Accueil / A C T U A L I T É / Vous avez aim? les subprime ? Voici le foreclosure gate !

Vous avez aim? les subprime ? Voici le foreclosure gate !

(Source?: donde vamos, NewsOfTomorrow)

Ou la deuxi?me couche de la crise ?conomique mondiale

Depuis quelques semaines, le microcosme de la sp?culation US est de nouveau en ?bullition?: alors qu?elles cherchent ? r?cup?rer un maximum de maisons hypoth?qu?es (et de dollars), les banques s?aper?oivent que c?est un bordel sans nom pour prouver qu?elles en sont bien les propri?taires. Ben oui?: les cr?dits hypoth?caires subprime ont ?t? d?coup?s en paquets -les produits d?riv?s1], que les ?tablissements bancaires, assureurs et autres fonds de pension se sont all?grement revendus en dehors des r?gles en mati?re d?immobilier.

Parall?lement, les faillites bancaires ne faiblissent pas. ?tat des lieux indispensable car les ?tats-Unis sont en tr?s mauvaise passe malgr? leur note AAA attribu?e par les agences de notation.

Reprenons. On connait les subrpime, ces cr?dits hypoth?caires attribu?s ? des personnes souvent insolvables, dont les taux d?int?r?t ont mont? en fl?che, ce qui a contract? le march? et fait baisser les prix de l?immobilier. C??tait le d?part de la crise subprime, devenue une crise ?conomique mondiale gr?ce ? l?efficacit? de la r?gulation concoct?e par les banques.

Aujourd?hui, les Etats-Unis sont confront?s ? ce que les m?dias appellent la ??crise des saisies immobili?res??, c?est-?-dire le ??gel de centaines des saisies immobili?res?? par certaines banques comme Bank of America2], le num?ro un du cr?dit immobilier, Ally Bank ou JP Morgan Chase qui a bloqu? 56.000 dossiers et est en train d??tudier 115.000 autres dossiers en cours. 80% des expulsions en cours seraient concern?es. Et les procureurs de diff?rents Etats sont en train de pousser ? de nombreuses r?visions de dossiers.

Cette ann?e, les Etats-Unis ont connu plus de 800.000 saisies d?habitations, dont plus de 100.0003]

en septembre et presque autant en ao?t. Avant la crise, en 2005, on saisissait environ 100.000 logements par an. Tout le monde s?accorde ? dire que le mouvement s?acc?l?re ces derniers mois (normal si l?on tient compte de l?endettement colossal des banques), et au final ce sont plus de 2,4 millions d?habitations qui ont ?t? saisies aux Etats-Unis depuis d?cembre 2007.

Hors, il se trouve que les associations de consommateurs US commencent ? s??nerver, et r?clament un moratoire sur les saisies, pendant que les 50 Etats US ont lanc? une enqu?te conjointe sur les recouvrements, que le Congr?s en r?clame une autre, et que les premiers proc?s en ??class action?? se pr?parent. M?me la FED, huit fonds sp?culatifs tels que Blackrock et des assureurs, comme Ambac Assurance Corp. ou l?Association of Financial Guaranty Insurers (AFGI)4]

sont aussi en train de poursuivre la seule Bank of America ? cause de ces titres hypoth?caires ?et/ou de sa filiale Countrywide5], sp?cialis?e dans lesdits pr?ts mais surtout les plus pourris. Pourquoi tous ces proc?s??

Malhonn?tes ou incomp?tents??

Parce que les proc?dures qui doivent ?tre appliqu?es lors des saisies ont ?t? mal ou pas du tout appliqu?es. Normal?: ceux qui s?occupaient de faire les pr?ts ne comprenaient rien ? ce qu?ils faisaient, ?tant parfois coiffeur, employ? de Wal Mart, bref non qualifi?s. Ce sont eux qui ?taient charg?s de signer les documents, car il y avait ? l??poque tellement de contrats ? d?filer qu?il fallait recruter n?importe qui pour suivre la cadence. Une employ?e de la Wells Fargo (en tr?s mauvaise passe actuellement) a ainsi calcul? qu?elle avait sign? 500 documents en moyenne chaque jour, quand d?autres chez Bank of America arrivaient ? 8.000 contrats par mois.

D?apr?s le New York Times, Citigroup et Ally avaient m?me carr?ment d?localis? le traitement de ces dossiers aux Philippines et ? Guam. Ce qui n?emp?che pas Citigoup de d?clarer que ses proc?dures de saisie sont ??saines?? et qu?il n?y a donc pas lieu de suspendre quoi que soit. En Floride, un des Etats o? les saisies et les pr?ts ill?gaux sont les plus nombreux, trois entreprises g?rent 80% des faillites et sont sous le coup d?investigations du procureur g?n?ral de Floride6].

En dehors de cela, il se trouve qu?on ne sait plus tr?s bien qui d?tient les titres hypoth?caires ? l?autre bout de la cha?ne, si bien que les banques pourraient devoir racheter les d?riv?s qui en sont issus aux sp?culateurs qui les ont achet?s. Certaines banques (JP Morgan Chase, Bank of America, Wells Fargo) ou soci?t?s de cr?dit (Ally, Fannie Mae et Freddie Mac) ont admis avoir pr?sent? aux magistrats qui enqu?taient des documents ??parfois incomplets, enregistr?s par inadvertance avant que les informations manquantes aient ?t? obtenues ?, c?est-?-dire falsifi?s.

Bank of America, officiellement, pourrait avoir ? d?bourser 74 milliards de dollars ? cause de pr?ts octroy?s sans que personne n?ait v?rifi? les dossiers. Les joies de la ??validation automatique???

?videmment, les banques sont en train de pleurer en disant que si on les emp?che de saisir, le cr?dit sera plus cher et ce sera terrible7]. Du coup, l?Etat8] les soutient et demande aux organismes de pr?ts hypoth?caires de poursuivre les saisies et cela ??sans d?lai??.

Ben oui, les sp?culateurs ont h?te que les logements saisis, ? bas prix, cessent de faire baisser les prix du march? pour se remettre ? sp?culer comme avant. Remarque?: les banques ont raison de s?inqui?ter, puisqu?elles ont d?j? du payer pr?s de 10 milliards, et certains ?voquent la somme de 700 milliards de dollars9]. A quoi il faudrait ajouter l??quivalent en dommages et int?r?ts, ainsi que des arri?r?s. On parle carr?ment de ??foreclosure gate ? (foreclosure = saisie) aux ?tats-Unis, et on pressent que ?a va encore co?ter cher.

O? l?on apprend qu?une soci?t? d?nomm?e MERS (Mortgage Electronic Registration Systems) cr??e ? la fin des ann?es 90 par les deux grandes boites publiques de pr?ts hypoth?caires Fannie Mae et Freddie Mac, est soup?onn? par certains d??tre ? l?origine de l?arnaque. Cens?e s?curiser les proc?dures de pr?t et ?viter les ??complications??, elle aurait en fait permis de falsifier de documents ? grande ?chelle et de signer ? non moins grande ?chelle. La soci?t? se vante m?me de r?duire les co?ts en supprimant diverses ?tapes d?une proc?dure normale. Elle se vante aussi d?avoir ?t? cr??e par l?industrie du pr?t hypoth?caire, ce qui apr?s la crise subprime n?est certes pas un gage de comp?tence. Et ? son comit? de direction, on trouve des pontes de Freddie Mac, de Fannie Mae, de l?association des pr?teurs hypoth?caires US, de la First National Bank etc. Ses actionnaires?? En gros les m?mes : Fannie et Freddie, Ally (ex GMAC), la filiale hypoth?ques de Citigroup, HSBC, AIG, Wells Fargo?

Sans ces artifices, on aurait probablement compris plus t?t ce que repr?sentait la crise subprime, et on aurait compris ? quel point les gens avaient ?t? abus?s. Car les documents fournis aux magistrats lors de certaines instructions par MERS ont ?t? jug? irrecevables car incomplets. Et la soci?t? s?est m?me autoris?e ? lancer des saisies sans demander l?avis de la justice, y compris lorsque c??tait une obligation l?gale. Ceux qui se sont occup?s de ?a, ce sont les ??foreclosure mills??, les moulins ? saisies, des avocats qui ne faisaient que cela quitte ? mettre la loi de c?t?.

Dans certains cas les abus ont ?t? si flagrants que deux, voire trois employ?s de banques diff?rentes r?clament les cl?s d?une maison qui doit ?tre saisie. Et tous ont un certificat de propri?t?, qui s?av?re faux car aucune banque n?est en capacit? de prouver sa propri?t? sur l?habitation. Entre temps, tout le monde s?est all?grement revendu des paquets de ces hypoth?ques frauduleuses, en fabriquant s?il le fallait de faux documents. Effet boule de neige garanti.

Par exemple, une femme qui avait perdu son appartement suite ? une faillite et ? une saisie, se pensait ??au moins lib?r?e?? de son cr?dit. Pas de bol?: Wells Fargo se pointe et lui r?clame 72.000$ en tant que ??seconde hypoth?que??, qui sont souvent des HELOC (pour Home Equity Line of credit) dont le remboursement intervient quand la personne a ?t? saisie et que le deuxi?me ??pr?teur?? ne peut donc plus se rembourser en vendant la maison. Le d?tenteur du HELOC demande donc ? ?tre rembours?. A ce sujet, Bank of America est en effet sp?cialiste, et vante encore ses produits HELOC, c?est g?nial (par exemple tu paies seulement les int?r?ts sur la somme que tu d?penses). Sauf que les taux sont souvent variables10],

que le pr?t est ?revolving? (c?est-?-dire qu?on ne rembourse que les int?r?ts, justement, et jamais un seul euro du ?capital? qui reste une dette ? 100% quoi qu?il arrive) et que les gens misent leur maison pour la deuxi?me fois. Donc, m?me en la perdant ils restent surendett?s.

Le probl?me, outre l?aspect ?thique du syst?me qui permet de pr?ter deux fois ? des personnes endett?es, est que ces hypoth?ques n?2, appel?es ??junior lien mortgage?? ou HELOC ou autre et d?tenues par les m?mes banques, repr?sentaient fin 2009 pour 1 trillion de dollars. Il semblerait que la plupart de ces ??deuxi?mes hypoth?ques?? n?aient en fait ??aucune valeur ?conomique r?elle ?, pourtant ceux qui continuent ? payer leur premi?re hypoth?que paient parfois aussi la deuxi?me.

Perversit? totale

Comme dans l?affaire des assurances ??paysan mort??, o? l?on a vu des multinationales comme Wal Mart prendre des contrats d?assurance vie sur leurs employ?s et toucher le pactole ? leur mort, tout en gagnant des d?ductions d?imp?t et des actifs gonfl?s, l?affaire du ?foreclosure gate? est bien terre ? terre.

Le syst?me MERS, un ??registre ?lectronique des pr?ts hypoth?caires??, a en effet permis aux banques d??viter pas mal de taxes, dont le montant est estim? ? 60 ? 120 milliards de dollars rien que pour la Californie. Il a aussi permis de dissimuler depuis un bon moment le gouffre li?s aux d?riv?s de pr?ts hypoth?caires, c?est-?-dire l?ampleur de la crise des subprime. D?autant plus qu?en revendant massivement ces titres de mani?re informatis?e, le contr?le devenait impossible.

Mais la soci?t? s?octroie le droit de saisir les habitations sans autre forme de proc?s, et elle le revendique. Mais, elle a d?j? perdu des proc?s en Arkansas, dans le Kansas et dans le Maine, tandis que des ??class action?? sont en cours en Californie, dans l?Arizona et dans le Nevada.

Il semble en effet que nous en ?tions ?seulement ? la ??premi?re couche?? de la crise subprime, et que la deuxi?me se profile avec ces HELOC. Car nous n?avons calcul? les d?ficits des banques qu?? partir des pr?ts eux-m?mes, pas des multiples produits d?riv?s ?bidons- que tout le monde s?est revendu en faisant mine de croire que ?a valait quelque chose. Comme des cam?s devant leur dose, les sp?culateurs n?ont pas pu r?sister ? ce moyen facile de transformer le plomb en or, la dette en magot, le rien, m?me, en magot.

30% des MBS (ces produits d?riv?s de pr?ts hypoth?caires) pourraient ?tre frauduleux. Mais au final, on ne sait pas ? quel point les banques ont gonfl? leurs r?sultats en mettant ? leur actif des titres qu?elles ne d?tiennent pas. Le montant total des MBS en cours est quant ? lui estim? ? 2.800 milliards de dollars.

Accessoirement, en Floride au moins, il a fallu recruter des retrait?s pour faire office de juge et juger ces histoires de saisies et de titres de propri?t? bidon, hors ceux-ci s?av?rent d?une rare complaisance avec les ??preuves?? fournies par les banques.

Pour ?tre bien certaine de toucher l?oseille, la banque Wells Fargo, une des plus grosses du pays, a m?me ins?r? une clause selon laquelle les emprunteurs renoncent ? toute poursuite si les titres de propri?t? s?av?rent bidons.

Comme si les d?lires hypoth?caires r?cents ne suffisaient pas, les banques ont pouss? l?administration Obama ? lancer en 2009 un autre programme de pr?ts hypoth?caires encore plus pourris, appel? HAMP pour Home Affordable Modification Program. Il vise les gens sous le coup d?une expulsion, et est destin? ? les aider ? ???viter l?expulsion en modifiant les pr?ts ? un niveau supportable pour les emprunteurs aujourd?hui et soutenable sur le long terme ?, mais seulement ? ceux-l?, avec un plafond de ? 729.750$, ? un taux qui d?marre ? 2% et pour une dur?e pouvant aller jusqu?? 40 ans. Le hic, c?est que ce sont les banques qui se chargent de les refourguer. Lanc? en mars 2010, ledit programme HAMP fait d?j? des ravages.

Des gens se sont ainsi retrouv?s avec des mensualit?s passant de 4.000 ? 1.826$ gr?ce au programme HAMP vendu par Bank of America. Oui mais voil?, lesdites mensualit?s sont remont?es ? 8.000$, et les ennuis financiers ont vraiment commenc?. Le mieux, c?est que Bank of America les a menac?s de saisir leur maison. Dans le cas d?une autre, sa banque, Wells Fargo, lui a dit de rembourser 40.000$ six mois apr?s avoir sign? le contrat, car Wells Fargo estimait qu?elle ne rentrait plus dans les crit?res d??ligibilit? pour le programme HAMP, sans bien s?r l?en avoir avertie. C?est ce qu?on appelle l? bas le ??syst?me des modifications ?.

Le montant de ces HAMP s??l?verait ? plus de 4 milliards de dollars, et 1,6 millions de personnes seraient concern?es. Et la banque se d?douane en disant que les pr?ts ?taient d?j? entach?s d?irr?gularit?s avant qu?elle ne les prenne en charge, et qu?elle n?y peut rien. Pas de bol?: les poursuites, notamment en class action, se pr?parent sur ce front-l? aussi.

Mais dans cette affaire des produits HAMP, c?est la situation extr?mement critique des gens concern?s qui frappe le plus, et la mani?re dont les banques n?h?sitent pas ? foncer sur eux pour saisir leur maison. Comme si ce programme lanc? par le gouvernement ?tait une caution pour les banques, une assurance de mettre la main sur les derniers sous, sur le toit des derniers ??mauvais payeurs??. En tout cas, sous pr?texte d?aider les gens, on les met de fait dans des situations inextricables.

Ce qui est dr?le, c?est qu?apparemment Wall Street ?tait parfaitement au courant de ces malversations en s?rie d?s 2007, quand il a fallu afficher des bilans positifs malgr? le marasme. Tout simplement parce, miracle du lib?ralisme, c?est une firme, Clayton Holdings, qui d?tient le quasi monopole des audits des banques et assurances qui jouaient avec les hypoth?ques, et qui avait remarqu? ? l??poque que 28% des pr?ts ?tudi?s11]

?taient irr?guliers. Parmi les 10.200 pr?ts de Bank of America audit?s, le cabinet en aurait d?cel? 30% non conformes aux r?gles, mais pour Credit Suisse, c??taient 37% des 56.300 pr?ts ?tudi?s, 27 et 23% pour JP Morgan et Goldman Sachs, 35% pour Freddie mac. Quant ? ceux que Citigroup voulait acheter ? ce moment, Clayton en a rep?r? 42% qui ?taient foireux.

Mais pour ?tre complet, il faut encore pr?ciser que Clayton Holding se trouve aujourd?hui au milieu du scandale, soup?onn?e d?avoir r?alis? des audits d?un laxisme rare dans la profession, ce qui n?est pas peu dire.

Le FBI, apparemment, ?tait lui aussi au courant depuis 2006 ?et m?me peut-?tre depuis 2004– des petits tracas de proc?dures auxquels ?taient confront?es les banques & Co?: il a publi? un rapport intitul? ??Mortgage fraud report 2006 ? (rapport sur la fraude aux emprunts hypoth?caires), o? il jugeait s?v?rement ??l?industrie du pr?t hypoth?caire??, surtout, ? l??poque, en Californie, en Floride, en G?orgie etc. (Etats forts concern?s aujourd?hui par les subprime et les saisies immobili?res). En 2006 d?j?, le FBI expliquait que 30 ? 70% des d?fauts de paiement sur plus de 3 millions de pr?ts analys?s, ?taient li?s ? des dysfonctionnements dans l?octroi des pr?ts. En outre, le rapport pointait aussi les HELOC auxquels il consacrait un paragraphe. Et il consid?rait que ??Des personnes et des groupes criminels sont en train d?exploiter la proc?dure de demande de home equity line of credit (HELOC) pour construire des sch?mas frauduleux ? ? base de pr?ts hypoth?caires multiples.

Au passage, signalons qu?en 1933, Roosevelt a fait passer le ??Farm relief bill ?, qui permettait aux d?tenteurs des cr?dits de fermiers surendett?s ayant une proc?dure de saisie sur le dos d??changer ledit cr?dit contre des bons f?d?raux, avec des taux d?int?r?t fixes garantis. Ca avait ?vit? ? pas mal de gens de tout perdre. Mais l?, il n?est pas question d?un machin de ce type.

Faillites bancaires, la suite?

Toutes ces m?thodes dignes du far west, destin?es ? r?cup?rer des dollars co?te que co?te quitte ? transgresser la loi, ? passer en force en esp?rant que dans le tas, certains se laisseront faire, semble montrer que les banques ne sont pas ? l?aise du tout. Bank of America serait, pour certains, en train de ??plomber Wall Street ? ? cause de cela. C?est la banque qui aurait le plus de ces d?riv?s et pr?ts hypoth?caires, avec 2.135 milliards de dollars engag?s, contre 1.812 pour Wells Fargo et 1.354 pour JP Morgan Chase.

De fait?: 2010 a ?t? un tr?s mauvais cru pour les faillites. 139 banques ont fait faillite aux Etats-Unis en 2010, 30% de plus que l?an pass? (140 faillites ??seulement?? en 2009). Trois faillites sont survenues la semaine du 18 octobre (Premier Bank, West Bridge et Security Savings Bank), sept la semaine suivante.

?trangement, on voit s?agiter les banques europ?enne depuis le 20 septembre, comme si elles anticipaient le krach ? venir. Le Figaro titrait ce jour-l? ?Bruxelles organise les faillites bancaires ?, un peu comme on pouvait d?signer les ?sorci?res? sous l?inquisition. Car, horreur supr?me, la Commission Europ?enne serait en train de r?fl?chir ? un syst?me qui permettrait de mettre les banques en faillite au lieu de renflouer leurs caisses avec l?argent des contribuables. Que les banquiers se rassurent, d?apr?s le communiqu? il n?y a pas de quoi casser trois pattes ? un canard, et les ??mesures?? tiennent davantage de l?incantation que de la r?forme.

La question est?: a-t-on une chance de s?en sortir, sachant que la seule r?ponse qu?on nous trouve du FMI ? l?Europe en passant par les banques, rel?ve de l?incantation ultra lib?rale sans aucune efficacit?. Pour comprendre le probl?me, prenons l?exemple de l?Irlande, qui a longtemps fait office de mod?le de bonne conduite lib?rale 12] puis d?application des plans d?aust?rit?. Seulement voil??: on est en train de comprendre que le renflouage des banques va couler le pays pour des ann?es. Examinons ce qui risque de nous arriver.

D?abord, il faut ?voquer le cas de l?Anglo Irish Bank, sauv?e par le gouvernement en 2009 via la bad bank cr??e pour cela, la NAMA13]. Apr?s avoir touch? 4 milliards d?euros en juin 2009, puis de nouveau 8,3 milliards en mars 2010, la banque a r?clam? 25 milliards d?euros au total il y a quelques semaines, mais la somme vient d??tre r?vis?e, passant ? 34 milliards. Une paille. Mais comme la banque devrait finir par ?tre d?mantel?e, il convient d??ponger d?abord quelques dettes. Accessoirement, on a appris qu?en 2008 le PDG de l?Anglo irish Bank Sean Fitzpatrick14], aid? par quelques pontes de la banque, s??tait octroy? discr?tement des pr?ts importants ainsi qu?? quelques copains, ce que le r?gulateur financier du pays savait sans pour autant r?agir. Les deux ont d?missionn? ? la suite de ce scandale.

Lors de la d?bandade li?e ? la crise, on a aussi appris que la bo?te d?assurances d?un milliardaire irlandais, Sean Quinn, a garanti de nombreux produits d?Anglo Irish Bank sans avoir le cash n?cessaire. D?tail?: Quinn d?tenait ? un moment, de mani?re fort discr?te, jusqu?? 25% des parts de l?Anglo Irish Bank, et les a c?d?es d?un coup. Bref?: tout le monde s?est servi avant que ?a p?te, m?me si certains, comme Quinn, disent y avoir perdu quelques plumes.

Il y a aussi l?Allied Irish Bank (AIB), autre banque en difficult?, qui doit rapidement augmenter ses fonds propres pour faire face ? la crise qui se pr?pare (mais dont personne ne parle ?videmment) et parvenir ? 8% de fonds propres. Il ne lui faudrait que 7,4 milliards, mais tr?s vite.?AIB a ?t? dirig?e ? une ?poque par Peter Sutherland15], pilier du Bilderberg, de la Trilat?rale, du CFR, ex commissaire europ?en ? la concurrence, directeur du GATT et 1er chef de l?OMC, patron de BP jusqu?? il y a peu et aujourd?hui patron de Goldman Sachs. Accessoirement, il a aussi ?t? membre du conseil d?administration d?une autre banque en pleine d?confiture, la Royal Bank of Scotland, o? l?a remplac? un autre ancien commissaire europ?en, Gunter Verheugen.

D?s 2002, on savait qu?une filiale US de la banque, Allied First, avait commis des malversations, et pr?s de 700 millions de dollars s??taient ?vapor?s. C??tait un peu l?affaire Kerviel avant l?heure16]. Un autre scandale avait entach? la Allied Irish bank en 2004, quand une dizaine de chefs ont investi pr?s d?un milliard de dollars dons des comptes offshore et ont utilis? la banque pour cacher le pognon et ?viter des imp?ts.

Depuis 2008, l?Irlande a mis sur la table 5,5 milliards (d?cembre 2008) pour les donner ? Allied Irish Bank, Anglo Irish Bank et Bank of Ireland, puis l?Anglo Irish Bank a ?t? nationalis?e (janvier 2009). En mars 2010, la NAMA (donc l?Etat) a sorti 16 milliards d?euros suppl?mentaires pour racheter les actifs toxiques de cinq banques en difficult? nationalis?es. Jusque l?, l?Anglo Irish Bank a d?j? co?t? 23 milliards ? l?Irlande depuis sa nationalisation, et il en faudrait encore pr?s de 7.

Or, le fric vient des quelque 4,4 millions d?Irlandais17] qui s?attachent ? ?ponger une dette nationale qui augmente ? mesure du refinancement des banques. Et, alors que le pays vient d?essuyer plus de deux ans de politiques d?aust?rit? (qui ont encore plus plomb? les comptes), que pr?conise la commission europ?enne aux politiques irlandais?? De r?former pour ??faire des ?conomies???

Le d?ficit est arriv? ? 12% du PIB mi 2010, un taux proche de celui de la Gr?ce, mais on estime qu?? cause des banques, il pourrait s??lever ? 32% du PIB pour la fin de l?ann?e. C?est ballot, quand on sait que les plans de rigueur de 2009, portant sur la somme totale de 9 milliards, ?taient cens?s ramener ledit d?ficit sous la barre des 12% en 2010. A l??poque, on avait diminu? de 5 ? 15% les salaires bruts des fonctionnaires, tout en diminuant les allocations sociales et en augmentant les taxes ou en en cr?ant, comme la taxe sur l?eau qui n?existait pas jusque l?. Les ch?meurs sont laiss?s sans de quoi vivre, les malades doivent renoncer aux soins parce que dans le priv? c?est trop cher et les assurances priv?es remboursent tr?s mal (les publiques, n?en parlons pas). Mais, l?Irlande est un paradis fiscal o? l?imp?ts sur les soci?t?s est extr?mement bas (12,5%), et o? la propri?t? intellectuelle y est si favorable qu?IBM et Microsoft y ont leur si?ge.

En Irlande, on ne compte plus les maisons neuves ? vendre, ni les chantiers en arr?t. La crise de l?immobilier est pass?e par l? apr?s quatre ou cinq ans d?euphorie sp?culative, et l?immobilier a chut? d?environ 50% depuis la crise. Les irlandais fuient en masse leur pays, et cela rappelle une sale p?riode pour l?Irlande. C?est ? tel point que les ??salons de l?expatriation ? marchent tr?s bien, l?-bas.

En tout cas, le message ??cure d?aust?rit?, devenu l?alpha et l?om?ga des politiques publiques, est tr?s bien pass?, et d?j? on s?attend ? ce que le plan d?aust?rit? soit ??deux fois plus important que pr?vu ?. Ce n?est pas 7,5 milliards d?euros qu?il va falloir ?conomiser, mais 11 ou 15.

Du coup, les ??agences de notation?? s?en donnent ? c?ur joie et d?gradent la note irlandaise sur le long terme, de AA- ? A+. Et l?Irlande emprunte aujourd?hui l?argent sur les march?s avec un taux d?int?r?t de 7%.

Bref?: voici des faillites bancaires totalement ?pong?es (et ce n?est pas fini) par les contribuables.

Aux Etats-Unis, le syst?me est en gros le m?me qu?en Irlande?: la FED renfloue les banques avec l?argent des contribuables, se transformant ainsi en une vulgaire bad bank. Avec une ??croissance?? qui devrait se limiter ? 1,5% sur l?ann?e 2010, un endettement record qui augmente plus vite que le PIB, ? environ 65% du PIB.

On sait que la plupart des Etats (en fait quasiment tous) sont en banqueroute ou presque, de m?me qu?un grand nombre de villes, comme Los Angeles (222 millions de dollars de d?ficit). Mais ?a n?inqui?te semble-t-il personne?: sur le site du bureau US de la dette publique, on peut lire ??La dette des Etats-Unis, ? l??tranger et domestique, ?tait le prix de la libert?. Les Etats-Unis doivent donc ?tre tr?s libres aujourd?hui, puisque la dette publique US atteint 94% du PIB, ? plus 13.600 milliards de dollars, dont pr?s de 9.000 milliards dont d?tenus par le public.

Question?: dans ces conditions, avec quel argent les contribuables vont-ils ?ponger les dettes des banques??

C?est l? le n?ud du probl?me, surtout qu?en ce moment, l?Europe se pr?pare ? organiser les faillites bancaires de mani?re soft (pour les banques).

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Une bien étrange équipe de tueurs relance l’affaire de Chevaline

C’est l’étonnement, pour le moins pour beaucoup, sinon la sidération et à tous points de ...