Accueil / T Y P E S / Articles / Un Christ caricatur? en Su?de apr?s Mahomet

Un Christ caricatur? en Su?de apr?s Mahomet

Quand on est con, on est con disait Brassens, et cette fois-ci « l’artiste » su?dois qui a pris la rel?ve sur les caricatures n’y est pas all? de main morte, en exposant un nouveau « chien de rond point » en sculpture, (ainsi que sont nomm?es en Su?de ces petites statues, en exposition sauvage sur les bords des chemins depuis un ou deux ans), repr?sentant la t?te de J?sus avec un corps de chien, un grand organe sexuel, et une couronne d’?pine sur la t?te macul?e de sang.

L’homme a tr?s s?rieusement la pr?tention de relancer la discussion sur la libert? d’expression et la religion apr?s que le caricaturiste Lars Vilks ait ?t? menac? de mort par des musulmans, et, logique supr?me ( !), il fait une statue de J?sus cette fois-ci, non plus avec un corps d’?l?phant, les chr?tiens n’ayant rien dit face ? ce dessin grotesque, mais en sculpture avec le corps d’un chien et la couronne d’?pine sur la t?te qui est l’un des attributs de la Passion, durant laquelle J?sus aurait souffert pour racheter les p?ch?s de tous les Hommes, par Amour, le dotant d’un organe sexuel d?mesur?, qui plus est d’un chien, lorsque le personnage est sens? ?tre rest? vierge sa vie durant, selon la tradition. Il n’est certainement pas innocent d’avoir macul? la t?te de J?sus de sang, pour bien rappeler son sacrifice. Cette statue grotesque cherchait donc r?ellement le blasph?me. Elle ?tait install? sur le rond-point de Skaanes Fagerhult, une ville du sud de la Su?de, et n’est rest? que quelques heures, avant de dispara?tre.

« L’auteur » avait baptis? son « oeuvre » du nom de « Le chien de rond-point excit? sexuellement », ajoutant sans pr?tention « Je veux que la religion arr?te de prendre la soci?t? et les ?mes faible pour des idiots ». Mais son oeuvre, qui ne cherche qu’? choquer ne contient pas de message autre que le blasph?me pure et simple. Les chr?tiens y sont pris au pi?ge, de para?tre intol?rant en manifestant contre le sculpteur, ? l’?gal des messages appelant au meurtre de Lars Vilks, ou de ne rien dire.

Dans l’affaire l’auteur pense peut-?tre passer pour une sorte de h?ros d?fiant l’intol?rance et le fanatisme, se trompant de cible : on imagine mal le pape appeler au meurtre contre le sculpteur, pas m?me un pasteur su?dois ! La m?me oeuvre sur Mahomet aurait aussit?t d?clench? des vagues d’indignation dans le monde entier, et des fatwas, mais le sculpteur ne s’y est pas risqu?, s’arr?tant en chemin dans son appel au dialogue avec la religion.

Le sculpteur, ?ge de 59 ans a d?clar? : « Je veux prendre le relais apr?s Lars Vilks et lancer une discussion sens?e sur la religion », ce qui pourrait ?tre une bonne chose, mais les bases lanc?e par le sculpteur n’y pr?tent certainement pas.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le « Poilu », un violoncelle dans l’enfer de 14-18

Avec ses formes grossières et son bois de piètre qualité, il n’est pas très élégant, ...

11 Commentaire

  1. avatar

    Dieu n’existe pas. Donc le blasphème n’existe pas. Comment croire à ces sornettes écrites il y a 1500 av. JC (ancien testament/Genèse) et au mieux (év. Jean) 135 ans après JC par des bergers dans le désert qui ne savaient pas, toute supposée divine que soit leur inspiration, que la terre était ronde.
    Au « diable » ses religions bidons qui rendent cons les gens. Faisons les dessins que nous voulons, les scultures que nous voulons. Ces personnages sont de la fiction pure. Ne l’oublions pas. Superman est plus réel que Jésus.

  2. avatar

    « Mais son oeuvre, qui ne cherche qu’à choquer ne contient pas de message autre que le blasphème pure et simple. « 

    Ah oui ? L’art religieux, ce n’est que cela, un message ou un récit à travers des symboles visuels forts. Voilà ce qu’à fait l’artiste mais avec son propre message.

    Je n’ai pas le temps de faire une recherhe exhaustive mais il faut savoir que ce n’est pas nouveau comme message.

    Si on réussit aujourd’hui à toucher des points sensibles, je crois que c’est parce que on commence à mettre dans le même paquet les croyants de la Sainte-Trinité avec ceux qui croient que la terre est plate.

    On devrait mettre Taylor là-dessus…

  3. avatar

    Ce qui est surtout drôle c’est de lire ça : Si on réussit aujourd’hui à toucher des points sensibles

    Je ne vois pas bien où ? Vous personnalisez fort bien ce que je voulais exposer.

    A priori Jésus est un personnage historique, et superman un personnage de roman, je suis navré pour vous si vous ne savez pas faire la différence. On peut ne pas croire aux miracles, mais la réalité historique de Jésus n’est contesté que par des hurluberlus, l’inexistence de superman n’est contesté QUE dans les hopitaux psychiatrique…

    Les représentations religieuses comme symbole, semblable au navet suédois ? Vous voulez rire ?

    Aucun point sensible ici, cela ne veut rien dire. Mahomet avec une bombe sur le turban, cela veut dire quelque chose. Jésus dans un MI16, cela veut dire quelque chose ! Mais un homme avec une tête de chien, c’est stupide.

  4. avatar

    Celse…
    Affirmer que Dieu n’existe pas est completement débile, personne n’est revenu de la mort pour dire si Oui ou Non il existe, et comment il s’appelle, et si une religion est dans le vrai.
    Laissons les hommes douter de son existence au lieu de dire de telles aneries.
    Personne ne détient la Vérité sur cette terre, certains être humains croient en Dieu et choisissent la religion qui leur semble être la meilleure pour le servir, un point c’est tout.
    Concernant les sois-disant sornettes, renseignez vous un peu plus, Jésus à bien existé, de là a dire qu’il était le Fils de Dieu c’est autre chose.
    Pour les caricaturistes, qu’ils fassent ce qu’ils veulent, on voit bien qu’ils veulent provoquer, le silence étant le plus grand des mépris, que ceux qui se sentent offusquer, la ferment, et montrent qu’ils sont plus intelligent.
    Jim

  5. avatar

    @ Jim, Blaise
    Je vous invite à vous renseigner à votre tour sur l’existence de Jésus comme personnage historique. Très peu d’historiens justifient l’existence de Jésus. Je vous défie d’ailleurs de produire ici une liste de dix noms d’historiens de renommée internationale qui l’affirment.
    Savez-vous que, par exemple, dans le Nouveau testament (hors évangiles), le nom Christ n’apparaît que quatre fois et Jésus Christ, seulement deux fois ? Et il s’agit d’un dieu qui devient plus tard un humain et non l’inverse. Savez-vous que le plus ancien des évangiles dont nous avons des traces, celui de Marc (écrit selon les sources entre 70 ans et 90 ans après JC) ne mentionne pas la naissance de Jésus, sa jeunesse et sa généalogie ? Sans compter qu’avec l’espérance de vie de l’époque, il est plus que peu probable que Marc ait pu voir Jesus. S’il avait 15 ans à l’époque du dit Jésus, il aurait eu au mieux 85 ans quand il l’a écrit, au pire 95 ans. Sans compter, les erreurs géographiques que l’on trouve dans ses textes qui démontrent que Marc ne vivait pas en Palestine.
    En gros, aucun évangile n’a été écrit par quelqu’un qui a vu ou connu Jésus.
    Et les historiens de l’époque ? Romains, Juifs, Egyptiens, etc ? Pas de traces chez les biographes Juifs potentiels contemporains de Jésus.
    Et les Romains ? Les Chrétiens nomment toujours Tacitus. Problème : il est né en 55 après JC. Ils nomment aussi un Pharisien : Josephus. Même pb, il est né en 33 après JC. Et les Grecs ? Rien. Et les Egyptiens ? Rien.
    Voici une liste d’écrivains contemporains ou du même siècle du potentiel Jésus. On y trouve deux passages sur Jésus chez un historien Juif, non contemporain et recopié d’un des évangiles, et deux passages chez des Romains (également non contemporains). Passages dont la majorité des historiens (et depuis longtemps) des religions remettent en cause la date de leur écriture.

    Josephus,
    Philo-Judæus,
    Seneca,
    Pliny Elder,
    Arrian,
    Petronius,
    Dion Pruseus,
    Paterculus,
    Suetonius,
    Juvenal,
    Martial,
    Persius,
    Plutarch,
    Pliny Younger,
    Tacitus,
    Justus of Tiberius,
    Apollonius,
    Quintilian,
    Lucanus,
    Epictetus,
    Hermogones,
    Silius Italicus,
    Statius,
    Ptolemy,
    Appian,
    Phlegon,
    Phædrus,
    Valerius Maximus,
    Lucian,
    Pausanias,
    Florus Lucius,
    Quintius Curtius,
    Aulus Gellius,
    Dio Chrysostom,
    Columella,
    Valerius Flaccus,
    Damis,
    Favorinus,
    Lysias,
    Pomponius Mela,
    Appion of Alexandria.
    Theon of Smyrna

  6. avatar

    @Jim,
    Non ce n’est pas « débile » comme vous dites de douter de quelque chose que personne n’a jamais vu. C’est l’inverse qui est débile. Notre univers comprend plus d’un milliard de galaxies, chacune comprenant des millions (voir des milliards de planètes), comment possiblement croire qu’il y a un Dieu qui manipule tout ça. Si dieu existait pourquoi se cacherait-il des humains ? Dans quels buts ? Quel est l’avantage ? Si dieu existait et que, comme le clament les religieux, il a dicté les textes dits sacrés, pourquoi ces textes ne mentionnent pas que la terre est ronde, que l’atome et la molécule existent, que les dinosaures et les kangourous ont existé ou existent (pas de traces dans l’arche de Noë). Pourquoi ne parlent-ils pas des autres planètes (Mars, Jupiter, etc,) ? Des autres galaxies ? Pourquoi les textes sacrés ne donnent pas la date exacte de la création du monde et se trompent en millions d’années, si ce n’est en milliards. Dieu ne peut pas ignorer ce qu’il aurait lui même créé. Non ? Ou est-ce tout simplement la preuve que tout cela a été écrit par des hommes qui n’avaient que leurs connaissances d’homme de l’époque.

  7. avatar

    Monsieur,

    Vous chezchez quoi ? un mode d’emploi pour votre vie ?
    Si Dieu vous avait donné tout ça, vous ne seriez pas une créature libre d’adherer ou pas.
    Il conviendrait que vous vous renseigniez un peu plus sur ce monde que vous semblez si bien connaitre. Vous n’avez certainement jamais discuté avec un homme d’église, ou un religieux (imam, rabbin), votre ignorance vient certainement de là.
    En affirmant si sûr de vous, que Dieu n’existe pas, vous vous montrez aussi intolérant que ceux qui affirmaient que la Terre était plate, comme quoi…
    Enfin, je ne cherche pas à vous convaincre de quoi que ce soit, la vérité ,vous la saurez, le jour de votre mort.
    Jim

  8. avatar

    @ Celse,

    Je suis toujours surpris de la ferveur des athées lorsqu’il s’agit de Dieu. Il sont si entiers, qu’ils voudraient que dans les textes écrits par l’Homme figure toute la science moderne, comme si Dieu les avait écrit lui-même.

    Pardonnez-moi, c’est un peu pathétique…

    Vous écrivez plus haut que vous doutez de l’existence de Dieu, mais vous pourriez douter de l’existence de bien des personnages, Socrate par exemple, qui n’a jamais rien écrit, parait plus que douteux, pourquoi ne serait-ce pas une invention de Platon ? Mmmmh ?

    Les Historiens sérieux ne doutent pas de l’existence de Jésus, mais remettent en cause les miracles qui lui sont attribués, c’est bien normal, et discutent des dates auxquels ont été écrits les textes, normal encore, ce sont des scientifiques, on ne va pas décréter ainsi tout de même. Connaissez-vous ce texte qui dit qu’il faut douter de l’existence de Napoléon ? C’est très drôle, mais en même temps très crédible…

    Luc n’a pas connu Jésus, le seul qui dit avoir été témoin, est Jean. Bien sûr, on peut en douter, puisque nous n’avons ni le texte original, ni la dédicace d’un fan, un soir, dans une librairie de Jérusalem ou d’Ephes, et seulement unmanuscrit qui ne date pas du premier siècle, mais ce qui fait douter surtout, c’est que Jésus dit que le temple sera détruit, etque ce fut le cas en 70, aussi s’imagine-t-on que le texte date d’après 70. Un peu court tout de même…

    Par ailleurs notre époque incite les écrivains, et autres intellectuels auto-proclamés à nier toute existence de Jésus, cela fait plus classe dans les soirées bon-chic-bon-genre, mais si ces pseudo-intellectuels s’étaient exprimés à une autre époque, il seraient tous tombés d’accord sur le contraire ! Lisez à ce sujet le livre de Benoit XVI, qui est passionnant et donne un nouvel éclairage sur les textes, pour les croyants comme pour les athées.

    Mais nous nous éloignons du sujet.

    Pourquoi vouloir caricaturer Jésus d’une si grossière manière si on ne lui accorde pas une importance de premier plan, y compris au niveau spirituel ? Pourquoi ne pas caricaturer Bush, Mme Verner, ou encore Sarkozy ? Il y a une raison précise… et dans ce cas, la raison n’est tout simplement pas bonne.

    Je me répète, Jésus dans un MI16 aurait eu une toute autre signification, concernant le guerre en Irak.

    Mais ce n’était pas l’objectif, le sculpteur n’était pas si fin…

  9. avatar

    @ Blaise
    Vous dites les historiens sérieux ne doutent pas de l’existence de Jésus. De qui parlez-vous ? Donnez-nous des noms et des références au lieu de simplement affirmer.
    Et des historiens et chercheurs qui nient l’existence de dieu, je peux vous en donner une longue liste. Des exemples (en anglais car je les ai sous la main) :

    - Gerald Massey, Egyptologist and historical scholar (Gnostic and Historic Christianity, 1900) : « Whether considered as the God made human, or as man made divine, this character never existed as a person. »

    - C. Dennis McKinsey, Bible critic (The Encyclopedia of Biblical Errancy) : « Jesus is a mythical figure in the tradition of pagan mythology and almost nothing in all of ancient literature would lead one to believe otherwise. Anyone wanting to believe Jesus lived and walked as a real live human being must do so despite the evidence, not because of it. »

    - Elaine Pagels, Professor of Religion at Princeton University, (Adam, Eve, and the Serpent) : « Some hoped to penetrate the various accounts and to discover the « historical Jesus ». . . and that sorting out « authentic » material in the gospels was virtually impossible in the absence of independent evidence. »

    - Alan Albert Snow (The Book Your Church Doesn’t Want You To Read) : « Many modern Biblical archaeologists now believe that the village of Nazareth did not exist at the time of the birth and early life of Jesus. There is simply no evidence for it. »

    - John Romer, archeologist & Bible scholar (Testament) : « It was not until the third century that Jesus’ cross of execution became a common symbol of the Christian faith. » Et aussi : « But even if it could be proved that John’s Gospel had been the first of the four to be written down, there would still be considerable confusion as to who « John » was. For the various styles of the New Testament texts ascribed to John- The Gospel, the letters, and the Book of Revelations— are each so different in their style that it is extremely unlikely that they had been written by one person. »

    - David Noel Freedman, Bible scholar and general editor of the Anchor Bible series (Bible Review, December 1993, Vol. IX, Number 6, p.34) : « When it comes to the historical question about the Gospels, I adopt a mediating position— that is, these are religious records, close to the sources, but they are not in accordance with modern historiographic requirements or professional standards. »

    - Michael D. Coogan, Professor of religious studies at Stonehill College (Bible Review, June 1994) : « Paul did not write the letters to Timothy to Titus or several others published under his name ; and it is unlikely that the apostles Matthew, James, Jude, Peter and John had anything to do with the canonical books ascribed to them. »

    - Paul Q. Beeching, Central Connecticut State University (Bible Review, June 1997, Vol. XIII, Number 3, p. 43) : « The Synoptic Gospels employ techniques that we today associate with fiction. »

    - Earl Doherty, « The Jesus Puzzle, » p.83 : « We are led to conclude that, in Paul’s past, there was no historical Jesus. Rather, the activities of the Son about which God’s gospel in scripture told, as interpreted by Paul, had taken place in the spiritual realm and were accessible only through revelation. »

    - Robert M. Price, professor of biblical criticism at the Center for Inquiry Institute, (Jesus : Fact or Fiction, A Dialogue With Dr. Robert Price and Rev. John Rankin) : « Even if there was a historical Jesus lying back of the gospel Christ, he can never be recovered. If there ever was a historical Jesus, there isn’t one any more. All attempts to recover him turn out to be just modern remythologizings of Jesus. Every « historical Jesus » is a Christ of faith, of somebody’s faith. So the « historical Jesus » of modern scholarship is no less a fiction. »

    Et oui, je doute de l’existence de Socrate. Et pour cause. Mais, au moins, personne ne tue au nom de Socrate. Ce qui n’est pas le cas de dieu pour qui, une grande partie du monde, est encore entrain de se déchirer.

  10. avatar

    @ Jim,
    Vous ne me connaissez pas donc ne tirez pas des conclusions hasardeuses
    1/ J’ai été élevé chez les frères qui m’ont très bien traité d’ailleurs et ne m’ont jamais forcé à croire en dieu… ils m’ont juste virer des cours de catéchisme. 2/ Mon mentor dans mes études de philo était un curé renommé (prof de philo). Et avec lui, j’ai fait plusieurs retraites dans des monastères catho. 3/J’ai vécu dans un monastère bouddhiste plusieurs mois. etc, etc.
    Par pitié, même si c’est une spécialité des croyants, n’affirmez pas des choses sur moi dont vous ignorez tout… sauf que je ne crois pas en dieu.
    Je ne vois pas en quoi je suis intolérant de refuser un mythe. Dieu est un outil d’oppression. Dieu est un outil pour justifier des horreurs. Dieu est un outil pour vider les poches de certains pauvres gens. Dieu est un outil pour terrifier les enfants. Se lever contre cette imoralité, ce n’est pas de l’intolérance, c’est un devoir humanitaire.
    Tout le monde peut croire en ce qu’il veut, mais il doit le garder la sphère privée.
    Je ne veux interdire personne de croire en dieu. Je me bats juste pour que la question de l’existence de dieu ne soit pas un tabou.

  11. avatar

    Bonjour Celse,

    Tout d’abord ne m’en veuillez pas de vous répondre aussi tard, je peine en ce moment à concilier mes différentes activités.

    Savez-vous que les mécontents se manifestent toujours bien plus que ceux qui sont en accord ?

    Je suis au courant de ces ouvrages dont vous parlez, mais connaissez vous ce texte sur internet qui traite de l’existence ou non de Napoléon ? Il est très intéressant et très convaincant.

    En vous lisant je me rends compte que vous êtes un athée militant, et que pour vous Dieu n’est qu’une source de conflits et de frustrations : je vais être honnête, je vous comprends. Mais tout en vous comprenant, je pense que vous exagérez. Le monde politique, je pense aux communistes, le monde de la finance aussi, ont causé bien des morts et des guerres, parfois sous couvert de religion. Mais ce mépris des hommes n’est pas le même dans la religion chrétienne, qui met le souffrant et le miséreux au centre de son message et qui finit toujours par s’en occuper.

    Pour une personne qui ne croit pas, Dieu n’est qu’un objet de frustration, c’est évident. Il parait d’une exigence épouvantable, sur le sexe, sur le fait de prendre sur soi, de tendre l’autre joue, de toujours chercher ses propres erreurs, etc, etc. Je crois que c’est ce que vous vouliez en dire, entre autre ? Et puis il y a ce qui peut sembler une culpabilisation permanente, puisque Dieu, en la personne de Jésus aurait tant souffert pour nous, que nous ne devrions rien lui refuser. Il y eut aussi une certaine intransigeance, envers ce qui ne semblait pas « moral », ou qui pouvait constituer un blasphème, c’est vrai aussi.

    Oui, vous avez raison dans votre propre expérience de la vie, je le suppose. Mais vous ne pouvez ignorer que des personnes qui souffrent trouvent un refuge en Dieu inégalable. Peut-être n’avez-vous jamais voyagé dans des pays pauvres, pour lesquels Dieu est un réconfort de tous les jours, et la plus grande raison d’avancer dans la vie.

    Je ne crois pas que l’existence de Dieu soit un tabou, ou plutôt il me semble qu’Il en est un pour chacun de nous. Celui qui croit porte une nouvelle responsabilité en lui, et se doit de bien considérer ses actes. Mais ce n’est plus comme l’athée, qui s’imagine uniquement que c’est la peur de l’enfer qui le fait agir : c’est bien souvent pour l’amour de Dieu, plus que que par peur de lui. Peut-être un jour trouverez vous un refuge en Dieu, dans un moment de peine. Cela n’a rien de déshonorant… Personne n’a jamais réussi à prouver l’inexistence de Dieu, il n’est donc pas plus absurde d’y croire que de ne pas y croire.

    Je suis toujours un peu surpris par des comportements comme le vôtre, dans leur incompréhension, d’autant qu’à mon avis l’humanisme est très lié au christianisme.

    Désolé pour les éventuelles fautes d’orthographes, je n’ai pas le temps de me relire, si vous prenez le temps de me répondre, j’en ferai de même.

    Bien cordialement Celse.

    Blaise