Accueil / T Y P E S / Articles / Vers une nouvelle lecture de Le Corbusier ? Ronchamp

Vers une nouvelle lecture de Le Corbusier ? Ronchamp

Cinquante ans apr?s l’inauguration de la chapelle Notre-Dame du Haut ? Ronchamp et ? l’occasion de sa demande d’inscription au Patrimoine Mondial de l’Unesco, posons que ce projet assez myst?rieux et plut?t atypique de l’architecte rec?le une strat?gie non d?voil?e par lui et qu’il nous faut retrouver.

Postulons ?galement qu’il ait sciemment voulu « oublier » ses propres th?ories : le modulor, la g?om?trie de l’architecture grecque et son nombre d’or pour parler de toute autre chose. Pour parler cette fois par m?taphore. C’est-?-dire l’architecture pens?e non plus comme plastique, mais comme images, et qui plus est, images issues du texte. Le Corbusier a-t-il voulu ici s’opposer ? lui-m?me, ? ses propos de toujours ? Le Corbusier s’est-il « oubli? » ?

Au sujet de son œuvre l’architecte nous montre une carapace de crabe ? l’origine de son id?e de la c?l?bre coque en b?ton « une coque de crabe ramass?e ? Long Island pr?s de New York en 1946 est pos?e sur la table ? dessin. “
Objet assez similaire ? la toiture du projet en effet mais ce squelette ne nous apporte rien. Quel est le rapport entre un crabe et une ?glise ? ce chemin est ? notre avis une impasse, un pi?ge pos? par l’architecte lui-m?me.

Il s’exprime aussi sur le paysage et de sa relation avec la chapelle mais ce texte-l? aussi a l’air d’avoir ?t? mont? « apr?s coup » pour la communication du projet.

Enfin il parle aussi d’« acoustique visuel » et nous pr?f?rons ruminer de ce cot?-la. Des premi?res esquisses de plan montrent en effet un vague rapport du plan de la chapelle avec la coupe d’une oreille.

Plan_1

 

 

 

 

 

 

 

 

Si le plan est la coupe d’une oreille, la coque est donc l’oreille externe elle-m?me (le pavillon) tourn?e vers le ciel et l’ensemble de la chapelle est donc construite comme une ANTENNE PARABOLE.

Paraboles

 

 

 

 

Une parabole mais pour ?couter quoi ? le ciel ? Dieu plut?t puisque c’est une ?glise. Le Corbusier a donc pu imaginer cette image amusante et parfaitement solide du point de vu s?mantique : Une foule de fid?les se presse dans la chapelle en forme d’immense oreille pour amplifier et recevoir la voix de Dieu. Image belle et puissante, et parfaitement neuve.

Poursuivons notre recherche : Sur la fa?ade principale, un d?tail nous intrigue : La coque s’effile en pointe avec une myst?rieuse pliure indigne d’un puriste tel que l’?tait le ma?tre :

Fa_entre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce surprenant soul?vement de la pointe est-il un effet plastique ? seul but esth?tique, en un mot d?coratif ?
Difficile de le dire : en absence de r?ponse ? cette ?nigme, poursuivons notre promenade autour de l’?difice.

03

04

 

 

 

 

05

 

 

 

 

 

 

La coque sur la deuxi?me fa?ade ?voque un bateau et son ?trave, ce qui est logique, du point de vue du sens, puisque la communaut? de l’?glise s’est toujours voulu ?tre un navire conduit par le christ ( donner un exemple). La m?taphore est ici absolument rebattue dans son fond, mais rigoureusement innovante dans son traitement plastique, dans sa forme architecturale.

Sur la derni?re fa?ade (ouest), les « coupoles » ?mergeant de la coque ?voquent suffisamment les 3 grands personnages de la trinit? pour que nous n’ayons besoin d’insister :

06_1

 

 

 

 

 

 

 

 

Etendant leur bras et prot?geant ainsi de leurs ailes les fid?les, ils peuvent ?tre l’image du verset »? l’ombre de tes ailes seigneur, je n’ai plus peur de la nuit » (Nous citons de m?moire. Merci de r?tablir la phrase exacte)

07_1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur cette fa?ade, un d?tail nous attire : la gargouille.

Gargouille

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle ?voque avec insistance quelque chose, ou plut?t plusieurs images connues : entre autres, un naseau, un long nez, un papier pli?, mais aussi une lettre de l’alphabet. Une sorte de w ou bien plus certainement un OMEGA : un verset ultra-connu nous vient alors imm?diatement ? l’esprit : « je suis l’alpha et l’Omega »

Pourquoi Omega ?
Si Le Corbusier a bien ?crit ici un Omega sur la derni?re fa?ade, il doit donc y avoir alpha sur la premi?re. Notre jeu de piste serait donc corrobor?, prouv?e par ce d?tail. Revenons ? la fa?ade principale de l’entr?e.

Sur cette fa?ade, aucun alpha visible. Toute cette « promenade mentale », cette vision d’images n’est-elle alors qu’?lucubration intellectuelle ? L’architecte a-t-il bien voulu raconter toutes ces images tir?es du texte ou n’est-ce que fantasme de notre part ?

Abandonnant l’image visuelle, nous nous tournons alors vers les profondeurs du texte, nous apprenons, d’apr?s Marc-Alain Ouaknin , in « myst?re de l’alphabet »Editions Assouline, que la lettre alpha vient de l’?gyptien aleph « le taureau ». un taureau. 

Aleph_ouaknin

 

 

 

 

La coque de l’entr?e est donc une corne de taureau. La cassure n’est donc nullement un effet plastique, cr?? arbitrairement pour sa beaut?, mais une forme indispensable au sens, au propos.

Fa_principale_08

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette corne donne ? la chapelle, pourtant petite, cet effet de puissance musculeuse presque pr?historique, remarqu?s par les commentateurs, mais qui n’en ont pas compris la cause.

09

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour terminer cette analyse qui n’aborde pas les d?tails mais que chacun pourra poursuivre facilement lui-m?me, il nous reste ? remarquer que la lettre OMEGA signifie, toujours chez Marc-Alain Ouaknin, le « grand O ». « Le O est l’initiale du mot h?bra?que ayin. Le ayin c’est la « source » : Le point de passage de l’eau souterraine ? l’eau qui coule ? la lumi?re du jour ( p7) » Cette lettre se trouve ainsi bien plac?e ? Ronchamp comme gargouille r?ceptrice et dispensatrice de l’eau du ciel.

Toutes ces images rigoureusement suivies ne peuvent ?tre l’effet du hasard. Elle ont ?t? magnifiquement agenc?e par l’architecte et c’est pourquoi la chapelle de Ronchamp n’est donc nullement moderne, au sens de Le Corbusier lui-m?me, c’est-? dire faite de volumes sous la lumi?re, mais ?minemment symboliste, ou, si l’on veut, presque ?gyptienne.

Ainsi les termes « d’espace indicible », propos si joliment trouv?s par l’architecte et repris ensuite jusqu’? plus soif par tant d’architectes du monde entier, ne co?ncident peut-?tre pas tant que cela, ? la lumi?re de cette analyse, avec l’?difice construit.

Le plus inqui?tant dans notre d?monstration est que, ni ? la Chapelle de Ronchamp, ni ? l’?glise de Firminy, Le Corbusier n’ait jamais parl? de toute ces images. Tout au plus les a-t-il seulement esquiss?, quand il mentionne "l’acoustique visuelle" de Ronchamp ou la "constellation" de Firminy. M?me dans son propre livre consacr? ? la chapelle de Ronchamp, il n’en dit pas un mot ! Nous serions-nous tromp? ?

Non, car nous avons un t?moignage et un seul ? notre connaissance, celui de son ami Jean-Jacques Duval qui a relev? sans la comprendre cette phrase de LC sur Ronchamp  : "Je m’attends un de ces jours ? une frott?e du Vatican, car il y a l?-dessus une remont?e dans le temps (c’est nous qui soulignons) vers l’homme et vers le divin, qui a permis de prononcer une parole architecturale."

? la lumi?re de nos explications, cette phrase myst?rieuse ne l’est plus : Cette "remont?e dans le temps" n’est-ce pas ces r?f?rences ?gyptiennes qui nous conduisent, bien avant le catholicisme, ? cette religion payenne, polyth?iste et merveilleuse de l’Egypte Ancienne ? H?las, la "frott?e du Vatican" n’est jamais venue. Personne du vivant de Le Corbusier, et pas m?me l’?glise, n’a d?chiffr? ces signes et l’architecte est mort seul, vraiment seul. Comme on voudrait pouvoir le rencontrer maintenant pour lui en parler ! Comme le g?nie dans sa solitude est ? plaindre vraiment ! Et nous avec lui.

Sans doute manque-t-il beaucoup de choses ? notre trop courte ?tude, qu’il faudrait approfondir sur place en retournant soi-m?me voir la chapelle. Le Corbusier nous y invite d’ailleurs puisque il ajoute encore ? Ronchamp devant le grand autel de pierre autour duquel ont ?t? creus?s plusieurs ?tages de niches destin?es ? recevoir des objets du culte :
"C’est incroyable ce que cela se rapproche des rites pa?ens, ces pierres consacr?es, ces reliques, ces objets que l’on adore. C’est de la substance humaine."

Nous devons nous d?brouiller par nous m?me. Il serait int?ressant d’?tudier ?galement sa peinture pour voir s’il y recherchait les m?mes effets. Cela permettrait de la r?habiliter. Pourquoi Le Corbusier n’a-t-il jamais parl? du sens profond de son oeuvre ? Voil? ce qu’il n’est pas facile de comprendre. Mais enfin un magicien d?voile-t-il ses trucs ? Peut-?tre n’aurions-nous pas d?t nous-m?me en parler : Mais il nous a sembl? qu’en vous d?voilant ces tr?sors, nous retardions quelques temps leur in?luctable disparition.

Construire ? la fois la "Cit? radieuse" de Marseille et ensuite la chapelle de Ronchamp est donc bien la marque du g?nie qui peut ? la fois cr?er des b?timents d’une ?poque, l’?poque moderne, et ensuite en r?aliser d’autres d’une pens?e toute diff?rente, impr?visible, comme la vie.

Cette ?tude montre maintenant clairement l’erreur des architectes qui pensent "poursuivre Le Corbusier" en multipliant les fen?tres en bandeau, les pilotis, les mat?riaux bruts ou les effets plastiques. Ils n’ont rien compris au fond dont nous venons de parler, et ne nous donnent en r?alit? qu’une p?le copie qui ne nous fait que regretter plus encore la disparition du maitre. Ils ont tout repris de lui mais n’ont fait que l’?tudier, quand il fallait le ressentir. Dans leur travail, il n’y a que de l’observation et non de l’impression, il n’y a donc rien. Comme apr?s avoir ?couter une interpr?tation nouvelle d’une chanson de Jacques Brel ou d’Edith Piaf, nous n’avons en regardant leur travail, qu’une envie folle de revoir l’original, l’oeuvre de Le Corbusier.

Un article sur l’architecte Le Corbusier publi? dans la revue d’architecture en ligne CYBERARCHI.com.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Salieri a-t-il assassiné Mozart ?

Soupçonné d’être le responsable de la mort de Mozart, Salieri n’en finit plus de subir ...