Accueil / A C T U A L I T É / Un Macron très sucré

Un Macron très sucré

Le macaron est une gourmandise très sucrée, moelleuse, fondante dans la bouche, et on s’en vient à penser que le nouveau président s’inspire de cette pâtisserie fine afin de donner de lui une image pleine d’empathie…mais ce sourire n’est-il pas qu’une façade ?

Les consignes ont été données afin que les nouveaux élus LREM ne donnent pas dans le triomphalisme, et fasse usage de la plus parfaite modestie…

« Le gouvernement abordera les prochains mois avec une grande humilité » avait déclaré à l’issue du scrutin le 1er ministre.

« Hu-mi-li-té », le mot a été martelé, c’est un élément de langage qu’ont bien intégré les élus intéressés, à preuve la déclaration de l’un d’eux, Stanislas Guerini, député de la 3èmecirconscription parisienne : « ça doit nous conduire à aborder cette mandature avec humilité ». lien

Mais ce n’est pas la seule consigne donnée aux nouveaux députés de la REM.

Un autre mot d’ordre façonné par la présidence est clair : bienveillance…

Sur l’air de « les dents sourient, mais les yeux disent le contraire  », se souvenant des paroles de Gilles Abadie : « attention, celui ou celle qui te montre son plus beau sourire laisse souvent entrevoir ses dents particulièrement acérées », Macron a donc décidé de jouer l’humilité mais aussi l’empathie, afin de faire passer en douceur son programme probablement largement antisocial.

 

Le Canard Enchaîné, toujours bien renseigné, affirme que le président à déclaré récemment « Maintenant au boulot, parce que ça va turbuler  ! », sachant, rappelle le volatile dérangeant que le mot « turbulence » signifie « agitation désordonnée et bruyante ».

Les vacances sont un moment très fort de démobilisation, et le gouvernement ne cache pas sa volonté de profiter de cette parenthèse estivale pour tout décider rapidement, afin que tout soit prêt à la rentrée, et la fourmi pourra alors affirmer à la cigale : « Que faisiez-vous au temps chauds ? Vous chantiez ? J’en suis fort aise, et bien dansez maintenant !… ».

Reste à savoir si les cigales vont danser très longtemps…car généralement, avec le ventre et les poches vides, l’envie de danser passe assez rapidement.

Le flou artistique sur ce qui va être fait est savamment entretenu, et après avoir fait filtrer quelques informations, démenties peu après, il reste compliqué de savoir ce qui va être fait.

Pour avoir les coudées plus franches, la presse est mise en coupe réglée, et la communication présidentielle avare d’informations, ne laisse filtrer que ce qu’elle souhaite.

 

Mais regardons de plus près ce que mijote réellement le gouvernement pour cet été…avec gentillesse et modestie.

Le projet de Macron comporte 8 articles de loi, et le gouvernement présentera le texte le 28 juin, transmis pour avis au Conseil d’Etat, sera soumis aux parlementaires, lesquels en l’acceptant, donneront l’autorisation au gouvernement de réformer profondément le code du travail, en évitant de « perdre du temps », lors des discussions parlementaires classiques.

Au-delà du secret maintenu sur ces 8 articles, on sait toutefois que seront évoqués le plafonnement des dommages et intérêts aux prud’hommes lors de licenciement abusifs…mais aussi le regroupement des instances de représentation du personnel lors des négociations au sein de l’entreprise.

Mais il sera aussi question de réformer les motifs de licenciement, et d’autres sujets explosifs, sur lesquels le flou est pour l’instant entretenu.

L’un des acteurs de la concertation, Didier Porte, membre de la délégation FO est surpris car, à la lecture du document dévoilé par Le Monde, il affirme : « tout ne correspond pas à ce qui a été dit lors de nos rencontres. Maintenant, il est temps que nous ayons un texte, car il est difficile d’avoir une vision cohérente dans ces conditions »…lien

En tout cas, ça passe par la « prise en main » des nouveaux députés de LREM, comme l’a largement laissé sous-entendre le porte parole de l’Elysée : « je souhaite que les nouveaux députés de La République En Marche n’oublient pas d’où ils viennent et qu’ils ont été élus grâce à la dynamique Macron »…sous entendu, n’oubliez pas de mettre le petit doigt sur la couture du pantalon.

Une chose est certaine, le nouveau gouvernement a maintenant les coudées franches, les ténors du Modem sont partis, et les nouveaux venus seront aux ordres, bien placés les uns et les autres pour surveiller, voire contrôler discrètement, les proches du 1er ministre afin d’éviter tout dérapage malvenu.

En effet, l’ex garde des sceaux, qui se parait des plumes de l’exemplarité, découvre un nouveau danger, puisqu’un ex assistant parlementaire affirme qu’il était bien un emploi fictif, travaillant pour le compte du Modem, et qu’il est prêt à témoigner devant la justice.

Il témoigne : « j’ai vu que des parlementaires, à plusieurs, finançaient des temps partiels d’assistants parlementaires qui ne fournissaient aucun travail pour le député »…et il ajoute : «  les parlementaires, conscients du risque juridique, réclamaient avec beaucoup de difficultés que l’assistant, de temps en temps, se manifeste, transmette une note sommaire sur un sujet ou une petite revue de presse, qui permettrait d’apporter une preuve qu’un travail a bien été effectué, au cas où il y aurait des contrôles  ». lien

Pourtant, 2 petits jours auparavant, Bayrou affirmait vent debout : « nous n’avons jamais eu d’emplois fictifs au Modem !  ». lien

Une autre sale affaire refait surface, et c’est grâce à un organisme de presse russe que nous avons appris que le directeur de l’AFP avait eu, avant le Canard Enchaîné, l’occasion d’évoquer l’affaire Richard Ferrand, mais qu’il avait jugé que « le sujet n’était pas digne d’intérêt ». lien

Il faut croire que cette réflexion était mal fondée, puisque finalement, l’intéressé a été poussé à la démission, le plus discrètement possible.

L’été est déjà là, et au-delà de la canicule, il risque d’être autrement chaud.

Certains utiliseront les crèmes solaires, mais on est en droit de se demander si d’autres produits, plutôt glycérinés, ne devraient pas leur être préférés ?

 

Comme dit mon vieil ami africain : « les dents ne voient pas la pauvreté ».

L’image illustrant l’article vient de dentalespace.com

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Un hold-up électoral

La proie aime les barrières

Le mélange des genres

Le peuple ou les élites

Ils font leur nid dans le ni/ni

Les premiers sont les derniers

Sortir de ces années pestilentielles

Êtes-vous manipulés ?

Ficron, Maillon ou Mélenchon ?

Lever le mystère Macron

Et alors !?

La mère rouge et le père pépère

De macronneries en fillonneries

S’engager dans la Marine ?

La manif des casseroles

Pénélope, du travail au blanc ?

Méritons-nous ces hommes politiques  ?

Quand Hamon avale Valls

Je suis le mal aimé

Du smic au smax

Et le gagnant est Nibor Sed Siob

Les bouffons politologues

Choisir entre la peste ou le choléra

Fillon, un plat qui se mange froid

Primaires à droite, votez tous !

Ces dindes qui votent pour Noël

Une France mal à droite

La politique de l’illusion

La grande lessive, à qui le tour

Commentaires

commentaires

A propos de olivier cabanel

avatar

Check Also

Le mensonge en politique

  Un politologue, s’exprimant sur France Culture, tente, un siècle après, un rapprochement troublant entre ...