Accueil / T Y P E S / Articles / Torpiller la sant? pour faire rentrer le priv
Les n?gociations dans le secteur de la sant? paraissent ?tre sans issue. Les infirmi?res rejettent ? fond la derni?re offre patronale et les nuages gris de la gr?ve planent au-dessus des pourparlers avec l??tat dirig? par les intransigeants lib?raux de Jean Charest. Comme ? son habitude et semblablement au dernier budget Bachand, le gouvernement lib?ral appelle [...]

Politicoblogue - Parce que la politique est partout...
Torpiller la sant? pour faire rentrer le priv?

Torpiller la sant? pour faire rentrer le priv

Les n?gociations dans le secteur de la sant? paraissent ?tre sans issue. Les infirmi?res rejettent ? fond la derni?re offre patronale et les nuages gris de la gr?ve planent au-dessus des pourparlers avec l??tat dirig? par les intransigeants lib?raux de Jean Charest.

Comme ? son habitude et semblablement au dernier budget Bachand, le gouvernement lib?ral appelle ? la concertation mais agit de fa?on contraire en fonction de son agenda minimaliste de l?appareil gouvernemental. Il suffit de nous rem?morer le leitmotiv de sa campagne ?lectorale de 2003 qui appelait ? une r?ing?nierie r?ductrice de l??tat laissant plus de place ? la sous-traitance et aux PPP.

Vain de dire ici que nous connaissons les raisons de cette position id?ologique pro-priv?e avec les nombreuses divulgations de copinage et de relations incestueuses des firmes d?ing?nierie-conseils ainsi que des grandes entreprises avec les lib?raux.

Dans le domaine de la sant?, les vis?es de privatisation de la pr?sente administration lib?rale sont limpides et le cul-de-sac de l??tat des n?gociations avec les infirmi?res traduit un manque de volont? – le but ?tant de miner le syst?me public afin de favoriser une intrusion du priv? – qui d?coule des rapports de financement du Parti Lib?ral du Qu?bec avec la multinationale Power Corporation d?tenant la compagnie d?assurance Great West pour qui une privatisation des soins au Qu?bec serait tr?s profitable.

En mettant la pression sur le personnel hospitalier et en rejetant du revers de la main leur demande de r?organisation du travail, qui pourrait ?viter grandement le temps suppl?mentaire obligatoire, on cherche ?videmment ? mettre des b?tons dans les roues aux infirmi?res (et infirmiers) pour les pousser ? quitter le secteur public, ? grossir les rangs de la main-d??uvre du domaine priv? et ? aggraver la p?nurie de personnel.

Tout ce stratag?me commence ? porter fruit dans la population. L?id?e de privatiser la sant? afin d?en am?liorer la performance fait son chemin, mais la r?alit? ne correspond pas ? la perception qu?? la population de l?efficacit? du priv? dans la dispensation des soins.

Le service de sant? priv? n?est pas la panac?e. M?mes nos voisins du sud commencent ? se rendre compte des faiblesses d?un syst?me assis sur une couverture d?assurances priv?es.

D?abord, la p?nurie existe tout autant dans le priv?. Que les soins soient publics ou priv?s, cela ne change pas le nombre d?infirmi?res et de m?decins disponibles sur le territoire.

Rappelons aussi que l?accessibilit? est moindre dans un encadrement priv? et que son co?t est sup?rieur, car le malade a tendance ? reporter ses visites m?dicales afin d??viter des tarifs et que l?aggravation subs?quente de la maladie multiplie les frais pour le client en raison de la trop grande attente dans la prise en charge de traitement.

De plus, les compagnies d?assurance ?tant des entreprises priv?es, la motivation n?est pas de servir l?assur?, mais d?engranger des profits aux actionnaires envers lesquelles les employ?s sont redevables. Ainsi, de nombreuses demandes de clients sont rejet?es malgr? des ann?es de paiement de primes mensuelles on?reuses.

Ceci dit, Jean Charest et son ministre Yves Bolduc devraient tendre l?oreille aux revendications des infirmi?res. Ces derni?res ne rechignent pas sur la question salariale, mais sur une structure organisationnelle du travail d?ficiente.

Il serait pourtant facile pour le gouvernement d?accommoder les infirmi?res qui portent ? bout de bras le syst?me de sant?.

Un r?am?nagement du travail pourrait s?op?rer avec de la bonne volont? de l??tat sans compromettre le budget de la sant?.

Mais, comme nous l?avons vu, l?attitude actuelle du gouvernement lib?ral cache des consid?rations toutes autres que l?am?lioration de la sant? publique et de la protection des int?r?ts de tous les qu?b?cois.

Publi? sur Homo Politicus

Politicoblogue – Parce que la politique est partout…

Torpiller la sant? pour faire rentrer le priv?

Share/Bookmark

Articles reli?s

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Quel avenir pour les restes humains du musée Dupuytren ?

L’actualité récente a mis en lumière les scandaleuses conditions de conservation, dans les locaux du ...

One comment

  1. avatar

    Ce scenario d’un sabotage conscient de la santé publique pour introduire le privé est celui que j’ai évoqué dès que Lucien Bouchard a décidé de payer les médecins et les infirmières pour prendre leur retraite, il y a maintenant plus de 10 ans !

    Ceux qui ont pris cette décision sont des criminels et devraient être jugés, condamnés et punis.

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/10/043-le-prix-mengele/

    Pierre JC Allard