Accueil / A C T U A L I T É / Un message de l’Institut pour la Justice

Un message de l’Institut pour la Justice

Madame, Monsieur

Vous avez sans doute entendu parler de ce gendarme, fauch? par une voiture, il y a quinze jours ? Nice.Mais savez-vous que l’auteur ? pr?sum? ? de ce meurtre est un d?linquant multir?cidiviste, que la Justice?avait volontairement remis en libert? 5 jours avant ce drame?? Rappel : le 17 octobre dernier, le major Daniel Bri?re est intervenu avec ses coll?gues pr?s de Nice ? la recherche d’une bande de cambrioleurs. Un barrage routier est mis en place. Un v?hicule s’avance, approche et… acc?l?re volontairement contre l’un des gendarmes, Daniel Bri?re. Le choc est terrible. Il est projet? en l’air ? plus de 12 m?tres et d?c?de peu apr?s son arriv?e ? l’h?pital. Il laisse derri?re lui une femme qui devra s’occuper seule de leurs deux enfants.Le principal suspect, bient?t arr?t?, est ? ?videmment ? ? bien connu ? des services de police et du Procureur. Il a d?j? ?t? condamn? ? plusieurs reprises.

Mais surtout, il y a seulement quelques mois, il avait ?t? incarc?r? pour une dizaine de cambriolages, le vol de deux voitures et la d?tention de cannabis.

Son proc?s n’avait pas encore eu lieu. Mais la Justice a estim? qu’il ne pr?sentait aucun danger pour la soci?t?.Elle a d?cid? de le remettre en libert?, et le major Bri?re est mort.

Il faut dire STOP ? cette irresponsabilit? de notre syst?me judiciaire. Et c’est pourquoi l’Institut pour la Justice a lanc? un?grand r?f?rendum?national pour la Justice contre l’impunit? des criminels.

Il est vraiment urgent de r?agir. Car juste avant le meurtre de ce gendarme, il y a eu ce proc?s des viols collectifs de Fontenay-sous-BoisNina et St?phanie avaient ?t? auditionn?es des dizaines de fois par les enqu?teurs. A chaque fois, elles avaient racont? les viols collectifs qu’elles ont subis, dans des caves ou dans des cages d’escaliers.

Les hommes faisaient la queue, attendant leur tour ? cinq, ? dix, quinze ou parfois m?me vingt. Rien n’?tait ?pargn? aux victimes : humiliations, coups de poing, insultes, br?lures de cigarettes. Un t?moin a d?clar?, au journal Le Parisien, que les victimes ?taient devenues des ??morceaux de viande qu’on faisait tourner??.

Mais savez-vous que,?pour ces horreurs, trois des quatre individus reconnus coupables ont ?t? condamn?s ? de la prison… avec sursis ???

Et que le plus violent n’a ?t? condamn? qu’? un an de prison ferme, lui qui est aussi en d?tention provisoire pour le meurtre de sa femme ?

Et ce n’est pas le pire. Lors du proc?s, les victimes ont ?t? harcel?es sans rel?che par les avocats des 14 accus?s, sous les rires ou les insultes des accus?s.??Grosse vache, tu crois que je t’ai viol?e?! ? a d?clar? l’un des accus?s sans aucun rappel ? l’ordre des magistrats pr?sents ? l’audience.

Les accus?s ont d?clar? qu’elles ??aimaient le sexe??, que les victimes ?taient consentantes puisqu’elles ?taient pr?sentes.

Et pour cela, ils ont re?u des condamnations ? avec sursis ?. C’est-?-dire?rien du tout.

Mais peut-?tre imaginez-vous que cette affaire est exceptionnelle ? Pas du tout, malheureusement. Il y a un an, un proc?s du m?me type s’est tenu ? Avignon.

Une jeune fille de 14 ans avait ?t? viol?e, exhib?e, film?e et prostitu?e pendant un mois entier par une bande de 30 individus ?g?s de 16 ? 22 ans.

Le criminologue Xavier Raufer avait racont? ce qui s’?tait pass? lors du proc?s.

Un psy, en chemise ? fleurs, avait expliqu? que les violeurs avaient v?cu ce passage ? l’acte ? comme un rite initiatique ?, qu’ils n’?taient pas ??arm?s pour anticiper la relation avec cette jeune fille?? et n’ont donc pas ?per?u la contrainte situationnelle??. Eux qui ?taient par groupes de dix dans une cave autour de la victime.

Pire, le psy avait insinu? que cette fille avait pu, durant son calvaire, ??ressentir une forme de plaisir affectif??. Et il avait estim? que les violeurs ne pr?sentaient aucun risque de r?cidive, alors que les deux principaux accus?s ?taient d?tenus pour une autre cause.

Ce qu’ont dit de la victime les avocats de la D?fense est encore plus grave. Echantillon : ??C’est dans la relation avec le sexe qu’elle va vers l’autre. Ce n’est pas

une recherche de plaisirs; elle s’exprime avec son cul?? (sic).

Et, pour couronner le tout, la Justice a prononc? des peines d?risoires, essentiellement assorties de sursis. On ne peut pas accepter plus longtemps un syst?me aussi injuste. Mais il n’y aura aucun changement si le peuple fran?ais ne se l?ve pas en masse pour dire NON.

Et c’est pourquoi je vous demande d’agir et de participer au?grand R?f?rendum?national de l’Institut pour la Justice. Je compte sur vous pour signer ce r?f?rendum et faire signer tout votre entourage en en?cliquant ici.

 

Merci d’avance,

 

Laurence Havel?Institut pour la Justice

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Inondations dans l’Aude

Inondations dans l’Aude : les vrais responsables du drame…   Les fortes pluies qui se ...

5 Commentaire

  1. avatar

    Pierre,

    Bonjour,

    J’ai aussi reçu cette information si la forme ne prette aucun conteste, je reste prudent les dirigeants de cet « organisme » sont des EXTREMISTES DE DROITE.

    Je pense avec cela avoir tout dit, et j’ai refusé de le publier.

    Mais que la mafia régne en Maitres absolus c’est incontestable.

    Nous sommes en train de revenir à l’époque ou il faudrait à nouveau faire revivre LES INCORRUPTIBLES.

    Il y a masse D’AL CAPONE sur tous les continents, puis bien souvent les propres forces de l’ordre à tous les nivaux.

    Le Panda

    Patrick Juan

  2. avatar

    La vériité ni la valeur d’un message ne dépendent de son auteur. Si les Pharisiens n’avaient pas classé Jesus comme un fils de col bleu et une merde de métèque Galiléen, on aurait gagné bien du temps.

    Pïerre JC Allard

  3. avatar

    Il y a une vingtaine d’années, un homme d’une de nos petites villes du Québec, dont la fille avait été violée par un groupe de criminels motorisés, est allé voir la justice APRÈS avoir fait sauter, à la dynamite, le refuge des criminels responsables.

    La justice a suivi son cours, mais on n’en a pas tellement entendu parler.

    • avatar

      Pardon,

      Pierre et Monsieur l’Artiste,

      Le Québec en la matiére n’est pas un exemple pour la protection des femmes à moins que je ne me trompe.

      Les donneurs de leçons c’est bien, mais l’évidence de la révolte est ailleurs et ce n’est pas en tuant les gens que l’on comprend la signification de leurs actes.

      Dans ce cas la autant supprimer toutes les sanctions et les centres de détentions, et que la sanction soit petite ou grande appliquons la loi du TALION.

      Bravo vous me surprenez 😉

      A ce niveau faites vos Lois

      Le Panda

      Patrick Juan :-[

    • avatar

      🙂

      L’affreuse loi du talion est facile à discuter lorsque ce n’est pas un de ses propres enfants qui est en cause. Avant d’atteindre ce point-là, c’est une loi à supporter et à défendre j’en convient.

      Par contre, il faut bien admettre que lorsque la « justice » agit de la façon démontrée dans l’article, le questionnement refait surface et la réponse peut se nuancer pour celui qui est touché.

      Vouloir « guérir » ces malades n’est pas de la prévention, c’est de la Loto.

      Quant aux femmes « battues » au Québec, tout ce que je peux remarquer, c’est que plus on recule dans notre histoire, moins on en trouve, semble-t-il.

      Évidemment si le but est de comprendre la signification de leurs actes, alors là, on en accepte les conséquences au nom de la « science ». 🙂

      Lorsqu’on enlève la démarcation du point de « non retour », on doit s’attendre à des comportements affreux de toutes les parties. Ce qui multiplie ces comportements affreux.

      Amicalement