Accueil / A C T U A L I T É / Une guerre secr?te dans 120 pays

Une guerre secr?te dans 120 pays

de-la-guerre-en-amerique3

 

Je reprends ce texte qui est malheureusement plus que jamais d’une br?lante actualit?.

De Nick Turse ?galement et compl?mentaire

?La nouvelle doctrine d?Obama : un plan en 6 points pour une guerre globale. Ou comment mettre la plan?te ? feu et ? sang.

Une guerre secr?te dans 120 pays

Nick Turse traduit de l?anglais en espagnol? pour Rebelion

 

En chaque endroit de cette plan?te, un commando ?tasunien est en train de mener ? bien en ce moment une mission. M?me si nous r?p?tons cela 70 fois? cela n?aura pas suffi pour aujourd?hui. Sans que le peuple am?ricain n?en sache rien, une force secr?te ? l?int?rieur de l?arm?e des EU a entrepris toute une s?rie d?op?ration dans une majorit? des pays du monde. Cette nouvelle ?lite du pouvoir dans le Pentagone se livre ? une guerre globale dont la taille et l??tendue n?ont encore jamais ?t? r?v?l?es jusqu?ici.

Depuis qu?une SEAL (Sea, Air, Land, groupes conjoints dont l?embl?me est le phoque. NdT) de la Marine US eut mis une balle dans la poitrine et une autre dans la t?te de Osama Bin Laden, apr?s avoir donn? assaut au refuge dans lequel il ?tait cach? au Pakistan, une des plus secr?tes parmi les unit?s d?op?ration sous couverture de l?arm?e US s?est convertie en centre de l?attention g?n?rale. Voil? qui est peu commun. Malgr? que l?on sache que les Forces d?Op?rations Sp?ciales des EU sont d?ploy?es dans les zones de guerre d?Afghanistan et d?Irak?; et qu?il soit toujours plus ?vident que ces unit?s interviennent dans des zones conflictuelles difficiles, comme le Y?men ou la Somalie?; l?extension totale de ces guerres, d?une ampleur mondiale est rest?e profond?ment enfouie dans l?ombre.

L?ann?e pass?e, Karen De Young et Greg Jaffe, du Washington Post, donn?rent l?information : les forces Sp?ciales des EU ?taient d?ploy?es dans 75 pays. ?A la fin de la pr?sidence de Georges W. Bush, ces forces se retrouvaient dans 60 pays. Le porte-parole du commandement des dites Op?rations Sp?ciales Tim Nye, me dit que pour la fin de cette ann?e (2011) ce chiffre atteindra probablement 120. ??Nous n?arr?tons pas de nous d?placer, il ne s?agit pas seulement de l?Afghanistan et de l?Irak.?? dit-il r?cemment. Cette pr?sence globale ?dans pr?s de 60 % des nations du monde et beaucoup plus ?tendue qu?elle ne l??tait reconnue ant?rieurement ?? elle donne une nouvelle et surprenante preuve de l?existence et de la mont?e en pouvoir d?une ?lite clandestine ? l?int?rieur du Pentagone qui est en train d?entreprendre une guerre secr?te dans tous les coins de la plan?te.

L?apparition d?une ?arm?e secr?te? au sein de l?arm?e.

Apparu depuis l??chec de l?assaut de 1980 qui tentait de sauver les otages ?tasuniens en Iran, dans lequel 8 soldats ?tasuniens perdirent la vie, le Commandement des Op?rations Sp?ciales ?tasuniennes (SOCOM) fut cr?? en 1987. Une fois que l?arm?e r?guli?re surmonta la perte de confiance et la manque ?de fonds des ann?es post-Vietnam, les Forces d?Op?rations Sp?ciales de rencontr?rent soudain unifi?es, dot?es un budget stable et d?un commandant 4 ?toiles comme d?fenseur.

Depuis lors, SOCOM a grandi en proportion alarmantes en tant que force combin?e. Elle est compos?e d?unit?s issues de toutes les branches de l?arm?e, incluant les ??B?rets Verts?? et les Rangers, les SEAL de la Marine, les Commandos des Forces A?riennes et les Equipes d?Op?rations Sp?ciales du Corps des Marines, en plus d??quipages sp?cialis?s d?h?licopt?res, ?quipages de bateaux, personnel des affaires civiles, corps de secours paramilitaires jusqu?? des contr?leurs du trafic a?rien de batailles et m?t?orologues des op?rations sp?ciales?; les SOCOM m?nent les missions les plus secr?tes et les plus sp?cialis?es des EU.

Ces missions incluent les assassinats, attaques contre-terroristes, missions de reconnaissance de longue port?e; analyse de renseignements, entra?nement des troupes ?trang?res et op?ration de contre-prolif?ration d?armes de destruction massive.

Un de ses ?l?ments cl? est le Commandement des Op?rations Sp?ciales Conjointes ou JSOC, un sous commandement clandestin qui a pour missions principales la poursuite et l?assassinat de terroristes suppos?s. Le JSOC pr?sente ses rapports au pr?sident et agit sous son autorit?, il maintient une liste noire globale qui inclut des citoyens des EU. Il d?veloppe une campagne de ??chasse et capture?? extra-l?gale que John Nagl, un ancien conseiller en contre-insurrection du g?n?ral 4 ?toiles et prochain directeur de la CIA David Petraeus, ?appelle une machine a tuer des terroriste ? dimension industrielle.

Ce programme de meurtres est accompli par des unit?s de commandos comme les SEAL de la Marine et les Forces Delta de l?Arm?e, tout aussi bien que par l?interm?diaire d?avions sans pilotes, qui font partie des guerres secr?tes dans lesquelles la CIA est impliqu?e dans des pays comme la Somalie, le Pakistan, et le Y?men. En plus le commando dirige et contr?le un r?seau de prison secr?tes, sans doute jusqu?? 20 sites noires, rien qu?en Afghanistan, qui sont utilis?e pour des interrogatoires.

Industrie en croissance

D?une forc? de quelques 36?000 membres au d?but de la d?cennie des 90, le personnel du commandement des op?rations sp?ciales a augment? pour atteindre 60?000 hommes, parmi lesquels un tiers son membres permanents de SOCOM?; les autres ont d?autres sp?cialit?s occupationnelles militaires et op?rent une tournante dans le monde entier.

La croissance des budgets de base de la SOCOM a ?t? exponentielle depuis le 11 septembre, depuis 2001, ils ont presque tripl? passant de 2300 millions de dollar ? 6?300 millions. Et si on y ajoute le financement pour? les guerres d?Irak et d?Afghanistan, il a plus que quadrupl? atteignant 9 800 millions de dollars au cours de ces ann?es. Il n?est donc pas surprenant que le nombre de personnel d?ploy? ? l??tranger ait quadrupl? lui aussi. Des nouvelles augmentations et des op?rations plus larges se pointent aussi ? l?horizon.

Le ?g?n?ral en fonction Denis Hejlik, qui auparavant ?tait chef de Commandement des Op?rations Sp?ciales des Forces du Corps des Marines ?la derni?re des branches de l?arm?e ? incorporer la SOCOM en 2006 -? annonce qu?il pr?voit de doubler son unit? qui est compos?e de 2600 effectifs. ??Je les vois comme une force qui disposera de 5?000 membres, l??quivalent du chiffre de SEAL qui est sur le champ de bataille. Entre 5000 et 6000?? dit-il lors d?un d?jeuner c?l?br? au moins de juin avec un journaliste du domaine de la d?fense de Washington. Les plans ? longue ?ch?ance exigent que la force augmente d?j? de 1?000 unit?s effectives.

Durant sa r?cente audition de confirmation au S?nat, le Vice-amiral de la Marine William Mac Raven, chef entrant de SOCOM et ancien chef de JSOC (celui qui commandait lors de l?attaque de Bin Laden) obtint un rapide taux d?augmentation de 3 % ? 5 % par ann?e, cependant il luttait pour obtenir d?avantage de ressources, incluant plus d?avions t?l?guid?s et la construction de nouvelles installations pour les op?rations sp?ciales.

Un ex SEAL qui? en certaines occasions accompagne encore les troupes sur le champ de bataille, Mac Raven, affirme que comme les forces conventionnelles sont en diminution en Afghanistan, les troupes des op?rations sp?ciales devraient y tenir un r?le toujours croissant. En Irak, ajoute-t-il, ce serait tout b?n?fice si les forces ?tasuniennes continuaient ? travailler l? une fois pass?e la limite de d?cembre 2011 pour un retrait total des troupes ?tasuniennes. Il assura aussi au Comit? de Service Arm? du S?nat que ??comme ancien commandant de la JSOC, il peut affirmer qu?ils ont travaill? fort dur au Y?men et en Somalie??

Pendant un discours au Symposium Annuel des Conflits de Basse Intensit? et des Op?rations sp?ciales de l?Association Industrielle de la D?fense Nationale c?l?br? le premier de l?an, l?Amiral de la Marine Eric Olson, le chef sortant du commandement des Op?rations Sp?ciales, signala une image de satellite obtenue de nuit. Avant le 11-s, on pouvait consid?rer comme zones cl?s les portions illumin?es de la plan?te ? dans leur majorit? des nations industrialis?es du Nord global ? ??Mais le monde a beaucoup chang? au cours de la derni?re d?cennie?? dit-il. ????Notre point de vue a chang? en grande mesure concernant le Sud? assur?ment ? l?int?rieur de la communaut? des op?rations sp?ciales, nous abordons les menaces ?mergentes depuis les zones qui ne sont pas illumin?es??.

A cette fin, Olson lan?a le ?Projet Lawrence??, un effort pour augmenter les habilitations culturelles ? comme les formations avanc?es en langues et une meilleure connaissance de l?histoire et des coutumes ? pour les op?rations ? l??tranger. Le programme s?appelle ainsi ? cause de l?officier britannique, Thomas Edward Lawrence (plus connu sous le nom de Lawrence d?Arabie)?; qui s?unit aux combattants arabes pour entreprendre une guerre de gu?rilla au Moyen-Orient durant la premi?re guerre mondiale. Mentionnant l?Afghanistan, le Pakistan, le Mali et l?Indon?sie, Olson a ajout? que le SOCOM n?cessite ? pr?sent ??Lawrence de toutes parts?.

Quoique Olson n?ai fait r?f?rence qu?? 51 pays qui constitueraient un objet de pr?occupation pour SOCOM , Nye me dit un jour que les forces d?op?rations sp?ciales ?taient d?ploy?es dans plus ou moins 70 nations de tout le monde. Dans chacune d?elles, s?empresse-t-il d?ajouter, ? la demande des gouvernements h?tes.

Selon le t?moignage d?Olson au d?but de l?ann?e devant? le Comit? des Services des Arm?es du Congr?s, environs 85% des troupes des Op?rations Sp?ciales d?ploy?es ? l??tranger se rencontre dans 20 pays de la zone d?op?ration de CENTCOM dans le Grand Moyen Orient?: Afghanistan, Bahre?n, Egypte, Iran, Irak, Jordanie, Kazakhstan,? Kowe?t, Kirghizstan, Liban, Oman, Pakistan, Qatar, Arabie Saoudite, Syrie, Tadjikistan, Turkm?nistan, Emirats Arabes Unis, Ouzb?kistan et le Y?men. Le reste ?tant dispers? dans le monde entier, depuis l?Am?rique du Sud, au Sud Est Asiatique, quelques-unes en petit nombre, d?autres en grands contingents

Le Commando des Op?ration sp?ciale ne veut pas r?v?ler dans quel pays ces forces sont localis?es. ??Il est clairement avantageux pour nous de ne pas r?v?ler certains des lieux o? nous sommes install?s?? dit Nye. ??Toutes les nations h?tes ne d?sirent pas le savoir, quelles que soient les raisons, qu?elles soient internes ou r?gionales??

Mais ce n?est pas un secret, (ou alors bien mal gard?) que les troupes d?op?rations sp?ciales noires, comme les SEAL et la forc? Delta, m?nent des mission de capture et de meurtres? en Afghanistan,? en Irak, au Pakistan et au Y?men, pendant que les forces blanches comme les ?B?rets vert? et les Rangers entra?nent des forces indig?nes pour faire face ? une guerre secr?te mondiale contre Al Qaeda et d?autres groupes militants.

Aux Philippines par exemple, les EU ont d?pens? 50 millions de dollars par an dans un contingent de 600 effectifs des Forces d?Op?rations Sp?ciales ?de l?arm?e, les SEAL de la Marine, des op?rateurs sp?ciaux de la Force A?rienne et d?autres qui m?nent des op?rations de contre-terrorisme avec des alli?s philippins contre des groupes d?insurg?s comme la Yemaah Islamiyah et Abu Sayaf.

L?ann?e pass?e, comme le r?v?le une analyse de documents de SOCOM, de documents de sources ouvertes du Pentagone et de bases de donn?es des missions des Op?rations Sp?ciales compil?es par la journaliste d?investigation Tara McKelvey (pour l?Initiative de Journalisme de S?curit? Nationale de la Facult? Medill de Journalisme), la majorit? des troupes d??lite ?tasuniennes ont r?alis? des exercices d?entra?nement conjoint ? Belize, au Br?sil, en Bulgarie, au Burkina Faso, en Allemagne, en Indon?sie, au Mali, ? Noriega, ? Panama et en Pologne.

Dans ce que nous faisons cette ann?e, il y a eu des? missions d?entra?nement semblables en R?publique Dominicaine, en Jordanie, en Roumanie, au S?n?gal, en Cor?e du Sud et en Tha?lande, et dans d?autres pays. En r?alit? me dit Nye, en ce moment, les travaux d?entra?nement se poursuivent dans presque tous les pays dans lesquels les Forces Sp?ciales sont d?ploy?s. ??Dans les 120 pays que nous aurons visit? en fin d?ann?e, je dirais que dans l?immense majorit? il y a des exercices d?entra?nement d?une mani?re ou d?une autre. Nous pourrions classifier cela comme des exercices d?entra?nement??

L??lite au pouvoir au Pentagone.

En d?autres temps, pupilles abandonn?es de l?establishment militaire, les Forces Sp?ciales ont grandi exponentiellement non seulement en taille et en budget mais aussi en pouvoir d?influence. Depuis 2002, SOCOM a ?t? autoris? ? cr?er ses propres D?tachements Sp?ciaux Conjoints aux Philippines, une pr?rogative normalement r?serv?e aux commandos combattants plus grands, comme le CENTCOM. Cette ann?e, sans en faire de publicit?, SOCOM a cr?? son propre D?tachement Sp?cial des Acquisitions Conjointes, un groupe de concepteurs d??quipement et de sp?cialistes en acquisition.

Avec ce contr?le sur le budget, les formations et l??quipement de ses forces, des pouvoirs normalement r?serv?s aux d?partements (comme le d?partement de l?Arm?e ou le D?partement de la Marine) de ceux ? qui se prodiguent des dollars ? chaque budget du D?partement de la D?fense et qui a d?influents d?fenseurs au Congr?s, actuellement SOCOM est un acteur dot? d?un pouvoir exceptionnel au sein du Pentagone.

Il est capable avec un poids r?el de gagner des batailles bureaucratiques, d?acheter du mat?riel de technologie de pointe, de se d?dier ? des enqu?tes marginales notamment concernant les transmissions de messages ?lectroniques de personnalit?s influentes ou de d?velopper dans l?ombre des technologies secr?tes pour les troupes de terre. Depuis 2001, les contrats importants conc?d?s aux petites entreprises ? celles qui produisent g?n?ralement des ?quipements sp?cialis?s et des armes ? ce sont multipli?s par 6.

Avec ces quartiers ? la base de la Force A?rienne Macdill en Floride, mais op?rant ? l?ext?rieur de cette sc?ne, les commandos se r?pandent sur toute la plan?te, y compris Hawa?, l?Allemagne et la Cor?e du Sud, ils sont actifs dans une majorit? de pays, le Commandement des Op?rations Sp?ciales est actuellement une force en soi.

Comme chef sortant de SOCOM, Olson signala au d?but de l?ann?e : SOCOM ?est un microcosme du D?partement de la D?fense, avec des composantes terrestres, maritimes et a?riennes, une pr?sence globale et une autorit?s et des responsabilit?s ? l?image des d?partements militaires, des services de l?arm?e et des agences de la D?fense.??

Charg? de coordonner tous les plans du Pentagone contre les r?seaux globaux du terrorisme et, en cons?quence, en ?troite connections avec d?autres agences gouvernementales, des arm?es ?trang?res et des services de renseignement ; arm? avec une immense panoplie d?h?licopt?re espions, d?avions de pointe avec ?quipages et d?autres t?l?command?s super arm?s, avec des bateaux rapides dot?s des technologies les plus perfectionn?es. Humvees sp?cialis?s et v?hicules adapt?s ? tous terrains r?sistants aux mines et embuscades, ou MRAPs ainsi que d??quipements d?avant-garde (et d?autres sont en pr?paration), SOCOM repr?sente quelque chose de nouveau au sein de l?arm?e.

Quoique que le d?funt sp?cialiste du militarisme Chalmers Johson se soit r?f?r? ? la CIA comme arm?e priv?e du Pr?sident , aujourd?hui le JSOC assume ce r?le., agissant comme chef ex?cutif des escadrons priv?s d?assassins et son parent SOCOM fonctionne comme une nouvelle ?lite de pouvoir au Pentagone, une arm?e secr?te au sein de l?arm?e qui d?tient le pouvoir local d?une port?e globale.

Dans 120 pays de toute la plan?te, les troupes du Commando des Op?rations Sp?ciales m?nent des guerres secr?tes d?assassinats cibl?s et de base intensit?, des op?rations de captures et de s?questrations, des attaques nocturnes de type ??coup dans la porte??, des op?rations conjointes avec des forces ?trang?res et des missions d?entra?nement avec des associ?s locaux, ?tant parties d?un conflit de l?ombre, de ceux aux sujet desquels les ?tasuniens ne sont pas inform?s. En d?autres temps ??sp?ciales?? s?entendait comme petites, peu consistantes, des ?quipe qui agissent loin, aujourd?hui elles sont sp?ciales par leur pouvoir, leurs acc?s, leur influence, leur rayonnement.

Ce rayonnement b?n?ficie ? pr?sent d?une campagne de relation publique bien orchestr?e qui les aide ? projeter une image surhumaine ? l?int?rieur et ? l?ext?rieur, malgr? qu?une grande partie de ses activit?s actuelles s?effectuent toujours plus dans l?ombre. La vision typique qu?ils essayent de diffuser peut se r?sumer dans la d?claration de l?Amiral Olson?: ??Je suis convaincu de ce que les forces ? sont les associ?s les plus multiculturels, les chasseurs d?assassins les plus mortels et les conseillers, formateurs, solutionneurs de probl?mes et guerriers les plus responsables, agiles, innovateurs et efficaces qu?aucune nation puisse offrir??

R?cemment au Forum de S?curit? de l?Institut Aspen, Olson donna quelques commentaires aussi ?dulcor?s mais aussi quelques informations mensong?res en affirmant que les Forces d?Op?rations Sp?ciales des EU ?taient en train d?op?rer dans 65 pays et impliqu?es dans des combats dans seulement 2 d?entre eux. Quand il fut interrog? au sujet des avions sans ?quipages au Pakistan, selon les informations, il r?pondit ??Etes-vous en train de parler d?explosions non attribu?es????

Cependant quelque chose lui ?chappa. Il signala par exemple que des op?rations noires, comme la mission Bin Laden, avec des commandos a?roport?s r?alisaient des attaques nocturnes, et que c??tait devenu quelque chose de tr?s banal. Chaque nuit s?en m?nent ? bien une douzaine, dit-il. Cependant le commentaire qu?il fit concernant la taille du SOCOM est encore plus ?clairant. En ce moment, souligna-t-il, les Forces des Op?rations Sp?ciales des EU sont presque aussi grandes que toute l?arm?e du Canada en service actif. En r?alit? cette force est beaucoup plus grande que les arm?es en service actif de beaucoup de nations dans lesquels les troupes d??lite op?rent chaque ann?e et il a ?t? d?cid? qu?elles continueraient d?augmenter

Les ?tasuniens doivent ?tre conscients de ce que cela signifie d?avoir des forces ??sp?ciales?? aussi immenses, aussi actives et aussi secr?tes et il est fort probables qu?ils commenceront ? l??tre quand ils disposeront d?une meilleure information. Or cette information, ce ne sera ni Olson, ni ses troupes qui vont la dispenser. ??Notre capacit? d?acc?s [? des pays ?tranger] d?pend de notre capacit? de ne pas en parler?? dit-il en r?ponse a une question au sujet de ce culte du secret de SOCOM. Quand les missions deviennent objet d?attention comme ce fut le cas avec Bin Laden, les troupes d??lites se sentent molest?es. ??L?arm?e secr?te?? de l?arm?e veut retourner dans l?ombre et faire ce qu?elle a ? faire.??

 

A partir de la traduction espagnole r?alis?e pour Rebeli?n par Sinfo Fern?ndez.

Nick Turse est historien, essayiste et journaliste d?investigation. Il est ?diteur associ? de TomDispatch.com y nouveau r?dacteur de Alternet.org, Son dernier livre?: The Case for Withdrawal from Afghanistan (Verso Books).

Este art?culo es una colaboraci?n entre Alternet.org y TomDispatch.com

Source espagnole 😕Diario La Izquierda: Una guerra secreta en 120 pa?ses (Nick Turse)

Traduction fran?aise Anne Wolff

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Langouët : le village écologique modèle en lutte contre le glyphosate

Il y a quelques semaines, le maire de Langouët a une nouvelle fois fait parler ...

One comment

  1. avatar

    Ils finiront par s’espionner eux-mêmes par le trou de la serrure ( Robert Merle dans son roman « un animal doué de raison » ) !… Ces névropathes finiront par arriver jusqu’à … moi !… Je compte bien régler le compte de quelques-uns de ces gangsters institutionnels avant … Et puis, les peuples décideront de se débarrasser de ces nouvelles « grande compagnies » comme elles l’ont fait dans le Passé !…