Accueil / A C T U A L I T É / Vacances radioactives dans le parc du Mercantour

Vacances radioactives dans le parc du Mercantour

La CRIIRAD voudrait ruiner le tourisme dans le Parc national du Mercantour, qu’elle ne s’y prendrait pas autrement. Pourtant rien ne vaut un bon bol d’air pur des Alpes pour chasser toutes les particules fines de nos poumons avant de se retrouver au travail à la rentrée, bronzés et purifiés. Et tant pis si la « Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité », encore de vilains complotistes, prévient que « bivouaquer deux heures sur certaines zones induit toujours une exposition non négligeable ». Allez, vous prendrez bien une petite dose de césium 137 pour la route. Mais que fait donc Marisol Touraine cet été ?

porc-radioactif

Archive Le Post

Mais voyez-vous, les Français sont naturellement frondeurs, et même si les autorités intervenaient pour baliser certains secteurs sensibles situés entre 2440 et 2540 mètres d’altitude, comme le col de la Bonette-Restefond, à la limite des Alpes-de-Haute-Provence et des Alpes-Maritimes. Vous leur mettez une paire de chaussure de marche aux pieds et ils iraient en randonnée en pleine zone contaminée. C’est ça l’esprit gaulois !

Mais les Français ont des excuses, ça fait quand même 29 ans que le ciel leur est tombé sur la tête. En fait c’était plutôt le nuage radioactif de Tchernobyl qui paraît-il, était resté coincé entre deux sommets alpins sans pouvoir passer la frontière. Alors depuis la catastrophe le brave peuple de France ne croit plus rien n’y personne. Franchement, vous y croyez vous, à l’existence du sanglier radioactif lumineux, quelle foutaise. On nous prend vraiment pour des nais.

Au fait, vous vous souvenez du nom du Président de la République française et de son premier ministre le 26 avril 1986 lorsque le réacteur numéro 4 de la centrale Lénine explosa. C’était l’époque du fameux tandem Mitterrand-Chirac, et personne ne sait encore aujourd’hui qui des deux était le plus menteur. Mais peut-être vous rappelez-vous qui était le présentateur du journal de 13 heures qui le premier Mai reprenait « les termes du télex du professeur Pellerin : « Ce matin, le SCPRI a annoncé une légère hausse de la radioactivité de l’air, non significative pour la santé publique, dans le Sud-Est de la France et plus spécialement au-dessus de Monaco. »

C’était Noël Mamère ! Mais en ce temps là, sans doute n’en savait-il pas plus sur la réalité de la situation que l’ensemble de la population française.

Mais revenons à nos bouquetins des Alpes, car la situation est au minimum préoccupante selon la CRIIRAD qui observe que –

« À 1 mètre du sol, sur des centaines de mètres carrés, le niveau de radiation est toujours plus de 2 fois supérieur à la normale. Ces forts niveaux de rayonnement sont dus à la contamination résiduelle des sols par le césium 137 imputable principalement
aux retombées de la catastrophe de Tchernobyl. Les rejets radioactifs massifs provenant du réacteur accidenté ont entraîné des dépôts radioactifs particulièrement intenses dans le sud-est de la France et en particulier en montagne.
En outre , en fonction de la topographie, des conditions climatiques, de la nature du couvert végétal et de la typologie des sols, le métal radioactif qui s’est déposé sur de vastes étendues a pu être redistribué et induire de très fortes accumulations. Les niveaux de radiation au contact du sol dépassent toujours, sur les zones d’accumulation, des valeurs plusieurs dizaines de fois voire plus de 100 fois supérieures au niveau naturel. »

« Des échantillons de sol prélevés sur ces zones d’accumulation ont été ramenés au laboratoire de la CRIIRAD en caisson plombé. Leur radioactivité dépasse 100 000 Bq/kg en césium 137 . Ils doivent être considérés comme des déchets radioactifs et devront être confiés à l’ANDRA (Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs). Au début du siècle dernier, la radioactivité des sols était de 0 Bq/kg pour le césium 137. »

Quand à notre ministre de la Santé, elle passera ses vacances en Bourgogne, car la santé ça n’a pas de prix.

Commentaires

commentaires

A propos de gruni 57

avatar
J'ai une fâcheuse tendance à l'ambiguïté. Ce n'est pas ma faute je suis tombé dans le deuxième degré quand j'étais petit. Depuis, pour me soigner, j'ai tenté une cure prolongée sur Agoravox. Le résultat a été désastreux, c'est encore pire qu'avant. Alors ne me prenez surtout pas au sérieux, mon cas déjà désespéré pourrait s'aggraver avec une grosse tête.

Check Also

Cachez ces pauvres que je ne saurais voir

Après s’en être moqué sans vergogne, comme d’autres candidats, lors de la présidentielle, Macron opterait ...

3 Commentaire

  1. avatar

    Personne ne maîtrise cette technologie, mais plusieurs se sont tout de même permis de jouer aux experts. Quand on entend tous les arguments dont l’ultime est le besoin de l’énergie ainsi produite (peu importe les risques?), on se dit que si personne n’avait joué à l’expert alors qu’il ne contrôlait rien, les sociétés auraient été développées comme il était raisonnablement possible qu’elles le soient.

    Je ne doute même pas que c’eut été un bien meilleur scénario à bien des égards.

    Il y a un silence malsain autour du nucléaire. Personne ne veut s’y frotter. Un article paru cette semaine ici mentionne que la Commission européenne veut reconduire les niveaux maximaux admissibles de contamination radioactive adoptés en 1987 sous la pression du lobby nucléaire.

    http://centpapiers.com/protegeons-notre-sante-en-cas-d%E2%80%99accident-nucleaire/

    • avatar

      Bonjour elyan

      Il est très difficile d’évaluer la situation sanitaire de la France en cas de catastrophe nucléaire. Moi qui habite assez près d’une centrale, je n’ose même pas l’imaginer. C’est vrai qu’on ne peut pas vivre constamment dans l’angoisse du jour où ça pourrait faire boum, mais vivre dans l’insouciance n’est pas une solution non plus.

      Très bonne semaine elyan

  2. avatar

    Fukushima a scellé le sort de la seule centrale nucléaire en fonction au Québec. Sous la pression populaire et en période d’élections, le gouvernement à dû abandonner un projet de réfection controversé (projet qui était déjà en marche, bien que le gouvernement se gardait de le divulguer, se contentant de répéter que des études d’experts étaient en cours, que leurs rapports seraient analysés, que le tout serait soumis aux autorités d’évaluation concernées avant qu’une décision soit prise, alors que dans les faits la réfection était déjà en marche). Cette année d’ailleurs on a revendu en douce des pièces de réacteurs qui avaient déjà été achetées, malgré l’absence de consensus et d’autorisation à procéder à la réfection à l’époque.

    On voit donc que l’opinion publique n’a jamais comptée, malgré les discours de respect qu’on lui sert. Qui plus est, les études semblent avoir été bâclées et les autorisations escamotées. On a plutôt tout fait pour que la population nage dans l’insouciance et la confiance afin qu’elle ne fasse pas obstruction au projet et le mieux était de mettre la population devant un fait accompli.

    On peut donc dire qu’on ne doit pas cette fermeture à la raison mais bien à un concours de circonstances. Personne n’allait vouloir porter le chapeau. N’eut été de l’ensemble de ces circonstances (surtout élections et Fukushima mais aussi obligation de décider du sort de la centrale qui avait atteint ses limites) arrivées à un moment propice, on avait même prévu construire des endroits pour stocker les déchets nucléaires (même ceux en provenance d’ailleurs et par ailleurs on peut penser facilement aux USA) sur les terrains même de cette centrale, terrains dont le sous-sol a été donné pour exploitation il y a quelques années à une entreprise gazière (gaz de schiste), laquelle ne l’exploite pas depuis car un moratoire a été décrété sur l’ensemble du Québec. Les projets que le gouvernement avait déjà pré-approuvés (sans autorisation) étaient plus qu’alarmants. Quel demeuré irait penser autoriser des forages de gaz de schiste sur les terrains d’une centrale nucléaire servant en plus de stockage de déchets nucléaires? C’est pourtant ce qui était prévu.

    http://exruefrontenac.com/nouvelles-generales/environnement/36180-schiste-et-nucleaire

    Il faut donc se méfier des discours, car le nucléaire, comme quelques secteurs d’ailleurs, a tendance à inciter les dirigeants à mentir. La vigilance de la population est donc de mise en effet.

    A bientôt et une belle semaine à vous aussi