Accueil / T Y P E S / Chroniques / Tel est pris qui croyait prendre !

Tel est pris qui croyait prendre !

Je me confesse, il m’est antipathique. Je me confesse, peu importe ce qu’il fera, je ne lui aimerai jamais la face. Je me confesse, chaque fois que je le vois, ?a me d?mange. Je me confesse, il ne faut pas juger son prochain, mais je ne peux m’emp?cher de sourire et ?tre heureux quand il se faire ramasser par les m?dias, les athl?tes et la population en g?n?ral. Je me confesse, je d?teste Dick Pound.

Comprenons-nous bien ici, il est clair que la drogue dans le sport est un fl?au et que de tester et suivre les athl?tes est normal. Je n’ai rien contre le fait qu’une agence, ?tablie ? Montr?al, fasse des analyses, cherche ? pincer des personnes qui trichent ou s’arrangent pour que la plupart des comp?titeurs soient « clean » lors de comp?titions internationales reli?es directement avec le Comit? International Olympique (CIO). L? ou j’ai un probl?me, c’est quand un grand pr?tentieux se met sur un pied d’estale, se pense plus gros que les athl?tes et s’imagine que le Bon Dieu lui-m?me peut aller se rhabiller, parce que le bon Dieu a cr?? l’humanit? alors que Dick Pound a cr?e l’AMA !

Quand Dick Pound vient dire que le Baseball est un sport de tricheurs, on a un s?rieux doute qu’il a probablement raison, il reste une chose, c’est qu’il ne se m?le pas de ses affaires. Le baseball est un sport d’hommes, adultes et consentants. Dick Pound n’a rien ? redire sur ce qui se passe dans le baseball, ce n’est pas un sport sous sa juridiction. Il traverse une ligne qu’il ne devrait pas et qui le rend encore plus sympathique « mode sarcasme on ». Quand Dick Pound vient dire, deux jours avant de venir poser ses fesses sur un banc du Centre Bell, que 3 athl?tes sur 4 dans la Ligue Nationale de Hockey se dopent alors qu’on a encore attrap? qu’un seul joueur (Brian Berard de Team USA) pour utilisation de produits am?liorant la performance, il d?montre qu’il se prend pour un autre et l’autre c’est pas lui.

Encore plus frappant, et la preuve qu’il a un front de bœuf, Monsieur Pound en rajoute hier apr?s que la LNH a annonc? qu’aucun joueur n’avait ?t? pris pour utilisation de produits interdits selon la liste ?tablis par la LNH. Son ?minence Pound mentionne que les tests sont caducs, que la LNH n’est pas s?rieuse et que la plupart des produits utilis?s par les hockeyeurs ne sont m?me pas test?s. Il a peut-?tre raison pour la liste des produits, mais d’ici ? ce que Sir Dick am?ne plus de preuve qu’un seul joueur pinc? en 3 olympiques par son agence, qu’il se taise au lieu de d’essayer de faire mal para?tre des gens contre qui il n’a aucune preuve.

La goutte qui a fait d?border le vase dans mon amour de cher Dick, c’est lorsque l’on apprend que Lance Armstrong ne s’est finalement pas dop? en 1999 et que le test dans un laboratoire fran?ais ?tait du bidon. D’ailleurs, le rapport d’un enqueteur allemand est clair : “tests on urine samples were conducted improperly and fell so short of scientific standards that it was « completely irresponsible » to suggest they « constitute evidence of anything.” C’est dr?le, parce que l’on apprend aussi par ricochet que la fuite qui a men? ? cette histoire et entach? Lance Armstrong dans les m?dias provenait de haut-dirigeants de l’AMA. Tiens tiens, quelle co?ncidence ! Je suis certain que Dick Pound n’a absolument rien ? voir avec tout ?a !

Armstrong a ?t? cinglant envers l’AMA et la haute direction en disant que ?a serait intelligent de cesser les chasses aux sorci?res et se concentrer sur ce qui est vraiment important. Armstrong n’a pas tort, je veux dire, entre vous et moi, si Armstrong se dope, il est fort en maudit, car cet homme est le gars le plus souvent test? de la plan?te. Un journaliste racontait que l’an dernier, alors qu’Armstrong f?tait un enfant avec sa compagne du moment, Sheryl Crowe, des membres de l’AMA sont venus cogner chez lui et exiger un petit pipi ! Pas mal non ?

Le mot de la fin revient ? Armstrong, qui citant le rapport en est venu ? la m?me conclusion que la plupart des gens qui connaissent un peu « Call Me God » Dick Pound : « The report confirms my innocence but also finds that Mr. Pound along with the French lab and the French ministry have ignored the rules and broken the law ».

J’esp?re simplement que nous serons d?barrass?s d?finitivement, et plus vite sera le mieux, de Dick Pound et de son air pr?tentieux et sup?rieur. Il est une chose de vouloir s’attaquer aux tricheurs et de vouloir rendre le sport plus propre, mais il y a une fa?on d’agir. Se prendre pour le nombril du monde, attaquer un gars qui a remport? le Tour de France 7 fois et qui se fait tester plus que n’importe qui, et tricher en outrepassant les r?gles par simple d?sir de reconnaissance, on appelle ?a un opportuniste. En rajouter sur le hockey quand on est incapable d’?tablir une preuve, ?a d?passe l’entendement.

Merci Dick, maintenant que Lance est consid?r? propre pour 99, que le hockey est « clean » selon ces r?glements et que nous avons tous la preuve que tu ?tais bien ce que l’on soup?onnait que tu ?tais, nous pourrons maintenant surveiller ta chute avec un plaisir intense, et ce plaisir sera accompagn? d’une preuve que tu es un tricheur qui court apr?s d’autres tricheurs !

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en Stock (CCLVIII) : direction les Canaries

Aujourd’hui, on poursuit notre liste des traversées de voiliers amenant la cocaïne en Europe et ...

One comment

  1. avatar

    Pour l’affaire Lance Armstrong et son dopage en 1999, il faut rétablir la vérité. Oui, les tests effectués sur les échantillons de 99 n’étaient pas faits dans le cadre d’un contrôle antidopage, ils étaient faits dans le cadre d’études scientifiques. Ces études mettent en évidence de manière irréfutable la présence EPO dans les urines d’Armstrong !
    Mais comme les tests n’étaient pas conformes à une procédure normale de test-antidoping (échantillons B,….), on ne peut pas dire qu’Armstrong était dopé même s’il avait CLAIREMENT PRIS DE L’EPO au sens scientifique ! Sur le fond, Lance Armstrong était bien dopé, sur la forme non !
    D’une manière générale, on sait mesurer la présence du dopage par ses effets physiologiques sur le corps, le dopage est présent partout, même si les contrôles ne sont capables que d’attraper les plus naïves des sportifs. A priori, les joueurs de baseball connaissent eux aussi leur partition !
    François, retourne à l’informatique, tu dois mieux t’y connaître qu’en matière de sport et dopage !