Accueil / T Y P E S / Chroniques / Un enfant met sa propre souffrance au service d?autrui! Et nous, pouvons-nous le faire?

Un enfant met sa propre souffrance au service d?autrui! Et nous, pouvons-nous le faire?


CAROLLE ANNE DESSUREAULT

Connaissez-vous l?histoire de Kesz Valdez?

Ce gar?on de treize ans a re?u le prix international 2012 de la paix pour les enfants. Son message, fort simple, saisit?: ?Mon message pour les enfants du monde est de ne pas perdre espoir.?

Desmond Tutu, lui-m?me Prix Nobel de la Paix, lui a remis le prix ? La Haye en septembre 2012.

Qu?a-t-il fait ce jeune gar?on pour se m?riter un tel hommage? Il a mis sa propre souffrance au service d?autrui. Pourtant, sa souffrance ?tait immense.

Kesz Valdez vient des bas-fonds de Manille aux Philippines et comme bien d?autres enfants, il fut victime de violence, d?abandon et de maltraitance. ? l??ge de deux ans, violent? par sa famille, il est forc? de mendier et de fouiller dans les d?charges de la ville ? la recherche de quelque nourriture pour survivre, et surtout, de choses ? vendre (trafic oblig? par sa famille). Il ?tait en tr?s mauvaise sant?.

Apr?s plusieurs blessures s?rieuses, il fuit sa famille. Il est recueilli par deux travailleurs sociaux. Sa vie change. La r?silience de Kesz est remarquable. Il commence son b?n?volat ? l??ge de six ans. ? son tour, il veut aider d?autres enfants.

En 2005 (sans doute aid? par l?association qui l?a recueili), il fonde une organisation de D?fense des enfants de la Communaut?.

? sept ans, il re?oit des cadeaux d?anniversaire. ?trangement, il ne veut pas les garder pour lui, mais les redistribuer. Son objectif est de donner de l?espoir aux enfants de la rue pour les aider ? s?en sortir.

Un h?ros pour les enfants d?munis

Jusqu?? ce jour, depuis le lancement de l?organisation, lui et son ?quipe de b?n?voles ont distribu? plus de 5 000 bo?tes de cadeaux d?espoir. Ces bo?tes sont constitu?es d?objets essentiels de la vie quotidienne. Il dit en entrevue?: ?Ces enfants ont besoin de chaussons, de pantoufles, de brosses ? dents, de jouets. Le fait de leur venir en aide les fait se sentir mieux, car cela d?montre que des gens s?int?ressent ? eux, qu?ils ne sont pas seuls, et qu?ils sont aim?s.?

Kesz est devenu un h?ros pour les enfants d?munis. Pas seulement aux Philippines, mais en Indon?sie, et sans doute depuis l?attribution de son prix, dans d?autres pays. Une cha?ne solidaire universelle est en train de se b?tir.

Kesz enseigne aussi aux enfants l?hygi?ne, les renseigne sur leurs droits, leur parle de r?silience. Il a aid? jusqu?? ce jour 10 000 enfants.

M?me s?il est encore tr?s jeune, il est d?j? un grand conf?rencier, anim? d?un talent extraordinaire pour alerter les m?dias et les dirigeants. R?guli?rement, il prend la parole au cours d??v?nements qu?il cr?e lui-m?me pour expliquer la situation des enfants qui vivent dans la rue.

L?impact du prix

L?impact du prix qu?il a re?u est, bien s?r, ?norme. Les gouvernements et les d?cideurs ?couteront son message, parce que Kesz est tr?s actif dans la propagande de son organisation et qu?il faut ?tre dans une telle position pour ?tre entendu.

Une r?compense de 130 000 $ accompagnait le prix pour aider Kesz ? poursuivre son ?uvre. Il est devenu le porte-parole de sa cause. Le jeune gar?on a la possibilit? de faire entendre sa voix dans le monde entier.

Dans les rues de Manille, un million d?enfants y vivent.

Dans le monde d?abondance dans lequel nous vivons, o? en Occident, on jette ? la poubelle de la nourriture, un univers dans lequel des familles et des soci?t?s poss?dent des milliards de dollars, il est ind?cent que des enfants s?agrippent ? des immondices pour se nourrir!

Les gouvernements n?ont rien fait.

Il aura fallu qu?un jeune sorte de l?ordinaire, brandisse le flambeau, soit charismatique, soit talentueux, pour qu?on prenne au s?rieux la situation. L?, on va peut-?tre commencer par faire quelque chose, parce que les ?lus se sentiront mal ? l?aise de ne pas le faire. S?ils ne font rien, l?organisation en place fera tout de m?me une diff?rence.

Le jeune gar?on de treize, bient?t quatorze ans, est beau physiquement et moralement. Bien qu?on l?ait meurtri, il s??panouit. Il y a quelque chose en lui d?assez fort pour d?passer son propre malaise, ne pas s?appesantir sur la lourdeur du manque. Il a choisi de s?ouvrir aux autres et de cr?er sa propre abondance. Par son attitude.

Kesz s?est cr?? un destin qui n?a pas fini de se d?ployer. Ses r?ves sont immenses. Il saura les r?aliser.

Il veut ?tudier la m?decine. Il dit qu?il a du talent pour soigner les plaies. On le croit.

Si un enfant peut le faire, nous, adultes surcharg?s de m?moires et de rancunes, ne pouvons-nous pas nous ouvrir un peu plus et faire quelques gestes gratuits et chaleureux, que ce soit un sourire, une meilleure ?coute, une transparence, un respect de l?espace de l?autre, un encouragement dans le potentiel de ceux que nous croisons? Plut?t que d?molir, pouvons-nous b?tir un peu, cesser de voir ce qui manque, et voir ce qui est ? d?velopper?

Le parcours de cet enfant est une le?on de vie pour nous tous.

Carolle Anne Dessureault

 

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

George Orwell et les intellectuels (1)

Ci-dessous, la première partie d’un article (larges extraits) publiée il y a une bonne dizaine ...