Accueil / T Y P E S / Chroniques / Sur les étals du marché aux légumes (jeu)

Sur les étals du marché aux légumes (jeu)

En ces temps d’actualité déprimante, marqués par le Covid-19 et les inondations dramatiques, rien de plus reposant qu’un petit tour au potager pour vérifier si le sol a bien été travaillé en vue du repos hivernal et si les semis de printemps sont bien isolés de l’humidité dans la cabane en bois pour ne pas compromettre les récoltes futures de beaux et délicieux légumes. Mais allez savoir pourquoi, 40 d’entre eux, plus espiègles que les autres, ont pris la poudre d’escampette et sont allés se cacher dans le texte suivant. Á vous de les retrouver…

Chaque soir au Zénith de Paris, Anna Bolisant, la Reine des glaces, triomphe dans la revue Holiday On Ice, vêtue de sa superbe tenue de scène rose de Chine, sous l’œil énamouré du général Apollo délesté pour l’occasion de son képi à feuille de chêne. La veille, Jupiter lui-même est sorti de l’Élysée pour venir applaudir celle que la presse anglo-saxonne surnomme « Imperial Star ». Dans un instant, Anna va entrer en piste dès la fin du numéro exécuté par le quatuor de patineuses Pompadour, composé de Manon, Mona Lisa, Samba et Starlette. Sous les yeux ravis du public – déjà conquis un peu plus tôt par le talentueux duo de patineurs Ishikura-Jalapeño –, ces quatre-là en finissent avec leurs gracieuses arabesques…

Á quelques kilomètres de là se dresse le Cirque d’Hiver, haut lieu du catch dans la capitale. En cette soirée d’automne y est organisée une réunion de prestige. Les gradins vibrent sous les trépignements des spectateurs tandis que des clameurs s’élèvent jusqu’à la voûte. On encourage, on fustige, on complimente, on invective les protagonistes qui en décousent sur le ring à grand renfort de manchettes, d’étranglements et de planchettes japonaises. Non sans risquer, ici ou là, de prendre dans les travées un coup de parapluie asséné par un spectateur irascible.

D’ores et déjà trois rencontres ont été disputées. La première, un combat féminin à quatre, s’est soldée par l’inattendue victoire du duo de Transalpines Violetta di Firenze et Marina di Chioggia sur les sculpturales Californiennes Cosmic Purple et Sweet Candie. Dans le second combat, Coco de Paimpol s’est fort logiquement imposé face au vétéran néerlandais Blauwshokker. Enfin, la troisième confrontation a vu la redoutable Frisée de Ruffec triompher de la perverse amérindienne Joyau d’Oaxaca.

Pour l’heure, c’est un match à quatre qui se déroule sur le ring. Sont confrontés en un combat viril le méchant nippon Tetsu Kabuto et, doté d’une impressionnante barbe de capucin, le non moins agressif Géant de Prague, à deux faux « gentils » associés pour la première fois en public : le sauvage Viking et le rugueux Rambo.

Suivra un intermède féminin de charme qui mettra aux prises la Britannique Lady Godiva – dans son costume traditionnel – et l’Américaine Purple Beauty, une ex-Miss Wisconsin. Enfin, le combat vedette opposera, dans un dernier match à quatre, les montagnes de muscles que sont le Monstrueux de Viroflay et le Crochu de Montmagny aux terreurs du ring : le Monstrueux de Carentan et le Galeux d’Eysines. Du grand catch en perspective !

Exception faite d’une grosse blonde paresseuse installée au premier rang, le public est enthousiaste, à l’image de la vieillissante Trocadéro la préférée, ex-gagneuse n°1 d’un truand redoutable, Jo le Boutonneux, qui l’avait naguère sortie d’un géant Mammouth où elle travaillait comme caissière. Non moins démonstratives s’agitent sur le même rang une géante noire de Russie et une grande rousse à la chevelure longue de Saint-Valéry-en-Caux. Un peu plus loin, une grisette de Provence et une femme un peu ronde de Nice sont même en passe de perdre la voix, contrairement au mutique malabar qui leur tient compagnie. Ainsi vont les soirées de catch au Cirque d’Hiver.

Aussi passionnant qu’il soit, inutile de poursuivre ce récit mettant en scène des personnages qui, loin de briller par leur humilité, appartiennent au monde très fermé des « grosses légumes ». Eh oui, chers amis lecteurs, 40 légumes sont bel et bien tapis dans les replis de cet édifiant texte dont la grande beauté formelle n’aura échappé à personne. Il y a là 1 artichaut, 1 asperge, 1 aubergine, 3 carottes, 1 céleri-rave, 2 chicorées, 2 courges, 2 courgettes, 2 épinards, 1 fenouil, 2 haricots, 4 laitues, 1 navet, 1 oignon, 1 petit pois, 1 piment, 2 poireaux, 1 poivron, 1 potiron, 6 pommes de terre, 1 radis, 1 salsifis et 2 tomates.

Les avez-vous découverts ? Si oui, vos connaissances en matière de jardinage imposent le plus grand respect. Si non, pas de problème, vous trouverez les bonnes réponses ci-dessous :

Artichaut : Imperial Star / Asperge : Rambo / Aubergine : Violetta di Firenze / Carotte : Cosmic Purple / Longue de Saint-Valéry, Sweet Candie / Céleri-rave : Géant de Prague / Chicorée : Barbe de capucin / Chicorée : Frisée de Ruffec / Courge : Galeux d’Eysines / Lady Godiva / Marina di Chioggia / Courgette : Grisette de Provence / Ronde de Nice / Épinards : Monstrueux de Viroflay, Viking / Fenouil : Géant mammouth / Haricot : Coco de Paimpol / Crochu de Montmagny / Laitues : Feuille de chêne, Grosse blonde paresseuse, Trocadéro la préférée, Reine des glaces / Oignon : Ishikura / Petit pois : Blauwshokker / Piment : Jalapeno / Poireau : Malabar, Monstrueux de Carentan / Poivron : Purple Beauty / Pommes de terre : Apollo, Manon, Mona Lisa, Pompadour, Samba, Starlette / Potiron : Tetsu Kabuto / Radis : Rose de Chine / Salsifis : Géante noire de Russie / Tomate : Joyau d’Oaxaca / Jupiter.

Commentaires

commentaires

A propos de Fergus

avatar
Autodidacte retraité au terme d'une carrière qui m'a vu exercer des métiers très différents allant d'informaticien à responsable de formation, je vis à Dinan (Côtes d'Armor). Depuis toujours, je suis un observateur (et de temps à autre un modeste acteur) de la vie politique et sociale de mon pays. Je n'ai toutefois jamais appartenu à une quelconque chapelle politique ou syndicale, préférant le rôle d'électron libre. Ancien membre d'Amnesty International. Sur le plan sportif, j'ai encadré durant de longues années des jeunes footballeurs en région parisienne. Grand amateur de randonnée pédestre, et occasionnellement de ski (fond et alpin), j'ai également pratiqué le football durant... 32 ans au poste de gardien de but. J'aime la lecture et j'écoute chaque jour au moins une heure de musique, avec une prédilection pour le classique. Peintre amateur occasionnel, j'ai moi-même réalisé mon avatar.

Check Also

Le rêve d’Anne Hidalgo : faire de Paris un port de mer

En matière de mégalomanie, rien n’arrête Anne Hidalgo. Fin septembre, elle a repris à son ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.