Accueil / T Y P E S / Articles / Syrie : P?trole contre Euros

Syrie : P?trole contre Euros

German-Foreign-Policy.com

DAMAS-BERLIN- Le gouvernement allemand insiste pour qu’on cr?e rapidement des structures ?tatiques dans les r?gions contr?l?es par la r?bellion syrienne. Il faudrait, selon le Minist?re des Affaires ?trang?res, soutenir les ??mod?r?s?? et acc?l?rer r?solument la ??reconstruction?? En coulisse se profile une influence croissante de milices islamistes, dont le Jabhat al Nosra (Front pour la Victoire du Peuple de la Syrie), une formation qui a d?sormais partie li?e avec Al Qa?da en Irak. Ses liens ?troits dans le pays voisin lui facilitent le contr?le de la majorit? des champs p?trolif?res syriens, essentiellement situ?s ? proximit? de la fronti?re irakienne.

Selon certaines informations le financement des milices islamistes est assur? de fa?on croissante par l’exploitation des ressources p?troli?res, que d?sormais d’autres fractions de la r?bellion syrienne cherchent elles aussi ? contr?ler. La d?cision de l’UE de lever l’embargo p?trolier impos? aux fractions ??mod?r?es?? (non islamistes) de la r?bellion pourra leur permettre de mieux s’affirmer contre le Jabhat al Nosra et les formations analogues. Ce qui ? son tour attise la guerre civile entre les divers groupes rebelles.

Basta! Habib Haddad, Al Hayat, Londres

L’un des principaux donateurs

En promettant des millions d’euros aux rebelles, la RFA et ses alli?s occidentaux confirment leur ing?rence dans la guerre civile syrienne. Washington a promis ? elle seule le doublement de son aide, qui s’?l?vera d?sormais ? 250 millions de dollars. Elle est destin?e ? financer, outre des prestations humanitaires, du mat?riel de transmission ainsi que – pour la premi?re fois de fa?on officielle – des ?quipements militaires ??non l?taux??. L’Allemagne a elle aussi promis de mettre davantage de moyens ? la disposition des rebelles?; le total vers? ? ce jour doit atteindre les 145 millions d’euros. Berlin soutient que cet argent ne sert pas ? acheter des armes, une affirmation qu’il convient de replacer dans le cadre de la r?partition des t?ches en Occident, car les prestations allemandes concernant par exemple l’aide aux r?fugi?s permettent ? d’autres pays de focaliser leurs aides financi?res sur la solde des milices rebelles. La R?publique f?d?rale allemande est ??l’un des principaux donateurs?, dit-on au Minist?re des Affaires ?trang?res (1). Au plan politique, l’Allemagne soutient les rebelles sans aucune r?serve (2)

L’aide humanitaire est instrumentalis?e

Cependant l’Occident est de plus en plus confront? ? un passage sous contr?le islamiste des zones arrach?es au gouvernement. Souvent les habitants de ces r?gions tol?rent la domination- m?me extr?mement brutale – des islamistes, dans la crainte que la soci?t? syrienne, en guerre civile, ne bascule dans le chaos complet – une argumentation d?j? utilis?e en Afghanistan et dans certaines r?gions de Somalie. Toutefois il para?t que des diplomates europ?ens conc?dent d?sormais ouvertement que l’Occident utilise la totalit? de son ??aide humanitaire?? ? des ??fins politiques??: la distribution de cette aide est confi?e de fa?on tout ? fait cibl?e ? des rebelles pro-occidentaux afin de leur gagner les faveurs de la population (??win hearts and minds??) On leur ach?te ainsi – en d?pit de leurs divisions notoires – une ??l?gitimit? n?cessaire ? la cr?ation de structures gouvernementales alternatives. Les sommes affect?es ? cet effet sont ?valu?es ? 790 millions d’euros. (3)

Du p?trole pour financer la r?bellion

Pour soulager le plus vite possible les caisses occidentales, l’UE – avec l’accord de l’Allemagne – a d?cid? d?s la semaine derni?re de lever partiellement l’embargo p?trolier impos? ? la Syrie depuis ? peu pr?s un an et demi. Si l’exportation de p?trole vers l’Europe reste interdite au gouvernement syrien, les rebelles, eux, ne sont plus soumis ? cette interdiction. Justification?: les profits qu’ils en retireront pourront ?tre utilis?s ? des mesures de ??reconstruction?? dans les zones qu’ils contr?lent. En Occident, les centrales gouvernementales font toutefois montre d’un scepticisme consid?rable quant ? la r?ussite de ce projet.

Exportation et ol?oducs

Les raisons de cette attitude ne tiennent pas tant que cela aux sp?cificit?s de l’?conomie p?troli?re syrienne. Maintenant, les rebelles ont certes pris le contr?le de nombreux puits de p?trole – on parle de 90% des ressources. Les deux raffineries syriennes – ? Homs et Banyas – sont toujours tenues par les troupes gouvernementales, mais voil? qui ne devrait pas g?ner l’exportation du brut. Il en va de m?me pour l’exploitation de quantit?s limit?es, en d?pit des calculs de la « Bundesagentur f?r Geowissenschaften und Rohstoffe » (Institut f?d?ral des g?osciences et ressources naturelles, BGR) indiquant que les r?serves syriennes de p?trole de ne doivent pas ?tre surestim?es. Comme le BGR l’a d?clar? en septembre 2011, au moment du projet d’embargo contre la Syrie, la RFA est certes toujours le premier acheteur de p?trole syrien. Mais ? l’?poque, l’extraction aurait d?j? ?t? en net recul?; la Syrie n’arrive qu’au 33?e?rang mondial des pays d?tenteurs de p?trole, et en outre elle en consacre de plus en plus ? sa propre consommation. Il faudrait donc se pr?parer ? la fin des importations en provenance de Syrie (4). Mais ? long terme, avait alors estim? le BGR, Damas pourrait ?ventuellement projeter de jouer le r?le de n?ud p?trolier et gazier (??oil and gas hub??) en construisant un ol?oduc traversant son pays, par exemple depuis l’?gypte et l’Irak. La r?alisation de ces plans – qui seraient tr?s avantageux pour l’UE- ne serait toutefois envisageable qu’apr?s la fin de la guerre civile.

Sur le mod?le de l’Irak

Mais le probl?me, plus que les exportations p?troli?res syriennes, limit?es ? long terme, est la lutte pour l’acc?s aux ressources entre fractions rebelles, d?j? atomis?es, qui les conduira ? de nouvelles confrontations militaires. Les champs p?trolif?res syriens sont situ?s ? l’Est du pays, dans la province de Deir-ez-Zor, ? la fronti?re irakienne. Plusieurs puits sont actuellement contr?l?s par les islamistes du Front al-Nosra, alli? de la branche irakienne d’Al Qa?da. ??Ils ont la haute main sur l’?conomie syrienne, et ils sont tr?s forts??, dit-on dans la r?gion au sujet de Jabhat al-Nosra, qui aurait commenc? depuis longtemps ? vendre du p?trole pour se financer (5). Des milices tribales de Syrie orientale commencent ? se soulever contre al-Nosra et tentent de conqu?rir les champs p?troliers?; on assiste ? des combats sanglants de plus en plus fr?quents entre le Front al-Nosra et les autres rebelles. Cependant les forces regroup?es sous le vocable d’Arm?e syrienne libre (ASL) et op?rant ? proximit? des champs se p?trole s’efforcent de trouver des appuis en Occident?: selon le g?n?ral Salim Idriss, il s’agit de disputer aux islamistes leurs sources de revenus (6). ?tant donn? le renforcement du Jabhat al-Nosra, on ciblerait d?sormais la cr?ation d’un mouvement arm? regroupant les milices tribales et destin? ? d?truire syst?matiquement les structures d’Al-Qa?da, sur le mod?le des op?rations engag?es il y a quelques ann?es en Irak par les USA. Les dizaines de morts que fait chaque jour la guerre civile en Irak ?claire bien leur succ?s ? long terme.

(1)?En Syrie?: soutenir les mod?r?s, www.auswaertiges-amt.de 22.04.2013

(2) voir?The Day After, Verdeckte Kriegspartei, Im Rebellengebiet und Im Rebellengebiet (II)?(Les bellicistes masqu?s, Dans les zones rebelles I et II)

(3)?Syria: Britain funds rebels overseeing aid inside occupied areas; www.telegraph.co.uk 14.04.2013

(4) DERA vous informe?: P?trole et gaz naturel syrien, www.deutsche-rohstoffagentur.de 05.09.2011

(5)?In Syria, some brace for the next war; articles.washingtonpost.com 09.04.2013

(6)?Syrian rebels seek control over oil fields; www.ft.com 22.04.2013

tlaxcala-int.org

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Les économistes contre le peuple

  Franklin Delano Roosevelt avait en son temps renvoyé John Maynard Keynes, un des économistes ...