Accueil / A C T U A L I T É / SIDA de civilisation : la soci?t? (11 / 11)
Yan Barcelo, 24 mars 2010 Cette fois-ci, il s?agit bel et bien du dernier volet de la s?rie commenc?e il y a quatre semaines sur le sujet des probl?mes de notre syst?me d??ducation. La pens?e bande dessin?e. ? Un professeur de c?gep, qui avait vu couler de l?eau sous les ponts puisqu?il avait enseign? aussi au coll?ge [...]

SIDA de civilisation : la soci?t? (11 / 11)

Yan Barcelo, 24 mars 2010
Cette fois-ci, il s?agit bel et bien du dernier volet de la s?rie commenc?e il y a quatre semaines sur le sujet des probl?mes de notre syst?me d??ducation.
La pens?e bande dessin?e. ? Un professeur de c?gep, qui avait vu couler de l?eau sous les ponts puisqu?il avait enseign? aussi au coll?ge classique, me disait il y a quelques ann?es : ?Il y a une d?sorganisation de la pens?e. Les jeunes pensent en flashes, en discontinu. ? En effet, nombre de jeunes parlent comme s?ils ?taient toujours en train de relater une bande dessin?e qui se d?roule dans leur esprit, comme une s?rie d?images discr?tes, de petits instantan?s d?coup?s, o? les connecteurs logiques ne sont jamais explicites. Leur pens?e est analogique, non logique. Une image fait penser ? autre chose, et on bondit ainsi de sujet en sujet, sans continuit?.
Un tel constat confirme un des plus grands ?checs de notre syst?me d??ducation : son incapacit? ? former l?habilet? de penser. On est tr?s fort dans les feelings, les impressions, les flash et tout ce qui rel?ve de la pseudo-intuition, mais ?lever l?esprit ? une de ses capacit?s les plus fines, la capacit? de penser, on ne peut parler de r?ussite. Il faut bien reconna?tre que, loin d’?tre la principale coupable, l’?cole doit travailler ? contre-courant de tout l’environnement m?diatique et informatique qui oeuvre ? la cr?tinisation du citoyen.
C?est que, pour s??lever jusqu?? cette altitude de penser, les fondements manquent. Les jeunes, souvent issus de foyers d?sunis, sont affectivement d?sorient?s; ils ont grandi devant un t?l?viseur ou, aujourd?hui, devant un ?cran d?ordinateur, et nourris par les m?canismes de gratification instantan?e des ces environnements; ils ont peu le sens de la discipline, de l?effort et de l?asc?se requis par l??tude. Leur faible capacit? d?attention et de concentration est organis?e autour d?une sorte de zapping mental : d?s que ?a devient un peu trop exigeant, on coupe le lien, on part dans la lune, on zappe.
Paul-?mile Roy, auteur du livre Une r?volution avort?e ?crivait que ? la tr?s grande majorit? de nos ?l?ves, ? leur arriv?e au c?gep, sont des illettr?s et des incultes? Dans 90% des cas, la faute de grammaire que vous trouvez dans la copie d?un ?tudiant n?est pas un probl?me de grammaire, mais un probl?me d?attention, d?application, de concentration, de culture, de motivation, d?int?r?t, d?initiation ? la vie de l?esprit. La preuve, c?est que vous r?glez le probl?me grammatical et le lendemain tout est ? recommencer. ?
Malheureusement, toute cette probl?matique s?enracine ? un niveau plus profond que l??cole. C?est tout le milieu familial et, du coup, la civilisation qui sont en cause?
Le mal ? parent ?. ? On se d?s?me constamment dans les m?dias au sujet de la d?perdition de notre syst?me scolaire, du d?crochage syst?matique, de l??rosion du fran?ais et des grandes mati?res d?apprentissage. Ce sont de r?els probl?mes. Mais ils sont essentiellement les sympt?mes d?un mal plus profond. Un mal de civilisation. Et ce mal loge dans l?ensemble de la soci?t? et tout particuli?rement chez les parents. Ainsi, le principal probl?me des enfants ? l??cole tient dans une tr?s grande mesure ? leurs parents.
Tout ce culte de la facilit?, tout ce manque d?exigence, tout ce m?pris pour le r?le ?minent du professeur, toute cette faveur donn?e ? la licence, au manque de contr?le de soi, ? l?absence de caract?re, c?est chez les parents qu?il loge au d?part. C?est ? cause d?un manque profond de conviction chez les parents ? l?endroit de l?acte ?ducatif que les falsificateurs p?dagogiques du minist?re de l??ducation ont pu perp?trer le crime ?ducationnel qu?ils ont commis.
Et ces parents, qui sont-ils? Ils sont la ? soci?t? ?. Ils sont tous ces formulateurs d?opinions et d?id?es, tous ces citoyens porteurs d?une ? civilisation ? qui croit de moins en moins ? l??ducation. Et cette faible pratique qu?on appelle ?ducation n?a plus rien ? voir avec l??ducation et son r?gime d?exigence et d?efforts? et de plaisirs intellectuels r?els. Aujourd?hui, on dit ? ?ducation ? et on veut dire en fait un processus terne d?instruction auquel on se soumet pour avoir un job. Certes, il faut qu?une ?ducation m?ne ? un emploi, mais ce n?est pas l? que se situe son r?le primordial. Ce r?le, il est de mener un jeune vers la vie, de l?inspirer pour qu?il trouve quelque chose qui le soul?ve et l?enthousiasme.
Or, combien de jeunes se d?filent en classe devant leurs devoirs et leurs examens, combien d?crochent simplement parce que leurs parents ne les ont jamais vraiment ? accroch?s ? ? leur devoir d??tudier. Je suis toujours ?bahi par le nombre de jeunes qui travaillent pendant leurs ?tudes, en fait, qui travaillent plus qu?ils n??tudient. Pourquoi? Pour toutes sortes de gratifications secondaires : avoir un cellulaire, un ordinateur, une auto, et quoi encore. Mais o? sont leurs parents??? Le premier devoir d?un jeune est d??tudier! Pas de travailler! Son devoir ? l?endroit de la soci?t? est de se pr?parer du mieux qu?il peut en vue d?y remplir son r?le plus tard. Mais nous avons cette id?e farfelue qu?un emploi va former le jeune. C’est vrai dans une certaine mesure, mais une bien petite mesure. Ce qui va le mieux le former, c?est un labeur d??tude exigeant et assidu.
Or, dans bien des cas, la nouvelle ?cole, c’est le lieu de travail. On a r?ussi ? repousser la confrontation ? la r?alit? jusqu’au seuil des entreprises qui doivent maintenant traiter avec une cohorte de jeunes imbus de leurs privil?ges, de leurs droits et du respect qu’on leur doit. Mais qu’en est-il de leur devoir ? l’endroit de l’entreprise et de la soci?t?? Or, cette revendication des « privil?ges » et du droit ? la gratification la plus imm?diate, elle a maintenant envahi l’ensemble du tissu ?conomique, tout particuli?rement la sph?re financi?re. Comment ne pas se d?soler quand un vieux routier de l’investissement d?plore l’extr?me courte vue qui ?treint les plus jeunes g?n?rations de financiers et leurs exigences de profits aussi imm?diats que substantiels. Cet homme me disait r?cemment: « Que voulez-vous, on a ?lev? une g?n?ration qui veut ?tre millionnaire avant trente ans et avoir le moins de responsabilit?s possible. » ?
Bienvenue dans l’univers mental de ceux qui g?n?rent les crises financi?res ? r?p?tition.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Il y a cinquante ans, le premier pas sur la Lune (6)

Hier nous avons découvert une personnalité attachante, aujourd’hui disparue, celle de Neil Armstrong, premier homme ...