Accueil / A C T U A L I T É / Tiens, un député a été assassiné … ou le deux poids deux mesures !

Tiens, un député a été assassiné … ou le deux poids deux mesures !

cercueil-c8b23-300x200

 

ROBERT GIL :

Robert Serra, 27 ans, était le plus jeune député de l’Assemblée Nationale et membre du Parti Socialiste Uni du Venezuela (PSUV). Lui et sa compagne Maria Herrera viennent d’être assassinés chez eux, dans le quartier populaire de La Pastora, à Caracas, par six individus lors d’une opération minutieusement planifiée.
.
L’assassinat « sélectif » du jeune député et de sa compagne est caractéristique du paramilitarisme et, en général, de toutes les politiques de terreur (Honduras, etc..) visant à intimider les jeunes qui voudrait s’engager dans un changement révolutionnaire.
.
Une politique annoncée de longue date, comme l’attestent des enregistrements réalisés en 2013 où la dirigeante d’extrême-droite Maria Corina Machado exigeait de mener contre le gouvernement bolivarien des “confrontations non-dialogantes” avec l’appui des États-Unis. Machado (elle aussi transformée en égérie de la liberté par les médias occidentaux) avait organisé un meeting sous l’effigie d’un militant bolivarien pendu par les pieds.
.
Mais, imaginez un pays démocratique, où le pouvoir est issu des urnes, où les médias sont libres et où un député est assassiné chez lui, à coups de poignards, avec sa jeune compagne. Mettons que ce pays serait l’Allemagne, ou la Norvège, ou le lointain Japon. Nos médias nous en parleraient-ils ?
.
Imaginez qu’un député soit assassiné en Ukraine, en Russie, ou dans la lointaine Chine (un élu ouïghour du Xinjiang, par exemple). Nos médias seraient déchaînés. François Hollande, Emmanuel Valls et Laurent Fabius fustigeraient cet acte barbare, ce crime répugnant et ils rappelleraient que tuer un élu du peuple, c’est bafouer le suffrage universel, c’est blesser la démocratie.
.
Imaginons que le député assassiné soit un opposant au gouvernement vénézuélien. Le parlement européen aurait été saisi d’une proposition de vote d’une motion condamnant Nicolas Maduro comme il le fut contre Chavez quand la licence d’exploitation hertzienne de RCTV (télé putschiste) ne fut pas renouvelée.
.
Or, rien de tout cela ne s’est produit depuis le 1er octobre alors que Robert Serra et sa compagne Maria Herrera ont été saignés chez eux par un commando de mercenaires. Le droit et le devoir d’informer passent après des considérations partisanes. La défense de la démocratie est à géométrie variable. La dénonciation des crimes politiques doit servir Wall Street et le CAC 40, aider à faire remonter des cotes de popularité et préparer de prochaines échéances électorales.
.
Nos médias, se taisent. Et quand ils parlent, ils mentent. Il faut donc suppléer aux carences des médias qui font l’opinion et au mutisme de nos dirigeants socialistes qui regardent ailleurs quand un député socialiste d’un pays ami est exécuté avec sa compagne par des mercenaires.
.
Merci a LGS
.
Et n’oublions pas Odessa …
.
« Les grands arrêteront de dominer quand les petits arrêteront de ramper »…VON SCHILLER

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Bob Dylan: la révolte sans la révolution (2)

Dylan enregistre Highway 61 Revisited (qui comporte l’immense succès “ Like a Rolling Stone ”) ...