Accueil / A C T U A L I T É / Temps de r?volution

Temps de r?volution

Le changement r?volutionnaire n?arrive pas comme un moment cataclysmique, mais comme une succession interminable de surprises, qui se meuvent en zigzag vers une soci?t? plus d?cente, disait Howard Zinn peu avant de mourir.

Cela a toujours ?t? ainsi. Des r?volutionnaires triomphants transforment souvent des ?pisodes du moment o? ils ont jou? un r?le crucial en symboles du processus, parfois avec de mauvaises intentions. Mais la r?volution fran?aise n?a pas ?t? la prise de la Bastille, ni la sovi?tique la prise du palais d?Hiver. Les faits que l?on comm?more tous les 20 novembre [1] signifient bien peu par rapport ? la r?volution mexicaine. Ils ne l?ont pas d?finie. Ce n?est m?me pas l? qu?elle a commenc?.

Les r?volutions du XXe si?cle ont bien montr? que les dirigeants d?une geste r?volutionnaire ou ceux qui s?installent au r?gime de pouvoir cr?? par une r?volution peuvent avoir des effets n?fastes, souvent contre-r?volutionnaires. Il y a peu de cas o? ils peuvent contribuer ? r?aliser ou approfondir la r?volution ? laquelle ils prennent part.

Les r?volutions, toutes les r?volutions, sont l?affaire des gens, des hommes et des femmes ordinaires.

Il y a une quinzaine d?ann?es, le 3 ao?t 1999, le sous-commandant Marcos a signal? : ? Nous sommes des femmes et des hommes, des enfants et des vieillards assez ordinaires, c?est-?-dire rebelles, pas d?accord, mal ? l?aise, r?veurs. ? Comme l?a observ? Holloway, il y a l? une bombe th?orique. Non seulement cela laisse derri?re le canon l?niniste. Cela exige que nous voyions d?une autre mani?re les gens ordinaires, tous les gens ordinaires, qui peuvent ?tre sur le point d??clater, d?exprimer passionn?ment leur r?bellion. Cela exige que nous apprenions ? apprendre d?eux. Par exemple des gens ordinaires qui ont invent? et r?alisent le zapatisme.

Il semble que soit en marche une insurrection. Il faut insister : une insurrection des gens ordinaires. Ce n?est pas un coup de main, un ?pisode belliqueux circonstanciel. Parfois les gens ordinaires se voient oblig?s ? faire un coup de main, et ils le font. Mais ce n?est pas cela qui d?finit un changement r?volutionnaire ni ce qui est en train de se passer ? pr?sent.

L?insurrection en cours ne cherche pas de soudains d?placements du pouvoir ou des politiques, entre autres choses parce que les gens ordinaires ont appris ? se m?fier profond?ment de ce qui se passe l?-haut. Ils savent que les changements de personnes dans les structures du pouvoir ont un caract?re illusoire et temporaire. Le changement des dirigeants ou des politiques n?alt?re pas le caract?re du r?gime oppresseur. En g?n?ral, il cherche seulement ? faire face ? des besoins circonstanciels ou ? des recompositions de forces? pour assurer la continuit? du r?gime.

Au lieu de soudains d?placements de pouvoir ou de politiques, l?insurrection en cours suppose un changement d?attitude qui revendique le sens de la proportion. Il faut, comme l?a dit James Scott [2], cesser de penser en tant qu??tat, comme si nous ?tions l?-haut et que depuis les hauteurs du pouvoir nous nous proposions d?arranger le monde. Ainsi qu?il le dit, tous ces efforts pour am?liorer la condition humaine d?en haut ont ?chou?. Il est temps de les abandonner.

L?insurrection revendique aussi le bon sens. Il n?a pas son si?ge dans la glande pin?ale, ainsi que le pensait Descartes, et celui qu?imaginaient les Grecs est trop abstrait. Le bon sens, c?est celui qu?on a dans la communaut?. Et c?est la premi?re chose qu?on peut apprendre des gens ordinaires, qu?en g?n?ral il ne peut survivre sans communaut? et qu?il tend ? penser ? partir de l? o? il se trouve, avec les pieds par terre, en reconnaissant ce qu?ils sont : de simples mortels.

De l?, d?en bas, ? ras de terre, on ne con?oit pas seulement les changements r?volutionnaires. On les r?alise. Des changements qui sont, comme l?enseignait Illich [3], des actes qui transgressent les fronti?res culturelles et ouvrent un nouveau chemin, des actes qui ?tablissent irr?vocablement une possibilit? nouvelle et significative. Ce sont des actes qui offrent la preuve inattendue d?un nouveau fait social. Ce fait aurait pu ?tre imagin? ou planifi?. Quelqu?un aurait pu l?anticiper. Mais il n?y a que quand il se r?alise qu?il est d?montr? qu?il ?tait possible.

Et c?est cela, assur?ment que nous pouvons aller apprendre au Chiapas, de ces hommes et femmes, enfants et vieillards, gens ordinaires, gens rebelles, pas d?accord, mal ? l?aise, r?veurs. Des gens qui se sont mis ? r?ver, qui ont vaillamment exprim? leur r?bellion, leur d?saccord, et qui ne cessent de mettre tout le monde mal ? l?aise. Ceux d?en haut, cela va de soi. Mais aussi ceux d?? c?t?, comme ceux dont les r?ves sont devenus cauchemars dans la boue des urnes, ou ceux qui sont convaincus de poss?der la v?rit? r?volutionnaire et se sentent le droit de diriger le changement.

C?est vrai qu?ils sont g?nantes et g?nants, extr?mement g?nants. Ils chamboulent tout, pas une marionnette n?en sort indemne. Pouvons-nous les ?couter avec l?esprit et le c?ur ouverts ? Pouvons-nous, plus encore, faire ce que nous avons ? faire, chacun, dans son petit coin, dans sa g?ographie, dans son temps et sa condition, sans pr?tention au grandiose ?

Gustavo Esteva

Source du texte original 😕La Jornada, Mexico, avril 2013.

Traduit par?El Viejo – La Voie du Jaguar

Notes
[1] Le 20 novembre 1910 est c?l?br? officiellement comme le d?but de la r?volution mexicaine (note de ?la voie du jaguar?).

[2] James C. Scott est l?auteur de La Domination et les arts de la r?sistance, Amsterdam, 2009, et de Zomia ou l?art de ne pas ?tre gouvern?, Le Seuil, 2013 (note de ?la voie du jaguar?).

[3] Ivan Illich (1926-2002), dont Gustavo Esteva ?tait tr?s proche, est l?auteur, entre autres, de Lib?rer l?avenir, Une soci?t? sans ?cole, Le Ch?mage cr?ateur (note de ?la voie du jaguar?).

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Histoires de médocs et course au vaccin

Dans la tourmente actuelle, je vous ai retrouvé une petite perle. Aujourd’hui que l’on se ...