Accueil / A C T U A L I T É / SIDA de civilisation : la soci?t? (10 / 11)
Yan Barcelo, 20 mars 2010 Je poursuis cette semaine avec le th?me des probl?mes du milieu de l??ducation, une exploration qui va se poursuivre encore la semaine prochaine! L?abandon de la langue et de la culture.- Il y a 60 ans, au temps des coll?ges classiques, l??tude du fran?ais (incluant la litt?rature), sans compter le temps consacr? [...]

SIDA de civilisation : la soci?t? (10 / 11)

Yan Barcelo, 20 mars 2010
Je poursuis cette semaine avec le th?me des probl?mes du milieu de l??ducation, une exploration qui va se poursuivre encore la semaine prochaine!
L?abandon de la langue et de la culture.- Il y a 60 ans, au temps des coll?ges classiques, l??tude du fran?ais (incluant la litt?rature), sans compter le temps consacr? au latin et au grec, occupait 1 044 heures dans une ann?e scolaire qui comptait sensiblement le m?me nombre d?heures qu?aujourd?hui ? environ 4 540 heures.
Aujourd?hui, le fran?ais n?accapare que 750 heures. Une diminution d?environ 30%. Si on additionne le temps pass? autrefois ? l??tude du grec et du latin, le temps consacr? aujourd?hui aux langues accuse un recul de 45% ? 50%.
Au cours des derni?res d?cennies, le fran?ais a ?t? remplac? par les math?matiques ? titre de mati?re-phare. Paradoxalement, c?est une mati?re beaucoup moins accessible ? l?ensemble des jeunes ? ? une ?poque qui se targue pourtant d??galitarisme.
Or, loin de moi de vouloir d?valoriser les math?matiques, mais cette discipline s?av?re beaucoup moins pertinente pour former l?esprit et la pens?e. Pourquoi? Tout d?abord, le fran?ais, contrairement aux math?matiques, colle davantage ? la vie. En math?matiques, ? un probl?me donn?, il existe d?j? une solution, et une seule. En fran?ais, comme dans la ? vraie vie ?, les probl?mes ont multiples facettes et il faut les aborder de plusieurs c?t?s. L?apprentissage des langues et de la litt?rature oblige ? exercer des choix entre plusieurs options, ? ?tre attentif aux d?tails, ? faire preuve de finesse, ? articuler les mots pour leur faire rendre compte de la pens?e avec le plus de clart? et de pr?cision possible.
Mais, comble de malheur, il n?est pas ?vident que le fran?ais enseign? est du m?me calibre aujourd?hui que ce qu?il pouvait ?tre ? l??poque. Sans compter qu?il a ?t? raval? au simple rang d?une discipline parmi d?autres et qu?on le consid?re comme un simple ? outil de communication ?. De plus, le professeur de fran?ais, qui doit pourtant corriger devoirs et travaux, et qui pour cette raison devrait dominer au sommet de la pyramide professorale, n?est pas plus valoris? que celui d??ducation physique (qui n?a pas d?autres travaux ? corriger que les push-ups qu?on ex?cute devant lui!)
De plus, nous sommes dans le r?gne de l?approximation et les mod?les qu?on met de l?avant manquent souvent? d?inspiration. Il n?y a pas tr?s longtemps encore, le programme d?un cours de fran?ais au secondaire III se composait ainsi : 1) Apprendre ? lire un mode d?emploi. 2) R?diger un mode d?emploi. 3) Lire un fait divers. 4) Analyser un fait divers. 5) R?diger un fait divers. 6) Lire un roman dans la traduction. On sent d?ici l?enthousiasme que cela pouvait susciter dans la classe.
Les mauvais professeurs. ? C?est un th?me que j?ai d?j? abord?, mais qu?il importe de revoir. Un r?cent article du magazine Newsweek (15 mars 2010) faisait valoir que la cl? pour sauver le syst?me d??ducation am?ricain ?tait de se d?partir des mauvais professeurs. L?-bas, comme ici, un appareil syndical scl?ros? emp?che l??valuation des professeurs et le cong?diement des mauvais ?l?ments.
Dire que c?est la ? cl? ? de la solution est un peu court. C?est certainement un ?l?ment important, mais un ?l?ment seulement. Cinq autres ?l?ments doivent absolument ?tre mis en place parall?lement :
1) Le rehaussement du statut et du prestige social du professeur.
2) Un rehaussement du salaire des professeurs, et le faire ? un point tel qu?un professeur, pour am?liorer ses conditions de vie, ne soit pas tent? de passer du c?t? de l?administration, ce que plusieurs font aujourd?hui. En fait, il faudrait faire en sorte que le salaire d?un administrateur ne soit jamais sup?rieur au salaire professoral le plus ?lev?, sauf peut-?tre le salaire du directeur lui-m?me.
3) Donner priorit? aux facult?s d??ducation pour qu?elles recrutent dans les 10% ? 15% de candidats sup?rieurs ? l?universit?. En Finlande, un pays tr?s comparable au Qu?bec par la taille de sa population, c?est parmi les 10% sup?rieurs qu?on recrute en ?ducation, apprend-on dans le rapport de Newsweek.
4) Donner en priorit? aux jeunes professeurs une formation ? la discipline! Un professeur qui n?arrive pas ? asseoir son autorit? dans une classe? n?est pas ? sa place.
5) Faire en sorte que les programmes p?dagogiques concoct?s ? Qu?bec soient formul?s en premier lieu par des professeurs de grande exp?rience et reconnus par tous pour leur tr?s grand calibre de p?dagogue? et d?inspirateur! Tous les Ph.D. et autres ? sp?cialistes ? de la chose p?dagogique ne devraient ?tre que des consultants ? l?endroit de ces comit?s de professeurs.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le bocal à mouches…

Depuis quelques jours, en superposition d’un monde qui m’écœure profondément, je revois avec une acuité ...