Accueil / A C T U A L I T É / Une belle récupération, en effet, que l’industrie du (faux) drone en iran (2) !

Une belle récupération, en effet, que l’industrie du (faux) drone en iran (2) !

Les agences de communication ou les chaînes de télévision iraniennes (Irib, Irna, Sahar, Mehr News, Tasnim News Agency, etc) aidées par le staff de com’ de Poutine (Sputnik, RT, Voice of Russia, Star News, Kommersant, VKontacte,Rossiyskaya Gazeta, Russia Direct, Russia Beyond the Headlines, Russia Insider, etc…) inondent le web d’annnonces tonitruantes sur les pseudo avancées technologiques iraniennes en matière de drones.  En fait d’innovations, sur le terrain (en Syrie notamment !) on trouve de vieilles machines de plus de 25 ans, propulsées par des moteurs clonés à la fiabilité douteuse.  La plupart de ces engins imitent ce qui se fait ailleurs, mais le plus souvent avec un amateurisme flagrant.  Le sommet étant l’annonce d’un succédané du Predator, en septembre 2012, ou plutôt du Reaper, puisque le nouveau drone iranien est censé lancer des missiles : or il n’en est rien.  Plongé au pays des drones de carton-pâte et des engins dignes des concours de radio-commande occidentaux…

mohajer-4A la mi-octobre 2016, un énième drone iranien s’écrase en Syrie, dans une zone occupée par des jihadistes du Jabhat al Nosra. Ces derniers s’empressent de’en mettre les images en ligne.  C’est un bon vieux Mohajer 4, encore une fois, à moteur à piston à plats, sorte de Volkswagen de l’air.  Très loin du Rotax (lui aussi à cylindres à plat, pourtant) ! Certains facétieux évoquent un avion de Tintin, à voir son look dépassé et sa couleur bleu ciel.  On est loin, très loin, du RQ-170… Ce qu’on note dans la pléthore d’engins différents annoncés par le régime, c’est que le moteur à quatre cylindres et échappements courts et droits est l’équipement standard de ces drones iraniens, comme celui qui équipait déjà le AB-3 « Pahpad » ou « parandeye hedayat pazire az rahe door » qui signifie en fait en iranien … »drone ».  L’un des plus anciens, apparus en 2007, un des plus petits aussi.  Lui aussi a fait des ronds en Syrie.  Et a aussi été abattu par les insurgés jihadistes, qui ont posté sur le net les photos de leur prise.  C’est avec ce genre de capture que l’on distingue que la technologie n’avance pas, côté iranien.  C’est toujours le même bloc moteur, ou presque, depuis des lustres (près de 30 ans bientôt !) Et c’est ce moteur, justement, qui permet de « pister » les sources d’approvisionnement en pièces maîtresses des iraniens.

cyspgykw8aahio7

comparaison-ababilmoteur-madoLa confirmation était déjà arrivée le 14 janvier 2015 avec … un drone, abattu à l’ouest de Samara appelé Ababil III, le drone « standard » des iraniens depuis les années 90 avec sa roue avant montée sur une tige coudée pour absorber les chocs.  Drôle de scooter de l’air !  L’appareil présenté ici en grandes pompes à la TV iranienne avec commentatrice en tchador avec une voix de crécelle.… Et une vidéo en 3D censée monter son vol ! A Tikrit, le même engin siglé 3-2-R-139 avait aussi atterri au bout de son parachute : ils tombent vraiment comme des mouches, sans nécessairement avoir à être abattus.  La faute à quoi ?  On pense à leur motorisation, bien sûr…. Car ils montrent tous bien le même moteur de motocyclette à 4 cylindres.  Et la question se pose à voir toujours le même : il a été acheté où, ce moteur ? Une indication était apparue en juin 2014 avec l’arrestation en Allemagne, à Francfort » de deux individus ayant fourni 61 moteurs 61 de 2008 à 2009 à l’Iran » : « des moteurs qui auraient pu servir à l’Ababil III » note le Times of Israel.  Les deux iraniens en cause les avaient vendus comme « moteurs de jet-ski » ! Le moteur de l’Ababil III est en réalité un clone de Limbach, modèle L-550E, fabriqué par la société iranienne MADO (nommé MD-550 chez eux).  De vouloir acheter de vrais Limbach en 2008 encore montrait que le clone iranien fabriqué par l’entreprise MADO, et fièrement exhibé en foire industrielle comme ici à gauche, était loin d’être fiable…  L’Ababil avait connu auparavant son jour de gloire, en 2007, en filmant de loin un porte-avions US, grâce à sa caméra… à très faible résolution. Depuis, les iraniens nous ressortent la vidéo à toutes les sauces : dès qu’un nouvel engin est révélé, comme par hasard, il est lui aussi l’auteur de la même vidéo !!!

 

oko-ggodL’historique des drones iraniens démontre à l’évidence qu’il n’y pas eu de ligne directrice autre que celle consistant à copier tout ce que l’occident ou les Etats-Unis (ou Israël) ont pu proposer dans le genre (ici le  Homa apparu en 2015, vague copie du modèle israélien Searcher ou de l’Aerostar). Le plus bel exemple, je pense, est la copie d’un engin français qui au départ n’est même pas un drone mais un avion léger (fort léger, car moins lourd que son pilote !) : le célèbre « Cri-Cri », ou « Colomban MC-10 » sor12_8811191317_l600te de prouesse technique volante à lui tout seul, imaginé en… 1958 par Michel Colomban !!  L’engin est passé électrique en 2010, en devenant l’E-Cristaline de Hugues Duval. En meeting, l’association avec un vieux Broussard donne l’étonnante « navette bretonne » qui ravit toujours le public. Les iraniens ont en effet aussi copié le Cri-Cri en 2012, pour en faire… un drone, appelé « Liko », retrouvé celui-là à Bakou, en Azerbaijan (ici à gauche) !! Il est vrai qu’auparavant en février 2010 les iraniens avaient dévoilé le Faez (Victor) conçu par la société iranienne FACI, créée 1991. Un clone du Cri-Cri ! Leur première conception, le F.3 Fajr, ressemblait quelque peu à un Cirrus SR20 à aile haute…

meggittAu Soudan, en 2012, un engin ressemblant à l’Ababil mais baptisé « Zagil » avait lui aussi été découvert (ou abattu ?). Toujours le même 4 cylindres à bord.. il montrait une étiquette iranienne de fabrication bien visible. L’engin se fait donc appeler Zagil mais c’est donc aussi un Ababil III ! Ce qui avait permis à l’Iran de faire deux annonces de « nouveau drone », et non pas une, remarquez… On a fait ce jour-là une autre découverte de taille à bord : le moteur 4 cylindres avait comme carburateur un équipement… irlandais, de la marque Tilltoson. Exactement ceux qui équipent les moteurs d’avions télécommandés géants, des  Sachs-Dolmar… qui sont aussi ceux des scies à chaîne, ou des tronçonneuses. Pour les 4 cylindres, c’est du Diesel, avec le modèle le plus répandu; le DLE 222. En vente partout. Moins de 5 kilos et 21,5 cv !!! Celui-là, ou le Rotomotor 170 FS. Ce qui donne ça. Ou ça. On approche du but, là à rechercher les fournisseurs de l’Iran… Les iraniens, en tout cas, sont bien devenus les rois des enamiqogins télécommandés de grande taille (« BIG RC » !)… les iraniens, pour certains modèles bi-cylindres plus petits,  ont cherché ailleurs. Ici, par exemple, c’est un moteur de 25 hp de marque WAEamiqo2-342 fabriqué pour la firme anglaise Meggitt Defense Systems, qui fournit la firme privée Qinetiq, qu’ils ont utilisé. La France aussi a eu recours au même moteur avec son drone « lent » Crécerelle, qui date de…1992 et qui est visible ici. Un moteur bicylindre même déjà vu sur un drone ancien, l’Amiqo AT-2 et AT-3 visible ici à droite. L’engin en 2013 a été présenté au salon russe du MAKS en ayant changé de configuration en étant désormais propulsé par un moteur situé à l’arrière… toujours téléguidé par un boîtier de RC.. qui ne doit pas porter bien loin !

yasir-shootEt ce n’est pas fini, car un  ScanEagle aussi de la Marine US avait aussi été récupéré dès 2012. Là aussi, l’Iran avait clamé l’avoir cloné et l’avoir mis en production intensive. Or l’engin simplissime utilise du matériel Sony à bord, venant du grand public, et ne garde sur lui aucune imagerie. Le ScanEagle fonctionne effectivement avec un moteur de RC de 23,6 cm3 signé W-24i : une demi-mobylette ! Le clone iranien « Nasir » aussi présente un seul cylindre. Mais extérieurement, il montre un mélange de design avec RQ-7 Shadow qui ne semble pas lui porter bonheur (comme ici en Syrie) : un nombre important de sites jihadistes le présente en trophées, la plupart du temps en fort mauvais état et donc prétendus comme abattus. Le « clone » du ScanEagle est devenu en Iran le Yasir, montré à la parade militaire iranienne de 2013. Les iraniens l’ont fourni à plusieurs à Bachar el Assad. Deux ont été abattus en Syrie, un le 5 décembre 2013 au dessus d’Alep et un à Qalamoun deux jours plus tard. Les débris montrent un appareil plus que simple, toujours emmené par un moteur de maquette radiocommandée de quelques cm3; mais à un seul cylindre cette fois.

two-drones

112md-550Des drones copiés ou reproduits ? On est donc surpris quand tombe un des drones iraniens « récents », abattu en Turquie. On s’attend à un des clones neufs, et on tombe sur un bon vieux Shahed-123, lui-même version plus petite et plus ancienne du Shahed-129 lancé en production en 2013. Un numéro de production « 112 » était déjà tombé il y a huit mois en Syrie, en photo au sol à droite (ici il y est vu en vol). Des technologies bien en retard sur celles des engins « abattus ». Le reportage de la télévision iranienne faisant l’historique un peu des drones produits à Téhéran montrant son moteur répertorié MD550, le clone du fameux moteur Limbach, modèle L-550E… (ici à gauche).

On affine encore ce goût pour les maquettes télécommandées avec la marque exacte du fournisseur des iraniens une nouvelle annonce à se tordre de rire. Celle d’un improbable « drone suicide » annoncé en fanfare tout récemment.  Comme ici dans le Figaro. Ou là dans USA Today. Le « New York Post » ratant le coche en confondant les deux derniers annoncés (« z’ont qu’à en sortir moins les rédac’ ne suivent plus ! »).  Le fameux drone destiné à combattre des navires posé sur un tapis (persan) présente une allure connue. C’est celle de leur « Bavar 2 », ces clones de système Lippisch devenus des Ekranopladrone-suicide-irannes chez les russes. En septembre 2010, quand il était apparu je m’en étais pris à l’incompétence de CNN qui n’avait pas su déterminer l’origine de l’engin, qui constituait effectivement une menace à bas coût pour les américains. Un clone du Lippisch X-113 de chez Rheinflugzeugbau. Force est de reconnaître que le petit modèle présenté est de la même lignée : il compte s’approcher de son adversaire en volant au ras des flots par effet de sol. Et non pas de vraiment voler. Ok, pourquoi pas. Mais le problème est sa… taille.  Car une étude rapide de la photo fournie nous fait comprendre que c’est encore une fois un modèle RC qui nous est présenté.beling-cat  Mais cette fois, aubaine inattendue : on peut (enfin) mettre tout de suite un nom sur ces propulseurs.  Ce sont deux moteurs de 56 cm » (deux moteurs de mobylette ?) vendus sur le marché de la radiocommande comme étant des « BIG » de chez DLA. Cette fois-ci aucune hésitation possible : c’est bien la marque du fournisseur des 3/4 des drones lents iraniens !!! DLA, étant en fait une partie de l’équipe de la société DLE qui a fondé sa propre boîte, les deux provenant de Xi’an Feiao Model.  L’Iran se fournit aussi en Chine !!!  Le doute subsiste sur cette présentation de maquette à moteurs d’avion radiocommandé : sur le site de BellingCat (repris ici), en effet, un engin de taille respectable a été découvert présentant le même look, mais à taille humaine.  On songe à la préfiguration d’un « Bavar 3 » ! Un « kamikaze » biplace ? Décidément, ils nous surprendront toujours !

shaed-129-presenr

maquette-droneAvec le Shahed 129, qui voudrait être « leur » Predator, donc, là encore, les iraniens vont nous faire le coup du « reverse engineering« . Ce mot-là, ils le mettent à toutes les sauces… comme Sputnik le fait.  Ou ses supporters, comme celui-ci.  Un reportage de la TV iranienne sombre pourtant dans le surréalisme quand il montre le drone iranien « copié » de l’Hermes plutôt gonflé aux stéroïdes pour ressembler plutôt à un Predator, au point d’avoir son fuselage culminer à au moins 1,70 mètre du sol.  L’angle de la prise de vue a été choisi à l’évidence pour accentuer la taille de l’engin.  Un modèle différent à train fixe en arceau est visible derrière celui mis en évidence : il y aurait donc deux modèles similaires !!!  On est loin du drone israélien en effet, question allure générale, et nettement plus près du Predator, là… Mais toujours avec les mêmes « fakes » dans la présentation.  Un site observateur s’est amusé à décrypter le design du fameux « Shahed 129 ».  On a dit que son moteur aurait pu être un moteur à turbine, ce qui aurait constitué un grand progrès. rotax-droneCertains vont même aller jusqu’à imaginer que cela puisse être un Rotax, comme ceux qui équipent la majorité des drones.  Des observateurs notent en effet que le moteur pourrait bien être la copie parfaite du Rotax 914… les iraniens ont pu entrer en effet en possession de moteurs Rotax… discrètement.  Via une entreprise d’aviation civile, qui a développé un petit avion de tourisme qui utilise ce modèle singulier.  Ironie du sort, l’avion s’appelle le FreeBird et il est fabriqué par l’entreprise Dorna, qui est.. bien iranienne et qui existe depuis 1988.  L’engin est fort capable, nous dit ce site spécialisé.  Le moteur incriminé est le modèle Rotax 912ULS de 100 hp de puissance. Il propulse aussi les LH-10 Ellipse, le CTSW Design Flight ou le Tecnam P2002 Sierra Titan.  C’est aussi celui du… « drone qui carbure mal » : le Predator ! Mais d’autres vues révélent un autre arrière, avec un seul capotage (droit) de cylindre moteur…  (c’est sur le modèle plus petit en fait, à train fixe).  Ce qui laisse néanmoins planer le doute sur la motorisation véritable de l’appareil.  L’Iran ayant aussi annoncé avoir cloné des moteurs Wankel, certains pensent que le Shahed 129 aurait pu en être équipé.

crash-129

drone-camerasLe 23 août 2015, un exemplaire s’est écrasé au Pakistan. On découvre alors d’autres manipulations:  Comme dans ce long reportage officiel, où l’on distingue d’autres dissimulations encore. La boule optronique est quasiment factice, et dissimule une petite caméra de surveillance comme celle que l’on trouve dans le commerce et fonctionnent sous IP.  Dans le même reportage, une grossière erreur de communication révèle aussi ce qui pilote l’engin : or, à l’évidence, c’est un boîtier  classique de radiocommande pour maquette (ci-dessus à gauche)… !!! Difficile avec ça d’aller bien loin… Le « fameux » Shahed 129 est montré pour la première fois  équipé de 4 missiles. Le même bloggueur curieux repère que les « lourds missiles » accrochés par deux à l’aile du drone… le sont par une fixation bien fine, incapable de résister à un poids conséquent.
Les fameux missiles (« Sadid-1 ») largement copiés sur le formes du missile Spike LR de chez Diehl (cf le Rafael Spike ER) sont donc des missiles… en carton-pâte. Il avaient déjà été « proposés » en 2009 pour équiper l’hélicoptère Shahed 285  (voir ci-dessous) sans qu’on ait vraiment su ce dont ils étaient capables… Dans une des vidéos de propagande iranienne, leur chute filmée est suivie d’un gros coup de zoom pour faire croire au missile filmant lui-même sa chute : c’est un procédé grossier de tentative de missiledésinformation ! Le blogger fait aussi remarquer que leur antenne de communication pointée vers l’avant, ce n’est pas non vraiment le bon endroit en cas de chute libre… les fixations des ailettes de plastique par petites vis ne semblent pas très compatibles non plus avec les vibrations subies par ce genre de missile… bref, les iraniens sont à nouveau en train de fabriquer un bel hoax ! Le 10 avril 2014, un Shahed 129 livré aux troupes d’Assad est filmé au dessus de la Syrie : il ne porte effectivement aucun missile. 

tir-missilePour « prouver » à tout prix aux sceptiques que le nouvel engin de grande taille puisse tirer des missiles, les iraniens ont mis depuis en ligne une photo censée montrer l’efficacité « meurtrière » du Shahed 129. Manque de chance, le tir montre une fumée bien incompatible avec celle d’un véritable missile et une taille réduite de l’aile du drone porteur : l’image a été extraite d’un document vidéo datant de la guerre contre l’Irak (ci-contre à gauche), dans laquelle ce bon vieux Mohajer avait été muni de lance-missiles… RPG-22 ! Décidément, tous les moyens sont bons pour tenter de tromper les gens ! En 2014, un drone équipé de façon similaire avait été montré. Rien de neuf donc depuis 36 ans !!! (ci-dessous une photo du Mohajer pendant cette guerre, équipé de roquettes).  Une vidéo est visible ici de ces bricolages de plus de trente ans !!!

mohajer-1-uas

shahed-poseEt pourtant :  Même le très sérieux Jane’s s’est fait avoir en annonçant ses capacités d’attaque, qu’il n’a manifestement pas. Comme quoi la propagande, ça marche ! Le 13 août 2015, enfin, un de ces Shahed s’écrase près de Konarak en Irak, au Baluchistan, près de Chabahar, sur le Golfe d’Oman (photo ci-dessus).  L’occasion de vérifier ce que je viens de vous dire. A savoir qu’il … très en retard sur ce qui se fait ailleurs… Ce jour-là, l’engin exhibait ses supports d’armes… sans en posséder pour autant.  Il ne possède pas à l’avant de communication satellitaire, et pour cause: son avant est vide (il sent aussi le rafistolage à la bande autocollante sur le fuselage) ! On le retrouve en effet souvent crashé aux frontières pour une raison simple : démuni de liaison satellite, il est tributaire de son camion récepteur d’images et émetteur d’ordres à suivre… Bref, il est plus que limité !

 

Passecamion-radio-iran encore pour le grand drone quasi vide. Il y a pire encore (on peut toujours faire pire, c’est flagrant !). Pour piloter ce bidule,il faut un camion émetteur, on vient de le dire, puisqu’il n’y pas de satellite pour relayer. Si celui-là on connait sa forme (et l’endroit où il se cache pour ses essais), son contenu est plus mystérieux. Sauf que les autorités ont tenu à tout prix à nous montrer aussi comment on dirige la bête. La station de contrôle interne est donc photographiée… et on serait presque, là aussi, tombé dans le panneau si un blmontage-photoogger curieux n’était pas allé faire quelques constatations… ailleurs. Car là aussi, surprise, on a droit  un … fake. Les pilotes au joystick sont des… américains, photographiés dans leur container bien connu.. et la photo d’origine US a été simplement retouchée pour faire croire à une salle de pilotage iranienne !!! En fait, c’est Asaïb Ahl al-Haq la scission du groupe du Mahdi en Irak, soutenue par l’Iran, qui s’est amusée à trop en faire pour vanter le matériel de Téhéran : « les stations de contrôle qu’Asaïb Ahl al-Haq voudrait vous faire croire pilotant des frappes de missiles en direct sont en fait des prises de vues d’une station de contrôle de la formation Reaper utilisée par la Force aérienne des Etats-Unis, des pilotes de drones situés sur l’Holloman Air Force Base au Nouveau-Mexique. Asaïb les a recopiées d’un documentaire sur les drones de Journeyman Pictures appelé « Rise of the Machines » précise le blog. Le pompon, quoi !

Mais comme ça ne semble pas suffire encore, c’est une vision encore plus grotesque à laquelle on va avoir droit dans une énième vidéo de propagande du régime censée « vendre » davantage le Shared 129.  Celle d’un « centre de commande » de drones, façon salle de la NASA, censée impressionner le public.  Mais ceux qui ont fabriqué ces pupitres de carton-pâte ont positionné plein d’écrans… un peu trop vite les deux écrans « radars » noires et ronds ont tout l’air de factices, et pas moins de 4 écrans montrent le fameux fond d’écran « Teletubbies » de Windows XP (voir l’épisode précédent)… sorti le le 

salle-controle

 

sputnikTout est bon pour leurrer les gens. En avril 2015, The Iran Project, la voix des forces armées iraniennes sur le net, dévoile un « nouveau drone » appelé « Basir ».  Comme photo… l’agence propose celle d’un… Reaper.  Et Sputnik, qui n’en rate pas une, décidément, la reprend telle quelle le 19 avril (voir ici ci-contre) ! Gonflé, surtout quand on découvre le drone à l’allure de clown émacié qui porte ce nom.  L’engin est présenté comme « autonome » et « programmable ». basir-drone La même annonce avait eu lieu avec une autre photo pour l’appuyer : celle du premier drone iranien, le Mohajer-1, utilisé pendant la guerre Iran-Irak… dans les années 90 !  Le Basir présentant une bosse sur le nez et ce qui semble être un radar accroché sous lui dans une sorte de bac Tupperware bleu et blanc faisant office de radôme.  Pas vraiment « stealth » tout ça !!! Le Basir est présenté par Sputnik comme un « drone intelligent »:  » selon un représentant de la brigade, Mohammad Mohammadi, cité par l’agence Fars, le drone peut emporter des armes, participer aux combats de rue et réaliser des missions de reconnaissance militaire ». Le mieux étant bien sûr l’assertion de la « participation aux combats de rues » : un drone à moteur de mobylette lanceur de cocktails molotov ?

shahedRécemment encore, en février 2016, voilà le même « Shahed 129 » qui se voit greffer un nouveau nez et un arrière avec entrée d’air en dessous désormais, empruntés au Predator (chez qui  l’excroissance à l’avant loge l’antenne satellite) : or le hic, c’est que sur les 4 satellites iraniens, aucun n’est de communication…le seul que le pays ait eu est retombé en 2009 !). RT lui fait quand même la fête. L’engin est apparu dans le ciel de Damas le 10 avril 2014. Avec son nez bulbeux, le voilà qu’il ressemble à un…Hermes 900. Toujours cette manie de vouloir copier l’existant !roues La copie de l’Hermes avait déjà démarré avec celle du Heron israélien (et Harfang français), devenu « Fotros » en Iran dévoilé en 2013. L’engin avait été montré… sans aucun moteur, les ouies d’aération bouchées et avec un assemblage pas très précis (un fuselage mal fermé, des ailerons décalés, un faux missile accroché sous l’aile, des passages de train même pas ouverts, etc) : une belle maquette, encore une fois !!! fotrosUne vidéo montrait bien un grand modèle au dessous complètement plat, favorisant la détection radar (?), une aberration de plus (à se demander si ce sont des ingénieurs de l’aviation qui créent ça ou des décorateurs de théâtre !), et non plus une maquette radiocommandée en train de décoller, mais son vol laissait plutôt entrevoir un modèle ultra-léger, ou en tout cas complètement vide, à le voir sinuer au moindre petit coup de vent. Un engin manifestement… creux ! Médiatiquement, on découvrait peu de temps après une « demande » russe pour cet appareil de 9 mètres de long… qui n’a pas été revu nul part depuis… Sauf en 3D… on était loin du contenu bien rempli du Harfang-Heron… !!! Et pourtant, la propagande « Une simple comparaison entre Fotros et le drone américain MQ-1 Predator révèlent la supériorité du modèle iranien » écrivait le  20 novembre 2013  l’agence iranienne Irib.  Plus risible encore avec « le modèle iranien va plus moins puisqu’il transporte les missiles de croisière »… le voilà venu destroyer volant ! Insanité totale ! La même agence diffusant régulièrement du Meyssan, il est vrai… ceci explique cela.  Le Fotros n’a pas été davantage vu depuis que le Mohajem 92, présenté en septembre 2015 à un salon aéronautique, et repris bien sûr par les autres fans français des iraniens. L’engin est annoncé pouvant faire 500 km de portée… (avec quelle super-télécommande ?).

cadeauFaire des copies approximatives, ou des fakes, mais surtout entretenir les madhesif-droneédias en les leurrant. Le « drone d’attaque » Ra’ad-85 est ainsi montré rafistolé à la bande adhésive, sans que cela ne choque : pour Aviationist, c’est un projet marqué par « de l’amateurisme« , pourtant. Le « clone » du ScanEagle, cette fois immaculé, se voit pourtant devenir le 22 octobre 2013 le cadeau d’une remise solennelle au Lieutenant General Viktor Bondarev par l’iranien Farzad Esmayeeli, Brigadier Général iranien. L’homme est tout étonné de se voit remettre un tel engin alors que Poutine a déjà personnellement négocié de « vrais » chez les spécialistes… israéliens !!! 

Contrairement à ce qu’a affirmé Sputnik, l’industrie de  défense iranienne n’a en effet rien su tirer des drones qu’elle n’a jamais capturés.  Tout ce qu’elle fait se résume à un entretien de l’esbroufe qu’elle crée continuellement et que les médias relaient complaisamment sans en vérifier le contenu ! Rien n’est crédible, et seuls les gogos peuvent y croire. L’Iran, c’est simple, prend tout bonnement les gens pour des cons! Le clonage ou la pâle copie, plus les hoax, entretenus sur le net, voilà donc ce qu’est l’industrie iranienne de drones : ils auront du mal à faire pire encore que cet exemplaire là, de fake, remarquez :

1399574_667761806601575_1830750791_o

 

(1) le Predator US n’est pas en reste avec le hacking… via « SkyGrabber »…

http://www.pcworld.com/article/2310301/windows-xp-registry-hack-keeps-the-security-updates-rolling.html

http://edition.cnn.com/2009/US/12/17/drone.video.hacked/

 

comparaisonNota : au fond de la pièce de présentation du drone « reversed », on a pu voir un drôle d’insecte volant : un petit hélicoptère qui en fait n’est pas un inconnu non plus. C’est leur Hesa Shahed 285, une sorte de Bell 206 Jetranger habillé de matériaux composites en résine polyester façon coque de bateau (il a bien gardé les formes globales de son modèle d’origine !) et doté d’un vieux moteur Allison Model 250, (Rolls-Royce M250) datant des années 60 (ici son ancêtre). L’engin a été présenté pour la première fois en 2009 et n’est pas entré en production : logique, l’embargo a empêché de trouver les moteurs similaires  à l’étranger. Cela fait longtemps qu’ils copient et masquent… leurs insuffisances technolofgiques, flagrantes !

A noter que sur la page de l’annonce de Sputnik on a également une tentative d’hameçonnage grossier avec cette phrase :

« Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l’application Telegram sur n’importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join » » Il faut savoir que  Telegram a été créé en 2013 par les frères Nikolai et Pavel Durov, fondateurs de VKontakte, le réseau social dominant en Russie. Tout concourt à célébrer Poutine, en fait !!! Et accessoirement, à aider les jihadistes !

Comme documents sur les drones, on peut aussi relire ça :

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/zone-51-cia-l-invention-du-141088

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/zone-51-cia-le-drone-oublie-ou-140692

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/zone-51-cia-maintenant-on-sait-a-145451

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-liberation-25-quand-un-futur-95808

 

Le journal citoyen est une tribune. Les opinions qu’on y retrouve sont propres à leurs auteurs.

Commentaires

commentaires

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Ce capitalisme qui doit tout à La Réforme

La Réforme a cinq siècles. Elle a transformé l’économie européenne et a largement contribué à ...

2 Commentaire

  1. avatar

    A very interesting article. Wonder if it could be reproduced in English and, if yes, how to attribute?

  2. avatar

    Hey, hey : thank you but i think that this text can be a good one for you, too..

    http://www.centpapiers.com/lete-de-la-desinformation-11-courtage-espionnage-et-antisemitisme-d/

    your name is inside… at a good place, i think. On a serie of 4 texts about a french societey and spying… in 1988.

    Just contact the administrator of Cent Papiers and give her your mail adress, so I can contact yourself, i think that you have some words to say about iranian drones but also about russian submarines screws a few years ago … and japanese machines bought by frenchmen to made these elements…