Accueil / A C T U A L I T É / Sortie du film ? agent Orange: Une bombe ? retardement ?

Sortie du film ? agent Orange: Une bombe ? retardement ?

UNE BOMBE A RETARDEMENT un film de Thuy Ti?n Ho et Laurent Lindebrings

PROJECTION EN AVANT PREMIERE

Jeudi 26 SEPTEMBRE 2013 ? 20h30

au Cin?ma Action Christine, 4 rue Christine – 75006 Paris

UN FILM, POURQUOI??

Au Vietnam, l’arm?e am?ricaine a utilis? herbicides et d?foliants chimiques comme armes de guerre. Une trentaine de soci?t?s, dont Monsanto, ont fourni ces produits. De 1961 ? 1971, plus de 80 millions de litres (dont presque 62% d’Agent Orange) ont ?t? d?vers?s sur 20% de la partie m?ridionale du Vietnam.

L’Agent Orange contient de la dioxine, substance violemment toxique et dot?e d’une tr?s grande stabilit?. C’est pourquoi aujourd’hui encore, elle continue ? faire des d?g?ts tant sur la flore et la faune que sur les populations du Vietnam. La destruction des for?ts et des mangroves a entra?n? la rupture de l’?quilibre ?cologique ant?rieur. Chez l’homme, la dioxine p?n?tre dans l’organisme par l’ingestion de la nourriture (poissons, crevettes,…). L’absorption en quantit? infime peut provoquer de nombreuses maladies et m?me ?tre mortelle. Chez la femme enceinte, la dioxine peut passer ? travers le placenta et atteindre le f?tus. La m?re qui nourrit son enfant au sein peut lui transmettre la dioxine ? travers son lait.

Les populations des r?gions o? les d?foliants ont ?t? ?pandus pendant la guerre ont ?t? les premi?res contamin?es. Aujourd’hui encore, selon la croix rouge vietnamienne, entre 2 et 3 millions de personnes sont touch?es. Parmi elles au moins 800?000 Vietnamiens sont lourdement handicap?s ou connaissent de graves probl?mes de sant? dus ? la dioxine. En outre, des soldats am?ricains, mais aussi australiens, n?o-z?landais et sud-cor?ens, qui participaient ? la guerre ? leurs c?t?s, ont ?galement ?t? contamin?s.

En 1984, les fabricants de d?foliants ont accept? de verser aux soldats-v?t?rans am?ricains, en ?change de l’arr?t de toute poursuite judiciaire, 197 millions de dollars ? titre d’indemnisation. Deux poids, deux mesures?: les victimes vietnamiennes ne re?urent rien.

En 2004, la VAVA (Association Vietnamienne des Victimes de l’Agent Orange) a d?pos? devant le tribunal f?d?ral de Brooklyn, une plainte contre les fabricants d’herbicides pour crimes contre l’humanit? et crimes de guerre.

En 2005, leur plainte a ?t? rejet?e. La VAVA a fait appel, mais le 22 f?vrier 2008, la cour d’appel f?d?rale de New-York l’a d?bout?e une nouvelle fois.

En octobre 2008 la VAVA a fait appel aupr?s de la Cour Supr?me de Justice des ?tats-Unis. Le 2 mars 2009, celle-ci a fait savoir qu’elle n’examinera pas cet appel.

En d?finitive, tous les recours juridiques sont actuellement ?puis?s pour les plaignants vietnamiens. D?bout?s par la justice am?ricaine, ils ne pourront pas non plus porter leur affaire devant la Cour Internationale de Justice de La Haye, ni devant aucun Tribunal P?nal International.

Aujourd’hui, les questions li?es ? l’Agent Orange sont tr?s peu connues du grand public qui g?n?ralement pense que le Vietnam ne souffre plus des cons?quences d’une guerre qui s’est termin?e en 1975. Ce constat a conduit les associations ORCHID?ES et ORANGE DIHOXYN (voir liens) ? passer un accord de partenariat pour r?aliser un film intitul??« Vietnam?: Agent orange, une bombe ? retardement ».

Le but de ce film est double.

 

  • information?: le film permettra de montrer que plus de 40 ans apr?s la fin de la guerre du Vietnam, celle-ci continue (et continuera pendant longtemps encore), ? faire de nombreuses victimes?;
  • humanitaire?: la diffusion du film au plus large public doit permettre, en sensibilisant l’opinion internationale, de r?colter des dons destin?s ? financer la construction d’un grand centre d’accueil pour les victimes vietnamiennes de l’Agent Orange. En effet, beaucoup d’enfants handicap?s sont abandonn?s ? leur naissance par leurs parents, d’autres sont capables d’apprendre un m?tier ou d’entamer des ?tudes. Ce centre offrira des solutions d’accueil et d’accompagnement pour les diff?rentes situations.

 

QUEL FILM??

L’ambition des auteurs du film est de proposer un film documentaire, con?u pour ?tre diffus? sur les cha?nes de t?l?vision, en salle et en DVD afin de toucher le plus large public international.

Compos? d’interviews des victimes vietnamiennes mais ?galement am?ricaines, canadiennes illustr?es d’archives de l’?poque il se structure en 3 parties?:

La 1?re rappelle rapidement l’histoire du Vietnam de la guerre d’Indochine ? la guerre am?ricaine, soit 40 ans de guerre quasi ininterrompue. Elle permet de comprendre l’implication des diff?rents pays (France, Etats-Unis, Canada, Australie…) dans ces guerres et ainsi de mieux sensibiliser les citoyens de ces pays ? la situation que vivent actuellement les victimes de la dioxine.

La 2?me partie montre les cons?quences visibles et invisibles de la dioxine sur les populations, la faune et la flore. Une s?quence importante est consacr?e aux victimes vietnamiennes, ? leur combat pour vivre, ?tudier, travailler dans la dignit?.

La 3?me partie est consacr?e ? la lutte des victimes de la dioxine pour faire reconna?tre leurs droits devant les diff?rentes juridictions am?ricaines. A ce jour, tous les recours juridiques sont ?puis?s, mais le combat doit continuer par la mobilisation citoyenne de par le monde.

Conclusion du film?: Selon de nombreux observateurs, historiens et journalistes, les Am?ricains ont perdu la guerre du Vietnam en partie parce que les images des combats et bombardements, largement diffus?es par les m?dias, ont eu un immense impact sur l’opinion publique internationale.

Les images et t?moignages du film?« Vietnam?: Agent orange, une bombe ? retardement »doivent avoir un r?le similaire, am?liorant ainsi la prise de conscience des cons?quences ? long terme de l’Agent Orange.

Cette prise de conscience est l’une des conditions principales pour que justice soit rendue aux victimes vietnamiennes et qu’elles puissent ?tre indemnis?es a minima comme l’ont ?t? les soldats am?ricains, australiens, n?o-z?landais et sud-cor?ens contamin?s.

UN FILM COMMENT??

Ce film a n?cessit? 3 ann?es de pr?paration, tournage, post-production.

Les victimes vietnamiennes?racontent leur quotidien pour travailler et ?tudier dans la dignit?. Les s?quences ont ?t? tourn?es gr?ce au soutien et ? la mobilisation des associations d’aide au victimes (VAVA,Croix Rouge vietnamienne) mais ?galement gr?ce ? l’aide de b?n?voles.

Des soldats am?ricains, canadiens… victimes de l’Agent Orange expliquent leur engagement militaire, puis leurs maladies li?es ? l’Agent Orange. Leur t?moignage porte en creux, un ?clairage sensible et inattendu sur la?psychologie?des victimes vietnamiennes de la dioxine confront?s ? de multiples probl?mes juridiques et de sant?.

Des interviews de scientifiques?(m?decins, chimistes, agronomes…) qui permettent de mieux comprendre l’action de la dioxine sur les hommes et l’environnement.

Des interviews de juristes?nous ?clairent sur deux questions juridiques fondamentales?:

– l’utilisation des armes chimiques constitue t-elle un crime de guerre?? un crime contre l’humanit???

– pourquoi aucun tribunal international ne s’est r?uni, jusqu’? ce jour, sur la question de savoir si de l’utilisation par les Am?ricains des d?foliants au Vietnam pendant la guerre est, du point de vue juridique, condamnable ou non??

Source?:?dioxine-bombearetardement-film.com

Voici la bande annonce du film?:

mondialisation.ca

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Les champions de l’évasion

Certains s’évadent régulièrement des prisons les plus sûres, et sont finalement repris, jusqu’à la prochaine…mais ...