Accueil / T H E M E S / TOURISME ET VOYAGES / Une imposante sentinelle : le Haut-K?nigsbourg

Une imposante sentinelle : le Haut-K?nigsbourg

upperrhinevalley

S?il n?est pas le plus authentique, le Haut-K?nigsbourg est incontestablement le plus spectaculaire des ch?teaux qui dominent le vignoble alsacien sur le versant est des Vosges. Petit d?tour par cette monumentale forteresse de gr?s rose, encore largement marqu?e par l?empreinte de l?empereur allemand Guillaume II…

 

Nombre de nos compatriotes sont persuad?s que le Haut-K?nigsbourg est un authentique ch?teau m?di?val. A contrario, d?autres croient savoir qu?il a ?t? enti?rement construit au 19e si?cle. La v?rit? est, comme souvent, entre les deux.

 

Les premi?res r?f?rences ?crites d?un ch?teau ? cet emplacement remontent en effet ?… 1147. Deux tours sont mentionn?es, l?une appartenant ? Conrad III de Souabe et l?autre ? l?un de ses neveux, Fr?d?ric ??Barberousse?? de Hohenstaufen. Sans doute est-ce au statut de ce dernier, couronn? empereur germanique en 1155, que le ch?teau doit son nouveau nom?: K?nigsburg (ch?teau du roi). Apr?s ?tre pass? de main en main, le ch?teau est incendi? en 1462 puis achet? en 1479 par la famille Tierstein qui entreprend de le restaurer et d?en renforcer les d?fenses pour les adapter ? une nouvelle venu dans l?art de la guerre?: l?artillerie. Faute de descendant, le K?nigsburg est acquis en 1517 par un autre empereur germanique, Maximilien de Habsbourg, puis passe en d?autres mains peu soucieuses d?entretenir l??difice. Le coup de gr?ce?lui est donn? par les Su?dois durant la Guerre de Trente Ans?: incendi? en 1633 et fortement d?labr?, le ch?teau est laiss? ? l?abandon.

 

1862. Si le renouveau du Haut-K?nigsbourg n?est pas encore ? l?ordre du jour, du moins ses ruines sont-elles prot?g?es. Le ch?teau est en effet class? cette ann?e-l??et b?n?ficie dor?navant du statut des monuments historiques. En 1865 il devient la propri?t? de la ville de S?lestat. Pas pour tr?s longtemps?: en 1899, les ?lus de cette ville offrent le ch?teau ? Guillaume II de Hohenzollern, empereur d?une Allemagne ayant repris possession de l?Alsace en 1871 ? la suite de la d?faite fran?aise act?e par le Trait? de Francfort. L?objectif d?clar? du souverain est d?installer dans le ch?teau un mus?e du Moyen ?ge. En r?alit?, au-del? de cet aspect secondaire, Guillaume II entend surtout faire de celui que l?on nomme d?sormais Hoh-K?nigsburg le double symbole du pass? germanique de l?Alsace et de la domination allemande sur la r?gion. Rien de mieux pour r?pondre ? ce dessein que cette citadelle visible ? des lieues ? la ronde depuis les villes et villages de la plaine.

 

Le renouveau

 

D?sireux d?atteindre ces objectifs le plus rapidement possible,?l?empereur Guillaume II confie, d?s l?ann?e 1900, ? l?architecte allemand Bodo Ebhardt la responsabilit? de lui soumettre un projet de restauration de l??difice. Apr?s avoir d?frich? les abords de la ruine et proc?d? ? de multiples relev?s topographiques et arch?ologiques, ce dernier soumet au Kaiser un projet qui est accept?. Les travaux durent 7 ans, de 1901 ? 1908. R?guli?rement, l?empereur vient en contr?ler l’avancement.

 

Par chance, l??difice a conserv? l?essentiel de ses structures jusqu?au niveau des m?chicoulis. Bodo Ebhardt peut donc remettre en ?tat la plupart des volumes ayant exist? jusqu?au 16e si?cle, y compris quelques parties hautes pr?serv?es d?un trop grand d?labrement. Mais la plupart des autres parties hautes doivent ?tre reconstitu?es. Faute de documents, elles le sont non sur une connaissance de l?existant ant?rieur, mais sur une estimation par Bodo Ebhardt, passionn? d?architecture m?di?vale, de ce qu?a pu ?tre le ch?teau. Comme souvent lorsqu?un architecte se livre ? une reconstitution, son choix est contest? et donne lieu ? de nombreuses controverses. Bodo Ebhardt en fait l?exp?rience comme Eug?ne Viollet-le-Duc avant lui pour ses restaurations contest?es du ch?teau de Pierrefonds et de la cit? de Carcassonne.

 

Aujourd?hui, tout cela est oubli?, et la plupart des visiteurs du Haut-K?nigsbourg n?ont m?me pas conscience des pol?miques qu?a suscit?es cette restauration. Fascin?s par cette ?norme masse de gr?s rose dress?e au-dessus de la plaine d?Alsace, ils prennent un grand plaisir ? d?couvrir l?int?rieur de cette forteresse, sit?t franchie la monumentale porte d?entr?e orn?e des armoiries de la famille Tierstein. Et ce n?est pas le charmant moulin ? vent en bois install? sur le fa?te d?une toiture surmontant la basse-cour -?en remplacement de l?ancien moulin ? bras de jadis?- qui pourra les convaincre d?un mauvais choix de Bodo Ebhardt.

 

Un ch?teau comme le Haut-K?nigsbourg ne se d?crit pas, il se visite en passant de salle en salle, de cours en casemates, de courtines en lices?; il se visite en admirant les collections d?armes, les troph?es de chasse et le mobilier assembl?s l? par la volont? de Guillaume II pour illustrer le mode de vie qui pr?valait entre le Moyen Age et la Guerre de Trente ans. Une visite dont on garde une formidable impression de puissance li?e ? la masse imposante de cette forteresse implant?e sur une surface de 1,5 hectare. Sans oublier le souvenir du plafond peint par L?o Schnug dans la salle d?armes?: une aigle germanique ?ploy?e, dot?e d?une aur?ole en or sur laquelle on peut lire en caract?res gothiques le c?l?bre ??Gott mit uns?? (Dieu avec nous). Le Haut-K?nigsbourg ne peut renier son pass? allemand?!

 

La fl?te de Boieldieu

 

Si de nombreux voyageurs ont pu visiter ce lieu depuis son ouverture au public, c?est par le cin?ma qu?il a conquis sa plus grande notori?t?. C?est en effet dans ce ch?teau qu?ont ?t? tourn?es, en 1937, sous la direction du cin?aste Jean Renoir, quelques-unes des sc?nes les plus spectaculaires de La Grande illusion, film consid?r? ? juste titre comme l?un des chefs d??uvre du patrimoine cin?matographique fran?ais. Dans un documentaire de l?INA (Institut national de l?audiovisuel), intitul? Scripte sur la Grande Illusion de Jean Renoir, L?a FranceGourdji (Fran?oise Giroud) revient sur les lieux et raconte les coulisses de ce tournage. Un t?moignage particuli?rement int?ressant, que ce soit pour les passionn?s de cin?ma ou pour ceux qui connaissent et appr?cient le Haut-Koenigsbourg. La Grande illusion ajoute d?ailleurs au plaisir de la visite?historique du ch?teau la recherche des lieux o? ont jou? les g?ants du cin?ma qu?ont ?t? Pierre Fresnay, Jean Gabin ou Erich von Stroheim, o? le capitaine de Boieldieu r?pondait dans les frimas de l?hiver carc?ral aux injonctions du commandant von Rauffenstein par un trille de fl?te moqueur.

 

Retour ? l?ext?rieur du ch?teau pour un compl?ment de visite sympathique et didactique?: depuis quelques ann?es, le Haut-K?nigsbourg s?est en effet enrichi, au pied du rempart sud, d?un jardin m?di?val au sein d?un espace clos et prot?g? des animaux. S?y c?toient, dans des carr?s bord?s de plessis en bois comme il en existait au Moyen Age, des plantes industrielles comme le lin, la garance ou la saponaire, des ??simples?? (plantes m?dicales), telle la bourrache officinale ou l?armoise, des ??feuilles?? et ??racines?? potag?res, parmi lesquelles le panais, l??peautre, l?oseille ou le safran, sans oublier les plantes magiques comme la belladone ou la digitale, et les plantes de Marie destin?es aux offices religieux. Quelques panneaux explicatifs, superbement illustr?s, apportent les informations n?cessaires aux personnes peu familiaris?es avec la botanique ou les modes de vie du Moyen Age. Une belle r?ussite que compl?tent, dans 10 villages proches du Haut-K?nigsbourg, d?autres jardins m?di?vaux tout aussi int?ressants.

 

Il est temps de redescendre dans la vall?e pour aller, ? quelques kilom?tres de l?, d?guster l?un de ces vins alsaciens si fruit?s et si agr?ablement longs en bouche. Par exemple un riesling grand cru Kirchberg chez Louis Sipp dans la tr?s attachante cit? m?di?vale de Ribeauvill?, ou un pinot gris grand cru Altenberg chez Gustave Lorentz, au c?ur du superbe village de Bergheim.

 

?s gilt?! (? votre sant??!)

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le canal lacrymal

  Consternation. En ce petit matin de début septembre, revenu au pays, il m’est venu ...