Accueil / A C T U A L I T É / Venezuela, Ukraine, Syrie, trois peuples diff?rents, un ennemi commun

Venezuela, Ukraine, Syrie, trois peuples diff?rents, un ennemi commun

Rep?blica bolivariana de Venezuela en la mira del fascismo | Nelsonlombana’s Blog

Pour la photo montage ou pas montage ? En tout cas,

l’appartenance de Capriles et sa famille et de Lopez au au mouvemen fasciste nazi

Tradicion famila et propriedad est officielle

 

Il est ?vident que les informations au sujet de la situation au Venezuela aujourd?hui comportent tellement d?inconnues et demande des avanc?es rapides dans des recherches d?une port?e internationale que donner un dessein clair de l?ensemble des tenants et aboutissants est un d?fi. Un d?fi que les enjeux transforme en puissant moteur, mais aussi en source de tension, parce qu?on le veuille ou non, au Venezuela, en Ukraine et en Syrie se joue le sort du monde.

Si ces trois pays sont du point de vue de leur situation interne compl?tement diff?rent, ils ont en commun de faire face ? un m?me ennemi qui par des m?thodes ? malheureusement ? de plus en plus ?prouv?es, tentent d?en renverser le pouvoir en place et non pas tant directement pour les ressources naturelles de ces 3 pays, que par leur position (politique et territoriale) dans un ?chiquier g?ostrat?gique, dans un agenda qui passe par l??limination des pouvoirs en place.

Je n?ai pas de position concernant ni le gouvernement de Syrie, ni celui d?Ukraine, je ne les d?fends ni ne les conteste, mais je sais 2 choses?: un) que quoi que nous en pensions en fonction de nos mythes concernant ce que dois ?tre une d?mocratie ? mythes que nous serions bien en peine de reconna?tre dans la r?alit? des gouvernements d?Occident ? ces gouvernements sont pour la Syrie et ?tait pour l?Ukraine, les gouvernements l?gitimes de ces pays, et que les respecter ?tait la garantie du respect d?un ordre international, incarn? par l?ONU, fond?e dans le but d??viter que les conflits dans le monde ne se r?solvent par les armes.

Deux) que les pr?c?dents des interventions ??humanitaires?? nous ont donn? suffisamment de preuves qu?elles n?amenaient pas plus de d?mocratie dans le monde et certainement pas dans les pays qui en sont victimes. Au contraire partout o? elles ont s?vit, c?est pour un pire apr?s des massacres des habitants et des destructions massives d?infrastructures.

Et donc, je me suis oppos?e ? l?intervention en Syrie, non en d?fense del Assad, mais en tant que ressortissante d?un pays alli? des agresseurs, qui estime que nous avons des probl?me urgents ? r?gler chez nous pour retrouver une situation toujours plus menac?e d?une d?mocratie effective, et r?soudre les probl?mes de mis?re grandissante, et cette catastrophe d?une jeunesse dont la partie la plus pauvre n?a plus depuis un certain temps acc?s ? une ?ducation digne de ce nom, hypoth?quant l?avenir du pays. Un pays dans lequel les budgets pr?vus avant pour la pr?vention, entre autres, de ces fl?aux que sont la d?linquance et la toxicomanie, sont r?affect?s ? la r?pression, ne faisant qu?exacerber le probl?me et barrant l?horizon d?une jeunesse paum?e et pourtant si riche de potentiels, mais qui ne trouvent pas leur place dans le monde qu?on nous impose ? pr?sent. De m?me, les solutions aux probl?mes de la paix dans le monde ne se r?soudrons pas gr?ce aux ?normes budgets affect?s ? la militarisation du monde dont tous ceux qui se sont int?ress?s aux programmes du Pentagone savent bien qu?ils n?ont pas pour but la Paix, mais bien la GUERRE, toujours plus de guerre, une multiplicit? de foyers, toujours plus de foyers qui correspondraient ? terme ? un ?tat de guerre totale.

Jamais la fin n?a justifi? les moyens, parce que toujours les moyens d?terminent la fin qu?ils constituent. Autrement dit on ne parvient pas ? la paix par des actes de guerre, mais bien par des actions de paix qui conduisent vers un bien-?tre, un bien vivre, un respect qui a pour condition premi?re une red?finition de la notion de Richesse? qu?est-ce qui et plus important, que quelques rares b?n?ficient des derni?res technologies dont rien ne prouvent qu?elles sont un bienfait en soi, ou que nous vivions sur la terre en bonne convivialit?, ayant des m?tiers qui ont du sens et le plaisir de faire la f?te ensemble apr?s que le travail ait port? ses fruits?? Quand les instruments des copains prennent la place des ?couteurs qui nous laissent seuls avec une musique diff?r?e et des musiciens absents et inaccessibles??

J?ai rencontr? beaucoup de gens dans ma vie, venus de tous les coins du monde, t?moins d?une multiplicit? de r?alit?s, et j?ai acquis l?intime conviction que la Terre est habit?e par une majorit? de personnes qui souhaitent vivre en paix et en bonne convivialit? avec l?ensemble de leurs voisins plan?taires et qui appr?cient les richesses qualitatives de la bonne convivialit?, d?un travail qui a du sens, et si une certaine simplicit? en est le prix, ce n?est pas cher pay?.

A cela on peut m?me ajouter qu?un mode de vie confortable pour tous serait possible gr?ce ? un changement de nos modes de production et de gestion, un r??quilibrage de l?habitat rural productif et de l?habitat urbain consommateur, mais et surtout, avant tout, par-dessus tout, la mise d?un terme d?finitif aux co?ts du capital qui ont atteint des proportions tout simplement meurtri?res pour la majorit? des habitants de la terre. Soyons r?alistes, et redevenons rationnels?: qu?elles sont les ressources, combien sommes nous, quels sont nos besoins ? satisfaire en priorit?, et les autres, comment produire, quelle compl?mentarit? pouvons-nous ?tablir pour rendre la fluidit? confisqu?e par la concurrence au progr?s r?el du bien-?tre collectif?? Autant de questions qui ont toute pour r?ponses?: il faut d?abord commenc? par nous d?barrasser du ruineux capital ? dont la participation concr?te ? la production de bien-?tre collectif et de bien commun, n?gative, transforme en v?ritable parasite- ?qui ponctionne sans limites les biens des peuples, ceux des travailleurs, de moins en moins nombreux, alors qu?il jette en p?ture ? la vindicte du public, ceux que le syst?me qu?il met en place condamne ? l?inaction dans un monde o? les espaces de libert? ne cessent de se r?duire comme peau de chagrin. Et que si on juge de notre avenir ? l?image des Etats-Unis, nous y trouvons 1% de la population en prison, de prisons dont une partie sont des entreprises productives aux mains d?int?r?ts priv?s utilisant une main d??uvre au rabais en plus de b?n?ficier de subsides de la collectivit? pour assumer ce r?le de garde chiourme du peuple. Un mod?le qui fait son chemin en Espagne et pourrait bien gagner du terrain, aussi chez nous dans un proche avenir?.

Cette mani?re de voir, ce projet, de compl?mentarit?, conviviale et confortable, cr?atif, ?c?est au Venezuela que j?en ai trouv? la r?alisation la plus avanc?e ? l??chelle d?une nation, mais qui r?unit aussi autour d?elle les forces vives d?un continent o? une majorit? de personnes sont acquises ? des projets communaux de d?mocratie participative et le prouvent ? travers les multiples communes, les innombrables luttes populaires, la multiplicit? des plate-forme collectives polymorphes, ? diff?rentes ?chelles qui unissent ses mouvements dans des pratiques communes du local au r?gional (continent sud).

La plus grande de ses plates-formes, la plus vaste qui unit ? la fois des gouvernements, des associations de pays et d?infimes communes du fin fond du P?rou, ou de la Colombie, des associations de d?fenses indig?nes, ou celle des ?tudiants du Chili, les m?res de la Place de Mai, et les association du Front Dario Santillan qui regroupe un courant d?association de gauche d?Argentine,? une immense liste d?Association et de personnes telle que m?me dans cette Am?rique Latine, o? les courants de gauche travaillent beaucoup ensemble sur diff?rents th?mes et projets? communs, on en avait jamais vu d?aussi grande et aussi unanime, pour dire?: Il faut que cesse imm?diatement l?ing?rence qui provoque une d?stabilisation du Venezuela par l?action conjugu?e de l?oligarchie fasciste ?et d?int?r?ts ??ext?rieurs?? qui ont invent?e, fabriqu?, et l?ch? sur le terrain, ? coup de millions de dollars, de stages de formations, de lent travail de sape ? l?int?rieur des universit?s, une fiction de courant rebelle qui toucherait plus qu?une infime minorit?..

Le r?sultat sur ce pays de 28 millions d?habitants, 50 milles jeunes d?cha?n?s, qui entendent imposer leur loi de gosses inciviques ? l?ensemble du pays, sous la direction de trois leaders, plus ?g?s issus des familles les plus riches du pays et que la r?volution bolivarienne a d?poss?d? du r?le qui ? leurs yeux devaient leur ?choir, celui d??tre pour leur g?n?ration les ma?tres du pays.

Ils sont les h?ritiers de ceux qui dirigeaient le pays, avant l?arriv?e de Chavez, et l?enjeu de leur combat est de r?cup?rer l?ensemble des privil?ges perdus par leurs parents dont celui de diriger le pays sans avoir ? se soucier du bien ?tre du peuple.

Quand le maire de Caracas, et un des plus gros entrepreneurs du pays, Ledezma s?est assis ? la table des n?gociations ?conomiques, r?unie ? l?appel du gouvernement, comme un spectre de temps tr?s durs un nom ? refait surface PERRARINA. Perrarina ? sous marque de Nestl? – est le nom d?un aliment pour chien dont les ventes ont connus une croissance exponentielle au d?but des ann?es 90 au Venezuela. Quand une enqu?te de march? pour am?liorer encore ce chiffre a ?t? men?e, on s?est aper?u que cette croissance fulgurante des ventes ?tait due au fait que la perrarina ?tait devenue nourriture de base pour beaucoup de ces 50% de tr?s pauvres qui constituaient la population du Venezuela, alors sous la direction de gens comme Ledezma. Pas de commentaire.

Si donc les situations des peuples de Syrie, d?Ukraine et du Venezuela ne sont en rien comparables avant ing?rence d?stabilisatrice des m?me sous diff?rents drapeaux, soutenant diff?rentes factions susceptibles de cr?er la tension soutenues gr?ce ? des manipulations m?diatiques ? pr?sent bien au point permettant de rendre la communaut? internationale favorable ? une intervention ??humanitaire?? ou un soutien financier, mat?riel, logistique au rebelles, principalement des USA et de l?UE et de leur bras arm? l?OTAN et ses douteuses Op?rations Sp?ciales, le point commun est bien cette ing?rence venue d?une m?me origine.

Et le plus terrible de tout cela, c?est de voir que clairement dans ces deux derni?res interventions, Ukraine et Venezuela les meneurs de la r?bellion sont des nazis (les liens entre nazis ukrainiens et terroristes islamistes sont aussi une r?alit? concr?te ? rendre visible) qui s?assument et se revendiquent comme tels. Mettre en ordre toutes les donn?es que j?ai rassembl? concernant le mouvement nazi international, sa croissance constante, sont ?tendue sur de plus vastes territoires, son insertion grandissante dans des gouvernements en Europe, ce r?le d?assistance aux forces de r?pressions nationales, qu?il joue de plus en plus souvent, pratiquant des op?rations de nettoyage tombant sous le coup de la loi, le r?le jou? par?Feudail, ?Fundaci?n del Internacionalismo Democr?tico ?lvaro Uribe V?lez?? qui cr?e une internationale fasciste ? dominante nazie, dont Uribe est un des dirigeants, mais pas le seul, avec l?aide active et la b?n?diction de Washington, et qui renforce les liens de cette jeunesse en organisant dans le monde des camps d?entra?nements ou des concerts dans lequel ces liens internationaux se renforcent et se structurent.

Si le r?le que joue Washington dans le d?veloppement d?un mouvement nazi international, appara?t nettement plus clairement, ? des gens ? qui n?y auraient m?me jamais pens? ? avec les ???v?nements d?Ukraine, ce lien n?est ni le fruit du hasard, ni une alliance ?ph?m?re, il est la manifestation des pr?misses d?un capitalisme global qui vient. L?Am?rique Latine r?volutionnaire, ?est bien document?e ? ce sujet, les ?tudes approfondies qui remontent les liens de cette internationale fasciste jusqu?? Washington, (?), elle est le terrain fertile d?une production de cr?ation d?intelligence collective par la mise en commun des fruits des recherches des plus petits collectif, des journalistes d?investigations ou des t?nors des Universit?s, cette compl?mentarit? en acte dont je parlais ci-dessus comme composante essentielle de cette proposition de monde qu?incarne la r?volution bolivarienne bien au-del? des fronti?res du Venezuela. C?est en prenant connaissance du fruit de ces recherches, ce bien commun d?intelligence amplement partag?, que m?a saut? aux yeux (et ? la gorge) ce lien direct, imm?diat, op?rationnel qui lie sans ?quivoque Washington ? la mont?e du fascisme mondial, ? la renaissance du nazisme qui chaque jour produit surtout parmi la jeunesse de nouveaux adeptes d?Hitler.

Il m?a fallu pas mal? de recherches pour confirmer ce qui a premi?re vue semble incroyable, et il aura fallu cette pr?sence nazie av?r?e et revendiqu?e dans le coup d??tat d?Ukraine pour que tout se mette en place, pour que je comprenne aussi le sens de cette petite remarque d?un journaliste Tch?que, un pays o? le nazisme monte en fl?che, et assassine sous les yeux complaisants ou pudiquement d?tourn? de la police, des rroms, dans les pr?misses d?un nouveau nettoyage ethnique?:??Ceux qui sont dangereux ne sont pas ceux qui apparaissent au grand jour, ceux l? ? qui ressemblent ? nos jeunes rebelles v?n?zu?liens, nos ??petits requins?? comme ils s?appellent ? peuvent mettre du d?sordre, commettre des d?lits ? petite ?chelles, ceux qui sont vraiment dangereux, ce sont les autres, ceux qui se professionnalisent?? (entendre par ce terme ceux qui participent ? une organisation politique centralis?e et forment une arm?e entra?n?e, les gros requins dont quelques vieux coriaces).

Alors oui, en dehors de tout ce qui fait du Venezuela Bolivarien, une exp?rience unique, dont les avanc?es se heurtent depuis le d?but aux freins de la d?stabilisation, le fait que les agresseurs soit des fascistes et nazis revendiqu?s, r?unis internationalement dans Feudails et nationalement dans les partis nazis, Tradicion, familia y propriedad? (et Orden son organisation d??tudiants) auquel appartiennent la famille de Capriles et lui-m?me, L?pez, ? et Machado je ne sais pas ?, le fait que les jeunes de JAVU qui ont ?t? form?s par CANVA, qui organise mondialement les r?volutions de couleurs appartiennent eux aussi dans leur immense majorit? ? ces organisations fascistes et nazies, placent les enjeux de la r?sistance du Venezuela dans un contexte et un cadre qui d?passe amplement la seule r?volution bolivarienne et le seul Venezuela

Rappelons que si l?Europe a r?ussi, une premi?re fois, ?? sortir du nazisme dans lequel elle a ?t? majoritairement plong?e pendant la seconde guerre mondiale, c?est que des gens de tendances politiques souvent tr?s diff?rentes ont fait front ensemble pour le mettre en ?chec, et parce? qu?alors que la guerre n?avait ?t? rendue possible que par l?aide apport?e ? Hitler, Franco et Mussolini par des Corporations ?tasuniennes, les USA ont finalement d?cid? d?envoyer leur arm?e au secours des alli?s.

L?exp?rience du Venezuela nous apprend aussi que m?me un pays dans lequel plus de 70% de la population d?une grande conscience politique, soutient le gouvernement en cas de crise, ce gouvernement peut se trouver ?en risque d??tre renvers? par la coalition de fascistes locaux et internationaux. Des ??rebelles?? qui par l?interm?diaire de Washington b?n?ficient fonds, formations, conseillers et mat?riel, terroristes, mercenaires et autres paramilitaire de profession, pouvoir m?diatique, des moyens disproportionn?s pour le petit courant politique qu?il repr?sentent en r?alit? ? l??chelle du pays. Face ? une arm?e de fascistes entra?n?s ne faisant pas de quartier, la r?sistance d?une population pacifique s?installe dans la dur?e, assumant la douleur des pertes in?vitables?

La question, pour nous, aujourd?hui, des forces significatives vont-elles s??lever en Europe pour soutenir le Venezuela l?gitime avant qu?il soit trop tard?? Venezuela aujourd?hui et qui demain??

 

Anne Wolff?

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le commerce préhistorique (3)

L’irrévérence des hommes envers les « Autorités ». Selon les textes sumériens, la destruction d’Akkad fait suite ...