Accueil / T Y P E S / Articles / Une voix musulmane de la raison

Une voix musulmane de la raison

Shirin Ebadi ? l’Universit? de Montr?al

Le 24 octobre dernier, l’Universit? de Montr?al accueillait l’avocate iranienne et prix Nobel de la paix 2003 Shirin Ebadi. Le message qu’elle a livr? est clair : le choc des civilisations est une pure invention de ceux qui ont int?r?t, de part et d’autre, ? instrumentaliser l’islam.

Ebadi a d’abord rappel? qu’avant la chute du r?gime sovi?tique, il n’y avait pas de d?bat sur la compatibilit? entre d?mocratie et islam. Les groupes Islamistes ?taient amis de l’Occident. Les femmes voil?es ?taient tout au plus vues comme l’?quivalent des soeurs chr?tiennes. Apr?s la chute, la d?mocratie, les droits de l’homme et la modernit?, soi-disant n?s en Occident, sont soudain devenus incompatibles avec l’islam.

Il est vrai que pour une partie des musulmans, il faut s’en remettre ? Dieu. Seule la charria est acceptable. Ceux-ci ne reconnaissent pas la l?gitimit? des repr?sentants du peuple, sauf s’ils s’en remettent ? la charria, source de toutes les lois. Tout opposant est ennemi de Dieu et de l’islam.

Il y a cependant, insiste Ebadi, un courant de penseurs modernes de l’islam. Ce courant m?ne le combat contre les r?gimes religieux. Ce courant n’a pas de nom, pas de dirigeants, pas d’organisme central, mais un objectif commun : concilier foi et d?mocratie.

En v?rit?, l’islam est une religion d’?galit?, soutient Ebadi. Le Proph?te Mohamad est un proph?te de tol?rance. Il avait un tr?s grand respect envers sa fille. Comment alors accepter la place inf?rieure que l’islam des islamistes assigne ? la femme ? Comment parler d’incompatibilit? culturelle entre l’islam et la d?mocratie ?

Le vrai probl?me n’est pas au coeur de l’islam. C’est que les r?gimes ne veulent pas donner l’image d’un islam compatible avec les droits de l’homme, la d?mocratie et les libert?s.

Contre cette attitude, le nouveau courant intellectuel pr?ne un Islam dynamique. L’objectif est de mettre en place des l?gislations qui respectent l’islam tout en s’accordant avec les enjeux contemporains. Le moyen est d’enseigner que l’on peut ?tre musulman tout en respectant les droits de l’homme et la d?mocratie.

Ebadi est convaincue que gr?ce ? cet apprentissage progressif les r?gimes autoritaires ne pourront plus imposer leurs vues et justifier les injustices qu’ils commettent au nom de la religion.

Ne nous y trompons pas, insiste-t-elle. L’instrumentalisation de la religion n’est pas propre aux musulmans. L’histoire est marqu?e par de nombreuses injustices et atrocit?s commises au nom d’une id?ologie religieuse ou la?que, par exemple l’?glise au Moyen ?ge, ou plus r?cemment le marxisme.

La solution rationnelle, face ? l’islamisme, est l’utilisation de l’?clairage de la science et du savoir pour mettre en ?vidence les abus de la religion. C’est une t?che ?norme que doivent accomplir les d?fenseurs de la religion et de la libert?. Il faut que les intellectuels musulmans se l?vent et expliquent que l’islam peut ?tre dynamique plut?t que de demeurer fig?.

Pour Ebadi, s’en tenir ? la critique des r?gimes en place ne sert ? rien et ne suscite pas la mobilisation de la population. Il faut plut?t d?montrer sans rel?che que la foi n’est pas incompatible avec l’am?lioration des conditions de vie.

Shirin Ebadi renvoie dos ? dos les groupes oppos?s aux intellectuels ?clair?s : d’une part les fanatiques et les r?gimes dictatoriaux, d’autre part ceux qui promeuvent l’islamophobisme, r?duisant l’islam au terrorisme et ? la violence.

Les deux c?t?s contribuent ? freiner la mise en place d’un islam dynamique.

Les fanatiques posent sur leurs visages dictatoriaux un masque culturel. En revanche, on ne peut pas non plus pi?tiner les droits de l’homme comme le font ceux qui luttent contre le terrorisme.

Il ne faut pas seulement condamner le terrorisme, mais s’attaquer ? la racine du probl?me : l’ignorance et l’injustice.

Contre l’ignorance, il faut la connaissance des diff?rentes cultures. La v?rit? se trouve en chacun de nous.

Contre l’injustice, il faut la reconna?tre et la corriger.

Quand un peuple sans voie vit sous le seuil de la pauvret? depuis plusieurs g?n?rations, qu’il est domin? par des r?gimes dictatoriaux avec la passivit? de la communaut? internationale, il n’est pas ?tonnant qu’il se tourne vers la violence et la terreur.

L’harmonie est impossible tant que 80 % des richesses du monde seront entre les mains de 1% de la population.

Comment combattre le terrorisme alors que des millions de personnes meurent chaque ann?e, faute d’eau potable et d’hygi?ne ? Il faut d’abord combattre l’injustice pour que diminuent la violence et la terreur.

La mondialisation sera positive si elle apporte une diminution de la pauvret? et des in?galit?s.

L’?coute t?l?phonique et l’espionnage des courriels des citoyens, la maltraitance et l’expulsion des immigr?s, le m?pris de la religion et des races non occidentales, ne feront pas non plus diminuer la violence et la terreur.

Ni l’Occident, ni les r?gimes islamistes non d?mocratiques n’ont le droit d’instrumentaliser l’islam.

Les pays occidentaux n’ont surtout pas le droit d’instrumentaliser et d’exploiter la d?mocratie et les droits de l’homme comme justificatifs pour attaquer un pays. La d?mocratie n’est pas une marchandise exportable. Elle n’est pas un cadeau qu’on peut offrir. On ne peut pas apporter la d?mocratie avec des bombardements.

Chaque action violente a ?t? suivie de r?actions encore plus violentes apr?s le 11 septembre 2001. Les ?tats-Unis ont fait de la lutte au terrorisme l’enjeu majeur. Or celui-ci n’a pas diminu?. Pour vivre dans un monde de paix et de s?r?nit?, il faut ?tre contre toute forme de violence.

Shirin Ebadi sait qu’elle cultive une utopie dans un monde en crise, mais elle croit que l’utopie fait avancer l’immunit?. Il faut ?tre utopiste dans nos pens?es, mais r?alistes dans nos actes.

? une remarque de l’auditoire concernant la place des femmes dans l’islam, Ebadi a r?pliqu? qu’il y a diff?rents points de vues et diff?rentes interpr?tations possibles, tout comme dans la chr?tient?. Une interpr?tation plus ?galitaire est tout ? fait compatible avec l’islam.

? une autre question portant sur la lapidation des femmes en Iran, elle a parl? du mouvement qui cherche en ce moment ? recueillir, en Iran m?me, plus d’un million de signatures de femmes (we-change.org). Le but est de prouver que les femmes iraniennes sont contre les lois discriminatoires et pour l’am?lioration de la condition f?minine.

Pour Ebadi, la victoire du mouvement f?ministe ouvre la voie ? la d?mocratie.

Pour visionner en ligne la conf?rence : Franchir les fronti?res : l’Islam, les droits de la personne et l’Occident. Le lien vid?o est dans le bas de la page.

In the name of the God of Creation and Wisdom.( Nobel prize 2003. Shirin Ebadi.)

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Petit, mais passionnant : le Musée d’Histoire de la Médecine

Installé au cœur du Quartier Latin, dans une très belle salle du 3e étage de ...