Accueil / A C T U A L I T É / Une lueur d’espoir d’actualit? : la souverainet? du Qu?bec

Une lueur d’espoir d’actualit? : la souverainet? du Qu?bec

Image Flickr par SkaBR

La souverainet? du Qu?bec repr?sente une lueur d’espoir pour la province francophone du Canada, qui est encore allum?e dans le c?ur de beaucoup de Qu?b?cois. Malgr? les accusations port?s envers les partis qui la v?hicule, ou les troubles politiques ?prouv?s au cours des derni?res ann?es au sein des gouvernements, cette ind?pendance continue de faire r?ver ceux qui croit ? l’autonomie d?cisionnelle reli?e aux lois, ? la gestion du territoire, aux imp?ts et ? la protection de son environnement. De plus, les ind?pendantistes souhaitent l?appartenance de leurs ressources ainsi que la protection de la culture qu?b?coise, qui d?finit l’identit? de leur peuple.

?En premier lieu, l’autonomie est la valeur mis ? l’avant-plan par le mouvement souverainiste en ce qui ? trait aux d?cisions prises par le gouvernement au nom de son peuple. Tous les imp?t r?colt?s aux contribuables sont envoy?s actuellement ? Ottawa et sont utilis?s ? des fins qui ne servent pas toujours les int?r?ts du Qu?bec. En illustration, le gouvernement Harper a r?cemment pr?f?r? financer l’industrie de l’automobile en Ontario plut?t que l’industrie foresti?re au Qu?bec, qui est un moteur ?conomique essentiel ? la sant? financi?re de notre province. Ce choix est pos? strat?giquement, au niveau du bassin d’?lecteurs des conservateurs, car celui-ci est beaucoup plus important en Ontario qu’au Qu?bec, comme l’a clairement d?montr? la vague orange qui a d?ferl?e aux ?lections f?d?rales de 2011. Un autre exemple constitue les contrats maritimes pour les fr?gates et les bateaux, octroy?s ? Halifax et Vancouver et repr?sentant des retomb?es de 33 milliard de dollars, qui d?montre ? nouveau que nos imp?ts sont investis dans les chantiers hors-Qu?bec. Pourtant, le Fleuve St-Laurent est un cours d?eau important pour notre ?conomie, comportant des ports rentables, notamment a Qu?bec et Montr?al, qui sont tr?s d?terminants au niveau, entre autres, de l’importation et l’exportation de marchandises. Si le Qu?bec serait en mesure de faire ses propres choix, il aurait alors la possibilit? d’investir l’argent provenant des imp?ts dans des projets qui ?uvre afin que les retomb?es financi?res reviennent au Qu?bec

Deuxi?mement, l’appartenance de nos ressources est une cause qui tient ? c?ur aux ind?pendantistes. Un des buts d’un gouvernement souverain est de faire davantage participer le Qu?bec dans certains projets d?exploitation. En effet, en raison de son simple statut de province, le Qu?bec est mis de c?t? dans plusieurs d?cisions reli?es aux projets qui r?pondent ? des objectifs de d?veloppement ?conomique rentable et durable pour le Qu?bec. Dans ce sens, la d?claration qu’a faite Ma?tre chez nous au 21e si?cle, une ?quipe constitu?e de qu?b?cois qualifi?s dans plusieurs domaines, reconna?t le patrimoine collectif que nous ont l?gu? nos chefs d’?tat entre les ann?es 40 et 60, qui est constitu? de la nationalisation des entreprises d?ici le but qu?ils soient g?r?es par des Qu?b?cois. De plus, ils reconnaissent ?galement la prise en charge de notre potentiel ?nerg?tique ? partir de 1944 et la nationalisation des infrastructures de production, distribution et transport d??lectricit? et de gaz naturel. Consid?rent ces faits, Ma?tre Chez nous exige donc que le gouvernement reprenne imm?diatement possession de ces droits d?exploitation de nos ressources ?nerg?tiques, qui constituent notre bien commun. La d?claration est notamment approuv?e par Greenpeace, organisme reconnu luttant contre la protection de l’environnement, ainsi que le Parti Qu?b?cois, Qu?bec solidaire ainsi que plusieurs personnalit?s publiques de la soci?t? qu?b?coise.

Par la suite, la protection de la culture est l’argument qui semble le moins controvers? dans le d?bat de la souverainet?. En effet, peu nombreux sont ceux qui nient que la culture qu?b?coise est en position pr?caire ? l’heure actuelle. Tout d’abords, la souverainet? soutient qu’il est primordial de prot?ger inconditionnellement la langue fran?aise, qui est l’image des origines du peuple Qu?b?cois, faisant ainsi partie int?grante de notre identit? au sein de la soci?t?. La Charte de la langue fran?aise, adopt?e en 1977 sous le pouvoir de Ren? Levesque, investigateur du mouvement s?paratiste, est de plus en plus ignor?e de nos jours. Par exemple, il est absolument inacceptable de tol?rer l?affichage publicitaires inscrit uniquement en anglais tapisser le d?cor urbain de la m?tropole qu?b?coise, Montr?al. Cette situation encourage la perte de la langue au profit de l’anglais, qui est par surcro?t beaucoup plus utilis?e dans le monde des affaires ainsi que par la majorit? de la population immigrante, consid?rant son statut de langue universelle. Sans pour autant d?nigrer l?utilisation de l?anglais comme langue seconde, la souverainet? permettrait aux citoyens de conserver la langue de leurs anc?tres prioritaire, non seulement dans le domaine ?conomique de la publicit?, mais ?galement au titre de langue maternelle pour la nouvelle g?n?ration, afin que les qu?b?cois conservent leur identit? culturelle.

Quatri?mement, le gouvernement canadien dirig? par Stephen Harper ne semble pas placer la protection de l’environnement dans ses priorit?s, pr?f?rant subvenir ? l’achat d’avions de chasse ou renforcer le syst?me judiciaire que de concentrer ses efforts sur l??cologie. Pourtant, les scientifiques, journalistes ainsi que citoyens du monde s’entendent pour dire que le constat sur les r?chauffements climatiques est alarmant. Effectivement, la surconsommation sur la plan?te am?ne celle-ci ? se d?t?riorer de jours en jours. Le protocole de Kyoto, une entente r?unissant plusieurs pays sur la r?duction des ?missions de gaz ? effet de serre, n’est pas respect? par les Canadiens, ce qui fait du pays une honte au niveau du respect de ses objectifs. Par contre, si le Qu?bec deviendrait un pays, il pourrait alors d?cider, par exemple, de l’impact qu’il doit avoir pour r?ussir les objectifs ?tablis par Kyoto. En ce sens, un grand rassemblement se tiendra le 10 d?cembre 2011 ? Montr?al, qui r?unira des gens qui v?hiculeront un message clair au gouvernement Harper?: les qu?b?cois souhaitent la participation active de notre pays au protocole de Kyoto. Cet ?v?nement prouve que les qu?b?cois n’ont pas les m?mes priorit?s environnementales que le gouvernement canadien, ajoutant ainsi aux contradictions qui caract?risent les diff?rentes visions du peuple qu?b?cois et du gouvernement qui est ? sa t?te.

Par surcro?t, plusieurs films tels que ? Chercher le courant ?, ainsi que une multitude de reportages, vantent le potentiel des ?nergies propres qui peut se d?velopper au Qu?bec et d?montrent que les Qu?b?cois adh?rent au mouvement qui vise la protection de notre environnement. On cite par exemple l??nergie ?olienne ou l’?nergie solaire qui est abondante dans la province, au m?me titre que les pays d’Europe, tels que l’Autriche, l?Allemagne ou la Turquie, au sein de lesquels ces alternatives ?nerg?tiques sont plac?es au c?ur des d?cisions prises par ces pays. Par ailleurs, des micro-entreprises qu?b?coise entreprennent des solutions pour sauver la plan?te en transformant le lisier de vaches en substitut ?cologique pour le charbon, ou bien en transformant les d?chets en p?trole comme l’avance Enerkem, situ?e ? Sherbrooke. Ces initiatives d?montrent donc le d?sir des qu?b?cois de s’investir dans l’utilisation des ?nergies propres, suivant les mod?les de nombreux pays europ?ens qui ont implant? plusieurs alternatives pour contrer la consommation des ressources naturelles ?puisables qui contribuent ? la d?t?rioration de la plan?te.

Les gens en d?faveur de la souverainet? citeront plusieurs arguments ? lesquels les r?ponses sont abondantes. Par exemple, plusieurs diront qu’il est important de r?gler en premier les probl?mes ?prouv?s par notre province actuellement. Jean-Martin Aussant, d?put? de Nicolet-Yamaska et fondateur d’Option nationale, un parti r?cemment fond? essentiellement dans le but de promouvoir les avantages de la souverainet?, r?pond en disant?: ? La souverainet? n’est pas une fin en soi, mais un moyen pour r?gler tous les autres probl?mes.? Cette citation est puissante puisqu’effectivement, il est juste de constater que chaque pays ?prouve leurs probl?mes en permanence, et la souverainet? permettrait justement d’y faire justement face afin de les r?soudre selon la fa?on dont le peuple qu?b?cois le d?cidera. De plus, plusieurs disent qu’on doit essayer d’am?liorer le gouvernement f?d?ral actuel en imposant nos id?es avec plus de conviction. Pourtant, Jean-Martin Aussan r?pond ? nouveau ? ce contre-argument en soutenant judicieusement qu’il est bien futile de s’ent?ter ? am?liorer les capacit?s d’un autre peuple ? nous g?rer, puisque que nous seriont en mesure de le faire selon notre volont?. Les craintes ?prouv?s par les qu?b?cois de faire de leur province un pays sont normales, mais il est temps que le peuple qu?b?cois d?montre du courage afin de b?n?ficier de tous les avantages de ce projet, consid?rant le dicton populaire ? Qui risque rien n’a rien ?.

Dans un autre ordre d?id?e, d’autres pr?tendront que l’?conomie du Qu?bec n’est pas assez grosse pour soutenir la s?paration de la province. Pourtant, le Qu?bec pourrait faire partie du 10 % des pays riches de la plan?te. En effet, selon l’?conomiste Pierre Fortin, reconnu pour avoir ?t? nomm? ?conomiste s’?tant le plus d?marqu? au Qu?bec dans les derni?res ann?es, la situation ?conomique des Qu?b?cois n’a rien ? envier de celle de ces voisins am?ricains ou ontarien. Dans un article r?cemment publi? dans l’Actualit?, on apprend que la pauvret? absolue est moins r?pandue au Qu?bec qu’elle ne l’est en Ontario et aux? ?tats-Unis. De plus, les in?galit?s entre riches et pauvres sont moins prononc?es au Qu?bec qu?en Ontario et aux ?tats-Unis. Il ajoute ?galement que la concentration de la richesse est extr?me aux ?tats-Unis, moins prononc?e en Ontario, et encore moins au Qu?bec. Ces trois conclusions, bas?es sur des chiffres r?els et une ?tude minutieuse de la situation financi?res des citoyens partageant le territoire de l’Am?rique du Nord, prouvent clairement que la population qu?b?coise a les moyens de devenir ind?pendants, et ce, sans mentionner entre autres, le faible taux de criminalit? ainsi que des avantages sociaux dont notre peuple b?n?ficie. De plus, notre sant? financi?re diversifi?e repose sur plusieurs domaines, notamment l’exploitation de nos ressources qui sont abondantes, rependues aux quatre coins de notre vaste territoire. Dans cette optique, nous sommes assur?es d’avoir des retomb?es provenant de l’expertise et le savoir-faire des qu?b?cois, en ayant toute les possibilit?s pour le faire.

Finalement, certains diront que la population qu?b?coise n’est pas assez nombreuse pour former un pays. Pourtant, il est facile de r?pondre ? cet argument avec des faits?: le territoire du Qu?bec est plus grand que 22 des 27 pays de l’union europ?enne unis ensemble. La population de 8 millions de citoyens fait du Qu?bec une province plus nombreuse que la majorit? des pays dans le monde, ce qui le situe au 89e rang sur 193 pays au total. Ces arguments qui citent donc la grandeur d?mographique du Qu?bec sont des mythes, facilement v?rifiables selon des statistiques r?elles. La population qu?b?coise n’a donc pas ? avoir peur de sa position, compar?e aux autres pays autour de la plan?te et de plus, ne doit surtout pas minimiser son pouvoir et son influence sur le monde qui l’entoure.

Des grands noms qui ont marqu? l?histoire du monde par leur philosophie, tels que John Locke, Jean-Jacques Rousseau ainsi que Thomas Hobbes, parlent avec ferveur dans leurs ?crits de la souverainet? de chaque nation, qui est selon eux l?gitime ? chaque peuple. En effet, ils ?laborent sur l’importance de g?rer leurs pays respectifs selon les valeurs du peuple qui l’occupe, ? l’image du Qu?bec, qui pourrait ?tre g?r? par les qu?b?cois. Ils sont donc plusieurs philosophes ? croire en la grandeur d’un peuple, sa fiert?, son autonomie et son respect, qui sont des qualificatifs v?hicul?s par toute soci?t? qui proclame la souverainet? de leur territoire. D’ailleurs, Hobbes ?crit dans ?l?ments de la loi naturelle et politique, publi? en 1642?: ??la puissance et le droit sont li?s ? la Souverainet? par une connexion ins?parable.??. Cette phrase d?montre son opinion sur le fait que la souverainet? d’un peuple lui octroie litt?ralement sa puissance. Dans cet ordre d’id?e, ces grands penseurs des derniers si?cles auraient s?rement peu d’objectif ? la souverainet? puisqu?ils d?fendent celle de leur nation avec force, et trouveraient donc l?gitime que nous d?fendions la notre au m?me titre.

Plus pr?s de chez nous, plusieurs auteurs importants au Qu?bec font la promotion de la souverainet? ? travers leurs ?crits. Dans cette optique, ils se sont rassembl?s le 21 juin 1995 dans le but de r?diger un manifeste intitul? ? Oui au changement ?, dans lequel 100 intellectuels qu?b?cois, comprenant des chercheurs, des universitaires, des enseignants ainsi que des philosophes qui ont ? c?ur la souverainet? du Qu?bec. Michel Seymour, Jocelyne Couture ainsi que Kai Nielson sont des ?crivains universitaires dipl?m?s en philosophie qui ont particip? non-seulement ? ce manifeste, mais ? beaucoup d’articles, de conf?rences et de livres promouvant la souverainet? de leur nation, datant des ann?es 90 ? aujourd’hui, dans lesquels on y retrouvent des arguments qui sont toujours d’actualit?, plusieurs ann?es plus tard.

En conclusion, Gaston Miron, po?te et ?diteur qu?b?cois, a affirm? un jour?: ? Tant que l’ind?pendance n’est pas?faite, elle reste ? faire.? Cette phrase est un exemple de d?termination et d’espoir pour ceux qui souhaitent un jour voir leur province devenir un pays, afin de le g?rer avec autonomie et selon les valeurs des qu?b?cois, dans le but d’en tirer des avantages li?s aux retomb?es ?conomiques, ? la protection de la culture qu?b?coise, ? la d?fense de notre patrimoine ainsi qu’au bien-?tre de notre environnement. En expliquant tout les avantages d’un Qu?bec souverain, la population a encore la possibilit? de prendre possession de ce pouvoir qui s’offre ? nous, dans l’optique ?ventuelle d’un nouveau r?f?rendum. Contrairement ? la pens?e de certains, la souverainet? n’est pas un le d?bat exclusif d’une ?poque, ni un d?bat d?pass? et r?volu, mais bien une lueur d’espoir qu’il faut d?fendre encore en 2011, et pour les ann?es ? venir, avec conviction pour le peuple que forme la nation qu?b?coise.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Du nouveau dans les toilettes et dans les…verres

Le mardi 13 novembre 2019 sera dédié à la « Journée Mondiale des Toilettes ». Un sujet ...