Accueil / A C T U A L I T É / Tous les morts sont ?gaux mais certains le sont plus que les autres

Tous les morts sont ?gaux mais certains le sont plus que les autres

dead - Copie

 

MICHEL KOUTOUZIS:

Le nord-est syrien est sous le contr?le kurde. Cela inqui?te la Turquie. Deux composantes djihadistes (ASL et Idlib),?? l?est,?au centre et ? la fronti?re turque ont cr?? des zones autonomes et se tapent dessus quand elles peuvent. Une multitude de petits groupes fondamentalistes (sunnites en majorit?) sillonnent le pays confondant r?volution et pr?dation. Cela inqui?te les Etats Unis et l?Europe. Une partie des villes et m?me le nord-est de Damas sont sous le contr?le fluide d?insurg?s la?ques. Ce qui inqui?te aussi bien l?Iran que les pays du Golfe, gros mais s?lectifs financeurs de l?insurrection. Le Hezbollah (pardon, la partie militaire de l?organisation), agit en profondeur sur le sol syrien aux c?t?s de l?arm?e syrienne. Cela pr?occupe l?Europe et Isra?l.

A l?int?rieur de cette guerre, des mini guerres opposant kurdes et fondamentalistes, groupes djihadistes, la?ques?et religieux, alaouites et sunnites,?participent au chaos tandis que des milices (chr?tiens, sunnites, chiites, kurdes) fortifient bourgs puits, barrages et villages taxant au passage les routes et les chemins?qui y m?nent.?M?me ceux qui pendant des d?cennies se consid?raient simplement syriens doivent aujourd?hui adosser au moins un des qualificatifs politico ? religieux et/ou ethniques ci-dessus.

L?action en profondeur des uns et des autres est quasi impossible. La guerre prend l?allure d?incursions punitives successives, de guerre de positions (aux d?pends de ce qui reste des villes), et de bombardements massifs. Pour les uns comme pour les autres des secteurs de territoire incertains reli?s par des corridors encore plus incertains et changeants.

Un bon tiers des villes et de leurs infrastructures est totalement d?truit, comme les syst?mes d?irrigation, les r?seaux ?lectriques, les routes, sans oublier la destruction massive du patrimoine historique.?D?ores et d?j?, tandis que le pouvoir politique reste toujours en place, la Syrie est un pays d?truit qu?un vingti?me de sa population a d?j? fuit. Il est aussi devenu un jouet de ses voisins (Isra?l, Turquie, Iran), se ??libanise??, tandis que le Liban reprend all?grement le chemin de la ??grande catastrophe??

Les pertes humaines sont ?normes mais aussi, produit d?une multitude de guerres, inv?rifiables, d?autant plus que s?y ajoutent des r?glements de compte, on ??r?sout?? des diff?rents entre villages, familles, clans qui n?ont rien avoir avec les enjeux de la guerre elle m?me.

Tous ceux qui ??s?inqui?tent??, qui ??restent pr?occup?s??, ou affirment leur ??indignation?? oublient un peu trop vite qu?ils ont surtout ??mis? sur une solution rapide des uns ou des autres, participant de la sorte ? l?impasse.?Nait de la sorte la notion d?une ??mort inacceptable?? pour cacher l?acceptation de dizaines de milliers de morts et de la destruction massive d?un pays. On d?couvre soudainement que tuer par le gaz sarin est un causus belli, tandis qu?au m?me moment des bombardements massifs mais ??admis?? en tuent bien plus. Ce n?est plus la mort en soit mais cette mort sp?cifique qui mobilise, tandis que les?m?dias et les opinions manipul?es participent ? ce jeu destructeur de leur propre entendement qui sp?cifie de mani?re morbide leurs r?sistances morales par rapport ? ce d?sastre global.

KOUTOUZIS

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Italie: comment décimer un pays en moins de 20 ans

Italie: comment décimer un pays en moins de 20 ans     En 1960, le ...