Accueil / A C T U A L I T É / Syst?me politique

Syst?me politique

Par Andr? Lefebvre

-Qu?est-ce que la politique?

-La politique est l?art de la manipulation des foules.

-Qu?est-ce que la manipulation des foules?

-C?est une science appel?e la ??Psychologie des masses??. Le dernier apport important ? cette science, fut celui de John Forbes Nash jr. Avec sa ??th?orie des jeux?? affin?e, dite ???quilibre de Nash??. Cette ??am?lioration?? permet de pr?voir le mouvement de pigeons ? l?int?rieur d?un groupe de pigeon tout autant que celui de la majorit? des pigeons. Imaginez combien devient facile le maniement des foules.

-Qu?est-ce qu?une masse?

-Une masse est un ensemble transitoire d?individus ?gaux, anonymes et semblables, au sein duquel les id?es et les ?motions de chacun tendent ? s?exprimer spontan?ment.??

Tous croient qu?une foule est impr?visible. C?est enti?rement faux. M?me si une foule peut devenir une entit? animale qui ???prend le mors aux dents??, il est assez facile de la contr?ler. Il ne suffit que d?emp?cher de lui permettre qu?elle adopte une id?e pr?cise r?pondant ? un besoin momentan? d?expression identique ? chacun.

Un but planifi?, lors d?une manifestation d?une foule, peut ?tre compl?tement annul?e par une manifestation insignifiante de violence, provoqu?e sciemment, avant qu?un ??focus?? se d?veloppe dans cette foule. Cette violence ??contr?l?e?? emp?che le ??focus?? de la foule sur une id?e ou une ?motion unique, et annule, ?galement, la raison d??tre du regroupement. Ce qui r?sulte en dispersion de ce m?me regroupement. D?ailleurs, lors de manifestations violentes, m?me minimes, les autorit?s acqui?rent aussit?t l?excuse n?cessaire pour disperser les manifestants, m?me si la majorit? est paisible.

Au d?part, une foule est un groupement humain en effervescence m?me si elle est paisible. ? tout instant peut survenir un d?clencheur qui fera sauter les interdits et la raison. La foule, ? une certaine ?poque, devenait rapidement une force aveugle et indomptable. Elle peut toujours le devenir mais c?est beaucoup plus difficile ? provoquer ? notre ?poque.

Aujourd?hui, les foules sont beaucoup moins irresponsables et aveugles. Les manifestations violentes sont tr?s rares et, la plupart du temps, tr?s peu importantes. En fait, la peur des autorit?s envers la foule r?sulte souvent, en plus de violence de leur part que de la foule qui manifeste. La foule, de nos jours, demande simplement ? ?tre entendue. ? l??poque des ann?es 30 et pr?c?dentes, elle se faisait entendre sans aucune autre consid?ration. La foule d?aujourd?hui exprime certains besoins; celle d?antan se r?voltait pour s?accaparer de ce qu?elle avait besoin. D?ailleurs, les foules d?antan voulaient manifester de la violence; les foules d?aujourd?hui, sont plus port?es ? la manifestation pacifique ? la Gandhi.

Mais les autorit?s, comme toujours, tirent de l?arri?re sur la connaissance de la soci?t? et consid?rent toujours la foule comme un animal sauvage sans bornes morales et civiques. Par contre ces m?mes autorit?s connaissent tr?s bien, le mode d?emploi pour activer l?effervescence des foules. C?est de cette connaissance dont ils se servent pour organiser une guerre contre un autre pays et la faire accepter par la population.

On remarque cependant qu?? ce niveau l?, ?galement, ils tirent de l?arri?re dans leur concept. La population ??embarque?? de moins en moins dans leur jeu et nos soci?t?s sont majoritairement r?ticentes aux guerres en g?n?ral. Chez le peuple, la peur de l?inconnu n?est pas aussi puissante qu?elle l??tait.

Une foule a toujours besoin d?un meneur charismatique et c?est souvent lui qui contr?le l?humeur de l?ensemble. De nos jours, ces meneurs vraiment charismatiques sont assez rares; et m?me si certains se pr?sentent comme des ??meneurs??, ils sont consid?r?s avec circonspection et chacun des individus formant la foule garde une partie de son identit? personnelle sans adopter enti?rement celle de l?entit? ??foule ?.

Actuellement, le charisme qui agit sur les foules vient principalement des ?quipes sportives. Ce sont elles qui servent ? donner aux individus dans une foule, une raison valable passag?re d?exister comme une seule entit?.

L?homme a perdu son lien avec la nature qui lui faisait exp?rimenter sa propre existence dans tout ce qui existe. La nature est remplac?e par un syst?me impersonnel auquel une majorit? des individus ne parvient pas ? s?identifier. Il se sent un simple num?ro de productivit?. L?adh?sion ? une ?quipe sportive lui permet d??tablir une certaine identit? et ? se consid?rer faisant parti d?un groupe d?humains vivant intens?ment son identit? ? ce groupe. L??quipe qu?il choisit, donne ? l?individu l?impression d?une relation personnelle, en lui faisant partager ses propres ?motions avec ceux qui appuient la m?me ?quipe. De plus, les membres de l?entit? ???quipe??? cr?ent l?apparence d?un lien direct d?homme ? homme avec chacun des supporteurs.

Autrefois, la religion tenait le haut du pav? comme lien dans la soci?t?. Au Qu?bec, par exemple, l?unit? Catholique ?tait une entit? vivante. Aujourd?hui, on peut dire que le sport a prit la pole. La politique, ?galement, tenait une place importante il y a trente ou quarante ans; mais l?insignifiance et la mauvaise gestion des politiciens a sonn? le glas de ce lien important.

Les politiciens cherchent toujours ? s?identifier comme des ??meneurs?? charismatiques. ?videmment, ce qui les int?resse vraiment est le pouvoir. Au d?part, la lutte qu?ils m?nent, pour prendre le pouvoir, commence dans un esprit de loyaut? envers la population. Ils veulent ?liminer les injustices du pass?, se donner les moyens de gu?rir une ?conomie gaspilleuse et inefficace, procurer aux d?favoris?s le bien-?tre sans lequel la vie est mis?rable, et aussi, r?tablir l?autorit? de la nation.

Mais, ? chaque fois, et les citoyens le savent, les politiciens se font enj?ler par les puissances occultes qui contr?lent l??conomie, c?est-?-dire le c?ur du syst?me social, et qui, elles, d?fendent le statu quo pour ne pas risquer de perdre leur pouvoir et leur richesse. La plupart des changements qu?elles autorisent ne sert qu?? augmenter leur pouvoir et leur richesse.

On croit commun?ment que le chaos r?gne l? o? r?gne l?anarchie, au sens exact du mot : absence de toute autorit?. C?est une erreur. L?anarchie d?aujourd?hui, est la manifestation de la libert? individuelle, temporis?e par la raison et le sens de responsabilit? des individus. Mais, ? la faveur de cette erreur de jugement, le leader, quel qu?il soit, peut affermir son pouvoir aux d?pens de ses rivaux en disant remettre de l?ordre dans les institutions et dans la production. Ces succ?s lui permettent de rallier les masses, de les identifier ? ses combats et de leur demander les sacrifices n?cessaires pour assurer son contr?le et celui de ceux qui le dirige en sourdine.

Le premier sacrifice consiste ? faire renoncer le contr?le du pouvoir par le peuple ainsi qu?aux avantages que procure la libert? individuelle, afin que lui, ses proches et ses partisans puissent mieux commander et se faire mieux ob?ir. C?est ainsi qu?augmente la mainmise sur l?autorit?, souvent en ayant recours ? des moyens ill?gaux et hypocrites. Et le peuple, par exc?s de confiance, autorise ensuite les proc?d?s anormaux de surveillance (cam?ras cach?es etc.), c?est-?-dire?: d?oppression.

On commence dans le respect des principes et on finit par les ?liminer. Ce qui semble n??tre, au d?but, qu?une concession de libert? de circonstance, se termine par une d?mission permanente des droits de l?individu.

C?est toujours le m?me processus employ? par les autorit?s et parrain? par les puissances occultes. L?inqui?tant de tout ?a, c?est que le peuple prend rapidement l?habitude de laisser diminuer ses libert?s et les autorit?s en ?liminent de plus en plus ? la moindre occasion.

Il est alors facile de comprendre l?importance, pour un meneur, d?encourager le ??culte de la personnalit?. Ce qui est tr?s facile dans notre soci?t?, simplement ? cause de notre apprentissage ?litiste social qui a commenc? ? s?incruster il y a deux mille ans et m?me, probablement quelques mill?naires plus t?t. Les religions qu?on appelle?: ??du livre?? sont les instigatrices de la notion ??d??litisme social ?.

Je sais bien que je peux offusquer certain par cette affirmation, mais je ne vous demande que d?y r?fl?chir un instant.

Il est ind?niable qu?? la t?te de la structure religieuse il y a 1) Dieu, ensuite 2) son repr?sentant sur Terre, qu?on l?appelle pape ou autre. Ensuite 3) vient la hi?rarchie des ?glises jusqu?au simple abb?, fr?re ou s?ur.

Ce n?est qu?au bas de cette pyramide ?litiste que l?homme ??ordinaire?? (comme s?il y en avait des extraordinaires), qui n?est que poussi?re, se loge et trouve enfin sa place. Nous sommes conditionn?s ? consid?rer d?autres humains comme ?tant sup?rieurs ? nous. Ce qui facilite ?norm?ment la vie de celui qui vise ? se faire accepter comme ??meneur??. Un exemple tr?s simple, mais tr?s significatif, malgr? l?insignifiance du ??meneur??, est le cas ??Ra?lien??. Ce cas est exactement le m?me que celui cr?ant tout parti politique.

On parle ?norm?ment d??galit? entre les individus mais il nous est presqu?impossible d?en parler avec honn?tet?. ?videmment, la m?me hi?rarchie que celle d?crite ci-dessus, se retrouve dans la poussi?re humaine. Il y a des ??poussi?res?? beaucoup plus importantes que d?autres poussi?res pour diverses raisons ??irraisonnables??.

Et c?est ?quip? de cette fa?on que nous essayons de cr?er et surtout demandons une soci?t? ?quitable pour tous. Ce n?est pas surprenant que plusieurs croient qu?une ??soci?t? ?quitable pour tous?? soit une utopie. La base d?une telle soci?t? n?cessite une reconnaissance de valeur identique pour chacune des aptitudes diff?rentes de chacun des individus. Autrement dit, l?acceptation de l??galit? des diff?rences.

Avec une telle notion, il est impossible d?y trouver un ??chef?? qui obtienne un pouvoir incontestable sur les autres individus. Dans une telle soci?t?, le ??chef?? n?est pas autre chose qu?un individu d?vou? au seul bien de l?ensemble, sans r?el pouvoir. C?est ? ce moment-l? que son charisme devient important. Il doit ??convaincre?? les autres des actions qu?il croit devoir ?tre faites. Et chacun des individus a le droit de refuser d?agir contre ses propres convictions. Le chef n?a donc aucun autre pouvoir que celui de la persuasion.

Il n?y a pas de syst?me plus d?mocratique que celui-l?.

Dans notre syst?me actuel, une fois le meneur est install? au pouvoir, il fait en sorte que le peuple renonce peu ? peu ? ses responsabilit?s et il ratifie sa situation ? chaque sondage ou dans chaque ?lection.

Et le sc?nario se r?p?te, constamment, ? chaque ?lection, m?me si le peuple change l??lu. On peut dire que la ??foule?? d?cide mais ne gouverne pas. Par contre, si le peuple perd ses droits fondamentaux de libert? et qu?on abuse continuellement dans les restrictions de sa qualit? de vie, le niveau charismatique n?cessaire au meneur ? chacune des ?lections, rejoint des niveaux impossible ? atteindre; m?me par les pr?tendants en lices pour remplac? celui au pouvoir.

C?est probablement la raison pour laquelle on a actuellement l?impression que les politiciens perdent en qualit?; ? moins qu?effectivement, ils doivent s?y mettre ? quatre pour atteindre un QI de 32. Ce qui est, beaucoup plus, mon opinion personnelle.

Le principe adopt? par les autorit?s est celui de Bradley?: ? Lorsqu?une chose est mauvaise, il doit ?tre bon de conna?tre le pire. ? J?ajouterais?: ???et d?agir en fonction du pire ?. C?est de cette fa?on que les autorit?s se comportent envers les foules.

Avec cette science sur la psychologie des masses, on est loin, vous vous en rendez-compte, des d?crets habituelles d?une science inspir?e par la philosophie des lumi?res et par la vision d?un avenir positif. La psychologie de masse nous ram?ne ? l??poque de Machiavel. Ce qui nous indique que ce n?est pas, du tout, le peuple qui voit l?avenir n?gativement, mais bien les autorit?s responsables de la g?rance sociale. En voyant l?avenir plein d?embuches et de probl?mes, en ?voluant continuellement dans un environnement de ruses, de magouilles lobbyistes et de peur de la majorit? pour garder le pouvoir, ils deviennent les cr?ateurs n?gatifs de ces probl?mes.

Heureusement,? on a toujours vu des hommes lutter pour faire pr?valoir le positif et changer un ?tat de choses qui, ? force de durer, semble ?tre devenu le destin m?me de notre esp?ce : en haut les meneurs, en bas les men?s. La notion imb?cile mais accept?e de ??Dominant/Domin?.

Ces humains positifs, qui travaillent dans l?ombre, semblent obtenir, actuellement, des r?sultats assez surprenants. Ils parviennent ? influencer la pens?e sociale sans d?marches intempestives; et peu ? peu, on voit appara?tre dans la soci?t?, une entit? ??foule?? ? laquelle on ne s?attendait pas chez les puissances occultes.

La pens?e sociale arrive de plus en plus ? d?fendre les droits fondamentaux de l??tre humain. Des groupes se forment pour d?fendre l??cologie, la qualit? de vie, la distribution ?quitable des richesses et les valeurs humaines qui sont bafou?es depuis assez longtemps. De plus, le mouvement se traduit internationalement. Il est ?galement amplifi? par l?existence d?un moyen de diffusion qui rejoint les coins les plus recul?s de la plan?te. Les ?changes d?informations se produisent ? la vitesse des ondes ?lectromagn?tiques, c?est-?-dire ? la vitesse de la lumi?re. Les opinions les plus pertinentes s?installent ? demeure dans l?esprit d?une majorit? des humains. De sorte qu?une philosophie de lib?ration de l?individu s?impose de plus en plus, partout sur le globe.

Encore une fois, dans l?histoire humaine, un mouvement ??d?embrayage?? vers un niveau sup?rieur de pens?e semble se produire dans la psych? des hommes. Il est de plus en plus difficile pour les autorit?s, de faire appel aux ??instincts?? pour contr?ler le peuple. Celui-ci d?montre de plus en plus, une soif du ??raisonnable?? au lieu d?une soif d?avantages ou de plaisirs ?ph?m?res.

Par contre, ces autorit?s n?gatives poss?dent encore leurs adh?rents parmi les populations, de sorte qu?elles ne per?oivent pas tout ? fait l?ampleur du mouvement. Elles croient encore manipuler l?ensemble des hommes, quand, en r?alit?, le pourcentage de leurs ?adh?rents diminue tr?s rapidement.

Non seulement ne voient-elles pas la tendance actuelle, elles ajoutent une erreur ? leur perception. Elles se servent de cette soif de libert? des individus pour parvenir ? atteindre leurs objectifs d?augmentation de leurs richesses. De cette fa?on, elles se tirent dans le pied. Car elles ne voient pas que les hommes adoptent une habitude de la libert? encore plus rapidement qu?ils avaient adopt? l?habitude d?oppression.

Tr?s bient?t, si ce n?est pas encore le cas, les puissances occultes du syst?me seront submerg?es par ce tsunami de libert? individuelle qui grossit exponentiellement et qui frappe partout sur la plan?te. Les illusions envers les dirigeants quittent rapidement l?esprit du peuple tout en continuant de s?accrocher dangereusement ? l?esprit des dirigeants oppresseurs et irresponsables.

Heureusement, comme d?habitude, les autorit?s se trouvent encore ? tirer de l?arri?re sur le reste de la population. J?ai tr?s bon espoir que la sagesse de l?homme pr?vaudra tr?s bient?t.

Les autorit?s peuvent tr?s bien pr?voir les mouvements individuels des pigeons, s?ils le veulent; mais ils croient encore que le film de Hitchcock ??The Birds??(1963) est de la pure fiction quand, en fait, il comporte une tr?s bonne base de r?alit?.

Ils ne sont pas tous des pigeons.

Andr? Lefebvre

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le franc CFA, ou l’impérialisme à la française

Franc CFA: A eux seuls, ces mots symbolisent l’expérience macro économique le plus synonyme d’asservissement ...

3 Commentaire

  1. avatar

    André Lefebvre:
    En premier lieu,

    bienvenu sur Les Voix du Panda.

    Démarche parfois longue mais qui finit par porter ses fruits.

    Je participe depuis des années avec CentPapiers à l’évolution de nos deux plateformes qui défendent l’essentiel de nos valeurs démocratiques.
    Le sens de la liberté, quel que soit le continet n’a pas de prix, comme le démontre cet article et sans approuver l’ensemble de son contenu, je partage la majorité de cette idéologie.

    Ce qui demeure un mystére toutefois c’est que personne n’arrive à mettre en avant ( à défaut de ne pas écouter les faux bruits de couloirs)

    Quels seront les principaux changement pour que le Québec ne perde pas son identité, que le Canada ne le traite pas comme un gamin cette nation forte de plus de 7 millions d’habitants. Ne devienne en conséquence un des support des USA.
    Quelle reste la position au plus juste de l’ANGLETERRE

    Nous avons en quelques sortes des racines et des cultures proches, il faut éviter de s’isoler.
    Content pour la francophonie de voir mon article d’hier faire LA UNE, à côté du votre, mais parlez nous un peu plus des avantages et conséquences de cette élection.
    Ce dont nous vous remercions.
    A vous lire vous ou les autres au coeur de ce votre devenir qui reste un peu le nôtre.
    Cordialement,
    Le Panda

    Patrick Juan

  2. avatar

    Il y a eu 9 commentaires sur Les voix du Panda que je ne reprendrai pas ici.

    Amicalement

    André Lefebvre

  3. avatar

    @LARTISTE,

    Je comprends,

    Réaction saine et provocante parfois.

    Amicalement

    Le Panda

    Patrick Juan (C)