Accueil / T Y P E S / Articles / Tunisie, Egypte, Libye: le Printemps arabe ne fait que commencer

Tunisie, Egypte, Libye: le Printemps arabe ne fait que commencer

Par : Nader Haddad

Les nations du Printemps arabe n?ont pas eu la possibilit? de faire na?tre des ??lites alternatives? pour diriger l?apr?s-r?volution. Il est encore temps.

La semaine derni?re, l?Egypte a ?c?l?br?? le deuxi?me anniversaire de sa r?volution avec des ?meutes, des grenades lacrymog?nes et des manifestations violentes face ? un r?gime de plus en plus autoritaire. Quelques jours auparavant, l?arm?e tunisienne avait ?t? d?ploy?e dans le sud du pays pour combattre les manifestants qui demandaient, ? l?occasion du deuxi?me anniversaire de la r?volution de Jasmin, pour quelle raison leur situation ne s??tait pas am?lior?e. Afin d?anticiper l?anniversaire de la r?volution libyenne, le 17 f?vrier, les autorit?s font appel ? la vigilance et ont recours ? d?importantes mesures de s?curit?. La Lufthansa a par exemple suspendu ses vols ? destination de Tripoli. Beaucoup de choses ont chang? en Afrique du Nord depuis l?hiver 2011. Mais celles qui n?ont pas chang? sont h?las plus nombreuses. Pour comprendre pourquoi, il n?est pas mauvais d??tudier d?autres pays ayant ?galement connu des changements radicaux ?quivalents. Dans l?Europe d?apr?s la chute du Mur, par exemple, les pays qui ont fait face ? des probl?mes similaires ont emprunt? des voies tr?s diff?rentes apr?s les premi?res ?lections d?mocratiques qui s?y sont d?roul?es dans les ann?es 1990. Certains ont connu la stagnation ?conomique ou le chaos politique, tandis que d?autres prosp?r?rent.

L’?lite alternative

Mais la politique et l??conomie ne peuvent, ? elles seules, expliquer ces diff?rences. Au contraire, le facteur qui influa le plus grandement sur la croissance et ? la stabilit? est humain: les pays qui disposaient d?une ??lite alternative? ?des cadres ayant eu l?habitude de travailler ensemble par le pass?, qui avaient d?j? r?fl?chi ? l?exercice du gouvernement et ?taient dans une certaine mesure pr?ts ? l?exercer? se sont av?r?s plus capables d?entreprendre des r?formes radicales et de persuader le peuple de les accepter. La Hongrie, la Pologne ?et dans une moindre mesure la R?publique tch?que, la Slovaquie et les Etats baltes? ont b?n?fici? de la pr?sence d?individus qui avaient depuis longtemps r?fl?chi au changement et s??taient organis?s pour le mettre en pratique depuis fort longtemps. L?opposition polonaise avait ainsi cr?? le syndicat Solidarnosc au d?but des ann?es 1980. En Tch?coslovaquie, Vaclav Havel s??tait fait l?avocat et le promoteur des valeurs d?mocratiques depuis les ann?es 1970. Les ?conomistes hongrois et polonais avaient pass? des d?cennies ? discuter de la meilleure mani?re de d?centraliser une ?conomie centralis?e et planificatrice. Ailleurs, soit les groupes d?opposition n??taient pas aussi organis?s, soit la r?pression avait ?t? plus f?roce (ou les deux). Aussi, quand l?Union sovi?tique s?effondra, les anciens communistes ?parfois rev?tus des oripeaux de la d?mocratie sociale ou du nationalisme? ont repris les leviers de commande. Certains ?taient pires que ceux qu?ils rempla?aient, d?autres ?taient meilleurs. Au final, ils n?ont pas entrepris de changements radicaux, tout simplement parce que de tels changements n??taient pas dans leur int?r?t.

Les Fr?res musulmans, ou les clubs de foot

Au moment o? les nations du printemps arabe sont en train de f?ter le deuxi?me anniversaire de leurs r?volutions, il est bon de garder ce pr?c?dent ? l?esprit. Il est vrai qu?il y avait des opposants de tous types dans l?Egypte d?avant la r?volution, comme le rappelait un expert dans les colonnes de Foreign Policy. Mais ?pour une large part, ils ont ?t? r?prim?s, sauf dans les mosqu?es et autour des terrains de football. Au sein de ces deux institutions, les gens ?taient trop nombreux et les ?motions qui les animaient trop fortes?. Le r?sultat: Les Fr?res musulmans ?tait le seul ?parti? avec quelques capacit?s d?organisation en 2011. Et les clubs de football ?gyptiens sont les seules organisations sur lesquelles on peut compter pour organiser des manifestations de masse, comme ils l?ont d?ailleurs fait r?cemment. Il n?existait aucune autre ?lite alternative. Et il n?existe pas non plus d??quivalent nord-africain des ?conomistes polonais et hongrois qui attendaient dans l?ombre avec des plans destin?s ? r?former l??conomie de leurs pays quand l?occasion s?en pr?senterait. Les Fr?res musulmans se sont retrouv?s ? la t?te de l?Egypte avec aucune id?e claire dans le domaine de l??conomie ?gyptienne. En Libye, o? l??conomie avait ?t? tr?s largement organis?e pour le b?n?fice personnel de la famille Kadhafi, le nouveau pouvoir en place ?issu de la communaut? des exil?s et des chefs de la r?volution arm?e? doit analyser et tenter de comprendre l??conomie du pays en partant de z?ro. En Tunisie, o? tant le parti islamique Ennahda et les d?mocrates lib?raux ont ?t? violemment r?prim?s par le pass?, les amis et les parents de l?ancienne famille dirigeante continuent, selon certains, de tirer les ficelles de l??conomie. Un changement radical n?est donc pas dans leur int?r?t. Il n?est pas ?vident de tirer des conclusions politiques de ces observations. Apr?s tout, c??tait il y a trois, cinq voire, mieux encore, il y a dix ans qu?il aurait fallu que ces ?lites alternatives ?mergent. Mais gardons quand m?me ? l?esprit que d?authentiques ?lites alternatives n?auraient de toutes fa?ons pas pu ?tre cr??es de l?ext?rieur, par des exil?s ou des ?trangers: si les chefs de l?opposition ne sont pas le produit d?une impulsion autochtone pour cr?er des institutions alternatives ?partis politiques, organisations caritatives, journaux, organisations des droits de l?homme? ils n?ont pas l?assise n?cessaire pour promouvoir des r?formes radicales quand l?occasion s?en pr?sente. Dans de nombreux Etats arabes, l?opportunit? de pouvoir enfin le faire ne s?est pr?sent?e qu?en 2011 et voil? pourquoi l??lite alternative est en cours de formation. M?fiez-vous de ceux qui vous diraient, ces prochains mois, que les r?volutions arabes sont termin?es. Il se pourrait bien qu?elles ne fassent que commencer.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Journée internationale de lutte contre la monoculture d’arbres

Devant le danger réel d’une gigantesque expansion mondiale des plantations d’arbres en monoculture, en grande partie en ...