Accueil / A C T U A L I T É / USA : les symboles du désastre

USA : les symboles du désastre

Election particulière, donc puisque toujours sans résultats complets au moment où j’écris ces lignes. En l’observant, plutôt effaré qu’étonné, je vous ai trouvé plusieurs symboles de cette Amérique devenue folle, dont un qui va vous surprendre, c’est sûr, car il résume à lui tout seul le problème. Malgré un nombre effarant de morts dans le pays (et ce n’est pas fini !), la moitié ou presque de de ses habitants à accordé ses voix à celui qui les a précipités vers la tombe et qui s’annonce en même temps comme le fossoyeur de sa propre démocratie. Ce dernier, fidèle à ses promesses (pour une fois !), est venu en effet annoncer en pleine nuit qu’il était vainqueur, alors que l’on était encore à dépouiller des voix, ne respectant aucun principe démocratique communément établi. L’Amérique s’engage en suivant ces principes dans une voix fort périlleuse… et dictatoriale.

Mort du Covid19, il se retrouve élu !

Le symbole le plus marquant de cette soirée dantesque est un homme à l’allure débonnaire ici à gauche. Il s’appelait David Andahl, il était républicain et était âgé de 55 ans, ce qui n’est pas si vieux que ça encore. Il a d’abord battu le concurrent républicain installé, Jeff Delzer, associé à son vieil ami Dave Nehring.  Ils ont été élus tous deux hier soir dans le 8eme district du Nord -Dakota, celui juste au nord de la ville de Bismarck, où Donald Trump a fait un score (prévisible) de 65,5 % en remportant 230  529 suffrages, soit le double de ce qu’à fait Joe Biden (ici on en était encore à 92% du dépouillement. Très connu sur place, où il était éleveur de bétail dans son 4T Ranch hérité de ses parents, vantant la viande saignante, un vrai rancher devenu homme d’affaires, il proposait des recettes comme l« Cow-Boys casserole« , « meilleur que hamburger » et était passionné de moto, et de voitures, sports dans lesquels il se faisait appeler “Dakota Dave ». Sa biographie note aussi qu’il avait obtenu « l’autorisation de sécurité du gouvernement fédéral pour la formation nécessaire pendant la guerre en Afghanistan » (pilote, il était en fait aussi conducteur-instructeur pour l’armée), sans plus de précisions. Son district contient deux parcs naturels, celui de l’Audubbin National Wildlife Refugee et Le Lost Lake National Wildlife Refugee. Son colistier a une drôle de faon de défendre la nature : en décembre 2017, il annonçait par exemple un projet de plantation de 55 000 arbres, financé par les industriels du pétrole et du gaz d’Oneok (qui possèdent 37 000 km de tuyaux aux USA) !!!  « Ces plantations d’arbres seront placées dans des zones autres que le tracé réel du pipeline », avait-il déclaré candidement à la presse locale ! Il apparaissait aussi à la tête de l’influente commission du budget du Dakota du Nord et à la Burleigh County Planning & Zoning Commission. Son élection et celle de son colistier on bénéficié du flot d’argent apporté par « The Dakota Leadership PAC » largement alimenté… par les pétroliers !  Tout cela, vous l’avez remarqué est écrit au passé en ce qui le concerne, et en effet : les électeurs ont voté pour un mort, car le 5 octobre, il est subitement décédé du Covid19, et comme il était trop tard pour changer les affiches ou les bulletins de vote à Bismarck et environs on a poursuivi l’élection comme si de rien n’était !!! !!! Il a été enterré (ici à droite sa couronne mortuaire) le 14 au Baldwin Cemeter de Bismarck. On ne retrouve aucune photo récente de lui arborant un masque.

On a bien élu un mort du Covid19, on peut bien voter pour le responsable de l’extension de la pandémie, non ? Foutu pays, va ! Quel symbole !

 

L’incroyable intervention de Trump : l’illégalité comme vertu présidentielle

Il avait annoncé la couleur il y a deux jours et il l’a fait ; après l’avoir écrit sur Twitter, et s’en être fait aussitôt éjecter, il est venu devant les caméras devant un tout petit comité (presque familial), réuni dans une Maison Blanche cernée de solides barrières, annoncer qu’il avait « gagné l’élection », alors qu’à ce moment-là il en était à peine à avoir atteint les 200 délégués et que Biden en présentait davantage. Suit un moment de vide chez tous les commentateurs, car il venait d’agir dans la plus grande illégalité !!! Le discours, ou celui de Pence, projeté devant le micro, a été bref, pour vanter à deux reprises son succès (d’un cheveu) en Floride, notamment. Voilà donc un président qui refuse d’attendre un verdict qui est alors en train de se jouer dans des états clés, dans lesquels le taux de participation a été très important… par vote anticipé et par courrier, ce qu’il a tenté de bloquer de sa part avec tous les moyens possibles et imaginables (en menaçant le directeur des  services postaux, par exemple). En réalité, il sait très bien à quel coup de poker-bluffeur il vient de jouer. Ses conseillers l’ont prévenu d’un phénomène particulier lié à ces votes antérieurs massifs qui  demandent énormément de temps pour être décomptés. C’est le « red mirage » ou le « blue shift« , comme effet.

« Mirage rouget et bascule bleue »

Les chercheurs l’on très bien décrit, et même hier soir on l’a vu carrément  lors des premiers dépouillements. A l’étonnement de certains, en effet, des Etats, ceux de la « Rust Belt« , au bord des grands lac où on produisait autrefois des voitures (Detroit !), toutes délocalisées ailleurs (dont la Chine !), des régions qui avaient basculé démocrates sous Hillary et surtout encore récemment aux mid-terms de 2018, les premiers résultats éteint « rouges », à savoir en faveur de Trump. Logique:  c’était ceux du jour, comptabilisés tout de suite par facilité technique. Des calculs avaient donné jusqu’à 10 points d’écart d’avance pour Biden et ont ainsi démarré avec 7 en faveur de Trump !!!  C’est l’effet « Red Mirage », justement. Pendant des heures ça va rester ainsi (laissant croire à Trump qu’il a gagné dans ces états), car ce n’est que lorsque l’on a terminé ceux du jour que l’on comptabilise après ceux par courrier, qui peuvent même être encore en train d’arriver jusque vendredi parfois dans certains Etats !!! La courbe rouge va donc se faire rattraper par la bleue, car ce sont les démocrates qui ont largement préconisé et recommandé de faire ainsi, et non les républicains, qui n’ont voté que le 3 novembre pour la plupart : c’est alors le « Blue Shift », la bascule vers le bleu !!! Ce qu’il y a d’amusant, c’est que tout ce système a été écrit noir sur blanc, c’est lisible ici, par de Five Thirty Eight dans un article appelé « Why Pennsylvania’s Vote Count Could Change After Election Night » qui a été publié le 29 octobre ; qu’on ne dise pas que Trump n’était pas au courant !!! Sur CNN, le décompte en direct peur lui donner des sueurs froides : vers 14h, heure de Paris, dans le Michigan, il était en tête de 212 000 votes et 30 minutes plus tard de 64 000 votes seulement !! En plein effet Blue Shift prévu !

Trump l’a-t-il lu cet article, ou un de ses stratèges ? Oui, très certainement car, depuis hier soir, Skelley fait figue de devin : il avait en effet pleinement anticipé l’attitude de Trump, le dernier coup d’Etat lui permettant de se maintenir au pouvoir : « et cela nous amène à une inquiétude potentielle concernant un grand virage bleu, surtout si les élections sont proches: Trump pourrait essayer de déclarer la victoire sur la base des retours initiaux, car il a affirmé que le résultat devrait être connu le soir des élections. Désormais, déclarer la victoire ne revient pas vraiment à grand-chose, car cela n’a aucune portée juridique. Mais cela pourrait contribuer à jeter le doute sur les résultats, en particulier s’il y a un changement ultérieur vers Biden qui s’accompagne de fausses allégations de fraude électorale, comme celles que le président a déjà faites à plusieurs reprises. Des experts d’organisations telles que le Transition Integrity Project ont même exprimé leur inquiétude quant au fait que, dans un tel scénario, Trump pourrait essayer de trouver des moyens d’interférer avec le comptage post-électoral pour arrêter un éventuel décalage bleu. » Or hier, Trump a bien tenté de le faire !!!

Plus amusant encore : Trump qui annonce des résultats avant la fin de décomptes officiels… a en effet interdit, ou tenter d’interdire, une chaîne TV de faire de même… car ça lui était défavorable bien sûr ! Scène surréaliste en effet cette nuit quand le directeur de l’info sur FoxNews (Arnon Mishkin), pourtant pas la dernière chaîne à avoir encensé le président sortant, a reçu un appel furieux de la Maison Blanche et de Donald en personne exigeant le retrait de l’annonce de la perte pour lui de l’Arizona et de ses 11 délégués A ce moment, c’est vrai les 100% de dépouillement n’avaient pas été encore atteints, pas plus d’ailleurs pour les Etats annoncés comme gagnés par Donald !!… A part qu’en Arizona, les votes anticipés, comme ailleurs, et comptés en dernier, sont favorables à Biden et auraient donc encore empiré la note à avaler de Trump !!! Un Etat qui avait pris des mesures strictes après 2018 et la présence de plusieurs « ramasseurs » de bulletins de vote (« ballot collection« ) douteux. Les mêmes, envoyés par devinez qui, ont bien tenté encore une fois de le faire, à Phoenix, le 24 octobre dernier …  Ici à gauche une habitante se plaignant du procédé interviewée par ABC News..  cet usage a été déclaré criminel, tout simplement dans l’Etat. Dans le Nevada, idem : Biden mène, ce 4 novembre en matinée, de 7500 votes à ce stade, et il reste encore des bulletins par mail (réputés plus favorables pour lui) à dépouiller. Il rapporte seulement 6 grands électeurs, hélas.

On notera que Chris Christie, ancien gouverneur républicain pro-Trump du New Jersey, qui sort à peine de son traitement contre le Covid19, attrapé dans l’entourage proche de Trump lors de la cérémonie de Rose Garden le 26 septembre, vient de déclarer que Trump vient de se « discréditer » totalement  en déclarant sa victoire avant l’heure. On le rejoindra pleinement sur l’opinion : »Christie, qui a dit qu’il parlait de son expérience en tant qu’ancien avocat américain, a fait valoir que Trump avait pris une «mauvaise décision stratégique» et une «mauvaise décision politique». «Et ce n’est pas le genre de décision que l’on s’attend à ce que quelqu’un prenne ce soir qui occupe le poste qu’il occupe», a-t-il ajouté. »

A cette heure (mercredi  4 à 14h30)  , voici les 9 Etats qui n’ont toujours pas annoncé de résultats officiels :

  1. Alaska
  2. Arizona
  3. Georgia
  4. Michigan
  5. Maine
  6. Nevada
  7. North Carolina
  8. Pennsylvania
  9. Wisconsin

 

 

Commentaires

commentaires

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Election 2020 (VIII): la retraite de Russie des avocats de Donald

L’équipe de branquignols ramassée par Giuliani est plus grotesque et affligeante qu’efficace. L’un d’entre eux ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.