Accueil / A C T U A L I T É / Trump : fais ce que je dis, pas ce que je fais… ou la multiplication des boîtes

Trump : fais ce que je dis, pas ce que je fais… ou la multiplication des boîtes

Il s’accroche toujours… pathétiquement, délivrant tous les jours des tweets assassins, entre deux parties de golf, ou montrant des « preuves vidéos »selon lui de « manipulation » de bulletin de votes, sans même s’apercevoir qu’il est devenu le jouet de complotistes sans cervelle qui interprètent des faits comme ils le souhaitent et non tels qu’ils le sont. Son manque de discernement, est flagrant. Il n’écoute que les flatteurs, mais le roi est nu, désormais.

L’hiver arrive bientôt, faudrait en effet qu’il pense à renouveler ou étoffer la veste qu’il vient de prendre. Je ne suis hélas pas sûr qu’il sache aujourd’hui où se trouve son dressing-room… tant il a perdu de sa superbe, ce président visiblement abattu depuis ce 3 novembre inimaginable pour lui.

 

Un fort bel exemple de cette duplicité de l’équipe Trump, je vous en ai trouvé un à Los Angeles. Là-bas, dans le seul comté de Los Angeles, sur 3 358 765 inscrits, 852 884 n’on pas voté. Biden a fait 2 947 568 votes contre 1 107 090 selon les résultats actuels, non encore publiés officiellement (il faudra encore attendre 8 jours pour ça !).

Le taux de participation élevé est promu d’un vote massif par courrier, une habitude en Californie, que Trump avait raillé, comme on a pu l’entendre dans son interview du mois d’août avec Maria Bartiromo (lire ici) . « Le vote par correspondance et le vote anticipé ont éclipsé les totaux des années précédentes, ce qui a amené les experts à anticiper un taux de participation record. Les craintes entourant le vote pandémique et l’alarme déclenchée par le ralentissement du service postal américain ont probablement conduit à un nombre record de votes avant le jour des élections et par courrier » notait ici le magazine Patch, le jour-même du vote.

Les manigances de dernière minute de Trump avec le service postal (voir épisode précédent) ayant provoqué l’effet inverse que lui espérait, les gens choisissant massivement le procédé ! Le responsable des postes nommé par Trump,Louis DeJoy, n’avait en effet pas réussi sur place à faire enlever toutes les boîtes de collecte de bulletins de ses services par mail. Celles de la ville, on les a repérées facilement par leur look : elles sont blanches avec le sommet jaune et portent sur leurs flancs des inscriptions en plusieurs langues. Se sont les seules autorisées à collecter les bulletins à Los Angeles, en dehors de celles de l’USPS (ici à droite, protégées contre le vol). Pas moyen de se tromper ! Elles ont été installées à partir du 5 septembre par les services de la ville (image ici à gauche). Elle étaient au nombre de 77 dans les rues de Los Angeles. Et au 20 septembre, toutes avaient été positionnées selon, Adel Hagekhalil, responsable de la voirie à StreetsLA, ancien Bureau of Street Services.

De fausses boîtes… républicaines !

Le 19 octobre, on avait appris leur existence via la voix du secrétaire de l’Etat, Alex Padilla, venu sur CBS expliquer toute autre chose : à peine déployées, elles étaient en effet déjà concurrencées par d’autres boîtes pirates, qui n’avaient rien de légal et qui avaient été déposées un peu partout par des… républicains, dont on se demande ce qu’ils allaient bien pouvoir faire ensuite de leur contenu, une fois collectées (les brûler ?). Le reportage de CBS montre clairement plusieurs exemples de ce genre de piratage éhonté, dont certaines portent même une étiquette avec l’intitulé de « boîte de collecte officielle » pourtant, ce qui est tout simplement un faux, un acte répréhensible par la loi et condamnable. En somme, et c’est évident, les républicains étaient ouvertement et ostensiblement en train de tricher et ne s’en cachaient absolument pas  !!! Padilla dénonçait bien sûr ces implantations sauvages, en rappelant que les seuls endroits où pouvaient être déposés les bulletins par courrier étaient les boîtes banches et jaunes. Trois mois après que Trump avait insinué lourdement à la télévision, qu’en Californie les démocrates trichaient en faisant voter les morts, son propre parti avait mis en place une tentative frauduleuse de s’emparer de bulletins dans un endroit censé voir massivement pour Joe Biden !! Pris en flagrant délit ! Une stratégie curieuse d’ailleurs : pourquoi donc collecter des voix républicaines alors qu’elles se se feraient rejeter car non collectées selon la procédure officielle définie par l’Etat ? Tenter de capter des voix démocrates pour ne pas les répertorier, ça se comprend, mais l’inverse pas !

Autre exemple flagrant avec cette vidéo, tournée en caméra cachée dans une boutique dédiée carrément au candidat Trump en plus, un sommet du genre: « dans une vidéo cachée publiée par Vice, un bénévole dans un magasin de marchandises Trump exploité par le groupe Newport Harbor Republican Women propose d’accepter le bulletin de vote d’un visiteur et de le tenir pendant que l’urne non officielle qui se trouvait auparavant sur les lieux était en cours de livraison. «Ils prennent physiquement la boîte, la prennent et la livrent», explique l’une des femmes de la vidéo, ajoutant qu’elles mettront le bulletin de vote de l’électeur anonyme dans un coffre-fort jusqu’au retour des urnes…  » Malgré le caractère illégal du fait, on a continué ouvertement à le faire à Los Angeles !! Bravant ainsi la loi, dans un magasin Trump !!! Incroyable !

Défier la loi et s’en vanter, tout le trumpisme résumé

Que des initiatives de trolls créent ces fausses boîtes, on se dit que l’on a vu tellement d’initiatives farfelues là-bas …  mais là où ça devient grave, c’est quand des élus se prennent aussi au jeu et montrent l’exemple de vrais hors-la-loi en faisant de même : ce doit être aussi ça l’effet Trump au sein du parti, détruit de l’intérieur par l’individu et son comportement outrancier :  « Dimanche soir, des organes de presse tels que The Orange County Register et CBS Los Angeles ont rapporté que des responsables électoraux locaux dans certaines parties de l’État, notamment le comté d’Orange, le comté de Los Angeles et Fresno, enquêtaient sur des informations selon lesquelles des responsables républicains pourraient confondre les électeurs en installant des boîtes de dépôt non officielles. . Dans un tweet maintenant supprimé, un directeur régional du Parti républicain de Californie, Jordan Tygh, a publié une photo de lui tenant son bulletin de vote par correspondance devant une urne avec une pancarte plastifiée scotchée indiquant «urne officielle de dépôt des bulletins de vote» et « aucun frais de port nécessaire » tout en portant un masque avec le logo de la candidate républicaine au Congrès Michelle Steel (Steel n’a été accusé d’aucun acte répréhensible ni d’aucun lien officiel avec la configuration des boîtes de dépôt)« . Doit-on mettre ces imbécilités de potache (se faire photographier avant son forfait !) sur le compte de la jeunesse de ce soutien déclaré de Trump ? Un partisan, en plus de ce mode de vote… décrié par Trump !!! Un beau crétin de plus que celui-là donc, car sa première déclaration en date du 12 octobre (ici à gauche) avait été pour annoncer qu’il avait effectivement déjà voté pour sa candidate favorite du district 48, Michelle Steel, née à Séoul en Corée du Sud. Or s’il a déposé son bulletin dans la fausse boîte… il n’a même pas été pris en compte !!!  

Aux dernières nouvelles, sa préférée l’aurait emporté de fort peu, 50,9/49,1 contre son concurrent démocrate Harley Rouda ! Preuve que les fausses boîtes n’ont donc PAS marché !! Son dernier exploit à celle-là : Pendant la pandémie de COVID-19, elle s’est opposée aux masques obligatoires dans le comté d’Orange où elle a été élue !!! « Alors que les familles du comté d’Orange ont été confrontées aux graves défis économiques et de santé de cette pandémie, la superviseure du comté d’Orange, Michelle Steel, a à plusieurs reprises minimisé et menti aux familles du comté d’Orange. Le leadership raté du président Trump et de Michelle Steel a coûté des vies et des moyens de subsistance au comté d’Orange » écrivent à son encontre les démocrates. A noter aussi qu’en 2014, « après que sa fille ait exprimé son soutien au mariage homosexuel, Steel la retire de l’Université de Californie à Santa Cruz et l’envoie à Loyola Marymount, une université jésuite privée » (Wikipédia)… l’annonce avait été faite à un meeting du Tea Party ! Lors de sa venue à LA, en 2018, elle avait été aussi la seule représentante locale à accueillir Trump (ici à droite)

On l’a vue également photographiée auprès de Dana Rohrabacher, impliquée avec les russes comme on le sait. Des liens douteux qui relient aussi via son mari Shawn, Donald Trump à des chinois, ce que ce dernier aujourd’hui cherche à minimiser bien sûr : « des reportages récents ont révélé que le mari et partenaire commercial de Steel, Shawn Steel, est au centre d’un scandale pour son travail visant à «ouvrir les portes» aux ressortissants étrangers chinois afin de canaliser des centaines de milliers de dollars de dons politiques vers Trump et les efforts de réélection du RNC (1). Michelle Steel se trouve être la directrice financière du cabinet d’avocats Shawn Steel, où elle a déclaré avoir reçu un salaire de 290 000 $ de la société tout en prenant des centaines de milliers de dollars en salaire de contribuable. Rohrabacher et les Steel sont des amis politiques de longue date et sont tous d’énormes soutiens mutuels de la fortune politique de chacun, les Steel faisant don de plus de 65 000 dollars à Rohrabacher. Rohrabacher a rendu la faveur avec des milliers aux campagnes de Michelle. »

Les républicains reconnaissent les faits… et les continuent !

Le 3 novembre, jour de l’élection, le parti républicain placé devant l’évidence reconnait avoir placé ses fausses boîtes de collecte de bulletins de vote, indique le New-York Times : « le Parti républicain de Californie a reconnu la responsabilité d’avoir placé plus de 50 boîtes de dépôt «officielles» faussement étiquetées pour les bulletins de vote par correspondance dans les comtés de Los Angeles, Fresno et Orange – une action que les responsables de l’État ont qualifiée d’illégale et pourrait conduire à une fraude électorale. Les boîtes en métal gris foncé sont apparues au cours des deux dernières semaines à proximité des églises, des magasins d’armes et des bureaux du Parti républicain, principalement dans les zones conservatrices d’un État bleu profond, apposées avec une étiquette en papier blanc les identifiant comme étant soit un bulletin de vote officiel « off box ”ou une“ urne de dépôt de bulletins ”. Pour l’électeur moyen, ils sont pratiquement impossibles à distinguer des sites de dépôt sanctionnés par l’État, qui sont régis par une réglementation stricte destinée à empêcher la manipulation partisane des bulletins de vote. Les actions de l’État partie largement marginalisé interviennent à un moment où les républicains et les démocrates sont engagés dans une lutte nationale acharnée pour le droit de vote, les alliés du président Trump accusant les démocrates du Minnesota et d’ailleurs de saper l’intégrité du processus électoral en développant le vote des absents (par courrier) et d’autres mesures pour accroître l’accès aux bulletins de vote. Lundi, le secrétaire d’État de Californie, Alex Padilla, et le procureur général Xavier Becerra (ci-dessus à gauche, il en fait remplacé à son poste Kamala Harris !!) ont envoyé un ordre de cessez-et-s’abstenir aux partis républicains au niveau de l’État et du comté, leur ordonnant de retirer les boîtes. Ils ont également exhorté les électeurs qui auraient sans le savoir déposé leurs bulletins de vote dans les récipients à s’inscrire sur le site Web de suivi des électeurs de l’État pour s’assurer que leur vote est compté. «Tromper les électeurs est une erreur, peu importe qui le fait», a déclaré M. Padilla lors d’une conférence téléphonique avec des journalistes, ajoutant que les boîtes «ne sont pas autorisées par la loi de l’État». M. Becerra a qualifié les boîtes de «fausses», ajoutant qu’il était «illégal de falsifier le vote d’un citoyen». Il a averti que quiconque «se livrant à cette activité» pourrait faire l’objet de poursuites pénales ou civiles ».

Un propos ferme, mais aussitôt contesté par un drôle d’individu : « Hector Barajas, un porte-parole du Parti républicain de Californie, a déclaré que le parti continuerait de distribuer les urnes, sans ajouter aucune étiquette les identifiant explicitement comme des bulletins de vote républicains »… En somme, qu’il continuait à vouloir tricher ! « La façon dont les démocrates ont rédigé la loi, si nous voulions utiliser un sac du Père Noël, nous le pourrions », a déclaré Hector Barajas, un porte-parole du Parti républicain de Californie, à Patch lundi. « Une boîte lourde verrouillée semble beaucoup plus sûre.«  (C’est le cas de la boite blanche et jaune de la ville, pourtant !!!). « La loi autorise la «récolte des bulletins de vote», une pratique qui était auparavant condamnée par les dirigeants républicains. « Si les démocrates sont tellement préoccupés par la récolte des bulletins de vote, ce sont eux qui ont rédigé la législation, qui l’ont votée, et le gouverneur Jerry Brown l’a signée. Les républicains de Californie seraient heureux de supprimer la récolte des bulletins de vote », a déclaré Barajas dans un e-mail. à Patch lundi après-midi. » Ah tiens c’était dit clairement cette fois-là : selon lui les républicains ne souhaitaient donc pas que l’on puisse voter par correspondance !!! Et ça aurait fait combien de morts de plus alors ? Tel celui de Charlotte ? Pas leur préoccupation, visiblement à ces crétins !!! Nota: la photo à gauche est celle fournie par ABC7 Los Angeles.  Elle montre une boîte-urne non officielle, installée devant l’église Grace Baptist de Santa Clarita, en Californie, en octobre dernier.

Une véritable trahison

Le gars qui venait de soutenir une initiative illégale est bien à l’image en effet de l’ère Trump, qui a retourné tout le paysage politique : il y a quelques temps encore, il vivait dans un « bunker ». C’est comme ça qu’il avait appelé son refuge pour soldats sans papiers déportés au Mexique, un local créé avec ses propres ressources financières dans son petit appartement de Tijuana : Barajas Varela est en effet entré dans l’histoire en étant le premier soldat déporté (un ancien combattant, entré dans la 82nd Airborne à Fort Bragg en 1995) à revenir en 2017 grâce à la grâce du gouverneur Jerry Brown (un démocrate qui a succédé en 1974 à Ronald Reagan et qui a été réélu en 2014, c’est un soutien de Kamala Harris !). L’homme était revenu pour acquérir de nouveau la citoyenneté américaine…

Barajas a en fait été déporté deux fois de suite au Mexique, durant sa carrière : une première fois en 2004 après avoir effectué une peine de prison en Californie et une deuxième fois en 2009 après son retour aux USA pour trafic !!! Et c’est lui qui est quand même devenu porte-parole républicain en déclarant sans sourire « qu’en me donnant la citoyenneté, ils confirment en fait par un certificat ce que j’ai toujours ressenti dans mon cœur: que je suis américain. » Il a soutenu que «maintenant je sens et je sais dans mon cœur que je continuerai aux côtés de mes collègues» avait-il alors dit !!! (la photo à droite est celle de sa déposition lors de son audition devant le House Judiciary subcommittee -au Congrès- sur la politique de  Trump sur l’immigration). Incroyable situation et incroyable individu ! Il doit sa liberté aux démocrates, qui se sont opposés aux lois anti-immigration de Trump et à son mur idiot, et il soutient aujourd’hui  une activité délictueuse républicaine contre eux ! Une trahison, ça s’appelle, de sa part, tout simplement !!! Voilà qui sont les soutiens réels de Donald Trump ! Des gens sans foi ni loi …

Chez CNN, on se pose en effet la question : mais pourquoi donc agir ainsi de la sorte à la vue de tous ? (comme ici de proposer de déposer des bulletins dans une simple boîte en carton sans aucune sécurité) ? « Alors pourquoi les républicains font-ils cela? Parce qu’ils estiment que c’est un contre-sens raisonnable à une loi adoptée en 2016 en Californie qui permet à un tiers de recueillir les bulletins de vote et de les remettre dans un lieu de vote autorisé. (Les démocrates appellent cela « ballot collection »- collecte-   le président Trump l’appelle « ballot harvesting » – moisson-) La différence, bien sûr, est que le système de collecte des bulletins de vote comporte toutes sortes de garanties et de vérifications inscrits dans la loi pour éviter la fraude. Ce que fait le GOP de Californie n’a rien de tout cela. » Dans une boîte en carton non scellée, en effet !

Trump le complotiste en chef et ses sources douteuses

Et aujourd’hui, en fois l’élection passée, pourquoi donc son président en personne relaie-t-il toujours des scènes comme celle qui va suivre, présentée par lui sur Twitter le 11 novembre comme étant le « vol » manifeste de bulletins extraits d’une boîte officielle par des employés de sous-contractants dépêchés par l’Etat pour ramasser les bulletins qu’USPS a tardé de son côté à collecter partout sur ordre de son directeur, ami de Donald Trump ? A ce stade c’est de l’inconscience de sa part avec ce qu’on vient de voir et ce qu’on fait ses troupes à Los Angeles en disséminant de fausses boîtes de collecte ! Dans la vidéo, on reconnait parfaitement à ses couleurs la boîte officielle.  On voit que l’employé du quartier de Reseda qui la vide cherche avant tout à en protéger le contenu plutôt qu’autre chose, craignant de se la faire voler, alors qu’il montre sa carte officielle de ramasseur et demande même à la dame (une pro-trumpienne déclarée) qui le filme de s’éloigner…. car elle ne porte pas de masque !!! Une vidéo censée montrer quelque chose qui n’en est pas, voilà à quoi s’accroche toujours, 9 jours après l’élection, le locataire de la Maison Blanche !!! La boîte, ce qu’oublie de dire Trump, a été scellée le 3 au soir, à 20 heures (8 PM) et ne contient donc aucun bulletin déposés les dates suivantes, contrairement a ce qu’a laissé entendre celle qui a mis la vidéo sur le réseau  !

La confrérie des abrutis ou la conjuration des mauvais

Et chez qui donc Trump l’a récupérée cette vidéo ? Oh, chez un gars qui vaut le détour lui aussi : « le clip a été tweeté par Tarek Fatah, un chroniqueur canadien né au Pakistan et une figure populaire parmi la droite indienne avec la légende, « Le sort des bulletins de vote postaux américains. Je suis sûr que le Nicaragua et le Sénégal pourraient faire un meilleur travail pour compromettre le confiance du peuple dans le système électoral. RIP USA ».  » Une saillie reprise à la volée par Madhu Purnima Kishwar, une indienne cette fois, grande fan de Narendra Modi, elle aussi repérée de longue date sur le réseau BOOM comme désinformatrice notoire. Donald Trump Jr avait été le premier proche à relever la vidéo, alerté lui par un autre superbe cas de figure : Casey Philips, intervieweuse sportive travaillant pour Chistina Faith Broadcast (si, si, ça existe là-bas !) !!! Parlez d »une chaîne de St Antoine de beaux abrutis ! En France la vidéo avait été reprise par Silvano Trotta, strasbourgeois complotiste distribué par Pro Fide Catholica de Laurent Glauzy, auteur d’ouvrages comme « La numérologie secrète de la synagogue de Satan » qui résume assez le quidam il me semble ! Trotta, fan de Radio Québec bien sûr, il y a peu, écrivait « hommage à Donald Trump en fin d’émission qui s’est toujours méfié des masques et du vaccin contre la Grippe ! Comme il a raison ! »... grave, le mec. Il a été ici repéré par NewsGuard, qui le range avec Alexis Cossette-Trudel, et Mohamed Diallo parmi les admirateurs de Qactus, l’émanation française de… QAnon (écoutez ici la logorrhée électorale de Diallo où il parle de « TRAMP » et non Trump, c’est à mourir de rire, il dit qu’il n’y a « que 10 000 morts aux USA », ce qui fait moins rire !). QAnon, on y revient encore une fois, donc !! En juillet dernier, ce genre de désinformateur débile avait osé écrire » personne n’est mort du coronavirus’ »… en juillet, toujours il répandait l’idée que les dépistages étaient « dangereux » et provoquaient « des inflammations« . Ou écrivait “Ces lâches satanistes ont sous-estimé sévèrement la ténacité et la brillance du président Trump et de l’Alliance (???), avec le soutien enthousiaste de l’armée numérique Q des Patriotes du monde (???). L‘état profond devrait être effrayé« … Tu parles mon neveu, on y croit dur comme fer !

Une longue tradition en Californie

La Californie vote par mail en effet depuis longtemps, rappelle Five Thirty Eight : « en tant qu’État avec une longue tradition de vote par correspondance, la Californie a toujours mis beaucoup de temps à publier des résultats complets. Attendez-vous à la même chose cette année: nous obtiendrons des résultats le soir des élections, mais les bulletins de vote continueront d’arriver pendant des semaines par la suite (l’État accepte les bulletins qui arrivent aussi tard que le 20 novembre). Cependant, une nouvelle loi permettant aux bulletins de vote par correspondance d’être traités plus tôt signifie, espérons-le, que plus de résultats que d’habitude seront prêts le soir des élections ».

Mieux encore : la loi californienne a autorisé le dépouillement par mail au-delà de la date du 3 novembre (et jusqu’au 20, comme on vient de le dire !). Un délai que se sent obligé de répéter le responsable de Los Angeles à un Trump dépassé par la situation, claquemuré dans son déni, précise ici NBC 4news : « le président Donald Trump a partagé une vidéo via Twitter mercredi semblant jeter le doute sur la légitimité de la collecte des bulletins de vote à Los Angeles, ce qui a incité le greffier du comté de Los Angeles à répondre que les deux personnes apparaissant dans les images sont des membres officiels du personnel, et la vidéo a été filmée. le lendemain du jour du scrutin. La vidéo, visionnée plus de quatre millions de fois mercredi après-midi, montre deux hommes qui collectent les bulletins de vote alors qu’une femme qui filme s’approche et dit: «Je pensais qu’ils les avaient tous rassemblés». Elle se demande à haute voix pourquoi l’État de Californie a déjà qualifié le candidat démocrate Joe Biden de vainqueur alors qu’il restait encore des bulletins de vote à compter, ce à quoi les hommes répondent que les bulletins de vote dans les sacs étaient des bulletins de vote par la poste. Le registraire du comté de Los Angeles a déclaré à NBCLA que la vidéo avait été publiée le lendemain du jour du scrutin et n’avait pas eu lieu le 11 novembre. Le registraire a également répondu à la vidéo tweetée originale, qui a depuis été supprimée. « Les bulletins de vote dans la vidéo sont des bulletins de vote valides qui seront traités et comptabilisés dans notre enquête électorale officielle. De plus, les personnes dans la vidéo sont des membres du personnel du registraire », a déclaré le registraire. Le registraire a fourni des mises à jour presque quotidiennes sur le nombre de bulletins de vote restant à traiter ici ».

Un président qui répercute sur son compte Twitter et telle quelle une vidéo d’une personne qui ignore elle-même la façon dont on vote dans son propre Etat, dans lequel le parti présidentiel lui-même à ostensiblement essayé de tricher ??? Avouez qu’on marche sur la tête, là… il est vraiment temps qu’il parte !  Il y a assez eu de dégâts comme ça dans le pays ! La sortie, c’est par  là, Donald !

Nota : il s’est déjà depuis trouvé un nouvel os à ronger (hélas !) en regardant le show ininterrompu de Steve Bannon sur Amercia’sVoices, ou en lisant un article de Breitbart répertorié sur Twitter : les erreurs constatées sur des machines Dominion, achetées une fortune par son copain le gouverneur de Georgie alors que ce sont des vieux coucous recarrossés de chez Diebold, de sinistre mémoire électorale.  Selon lui la raison du versement de « millions de bulletins » en faveur de Biden, ce qui est encore une fois un racontar de complotistes. Les chiffres annoncés sont hallucinants, car ces machines n’occupent que un comté sur les deux à erreurs au Michigan et deux sur cinq en Georgie. Qui est à l ‘origine à nouveau de ces ragots ? Rudy Giuliani, encore lui, qui a dit le 11 novembre « être en contact aves les dénonciateurs de Dominion »… le problème était déjà apparu aux élections des mid-terms, avec les machines et leur logiciel capricieux de chez Hart Intercivic pour l’élection entre Ted Cruz et le démocrate Beto O’Rourke, où l’on n’avait pas entendu les républicains s’en plaindre plus que cela. Ted Cruz l’avait il est vrai emporté d’une courte tête, 50,9 contre 48,3% des votes… avec un peu plus de 210 000 votes de différence sur 8 millions.

(1) amusant quand on a entendu Donald parler de Biden comme « l’homme des chinois » : « En juin 2020, (Shawn) Steel a été lié par le Wall Street Journal à un effort des nationalistes chinois pour influencer l’administration Trump. En mai 2017, Steel a organisé une réunion de dirigeants du GOP pour discuter des stratégies de campagne et d’autres questions. La réunion aurait inclus des ressortissants chinois travaillant en étroite collaboration avec l’appareil de sécurité nationale chinois et des représentants militaires chinois. Après l’annonce de la nouvelle, le Comité national républicain a déclaré qu’il avait demandé à M. Steel de rompre les liens avec les personnes identifiées dans les rapports ». (Wikipédia).

Commentaires

commentaires

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Election 2020 (VIII): la retraite de Russie des avocats de Donald

L’équipe de branquignols ramassée par Giuliani est plus grotesque et affligeante qu’efficace. L’un d’entre eux ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.