Accueil / T Y P E S / Articles / Un investisseur respect? compare la dette des USA ? une fraude pyramidale

Un investisseur respect? compare la dette des USA ? une fraude pyramidale

Le directeur g?n?ral du fonds obligataire am?ricain Pimco, Bill Gross, l’un des plus grands cr?anciers priv?s de l’Etat f?d?ral, a compar? mercredi la dette publique des Etats-Unis ? une gigantesque fraude pyramidale.

Dans sa lettre mensuelle sur les perspectives d’investissement, M. Gross a compar? cette dette ? l’escroquerie invent?e par l’Italo-Am?ricain Charles Ponzi, condamn? en 1920 apr?s avoir leurr? des investisseurs avec des rendements qu’il payait gr?ce ? l’arriv?e d’autres investisseurs.

Le financier new-yorkais Bernard Madoff a ?t? condamn? en juin 2009 ? 150 ans de prison pour avoir men? une escroquerie de ce type pendant plusieurs d?cennies.

« La dette publique, en r?alit?, a toujours eu des ressemblances avec une escroquerie ? la Ponzi. A ceci pr?s que les Etats-Unis ont, parfois, rembours? leur dette nationale, mais il y a toujours eu ce postulat que tant qu’on pouvait trouver des cr?anciers pour rembourser les emprunts anciens, et en acheter de nouveaux, le jeu pourrait continuer ind?finiment », a-t-il affirm?.

« Maintenant, toutefois, la croissance ?tant mise en doute, il semble que la Fed a pouss? la logique de Charles Ponzi un peu plus loin », a-t-il poursuivi, en r?f?rence au nouveau programme d’achats de titres de dette publique que s’appr?te ? lancer la banque centrale am?ricaine.

« La Fed, dans les faits, est en train de dire aux march?s de ne pas s’inqui?ter de nos d?ficits budg?taires, et qu’elle sera l’acheteur de premier et peut-?tre de dernier ressort », a interpr?t? M. Gross.

« Je vous le demande: y a-t-il jamais eu de cha?ne de Ponzi plus ?hont?e? Non, jamais. Celle-l? est tellement unique qu’elle exige un nom nouveau. Je l’appelle la cha?ne de Sammy, en l’honneur de l’Oncle Sam et des hommes politiques (ainsi que des citoyens) qui nous ont conduit ? ce moment critique de l’Histoire », a-t-il ?crit.

M. Gross, un investisseur qui aurait beaucoup ? perdre si le monde venait ? douter de la capacit? des Etats-Unis ? rembourser leur dette, critique r?guli?rement la classe politique am?ricaine, incapable selon lui de montrer du s?rieux dans la r?duction du d?ficit budg?taire.

De nombreuses voix se sont ?lev?es aux Etats-Unis et ailleurs depuis plusieurs semaines pour tenter de dissuader la Fed d’injecter de nouvelles liquidit?s dans le syst?me financier am?ricain, de peur que cette cr?ation mon?taire ne nuise ? la stabilit? de l’?conomie mondiale.

Les critiques envers la Fed d’une autre « voix respect?e dans la communaut? financi?re », selon la cha?ne d’information financi?re CNBC, le pr?sident du fonds GMO Jeremy Grantham, attiraient ?galement l’attention.

Dans une lettre trimestrielle aux investisseurs, il a compar? la politique mon?taire des Etats-Unis ? un film d’horreur « incroyablement terrifiant ».

« Coller ? une politique de taux bas, employer l’assouplissement quantitatif [politique de cr?ation mon?taire pour stimuler l’activit?, ndlr], doper d?lib?r?ment les prix des actifs, ignorer les cons?quences de l’?clatement des bulles sp?culatives, et montrer un refus total d’apprendre de ses erreurs, a fait de la politique de la Fed une contribution largement n?gative ? la fabrication d’une ?conomie saine, stable, avec un emploi solide », a-t-il avanc?.

Dans une note illustr?e d’une fausse affiche de film d’horreur intitul? « Le Retour de la Fed Vivante » en allusion au c?l?bre « Retour des morts-vivants », M. Grantham a rappel? qu’il critiquait la Fed depuis 15 ans, plaidant pour que sa mission se concentre uniquement sur la stabilit? des prix et du syst?me financier, en d?laissant la lutte contre le ch?mage.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le sens des affaires

Enfants, nous disposions d’une formidable école de commerce qui nous dispensait son enseignement durant les ...