructifier des vergers, des champs de melon et d?autres lopins de cultures c?r?ali?res. Tout le secteur allait conserver son caract?re rural jusqu?? la fin du XIXe si?cle, alors que la ville de Westmount voyait le jour. Les familles D?carie, Hurtubise, Leduc et Prud?homme occupaient une zone s??tendant de l?actuelle Avenue Greene jusqu?au quartier Notre-Dame-de-Gr?ce. Outre son orientation privil?gi?e, ce versant de la montagne rec?le pas moins de 10 pieds de terre meuble en surface. ?Des s?diments d?argile, de limon et de calcaires forment des sols propices ? l??coulement des eaux et une multitude de petites sources viennent alimenter le secteur.

D?j?, bien avant l?arriv?e des premiers colons, plusieurs tribus d?autochtones, issues de la nation iroquoise, avaient d?frich? le terrain afin d?y pratiquer l?agriculture. Plusieurs petits sentiers permettaient aux randonneurs d?arpenter la montagne ou de descendre vers le sud et les am?rindiens avaient tent? de tirer parti des sources d?eau potable qui coulaient dans le secteur de l?actuel Parc Murray.

 

La famille Hurtubise prend racine

C?est en 1699 que Louis Hurtubise, l?anc?tre de cette famille qui allait occuper les lieux pendant pr?s de trois si?cles, prend possession d?une vaste propri?t? qui comprenait plusieurs arpents de terre arable. Les Am?rindiens, associ?s ? la mission des Sulpiciens, ?taient toujours autoris?s ? utiliser les terres de la concession de la famille Hurtubise, ce qui allait occasionner quelques escarmouches.

Un des fils du premier propri?taire, Jean Hurtubise, entreprendra, avec l?aide de son fr?re Pierre, de cultiver une parcelle de terre autour des ann?es 1720 et une premi?re maison en bois y sera construite en 1731. Quelques ann?es plus tard, en 1739, une magnifique demeure en pierre de taille fut ?rig?e sur les g?n?reuses fondations de la premi?re r?sidence de Jean Hurtubise. La maison Hurtubise, sise au 561-563, du Chemin de la C?te-Saint-Antoine, a ?t? class?e au Registre des biens culturels du Qu?bec en 2004. Il s?agirait de la plus vieille r?sidence subsistant ? Westmount et une des plus anciennes maisons rurales de l??le de Montr?al. La ministre de la Culture et des Communications du Qu?bec, Line Beauchamp, affirmait ? cette occasion que la maison Hurtubise constitue un ?t?moignage historique et architectural de premier plan d?un mod?le d?implantation et de d?veloppement agricole sous le r?gime seigneurial?.

 

Une simplicit? qui fait toute la diff?rence

La maison Hurtubise frappe l?imagination par la beaut? de ses courbes, une qualit? qui t?moigne de l?art de construire des premiers colons fran?ais. Elle tr?ne ? l?angle nord-ouest de l?avenue Victoria et de la C?te-Saint-Antoine et semble inviter les curieux ? venir y faire le tour du propri?taire. Son toit, l?g?rement incurv?, nous rappelle qu?il fut une ?poque o? les temp?tes de neige tombaient en rafale l?hiver venu, ce qui obligea les constructeurs ? modifier la typologie des premi?res maisons.

 

Chemin de la C?te Saint-Antoine Est. Archives du Mus?e McCord / Studio Notman & Son. Tr?s vieux clich? qui doit dater du milieu du XIXe si?cle.

 

Le principal corps de b?timent, sur le flanc gauche, donne ? voir quatre magnifiques lucarnes en fa?ade. En outre, une lucarne double a ?t? ajout?e apr?s 1911, ce qui conf?re ? l?ensemble un zeste d?originalit?. Une g?n?reuse galerie en bois vient sertir l?ensemble, permettant de prendre l?air les soirs d??t?. Une petite annexe a ?t? ajout?e, sur le flanc droit de la propri?t?, sans pour autant d?naturer l?ensemble du programme. Deux imposantes chemin?es encadrent le b?timent d?origine, lequel repose sur des fondations qui poss?dent trois pieds d??paisseur. Deux meurtri?res sont encore visibles dans la cave et la l?gende nous dit qu?elles servaient ? tirer des coups de feu en cas d?attaque men?es par les am?rindiens. D?autres sources, moins romanesques, parlent plut?t de trappes d?a?ration ?

 

Clich? en couleur de la Maison Hurtubise. Source:?www.imtl.org

 

Des usages qui t?moignent d?une autre ?poque

Des registres qui datent de la deuxi?me moiti? du XVIIIe si?cle font ?tat de la richesse et de la vari?t? des produits de la ferme de Jean Hurtubise. Outre la maison des ma?tres, deux p?t?s de b?timents annexes composaient l?essentiel d?un domaine agricole qui comprenait une remise pour les attelages et les tra?neaux d?hiver, une ?table pour les chevaux et une grange aux proportions imposantes, sise un peu plus loin ? l?arri?re.

 

Illustration d??poque ? Famille de colons de la Nouvelle-France. ? ? ? ? ? Source 😕www.cslaval.qc.ca

 

Le recensement de 1861 stipule que la ferme familiale produisait du bl?, du seigle, des pois, de l?avoine, des pommes de terre, des carottes et du foin pour le b?tail. D?j?, vers 1781, les propri?taires prirent le pari de diversifier leur production en se consacrant ? la pomiculture et ? la production laiti?re. Le verger familial s??tendait sur 3 arpents et le cheptel comprenait toute une vari?t? de bovins, sans oublier les chevaux de trait et les cochons, des bestiaux tr?s pris?s par les gourmets de l??poque.

C?est en 1839 que la ferme Hurtubise fut divis?e en lot et que l?h?ritage agricole commen?a ? s?effriter. En 1873, Antoine-Isa?e Hurtubise n?h?sitait pas ? vendre la partie sud de la ferme ? son neveu Ephrem Hudon, lequel construisit la rue Victoria, entre la rue Sainte Catherine et la C?te-Saint-Antoine, afin d?y d?velopper 113 lots ? vocation r?sidentielle. ? partir de cette ?poque, la population allait quadrupler en l?espace d?une d?cennie, sonnant le glas d?une riche tradition paysanne.

 

Passer le flambeau aux nouvelles g?n?rations

Malheureusement, le site n?est toujours pas accessible, malgr? les efforts r?p?t?s de l?Association Historique de Westmount?pour en faire un lieu culturel ouvert au grand public. Il faut dire qu?en 1955, le dernier h?ritier de la famille Hurtubise, le Dr L?opold Hurtubise, avait cr?? tout un ?moi en annon?ant qu?il s?appr?tait ? vendre la maison ? des promoteurs d?sireux de la raser pour y construire des unit?s de logements en s?rie.

La nouvelle se r?pandit comme une tra?n?e de poudre et c?est un consortium, mis sur pied par Mabel Molson, Colin J.G. Molson et James R. Beattie, qui acheta la propri?t?. Les heureux propri?taires d?cid?rent de mettre sur pied, vers 1961, la?Canadian?Heritage?of Quebec, une fondation oeuvrant ? la conservation des immeubles patrimoniaux. Depuis lors, cette fondation demeure l?unique propri?taire de la maison Hurtubise et en assure l?entretien.

Toujours est-il que les membres de l?Association Historique de Westmount?souhaitent que la ville ?tablisse des liens plus ?troits avec la fondation?Canadian Heritage of Quebec?afin de redonner une place de choix ? cette prestigieuse r?sidence.

Doreen Lindsay, la pr?sidente (? la fin des ann?es 2000) de l?Association Historique de Westmount, estime que le site pourrait fort bien ?tre converti en centre de recherche pour le plus grand b?n?fice des ?tudiants qui poursuivent des ?tudes sup?rieures dans le domaine du patrimoine agricole et architectural. Dans le m?me ordre d?id?es, Mme Lindsay aimerait bien savoir ce que sont devenues les archives de la famille Hurtubise, alors que la plus grande partie des objets et des pi?ces de mobilier est disparue apr?s le d?c?s du dernier repr?sentant de cette illustre lign?e de ? gentlemen farmers ? d?origine canadienne-fran?aise.

 

PATRICE-HANS PERRIER

Sources?:

La Presse, Montr?al, Samedi 1er?octobre 1955; Avis de classement du Minist?re de la culture et des communications, 2004; Extraits d?une conf?rence donn?e par l?historien Alan Stewart, 2003; ?tude sur la Topographie, la G?ologie et les Fondations de la maison Hurtubise men?e par le g?ologue David Hammonds, 2003; Extraits d?une conf?rence donn?e par l?historienne Janet MacKinnon, 2002.

Remerciements?? Madame Doreen Lindsay de l?Association Historique de Westmount.

 

 

 

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le Siècle de Soljenitsyne

« Figure emblématique de la résistance intellectuelle à l’oppression, Soljenitsyne est pourtant loin du modèle de ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.