Accueil / S O C I E T É / Viol?e, humili?e? D?truite !

Viol?e, humili?e? D?truite !

Cette histoire est v?ridique. Et le calvaire qu?a subi la jeune fille, victime d?un violeur r?cidiviste, a fait l?objet d?un douloureux proc?s d?assises que j?ai suivi en juin 2004. Par respect pour la victime et sa famille, j?ai d?lib?r?ment chang? les noms des personnes impliqu?es et des lieux o? se sont d?roul?s ces ?v?nements.

L?huissier se l?ve et annonce d?une voix forte?: ??La Cour?!?? Les neuf jur? et les trois magistrats qui composent le jury* prennent place sur l?estrade. Le Pr?sident r?gle son micro. Dans quelques instants le verdict va ?tre rendu dans cette affaire o? est jug? l?auteur r?cidiviste ? il avait d?j? ?t? condamn? pour viol en r?union lorsqu?il ?tait mineur?? de nouveaux viols commis sur trois jeunes filles de la r?gion. Sont pr?sents dans le pr?toire les acteurs et les figurants du proc?s qui va s?achever au terme de trois jours d?audience?: le jury men? par l?imposant Pr?sident et ses deux assesseurs, l?accus? encadr? par une paire de gendarmes, la redoutable avocate g?n?rale, les parties civiles et leurs avocats?; dans la salle, quasiment vide pour cause de huis-clos, quatre personnes seulement?: deux journalistes localiers, une stagiaire de justice et moi-m?me, jur? de session et autoris?, ? ce titre, ? suivre les d?bats?

L?affaire d?bute deux ans plus t?t, un samedi, quelque part dans le grand Ouest. Ce jour-l?, Florence et sa cousine Delphine viennent, comme elles en ont l?habitude, vendre des roses aux terrasses des bistrots de la petite ville de X? pour gagner un peu d?argent. Florence a tout juste 18 ans, Delphine est un peu plus ?g?e. Toutes les deux sont des filles sans histoire qui vivent ? la campagne dans une commune voisine. On ne conna?t aucun petit ami ? Florence dont on apprendra lors du proc?s qu?elle ?tait vierge au moment des faits.

Florence et Delphine connaissent ces jeunes d?s?uvr?s qui tuent le temps en buvant une bi?re. Parmi eux se trouvent K?vin, Michel et V?ronique. Les cinq camarades d?cident de se rendre ? 15 km de l?, dans la station baln?aire de Z? Pas grand-chose ? faire sur place?: on s?amuse, on rit, on boit ?galement, et le temps passe. Michel, V?ronique et Delphine d?cident de retourner ? X… K?vin et Florence choisissent de rester encore un peu pour profiter de la mer et du beau temps. Tous les deux marchent en discutant. En flirtant peut-?tre. Parvenus dans un chemin de terre, Kevin se fait soudain plus empress?. Florence se d?fend. Le gar?on, rendu furieux par cette r?sistance, se met alors ? frapper la jeune fille. Puis il l?entra?ne en la tirant violemment par les cheveux un peu plus loin dans un bois, en l?obligeant ? marcher jambes nues dans les orties qui bordent le chemin. Florence est muette, terroris?e par la transformation de celui qu?elle prenait jusque l? pour un bon camarade, rien de plus. Soudain, Kevin jette la jeune fille au sol?

Sous la menace d?un hachoir

Lorsqu?elle se rel?ve apr?s le viol, Florence n?est plus que l?ombre de la jeune fille qu?elle a ?t?. En quelques minutes, l?univers insouciant o? elle achevait son adolescence tranquille s?est effondr?, tel un ch?teau de sable emport? par la vague sur la plage toute proche. Incapable de la moindre r?action, Florence est d?sormais enti?rement soumise ? la volont? de son agresseur. Tous deux remontent dans la voiture du violeur. Revenus ? X?, K?vin prend le temps de s?arr?ter pour acheter des cigarettes. Florence, rest?e dans la voiture, ne tente rien tant est profond l??tat de sid?ration dans lequel l?agression l?a plong?e. Des camarades et des passants sont pourtant l?, ? port?e de voix, qui pourraient lui venir en aide. Mais la jeune fille n?est plus qu?une coque vide. Kevin revient. La voiture repart vers le domicile du violeur. Le cauchemar peut recommencer?

La soir?e est un long calvaire pour Florence. R?duite ? l??tat d?esclave, elle n?est plus qu?un jouet sexuel entre les mains de son agresseur. K?vin la viole ? nouveau. Puis il veut lui imposer une fellation. Dans un r?flexe de d?go?t, Florence tente d?y ?chapper. Son agresseur saisit alors un hachoir de boucher et, le regard fou, le brandit sur la t?te de la jeune fille. Terroris?e, Florence s?ex?cute. Pas question d?en rester l? pour le violeur?: pour punir cette pauvre r?sistance, il pisse sur le carrelage des toilettes et oblige sa victime ? nettoyer ses souillures?

K?vin a beaucoup bu. Abruti par l?alcool, il finit par sombrer dans le sommeil. Florence, an?antie, ne dort pas. ? deux du matin, elle ?merge un peu de sa prostration. Suffisamment pour se rendre compte que le violeur dort profond?ment. Elle fouille les poches de K?vin et trouve son portable. Elle se souvient du num?ro de la police?: le 17. L?appel arrive au commissariat. Il ?mane d?une jeune fille en grande d?tresse, incapable dans sa confusion d?indiquer avec pr?cision o? elle est s?questr?e. Le policier de permanence au standard parvient ? lui faire dire son nom. Celui-ci correspond au signalement de disparition re?u quelques heures plus t?t. Aussit?t, tous les policiers disponibles sont requis pour localiser le lieu de la s?questration. Les pompiers sont appel?s en renfort. Sans succ?s?

Une audition particuli?rement ?prouvante

Soudain, une jeune fille appara?t dans une ruelle aux yeux des policiers. Pas de doute, il s?agit bien de Florence. Mue par un instinct de survie, la victime a r?ussi ? trouver la cl? de l?appartement et ? s??chapper en profitant du sommeil de son agresseur. Florence s?effondre dans les bras des policiers, manifestement dans un grave ?tat de choc. Tr?s vite prise en charge par le m?decin des pompiers, c?est en ambulance qu?elle est transport?e vers l?h?pital. Au m?me moment K?vin est interpell? ? son domicile?

Apr?s plusieurs jours d?hospitalisation, Florence rentre chez elle. Malgr? l?affection et le soutien de sa s?ur et de ses parents, rien n?est plus comme avant. Les mois passent, Florence ne rit plus, ne s?int?resse plus ? rien, ne sort plus de son domicile. Sa seule activit? consiste ? faire le m?nage. ? nettoyer, ? nettoyer encore, ? nettoyer toujours. Jusqu?? l?obsession. De temps ? autre, des bouff?es d?angoisse l?assaillent?; ses cheveux se mettent alors ? tomber par poign?es. Florence est d?truite?!…

Pr?s de deux longues ann?es se sont ?coul?es jusqu?au proc?s. Des trois victimes du violeur ? l?une a ?t? contrainte ? une fellation en pleine rue sous la menace d?un pitbull??, deux sont pr?sentes au proc?s, assises sur le banc des parties civiles. Ni Florence ni sa famille n?ont eu la force de suivre les audiences. ? la demande de la Cour, la jeune fille viendra pourtant t?moigner ? la barre, soutenue par sa s?ur. Elle est livide et sa voix presque inaudible. D?un commun accord, toutes les parties ?courtent la torture inflig?e ? Florence. Toujours soutenue par sa s?ur, la victime quitte en larmes la salle d?audience dans un silence de cath?drale?

Drap? de sa robe rouge, le Pr?sident prend la parole et ?num?re les r?ponses apport?es par le jury. Oui, l?accus? est reconnu coupable de viol dans les trois affaires pour lesquelles il ?tait poursuivi. Non, il ne b?n?ficie d?aucune circonstance att?nuante. Le verdict tombe?: 18 ans de r?clusion criminelle.

? l?ext?rieur du Palais de Justice, un chaud soleil inonde la ville. Je ne sais ni que faire, ni o? aller, sonn? par ces trois journ?es, et plus particuli?rement par le calvaire de Florence, cette jeune fille simple et joyeuse qui a ?t? saccag?e par un pervers et dont la dramatique histoire est d?finitivement entr?e dans ma vie.

Aujourd?hui encore, il arrive que la silhouette de Florence, avan?ant lentement dans le pr?toire, vienne me hanter. Je suis alors tent? d?appeler son avocat pour prendre des nouvelles de la jeune femme qu?elle est devenue. J?y renonce pourtant ? chaque fois, par crainte d?apprendre que la malheureuse, en proie ? ses tourments, ne soit toujours pas en ?tat de se reconstruire. Je serre alors les poings dans un geste de rage impuissante…

* Un jury d?assises est compos? de 3 magistrats et de 9 jur?s ??populaires?? tir?s au sort parmi les jur?s de session. 2 autres jur?s (voire 3 ou 4 pour les proc?s de longue dur?e) compl?tent le jury au titre de suppl?ants pour pallier toute d?fection en cours de proc?s. Ils sont, comme les jur?s titulaires, tenus de suivre la totalit? des audiences, mais ils ne peuvent pas prendre part la ? la d?lib?ration.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Ces chers contempteurs

Pour mieux soigner leurs aigreurs d’estomac. Les réseaux sociaux devraient être déclarés d’utilité publique tant ...