Accueil / A C T U A L I T É / USA: Une Amérique divisée

USA: Une Amérique divisée

Alors que tous prévoyaient l’élection d’Hillary Clinton, à 23h30, heure de New-York, Donald Trump menait avec 228 grands électeurs contre 210 pour Hillary Clinton.  Le vote des états avoisinant les Grands Lacs pourrait trancher.

Les bourses ont déjà réagi à la possible élection de Donald Trump par une chute marquée des marchés et des indices de projection.

La stupeur est générale.  L’incertitude est palpable.  Le site d’Immigration Canada est devenu inaccessible en soirée, possiblement à cause d’une trop grande affluence.

 

usa-3-cp

Les USA sont sous le choc.  Pour les autres pays, cette élection montre l’importance de répondre adéquatement aux attentes des populations trop souvent impuissantes face au(x) pouvoir(s) qui les dirigent et les affectent.  C’est la première leçon à retenir ici.

Il y a du boulot !

Commentaires

commentaires

A propos de CP

avatar
Média citoyen

Check Also

La Cour des comptes et la symphonie inachevée

    Un président de section de la Cour des comptes reçoit en cadeau un ...

4 Commentaire

  1. avatar

    Il faut comprendre que ce n’est pas la course électorale Trump/Clinton qui a divisé les USA; le pays est divisé depuis la guerre du Vietnam. Ce qui a changé est que la partie de la population, qui subissait sans pouvoir s’exprimer, a découvert la possibilité de « foutre en l’air » tout le système politique en place qui les opprimait. Trump à toujours été une figure médiatique très connue au USA depuis des décennies. On lui a demandé souvent, durant ces trente dernières années, de se lancer en politique. Il n’a jamais accepté; mais il a toujours publiquement souhaité qu’un homme d’exception se lève pour changer le statu quo détenu par le pouvoir sur la nation. Ne voyant pas cet homme se présenter, il a décidé, à la fin de sa vie, de prendre la charge. Ayant constaté l’importance du nombre d’Américains non satisfaits dans le pays. il n’a eu qu’à se mettre à « chialer » à plein poumon pour gagner ses élections. Mais on doit se rappeler que, durant toute sa vie « médiatisée, il n’a jamais présenter ce genre de « figure » aussi drastique et accusatrice. Il marquait souvent son désaccord avec la situation, mais il le faisait de façon plus « civilisée ». Sa position actuelle est ni pro-républicaine, ni pro-démocrate; elle est pro-Trump. Il pourrait en sortir quelque chose d’assez étonnant pour les Américains. En tous cas, ce sera différent de ce que les Américains savaient devoir recevoir de Clinton. Une chose est certaine. s’il s’entend bien avec les Russes, tout l’occident échappe à une situation qui s’envenimait très dangereusement. Les manifestations actuelles au USA sont « démocratiques » mais ce sont des manifestations contre des « idées préconçues » et non des décisions factuelles. Comme d’habitude, c’est le résultat de la « peur d’avoir peur ». Il n’y avait aucune raison pour que l’économie américaine ne soit pas satisfaisante pour sa population; après la 2e grande guerre, les gouvernements avaient besoin de fournir du travail à sa population. Cela a duré jusqu’aux années 70. Après, le système était en place et se suffisait par lui-même. Les gouvernements n’avaient plus besoin de « créer de la richesse », celle déjà créée suffisait, et ont cessé de le faire, se contentant du nécessaire à nourrir leur système établi. Ce n’est pas différent de tout ce qui se passe ailleurs.

  2. avatar

    « Une chose est certaine. s’il s’entend bien avec les Russes, tout l’occident échappe à une situation qui s’envenimait très dangereusement. »

    ah parce que vous pensez donc que c’est un bienfait ?? Et que Poutine est un homme de paix comme le prétend aussi l’être Trump ? Ah ah ah !!!

    Téléchargez donc Wag The Dog (Des hommes d’influence) comme film, vous aurez une petite idée de ce qui nous attend avec Trump ! La Corée du Nord, ou l’Iran à votre avis ?

    https://www.youtube.com/watch?v=CNo0BicRM8k

    je pense que vous n’avez pas compris ce qu’est un Poutine…. et à quel point il a déjà berné ce crétin de Trump !

    « Ce qui a changé est que la partie de la population, qui subissait sans pouvoir s’exprimer, a découvert la possibilité de « foutre en l’air » tout le système politique en place qui les opprimait. »

    s’il y a bien un conservatisme du capitalisme c’est bien Trump : ce n’est en rien « foutre en l’air »… il n’a pas fait de révolution à ce que je sache : et tout ce qu’il va faire maintenant n’aura strictement RIEN de révolutionnaire : ne lui donnez pas des vertus qu’il ne possède pas.

    Faudra aussi m’expliquer en quoi l’Obamacare a pu paraître à vos yeux comme une « oppression »… ils ne sont pas sentis entendus, mais certainement pas opprimés : l’oppression c’est le capitalisme qui la crée. « Si tu as de l’argent tu te sens bien, si tu n’as rien tu te sens opprimé ». Trump a joué la dessus durant toute la campagne : il a promis à son peuple décérébré par les programmes TV plus crétins l’un que l’autre « du pain et des jeux ». Comme Néron. A quand les flammes sur le Capitole ? Car il n’a aucun moyen économique en poche de renverser la dette abyssale américaine !!! Les américains vont vivre moins bien sous son règne. Mais au moins ce sera bref, pas plus de 4 ans. Il partira même avant de la Maison Blanche : des procureurs vont s’en charger, tellement il a de casseroles au cul. Lui qui promettait la prison à Clinton s’y rendra bien avant elle (et je ne suis pas pour autant supporter de la femme du magouilleur de l’Arkansas… : je n’ai pas oublié Gary Seal, moi.)
    http://prorev.com/connex.htm

  3. avatar

    Il y avait un choix à faire: Trump ou Clinton? Un point, un trait. CLinton c’était la continuation des guerres partout où l’économie américaine veut prendre le contrôle et où ils veulent faire croire qu’ils sont les « puissants » de ce monde quand il est difficile de trouver où ils ont gagné une guerre depuis 1775 (qui était une guerre civile, chez eux). J’aurais fait le même choix, c’est-à-dire: Trump. Si je fais une allégorie, je dirais que c’est assez de dire que l’hiver est une merveilleuse saison sans donner la possibilité à tous d’installer des pneus d’hiver sur sa voiture. L’ère des « beaux parleurs » achève; place aux actes et attendons de voir ce qu’ils seront.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.