Accueil / T Y P E S / Chroniques / Un autre Br?sil (2)

Un autre Br?sil (2)

Reality Brother.
Le Br?sil poss?de lui aussi son “Loft-Story” depuis 2001 tout d’abord avec « Casa dos Artistas » (retir? de l’antenne en 2004), et 2002 avec « Big Brother Brasil » (ou « BBB ») . Dans les deux programmes, diffus?s respectivement sur les cha?nes nationales SBT et TV Globo, une douzaines de participants. Ils sont beaux et jeunes, ?videmment ! Les cam?ras sont partout, y compris dans les douches. Strictement aucune intimit? ne leur est permise. Bien qu’une pol?mique similaire ? celle v?cue en France ait fait rage pendant quelques temps, entre les pros et antis reality-show, ce genre d’?mission n’en finit pas de faire les choux gras de l’ensemble de la presse et des autres cha?nes de t?l?vision au Br?sil. Ainsi chaque apr?s-midi, la Rede TV (concurrent direct de SBT et de TV Globo) s’amuse ? r?sumer l’?pisode de la soir?e pr?c?dente et ? commenter le moindre bisou, ? annoncer d?j? la formation d’un nouveau couple, voire m?me leur futur mariage. Que l’histoire se d?roule en France, en Angleterre ou au Br?sil, constatez que les effets sont exactement les m?mes, et ce, ind?pendamment de la culture du pays ! Notons que d’autres ?missions telles que « Idolos » (sur SBT) reprennent aussi les id?es de « American Idol » aux Etats-Unis, o? des pseudos chanteurs d’horizons diff?rents tentent de remporter un contrat avec une maison de disque… Comme souvent, Endemol est pass? par l? !

O pa?s do Futebol.
Le Br?sil, c’est ?videmment aussi le « futebol », avec une ?quipe nationale 5 fois championne du monde, dont le dernier titre fut remport? contre l’Allemagne en Juin 2002, au Japon. La folie du football au Br?sil d?passe l’entendement. Deux fois par semaine, les ?quipes br?siliennes se rencontrent dans des confrontations passionn?es et passionnantes. Au travail, ? l’?cole, dans les repas de famille, les supporters des Corinthians nargueront ceux de Sao Paulo, et vice-versa, dans une ambiance toujours bonne enfant… et malheur ? celui dont l’?quipe ne remportera pas le « Campeonato Brasileiro », ou « Brasileir?o » (le championnat du Br?sil) !

Le paradis des cuisiniers.
Les Br?siliens sont forts en gentillesse. Ils ont toujours un mot pour rire et sont toujours pr?ts ? faire la f?te. Les « churrascos » (barbecues) font ?galement partie de la culture br?silienne, tout comme le plat traditionnel national, la « Fejoada » (pr?par?e principalement ? base de viande de porc et de haricots noirs, il semble en exister autant de recettes qu’il y a d’Etats au Br?sil !). La diversit? des fruits et l?gumes sur les march?s rendra les cuisiniers que nous sommes r?veurs ! Vous pouvez cuisiner pratiquement tout ce que vous souhaiter, tant les ingr?dients foisonnent autour de vous. A part, peut-?tre, le bon vieux camembert fran?ais qui, s’il est bien pr?sent sur les ?tales, y est absolument hors de prix… Il faut n?anmoins avouer que la nourriture br?silienne est riche en nutriments essentiels ? une excellente alimentation. Au d?jeuner, par exemple, le plat quotidien br?silien « Filet mignon » s’av?re ?tre ? la fois un plat tr?s simple (compos? de riz – « arroz » -, viande de bœuf – « carne » -, haricots blancs – « feijao » – et frites – « batatas fritas » -) et naturellement tr?s riche, qui offre l’?nergie n?cessaire pour une longue journ?e de travail.

Terre de soleil et des plaisirs simples.
Le Br?sil, c’est aussi la terre du soleil et de la chaleur. Le chant m?lodieux des oiseaux le matin et le soleil qui p?n?trent vos fen?tres et vos cœurs. C’est une vie paisible. Une vie faite de petits plaisirs tr?s simples, comme la petite promenade dans les parcs, les week-ends ? la plage, les soir?es entre amis autour du cocktail national, la « caipirinha » (qui se pr?pare autour de la « cacha?a », le rhum br?silien). Nul ne doute que les vertus exotiques du pays y sont pour beaucoup. Mais apr?s tout, lorsque vous avez travaill? une semaine enti?re et que vous ?tes trop fatigu? pour exercer quelque sport ou activit? transpirante, qu’existe-t-il de plus agr?able qu’un repos bien m?rit? sur l’une des fabuleuses plages br?siliennes ? Cot? Samba et Carnaval, on retrouve l? encore certains de ces petits plaisirs qu’affectionnent les Br?siliens. Le rythme dans la peau, la m?lodie s’?coulent dans leurs veines et les c?l?bres tambours de Salvador de Bahia battent en leur cœur comme ces danses interminables emplies de joie et de bonheur. Petit conseil au passage : s’il vous est donn? l’opportunit? un jour de visiter le Br?sil, rendez-vous obligatoirement ? Salvador et prenez un maximum de plaisir ? vous rendre sur toutes les plages aux alentours, toutes aussi merveilleuses les unes que les autres et faites donc un petit tour en jeep dans les dunes de sable de Bahia !

La fiert? d’?tre Br?silien…
C’est peut-?tre bien cela, ?tre Br?silien. Ce bonheur d’un peuple qui, malgr? bien des probl?mes, malgr? la corruption, malgr? la violence et la pauvret?, sait vivre en ouvrant son cœur aux autres et prendre le temps d’observer avec un peu plus de recule les choses simples et vraiment essentielles de la vie… Madalena, Br?silienne de naissance, est certainement la mieux plac?e pour expliquer ce qu’est son pays : « Le Br?sil, c’est un merveilleux pays pour l’?cotourisme, tant la biodiversit? y est incroyable. Les gens y sont amicaux et accueillent les bras ouverts tous les citoyens du monde, quelles que soient leurs races, religions, etc. Certes nous avons bien des choses ? d?velopper parce que le Br?sil est un jeune pays, lib?r? du royaume portugais depuis encore peu de temps (1822). Nous avons encore beaucoup ? faire et ? apprendre des pays industrialis?s. Je suis fi?re d’?tre Br?silienne quand on parle de nature et des gens sympathiques. Mais j’ai honte quand on parle de corruption, de l’avarice de certains, et que seuls les riches peuvent jouir de la vie. La grande diff?rence entre riches et pauvres cr?e la violence dans ce pays et c’est l? que r?side le probl?me, selon moi. Je suis fi?re de mon drapeau, le plus beau et avec le plus beau sens : le vert repr?sentant la for?t, le jaune pour l’or (au passage, vol? par les Europ?ens dans le pass?), le bleu du ciel et le blanc de la paix (parce que nous ne faisons pas la guerre). » Et elle ajoutera en portugais : « Somos orgulhosos de ser Brasileiros porque temos o pa?s mais bonito do mundo » (« nous sommes fiers d’?tre Br?siliens parce que nous avons le plus beau pays du monde »).

Et c’est vrai qu’il est beau son pays.

Pour plus de renseignement concernant le Br?sil, visitez le site touristique officiel du Minist?re du Tourisme du Br?sil.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

La lente évolution de l’espèce

Converser avec ses semblables , c’est prendre le risque de tourner en rond, d’aller d’une ...

One comment

  1. avatar

    Je suis brésilien et je crois que les français venus au Brésil ont une perception plus critique et plus profonde que les américains, par exemple, en rapport l’énorme différence qu’il existe dans la société brésilienne.
    A mon avis ce qui arrive au Brésil et dans beaucoup d’autres pays du tiers monde ce la conséquence des plusieurs siècles d’échanges entre deux mondes, qu’au principe (XVIe) était perçu comme un processus d’enrichissement de l’Europe, où une partie de la population du pays pauvre devient « associée » aux grands intérêts internationaux.
    Ainsi, l’élite subtilement est invitée à participer à la forme de vie des pays riches, en exploitant la plus grande partie de leurs concitoyens en faveur de leur propre enrichissement et surtout de celui des étrangers.
    Ce type de modèle est très difficile de changer parce qu’il est appuyé par de lobbies très puissants dans, et surtout, hors du pays. Seulement dans certaines occasions comme pendant de grandes guerres mondiales ou quand un nouvel élément, comme la Chine aujourd’hui, est mis sur la scène mondiale qu’on peut imaginer que les choses puissent un jour basculer.
    Mais il faut dire, que malgré tout ce qui a été dit dans cet article, quand même les brésiliens sont capables de consommer en 2007 : 2,2 million de voitures, plus de 10 millions d’ordinateurs (3e rang) et atteindre 110 millions d’utilisateurs de portable. Tout cela est vendu en espérant un profit, au moins, deux fois plus gros que leurs similaires en Europe.
    Alors, le pays continue a être un Eldorado pour les multinationales.