Accueil / T Y P E S / Articles / Un ??coup d??tat?? au Vatican ?

Un ??coup d??tat?? au Vatican ?

PIERRE JC ALLARD ? Nous avons un gros probl?me de moralit?.? ? cause de l??go?sme humain ?? Certes. ?Mais, il y a un espoir. ?Une soci?t? complexe exige qu?on s?entraide et le besoin croissant qu?on a les uns des autres devrait servir d?antidote ? l??go?sme des individus pour permettre une ?volution morale allant de paire avec notre enrichissement collectif. La nature cr?e des chevaux fougueux, mais pour le labour ils doivent et PEUVENT ?tre harnach?s ?et tirer dans une direction commune.

Ils le peuvent, parce que, dans un monde?d?interd?pendance, la solidarit? n?est pas une r?ve contre nature; elle ?devient, au contraire, la voie la plus efficace.?? partir d?un certain seuil de complexit?,?le nombre et l?importance de ceux qui comprennent que leur plus grand bien personnel passe N?CESSAIREMENT par le bien commun?augmente… ?et ceux qui veulent ??collaborer? deviennent une majorit? effective.

La soci?t? change donc ses valeurs et la solidarit? est alors reconnue comme une vertu; une nouvelle moralit? doit s?imposer qui en tienne compte.?Nous sommes a vivre ce changement de paradigme, ce qui ne se fait pas sans r?sistance??Au c?ur de cette r?sistance d?un individualisme qui n?est plus efficace, il y a tout un habitus. ?il y a que l?on a tant trich? et tromp?, dans notre monde du symbole et du virtuel, que nous en avons perdu la foi.

Nous avons cr?? un monde sans foi ? ni lois qui vaillent ? qui est le royaume de l?arnaque Pas l?arnaque qu?on pratique comme un vice honteux, mais une arnaque universelle et institutionnalis?e: ?l?activit? premi?re du bon citoyen.

Le bon citoyen ne s?efforce?plus?de produire quoi que ce soit, mais de ??commercer??. Or, qu?est-ce que commercer ? ?C?est acqu?rir un bien ou un service qu?on revendra plus cher, avec un minimum de valeur ajout?e significative, sans y avoir mis d?autre travail que des efforts pour que l??cart soit le plus grand possible entre le ?prix de revient et le prix de vente.

C?est cr?er cet ?cart qui est devenu le but r?el de la vie, car c’est cet ?cart qui enrichit.? C?est le profit qui en d?coule qui est la r?compense de l?astuce qu?on a mise? ? convaincre qui nous l?ach?te? que? la chose vaut plus? apr?s avoir convaincu qu?elle valait moins celui qui nous l?a vendue ! ? C?est cette astuce ? mentir ? et non la production ? qui est devenue la base de l?enrichissement, la source donc du bien-?tre et le signe de la r?ussite sociale

Or, si produire est plus efficace quand on collabore, tricher et tromper tendent ? rester des vices solitaires, car les occasions de fourberie, de trahison et? de d?lation augmentent avec le nombre de ceux qui y participent. ? La guerre est donc ouverte entre le pouvoir encore dominant dans notre soci?t?, qui repose sur la supr?matie de l?astuce au profit de quelques-uns, et le pouvoirqui arrive pour le supplanter, port? ?par l?abondance issue de l?industrialisation et de l?automation ?et qui peut donner BEAUCOUP plus ? une vaste majorit? des soci?taires.

Il est incontournable qu?une nouvelle majorit? de travailleurs et d?entrepreneurs? ? cr?ant et produisant VRAIMENT des biens et services ? arrache incessamment le pouvoir des mains de la minorit? des sp?culateurs qui le d?tiennent encore.?Le virage sera politique, bien s?r, mais cette r?volution, qu?elle soit brutale ou pacifique, s?appuiera sur un ?norme consensus populaire, une??majorit? qui deviendra ?effective et assumera le pouvoir.

Ce consensus populaire qui d?ferlera aura, comme toujours, ses racines dans une conception morale?: on ne r?ussit une r?volution que si on a la conviction d?avoir Dieu (ou son ?quivalent, comme le ??sens de l?Histoire??) avec soi??Il est donc n?cessaire que s?affirme une nouvelle moralit?.

Il est imp?rieux que la classe dirigeante actuelle des sp?culateurs, des exploiteurs et des hyperposs?dants? soit identifi?e clairement comme ??p?cheresse?? . D?clar?e ennemie de Dieu comme des hommes. Que ses? gestes contre la solidarit? deviennent des p?ch?, puis des crimes. Que ses pompes et ses ?uvres soient vues comme celles du Malin, que l?abattre soit largement accept? comme faire ?uvre pie?? Que ceux qui l?affrontent ne soient plus seulement des h?ros, mais des saints? ? ? C’est quand pr?vaut cette nouvelle moralit? qu?une ?nouvelle soci?t? ?se constitue

Quand appara?t une nouvelle moralit?, les gens simples veulent l?associer ? une RELIGION. ?Qu?on se dise la?que, agnostique ou ath?e, n?y fait rien: le constat ? faire est que c?est la croyance en une r?tribution dans l?au-dela qui bat le rappel des troupes et permet de rallier ? la cause ?du changement ceux qu?une rigoureuse logique ne suffirait pas a conscrire.

Cette importance d?une nouvelle vision religieuse de la soci?t? n??chappe pas ? ceux qui veulent promouvoir le changement? ni ? ceux qui veulent s?y opposer.?Le pouvoir en place, en fait, ne craint rien plus que cette ferveur religieuse qui pourrait ?tre sa perte.?? Aucun effort n?est donc n?glig? pour ?viter l??mergence d?une force politique qui prendrait cette couleur religieuse.?? La strat?gie pour lui barrer la voie est double.

D?abord, le pouvoir cherche ? rendre le fanatisme? ? qui fleurit sur la foi comme la pourriture noble sur les raisins ? encore plus ha?ssable que le systeme actuel d?exploitation.?? Ex?cr? pour sa violence ? ?comme on la monte en ?pingle ou la suscite, m?me, pour contrer l?Islam ? ? ?ou mis hors jeu par le ridicule, comme on le fait pour les fondamentaliste et charismatiques de tous acabits.

Par cette strat?gie, le pouvoir peut r?sister et avec le temps triompher contre? les ??extr?mismes??, qui, offrant un changement plus marqu?, s?duisent au d?part davantage, mais, avec le temps, g?n?ralement d??oivent. ? Le syst?me , cependant, n?a pas de d?fense plausible contre la force infiniment plus dangereuse des religions chr?tiennes traditionnelles qui, pour des raisons historiques et g?opolitiques, ont aujourd?hui le haut du pav? parmi les croyances.

Ces religions peuvent- elles etre des incubateurs cr?dibles pour une nouvelle moralit? qui conduirait ? une remise en question du syst?me actuel? ?Ces religions sont toujours du c?t? du pouvoir? mais le quittent?sans vergogne quand il semble fas?yer et menace d??tre supplant?.? Parmi ces religions, la plus puissante est ? Rome?; or, un regard entre les lignes de l?Encyclique??Caritas in Veritate??pourrait sugg?rer? que l?Eglise ne n?glige aucune de ses options?

Or, si l??glise catholique prenait parti pour le changement en ?voluant vers une nouvelle moralit?, nous aurions un tout autre ?quilibre des forces en ce monde. Quelles sont les chances qu?elle le fasse?? ? On peut dire avec pessimisme, celles d?une g?rontocratie riche contr?lant sans trop de peine les comportement bien rod?s d?une masse amorphe dont seuls quelques ?l?ments sont sinc?res et actifs. ? ?Les chances sont minces que se r?voltent, dans une monarchie mill?naire, les g?n?raux qui font parader l?arm?e de p?res en fils depuis des si?cles?

Mais sous les vieilles badernes, il y a parfois des colonels aux yeux ?bleus de braise pour faire un vrai coup d??tat?.?Supposez quelques ?v?ques progressistes recevant un gigantesque appui populaire ? ?comme il y a d?sormais les outils de? sondage sur Internet pour aller le chercher.??Supposez que 20, 50, 100 000 000 de Chr?tiens sur Avaaz ou autrement r?clament que le prochain pape soit ?lu par un conclave des ?v?ques du monde entier de toutes les d?nominations chr?tiennes.

Si ces ?v?que d?Asie, d?Am?rique latine et d?Afrique, des patriarches orthodoxes et des pasteurs des ?glises r?form?es ? dont beaucoup ne sont que des Catholiques qu?on ignore ? faisaient cause commune pour demander fermement voix au chapitre ? Si la?vox populi?r?clamait UNE ?glise, UN Pape et UNE morale chr?tienne? et que les dogmes soient laiss?s ? la conscience de l?individu ? ?Oserait-on au Vatican risquer un schisme ?en refusant cette demande?

Mais si cette demande est accept?e, alors nous aurions un coup d??tat au Vatican. UNE? ?glise, avec un Pape et UNE morale??? Que serait cette morale.? ? tous d?y penser, ?mais d?abord, vite, faire ce coup d??tat. ?Car c?est par ?a que tout doit commencer et il d?pend de NOUS qu?il se produise. Chaque voix qui en parle nous en rapproche.

Pierre JC Allard

 

 

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Derrière le procès de Bouaké, l’ombre pesante des marchands d’armes en Afrique (12)

Le bilan de la vie du marchand d’armes décrit est en effet affligeant. Pendant des ...

9 Commentaire

  1. avatar

    Dans le secteur terciaire il est d’office que la plus value d’un bien soit le service inutile que l’on parvient à imposer comme valeur ajoutée.

    Une valeur ajoutée tout à fait fictive evaluée au prorata de la résussite à convaincre par exemple un acheteur, par le billet de la nouvelle religion du cupide; le marketing et la publicité, qu’une garantie sur un produit non-durable est plus cruciale que la marchandise elle-même. On nous donnent maintenant des garanties de cinq ans sur des grilles-pains qui avait, du temps de mes parents, une durée de vie de 40 ans.

    Aussi, lorsqu’une société ne sait pas ou plus produire de biens, il ne lui reste que la voie marchande pour subsister et survivre. D’or d’argent et de pierreries à échanger vendre ou prêter, certains peuples en ont fait la culture générale de leur civilisation, souvent détestées de tous les autres, et sont devenus les nouveaux prêteurs usuraires virtuels de la spéculation moderne.

    Le fanatisme à mon avis se nourrit des frustrations amères que transmettent les nouveaux cupides à la grande majorité des individus sur cette terre. À ne plus croire en la justice des hommes il faut bien, pour garder un peu d’espoir, croire en celui d’un dieu, qu’il soit vengeur et cruel ou de miséricorde et d’amour, ou encore en une nouvelle solidarité Universelle qui pourrait bien venir de la communion de fidèles réclamant une morale actualisée et une étique nouvelle de leur Eglise.

    DG

  2. avatar

    @PJCA Votre persévérance et persistance à identifier et à faire partager à l’humanité entière un noyau dur de valeurs fondamentales qui serviraient de guide aux hommes et aux femmes d’aujourd’hui est tout à votre honneur. Je pense vous avoir déjà signalé la création, en 1993 du Parlement des religions du monde et dont la première publication a été la Déclaration pour une éthique planétaire. Un document qui garde évidemment toute son actualité.
    (http://classic.weltethos.org/pdf_decl/Decl_french.pdf)

    La question que je me pose est de savoir si un tel projet peut être porté par une institution dont les encrages demeureraient dans les sociétés de consommation et de domination et que ses principaux acteurs se retrouveraient dans le voisinage des classes dominantes. Je pense, advenant son existence, qu’elle soit là où sont les 2/3 de l’humanité et que ses principaux responsables en partagent la vie et les réalités. Une sorte de réincarnation dans la Bethléem du monde d’aujourd’hui.

    Quant aux espoirs de voir le Vatican faire peau neuve par la magie d’un coup d’État, réalisé par ceux-là mêmes qu’elle a minutieusement mis en place, ça m’apparaît pratiquement impensable. Dans cet ordre des choses, peut-on vraiment faire du neuf avec du vieux? Pour dire la vérité, je voudrais bien partager votre optimisme, mais je n’arrive pas à voir comment cela pourrait se produire.

    La structure autoritaire et hiérarchique du Vatican fait partie de son essence même. Or cette structure est ce qui va à l’encontre de ce consensus démocratique sur des valeurs fondamentales, inspirant les actions des principaux dirigeants du monde. Je pense que l’avenir du Vatican est tout simplement dans sa disparition comme institution d’État et de commandement de l’Église, ce qui ne signifie pas la disparition de la foi chrétienne et de son importance pour l’action conjointe des humains au service de l’humanité.

    Sur l’encyclique Caritas in Veritate je me permets le partage de deux articles que j’avais écrits sur le sujet:

    http://humanisme.blogspot.ca/search?q=caritas+in+veritate

    http://humanisme.blogspot.ca/2009/07/les-silences-de-benoit-xvi-caridad-in.html

    Avec tout mon respect et appréciation

  3. avatar

    La photo qui chapeaute ce texte représente bien un canal utérin et l’utérus. Les fruits qui en sortent sont les premiers OGM de notre temps. Derrière tous ces grands œuvres se cachent un scandale innommable.

    C’est celui dénoncé ci-après :

    http://personocratia.com/fr/index.php

    L’ADOLESCENCE DE PERSONOCRATIA
    L’activité de Personocratia s’intensifie en qualité et en quantité. À partir de 2004, Ghislaine entreprend une série d’ateliers intensifs de dix jours. Le message s’intègre et se consolide. Un an plus tard, une énorme prise de conscience d’une logique implacable fait son apparition : « être créatrice, c’est se créer soi-même ». Son corollaire est épouvantable : par conséquent, il n’y a ni parents ni enfants. La famille est un leurre aussi gros que celui du Père Noël! Pas étonnant que ça ne marche pas… Pire encore, cette réalité sonne le glas de la sexualité. Oh la la! Une fois de plus, la vérité est évidente et Ghislaine n’en doute pas. Mais comment annoncer pareille hérésie? Ça devient de l’héroïsme… Cette fois encore, elle bravera le courroux de l’opinion publique et proclamera la fin d’une institution périmée, souffrante et absurde, la famille.

    Des personnes s’enflamment pour Personocratia. Quelques-unes d’entre elles décident de se consacrer prioritairement à leur évolution de conscience. Pour faire suite à la demande pressante d’obtenir le contenu des ateliers de dix jours par écrit, Personocratia décide de publier les Livrets de Personocratia, une série qui élabore en détails les dix sujets de base traités. Mado, une nouvelle Personocratia, accepte de les rédiger. Le premier paraît en 2007. Un an plus tard, une autre Personocratia, Diane, prend l’initiative d’organiser les conférences mensuelles avec Ghis, en Estrie, au Québec. Personocratia Reçoit. Les présentations sont filmées, éditées puis rendues disponibles au public sur un site Internet français, http://www.dianequiose.com, et son équivalent anglophone, http://www.dianedares.com. La formule plaît et elle sera reprise en France, par Maryline, à Paris, l’année suivante.

    En 2008, Ghislaine fait face à des poursuites judiciaires pour omission de produire des déclarations d’impôt sur le revenu. Plutôt que renier son identité véritable, elle choisit de séjourner deux mois à la prison pour femmes Tanguay de Montréal. À sa sortie, elle écrit un livre qui relate son expérience carcérale et sa démarche de conscience. Il s’intitule Madame Ghis – Évasion en prison. Peu de temps après, elle se présente au Palais de justice et réaffirme son statut de personne souveraine avec un corps, une âme et un esprit. Elle réitère que la Cour n’a pas juridiction sur elle. Puis elle annonce au juge la mort de la citoyenne Ghislaine Lanctôt. Le mouton peureux est mort, la laine est partie. Dès lors, elle se nomme Ghis. Elle a découvert la vraie liberté : elle est en d’dans! (voir le site : http://www.jemesouviensdequijesuis.com. Un seul hic, elle n’a désormais plus de passeport… le dernier privilège citoyen auquel elle a renoncé.
    ————————————————

    Tous les hommes dans cette Église devraient enfin dire la vérité :

    http://jean-jacques.charbonier.fr/7-bonnes-raisons/

    http://jean-jacques.charbonier.fr/v2/

    ———————————————–

  4. avatar

    @ L

    On parlera donc de notre mère l’Eglise.. 🙂

    Si vous faisiez un article sur Ghis et un autre sur le Centieme singe, je crois que les lecteurs y prendraient grand intérêt

    PJCA.

  5. avatar

    Pourquoi voudrais-je vous déplaire… Mais je ne suis pas facile à remuer. Pour citer Shakespeare, « If I could pray to move, prayers could move me…. 🙂

    PJCA