Accueil / S O C I E T É / discrimination / Traite n?gri?re: D?j? 166 n?griers en provenance du Cameroun identifi?s par des chercheurs

Traite n?gri?re: D?j? 166 n?griers en provenance du Cameroun identifi?s par des chercheurs

Dr Lisa AUBREY

Traite n?gri?re ? D?j? 166 n?griers en provenance du Cameroun identifi?s par des chercheurs

D?j? 166 navires n?griers identifi?s d?apr?s leur provenance en zone c?ti?re baptis?e Rio Dos Camaroes par des esclavagistes portugais ? r?gion qui, ? la conf?rence de Berlin (1884-1885), est rebaptis?e Kamerun? Plus d?une centaine d?autres ?quipages en identification. La d?couverte est in?dite. L??tude est r?alis?e entre septembre 2010 et juillet 2014 par une ?quipe de chercheurs am?ricains conduite par la politologue Lisa-Marie Aubrey, du d?partement des ?tudes africaines et africaines-am?ricaines de l?Universit? d??tat de l?Arizona.

Entre les ann?es 1600 et 1800, la r?gion du golfe de Guin?e a, ainsi, ?t? le th??tre d?une activit? intense dans le commerce triangulaire, bien au-del? de la proportion all?gu?e jusque-l?. L?attention des universitaires am?ricains fut, en effet, attir?e par le nombre croissant d?Africains-Am?ricains qui, au test ADN de l?organisme African Ancestry ? qui a regroup? plus de 30 000 lignages ? sa banque de donn?es de Washington D.C. ? r?v?l?rent une ascendance ethnique dans le Cameroun moderne.

Lire aussi :??African Ancestry : ces afrodescendants qui retrouvent leurs origines gr?ce aux tests ADN??

Les archives des esclavagistes ont fait le reste. Les trouvailles sont cruciales. Les trois points d?embarquement furent: Bimbia, Wouri River et Rio Del Rey vers la p?ninsule de Bakassi. Le cheptel humain destin? au Nouveau Monde provenait pour l?essentiel des Grassfields constitu?es de la r?gion Bamileke actuelle, du Nord-ouest, du Noun, du Mbam ou du terroir ancestral Tikar? Plusieurs autres ethnies de l?hinterland entrent dans le compte. Y compris les Hausa?

Des navires r?pertori?s, 9 ont quitt? le territoire en 1600; 98 en 1700, et 59 en 1800. 15 n?griers sont partis de Bimbia; 9 du Rio Del Rey et 32 ? partir du fleuve Wouri. Les chercheurs n?ont pas encore d?termin? d?o? sont partis plus de 110 autres navires. Au nombre des b?timents en attente d?identification ? qui pourraient bien avoir amarr? sur la m?me c?te -, Lisa Aubrey cite un certain ?Bimbia? en 1802. Ledit n?grier battant pavillon danois embarqua pas moins de 158 captifs. Seuls 143 arriv?rent ? destination ?? Sainte-Croix.

Bimbia - Cameroun - A droite : le Pr Lisa Aubrey / DR : Les Amis de Bimbia

Bimbia ? Cameroun ? A droite : le Pr Lisa Aubrey / DR : Les Amis de Bimbia

Le taux de survie fut au ? voyage du non-retour ? fut d?? peu pr?s 50%.

Principales destinations des ?Camerounais?? La Grenade, ?le carib?enne de 100 000 habitants ? plus de 82% d?origine africaine, avec 26 navires en directe provenance du Cameroun ; la R?publicaine Dominicaine, ??le de beaut?? de 73 000 habitants avec 18 bateaux; Saint-Vincent, dont les us insulaires ressemblent ? s?y m?prendre aux traditions camerounaises : 4 navires?

Autres destinations r?pertori?es: la Jama?que; la Martinique; le Br?sil; Cuba; la Barbade; l?Argentine; la Sierra-Leone; Panama; l?Espagne; la Guyane; Sainte-Lucie; Bahamas; Sierra-Leone?

La liste de d?barquements devrait s?allonger au fur et ? mesure avec : Trinidad et Tobago; Saint-Thomas; les ?tats-unis d?Am?rique; Saint-Kitts; Antigua; Tortola; le Surinam; la Guadeloupe?

Les nationalit?s des n?griers coulent de source: la Grande-Bretagne, le Portugal ? parfois sous la couverture du Br?sil; la France; l?Espagne ? parfois sous pavillon uruguayen ?, la Hollande?? Au total, 2000 noms d?esclaves ?camerounais? disponibles d?apr?s Lisa Aubrey. La phon?tique de leurs patronymes renverra ? leur ethnicit? d?origine selon les chercheurs.

 

Dr Lisa AUBREY

Dr Lisa AUBREY

? La France a presque officiellement bloqu? l?acc?s ? sa mine d?informations nantaise sur la traite des Noirs??

C?est que, de cette ?pop?e, les esclavagistes, futurs colonisateurs et ?civilisateurs? priv?rent soigneusement les peuples victimes d?archives. La France a presque officiellement bloqu? l?acc?s ? sa mine d?informations nantaise sur la traite sous divers pr?textes. Les esclaves contraints ? l?assimilation doivent se contenter de la tr?s officielle culpabilisation des ?m?chants Africains qui ont vendu leurs fr?res aux Blancs?.

Le d?funt intellectuel j?suite Engelbert Mveng ?voquait pourtant d?j? la r?sistance f?roce des Africains. Les ?Camerounaises? en particulier, semble-t-il, pr?f?raient parfois se suicider plut?t que d??tre r?duites ? la servitude.

Les chercheurs confirment : ?(?) les esclavagistes europ?ens craignaient en particulier les femmes Africaines?, ?crit Lisa Aubrey. Des capitaines et leur ?quipage rapportent le fait ?de femmes africaines bagarreuses, usant de tous moyens et m?thodes pour r?sister, notamment ? l?aide de cailloux, de poisson, de sable ou tout autre objet ? la port?e. Hommes et femmes attaquaient physiquement les esclavagistes europ?ens?. Dans certains cas, les Africains ?se saisirent du navire?, mettant en ?chec sa mission?

Mais l?enjeu d?un tel pass? apocalyptique d?passe l?anecdotique. La cosmogonie des peuples est sans appel : autant d??mes en peine au firmament des si?cles, autant de morts, tant de douleur, de pleurs et de chagrin, tant de maillons manquant au fil des g?n?alogies, etc., laissent une post?rit? ?cartel?e et damn?e malgr? elle. Donc vou?e ? ?tre domin?e. Pour se ?laver?, les peuples avis?s y consacrent : rites fun?raires, sacrifices expiatoires, c?l?brations comm?moratives, voire monuments et journ?es du souvenir.

afrique

Pour un rite fun?raire national

Lire aussi 😕Cameroun, ce pays oubli? de l?histoire de l?esclavage

D?autant que le Cameroun (Rio Dos Camaroes) charrie encore aujourd?hui, avec son nom de bapt?me esclavagiste, tout le symbolisme et les sequelles de ce violent pass?.

F?rue de traditions, la politologue Lisa Aubrey est la premi?re convaincue de l?indispensable rite fun?raire national pour ces collat?raux dont le destin a sans doute maudit la terre des anc?tres.

? Je crois que le Cameroun, ? ce stade de l?histoire, d?tient entre ses mains la cl? qui permettra de d?verrouiller et de restaurer de l?histoire de toute l?Afrique ? continentale et outre-mer, confie la politologue. Les anc?tres nous en ont confi? la responsabilit??.

Source : ?Jean-Marc Soboth?

Cameroonvoice.com

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Les milices au Michigan, une vieille histoire… d’extrême droite (4)

Les milices armées américaines représentent bel et bien un danger énorme. En 2014, un vieux ...