Accueil / T Y P E S / Articles / Sunset Rubdown – Shut Up I Am Dreaming

Sunset Rubdown – Shut Up I Am Dreaming

Apr?s avoir ?cris pas moins de quatre commentaires suite ? la critique faite par Olivier au sujet du l’album EP de Sunset Rubdown, je me suis dit qu’il serait peut-?tre bien d’en faire ?galement une pour le v?ritable album de ce fabuleux groupe, soit l’album Shut Up I Am Dreaming. (en v?rit?, c’est Olivier qui me l’a sugg?r?…)

?tant un fan incontest? du groupe montr?alais Wolf Parade et de son chanteur/clavi?riste Spencer Krug (que j’ai vu l’hiver dernier suer ? grosse gouttes sur son clavier), j’avais d?j? un pr?jug? passablement favorable avant m?me la premi?re ?coute de l’album. J’avais cependant vu juste. J’avais ? faire ? du mat?riel de grande qualit?, ? du grand Spencer.

D?s la premi?re pi?ce, Stadiums and Shrines II, on reconna?t tout de suite l’intensit? propre ? Wolf Parade. Un clavier jou? avec vigueur, une voix puissante et d?chirante, des riffs de guitare saccad?s. Pas de surprise, c’est en plein ce ? quoi je m’attendais et c’est tant mieux.

Puis, on entre dans un univers relativement diff?rent. Les instruments sont jou?s aussi durement, mais on a l’impression d’?tre amen?s ailleurs. On semble m?me reconna?tre des petits airs de famille avec les cousins montr?alais d’Arcade Fire. Les xylophones sans doute.

C’est vraiment ? partir de la troisi?me chanson que nous entrons dans le v?ritable univers de Spencer Krug. En faisant exception de la superbe pi?ce Snakes Got a Leg III, qui vous fera in?vitablement « shaker » de la jambe ou hocher de la t?te, les pi?ces s’allongent, le rythme ralentit, les m?lodies sont plus inspirantes. C’est vraiment estomaquant. La voix stridente du chanteur n’a plus du tout le m?me effet. On a plus vraiment envie de taper du pied. On ne peut que se laisser p?n?trer par son intensit?.

I’m Sorry I Sang on Your Hands That Have Been in the Grave, The Men Are Called Horsemen There (qui vous fera fredonner « de dem dem de de de de dem » et Shut Up I Am Dreaming of Places Where Lovers Have Wings sont sans aucun doute trois pi?ces que vous savourerez avec une grande jouissance.

Un album ? d?couvrir pour les fans de Wolf Parade qui ne peuvent pas attendre le festival Osheaga en septembre, mais ?galement pour les autres, ne serais-ce que pour d?couvrir le talent ? l’?tat pur cet ex-moustachu ? la voix unique.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le commerce préhistorique (6)

Naissance des cités sumériennes. Le premier « Puissant » à venir s’installer à Sumer fut EN.KI. Il ...

One comment

  1. avatar

    Rien à ajouter sur cette bonne critique Dave..
    Moi ma chanson préférée c’est ’’I’m sorry I sang on your hands that have been in the grave’’ même si le titre est un peu trop long à mon goût.