Accueil / T Y P E S / Billets / Totally Off Course

Totally Off Course

Dans une culture ou l’insignifiance est port?e aux nues, quelques pens?es de la part d’un de nos plus fins observateurs, en la personne de Gore Vidal, devraient ?tre la bienvenue…

— –

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Macron est-il cramé ?

Une tenace et persistante odeur de brûlé a imprégné durablement l’environnement macronien, et les nouvelles ...

One comment

  1. avatar

    L’adresse d’ouverture de Bill Moyers au National Conference for Media Reform est un manifeste magistral pour tout citoyen et journaliste que l’état de nos médias afflige. À voir absolument !

    Part 1- http://www.youtube.com/watch ?v=kLK-rK3rfW8
    Part 2- http://www.youtube.com/watch ?v=YaK3tSVu68k&mode=related&search=

    Le plus navrant est qu’au Québec, l’affaire est déjà râpée. Un maximum de concentration médiatique est en place. Gesca et Québécor ne peuvent pas devenir plus omnipotents ou s’accaparer plus que le 97.5% de la presse écrite qu’ils se partagent déjà. Un tel degré de concentration serait inévitablement questionné dans au pays québécois. Le statut quo est plus payant et explique largement la hargne anti-souverainiste en cours.

    « Le démagogue prêche des doctrines qu’il sait fausse à des gens dont il sait qu’ils sont idiots ! » – H. L. Mencken

    On crie pourtant au meurtre au Canada qui en est rendu à 4 joueurs. Le dernier numéro du magazine Adbuster est explicite… « The Death of Canadian Journalism – Sean Condon on the homegrown media giant that’s holding the nation hostage » Un historique de la situation est décrite ici :
    http://adbusters.org/the_magazine/51/CanWest_and_the_Death_of_Journalism.html

    Un instantané de la situation des médias américains au grand complet est disponible sur le site du Project for Excellence in Journalism. State of the media 2006- http://stateofthemedia.org/2006/ et 2007 http://stateofthemedia.org/2007/

    Dans ce marasme, c’est le rôle de la télévision publique de contre-balancer le secteur privé ouvertement et exclusivement dédié au profit immédiat. On peut toujours rêver !

    L’éducation devient une barrière au matraquage de la pub mais surtout à l’usage de la propagande que les professionnels du milieu appellent : détermination sociale. Les émules d’Edward Bernays ratissent large !

    C’est aussi pour ça que la qualité didactique du système public fout le camp sans grande considération. Il est tellement plus facile de gouverner une collection d’incultes virtuellement analphabètes que des citoyens vigilants et avertis.

    Une chance qu’il y a Internet ! Big Brother versus Little Sister… Ce sera le combat du siècle !

    En attendant…

     » We are watching a poorly staged rendition of « Wag the Dog », interpreted for the morbidly stupid and performed by the criminally insane. » – Jules Carlysle