Accueil / T Y P E S / Billets / Soins intensifs au Qu?bec, danger

Soins intensifs au Qu?bec, danger

Soins intensifs, danger

Il y a deux ans, l’?mission s’?tait int?ress?e aux unit?s de soins intensifs des grands h?pitaux de la r?gion de Montr?al. L’enqu?te r?v?lait que la situation ?tait critique, au point que des patients gravement malades ne pouvaient ?tre admis, faute de place. Aujourd’hui, les choses ont-elles chang? ? L’?quipe d’Enqu?te est retourn?e sur place pour le v?rifier. Dans certaines unit?s de soins, la situation est toujours aussi pr?occupante et il arrive que des patients meurent en attendant qu’on leur trouve un lit. L’?quipe d’Enqu?te est retourn?e sur place pour le v?rifier. Dans certaines unit?s de soins, la situation est toujours aussi pr?occupante et il arrive que des patients meurent en attendant qu’on leur trouve un lit. Mais des initiatives locales, comme le programme de r?sidence pour les infirmi?res mis en place ? l’h?pital du Sacr?-Coeur, montrent que des am?liorations sont possibles.

Dans le reste du Qu?bec, il appara?t que la situation peut grandement varier selon les h?pitaux, et selon les r?gions.

Regardez l’int?grale (video 2009-02) :
http://www.radio-canada.ca/Medianet/2009/CBFT/EnqueteCombo200902262000.asx

Je ne veux pas politiser ce d?bat avec la souffrance de ces patients, de leur proche et des m?decins stress?s qui se rendent bien compte qu’ils n’offrent pas le meilleur service possible. Ceci dit il faut que les responsables politiques rendent des comptes comme Pauline Marois qui a une tr?s lourde responsabilit? avec ses coupes et le virage ambulatoire. Depuis 5 ans, le 1er ministre Jean Charest n’arrive pas a redresser la barre du paquebot sanitaire du Qu?bec et avec des promesses excessivement d?magogique et racoleuse en 2003 parlant d’am?lioration dans les semaines voir jours qui suivraient son ?lection. Apr?s 5 ans, les choses ne sont pas encore am?lior?s et je crains une d?gradation avec le d?part en retraite prochain des m?decins de la g?n?ration du « baby boom ». Seul point positif l’accord sign? entre la France et le Qu?bec pour reconnaitre mutuellement a partir de la fin 2010 les dipl?mes dont ceux du domaine m?dical. Ce n’est pas trop tard. Cela aurait ?t? ma 1ere mesure avec la r?forme du syst?me « gratuit » qui coute tr?s cher par rapport a la qualit? des services rendus ? la population.

Comme immigrant fran?ais si j’avais mieux connu cette situation, jamais je ne serai venu m’installer au Qu?bec. Au consulat du Qu?bec ? Paris, il refusait en 1998 pour le visa permanent les professionnels de la sant?. A l’?poque je me disais que c’?tait probablement ? cause d’une abondance de m?decins et infirmieres. C’?tait le contraire une grave p?nurie car salari?s par l’?tat et qui cherchait ? r?duire ses d?penses de sant?. Une d?cision politique que je qualifierai de criminelle puisque l’alternative priv?e n’?tait pas autoris?. Ces « ?conomies » coutent en r?alit? sur le long terme bien plus cher ? la soci?t? avec ces rat?s comme les canalisations mal entretenu durant des d?cennies ? Montr?al et qui explosent actuellement avec le cout des r?parations associ?es.

Acceder ? la source :

http://www.radio-canada.ca/emissions/enquete/2008-2009/Reportage.asp?idDoc=75343

http://espritlogique.wordpress.com/2009/03/04/soins-intensifs-au-quebec-danger/

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

L’autre conséquence majeure du coronavirus !

Le Covid-19 a précipité une ruée vers le cash, à tout le moins dès que ...

2 Commentaire

  1. avatar

    Bonjour,

    Ancien assistant d’anesthésie-réanimation du CHU de LYON, je présente une pathologie cardiaque et neurologique lourdes.
    Les médecins français ne m’ont pas interdit de prendre l’avion pour aller à MONTREAL fin mai.
    Mais quand je vois ce reportage, je vais peut-être demander le remboursement de mon billet d’avion.
    La médecine en FRANCE ne va d’ailleurs guère mieux qu’au QUEBEC.
    Elle s’en approche à grands pas.

    François.

  2. avatar

    Bonjour,
    Pour les problemes cardiaques, les hôpitaux québécois sont d’apres les études que j’ai lu aussi bien notés qu’en France. ils ont un système de priorité qui fonctionne bien et un protocole bien rodé de ce que j’ai pu constater.

    Pour le reste, je suis toujours tres satisfait quand je reviens à Paris du choix et d’avoir un rendez-vous dans la semaine avec un spécialiste (cabinet privé) là ou il faut attendre 4 à 16 semaines à Montréal pour un 1er RdV et prendre celui qui est disponible le plus tôt.

    Le reportage est destiné à informer les québécois sur les urgences dans les hopitaux mais il devrait être plus complet pour les étrangers.