Accueil / T Y P E S / Chroniques / Tout à l’énergie !

Tout à l’énergie !

 

souliers de course

Je me suis toujours dit en regardant s’égayer les mômes dans les cours de récré, qu’avec une telle débauche d’énergie et un soupçon de technologie, il devrait être possible un jour, de chauffer l’école tout l’hiver.

Sorte de mise en abyme : les gamins se chauffant eux-mêmes.

Plaisir suprême du cancre : compter les mouches, collé à son propre radiateur.

Et bien voilà. Nous y sommes. Ou presque !

Nous allons devenir, à terme, notre propre centrale de production, notre propre générateur, notre pile électrique, en toute autonomie et autosuffisance, à condition toutefois de se bouger un peu le cul et de faire ses fameux 10 000 pas comme le préconise la sagesse orientale.

Par exemple, le « pedipower » sorte de prototype de semelle pour chaussure est maintenant capable de récupérer l’énergie cinétique produite par le talon lors de la marche. Inventé par des étudiants de l’université de Rice aux USA, il ne risquait pas de voir le jour ici, vu notre propension atomisée au tout nucléaire et au triomphe de l’imagination Mollande au pouvoir.

Vu d’ailleurs que les petits cadres sup de l’état comptable et gestionnaire dans leur servilité ont décidé de détruire le meilleur, social, éducation, culture, santé… et de développer le pire, flicage surveillance, austérité, profit….autant apprendre à commencer sans lui et à se bricoler son monde en autarcie tout seul sans être trop à côté de ses pompes, une fois rechargées :

– j’suis pas dans mes baskets aujourd’hui…

– nan, justement, t’es dans les miennes !

 

Je ne vais pas m ‘étendre non plus sur les ressources insoupçonnées de notre pipi/caca, dont les propriétés énergétiques une fois recyclées sont une manne à venir qui devraient faire saliver sous peu traders et autres spéculateurs.

Un bémol toutefois devant cet enthousiasme printanier, on sait pertinemment que si la merde valait de l’or, le cul des pauvres ne leur appartiendrait plus et je connais personnellement quelques personnes chères qui, produisant trois crottes par an se débrouilleraient encore pour être dans la dèche.

En attendant d’être taxé tous les cent pas sur les chemins de Compostelle, les promesses obligées d’une forme de décroissance sophistiquée feront qu’un jour, nous irons faire le tour du pâté de maison à trois heures du mat’ sous la pluie, sans même avoir de chien en laisse.

– Qu’est ce que tu fous là, à cette heure ?

– Rien, je recharge mes batteries !

tgb

 

Commentaires

commentaires

A propos de TG Bertin

avatar
TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit. Interêts La révolution en tongs

Check Also

Derrière le procès de Bouaké, l’ombre pesante des marchands d’armes en Afrique (9)

Il est temps d’en arriver, après huit épisodes, aux soutiens politiques d’un tel marchand d’armes.  ...