Accueil / A C T U A L I T É / SIDA de Civilisation ? Science et scientisme (1 de 3)
- Yan Barcelo, 5 juin 2010 Un mouvement id?ologique, pr?sent depuis plus d?un si?cle, gagne en ampleur ? l?heure actuelle, celui du scientisme. Les t?nors de cette ?cole de pens?e, qui pr?tendent parler au nom de toute la science, affirment que la science ne peut qu?in?vitablement nous mener ? la conclusion suivante : l?histoire de [...]

SIDA de Civilisation ? Science et scientisme (1 de 3)

– Yan Barcelo, 5 juin 2010
Un mouvement id?ologique, pr?sent depuis plus d?un si?cle, gagne en ampleur ? l?heure actuelle, celui du scientisme. Les t?nors de cette ?cole de pens?e, qui pr?tendent parler au nom de toute la science, affirment que la science ne peut qu?in?vitablement nous mener ? la conclusion suivante : l?histoire de l?univers est une immense entreprise vou?e au hasard et ? l?al?atoire o? toute pr?sence d?une providence divine est une illusion. Ne r?gne que la loi aveugle de la s?lection naturelle.
Certes, reconnaissent les ? scientistes ?, notre univers impressionne par son immensit? et sa majest?, mais il ne propose aucun sens en soi. L??tre humain est lui-m?me le r?sultat de mutations g?n?tiques al?atoires et s?il veut trouver un sens ? tout cela, il doit se l?inventer.
En bref, le sens n?est pas donn? dans l?ordre des choses. On le leur impose de l?ext?rieur dans un geste de volont?? al?atoire. Puisque cette projection de sens est arbitraire, aussi bien dire qu?une fabulation en vaut une autre.
Ce scientisme, par son mat?rialisme inh?rent, est un courant de pens?e qui plonge ses racines jusqu?aux premiers penseurs grecs. Son incarnation la plus r?cente prend la forme du darwinisme, plus particuli?rement du darwinisme social et de la sociobiologie. Cette derni?re ?cole de pens?e, pour en donner une raccourci, nous dit que nous sommes les marionnettes de nos g?nes, qui ont leur propre agenda et dont il s?agit de d?chiffrer les m?canismes inconscients. En clair, le ? sens ? est dans les g?nes, un peu comme un deus ex machina et ce ? sens ? est le r?sultat de mutations et permutations al?atoires.
Ce scientisme n?est qu?une autre forme du cynisme, du d?sespoir et du non-sens contemporain. Et il contribue puissamment au d?sespoir ambiant et ? toute perte de r?f?rence. Le plus souvent, il est v?hicul? par des vulgarisateurs scientifiques ou des commentateurs m?diatiques, mais plusieurs scientifiques s?en font ?galement les porte-parole, notamment le biologiste britannique Richard Dawkins et le co-d?couvreur de la structure de l?ADN, James Watson.
Or ce scientisme pr?tend parler au nom de la science. C?est un mensonge et une contrefa?on! La science ne verse ni du c?t? de l?al?atoire, ni du c?t? de la t?l?ologie et du sens. Elle se contente de mener une enqu?te syst?matique des ph?nom?nes, observe des forces en interaction, et en extrait des lois et des constantes le plus universelles possibles. Il est ?vident que sur ce plan, toute perception d?une causalit? premi?re ou d?une finalit? lui ?chappe. Et verser du c?t? du non-sens ou du sens rel?ve d?un choix m?taphysique. Un choix l?gitime, certes, mais ce n?est plus de la science. C?est de la m?taphysique.
Toutefois, le scientisme fait un pas suppl?mentaire qui rel?ve de l?imposture en pr?tendant que son discours est celui de toute la science. Il nous dit que l?observation des m?canismes de la mati?re ne r?v?le aucun sens, aucune finalit?, seulement un patron (design). Donc, il n?y a ni sens ni finalit?. Mais il s?agit d?un geste ill?gitime, dont la tradition philosophique est bien avertie, un geste qui confond m?thodologie et discours sur le sens (ou le non-sens); enqu?te empirique et foi.
? strictement parler, la science n?a rien ? dire sur le sens de l?univers. Certes, elle apporte un mat?riel extr?mement dense qui peut certainement alimenter la r?flexion m?taphysique, mais elle ne permet de poser aucune conclusion. Il est int?ressant de noter que Richard Dawkins, dans son best-seller The God Delusion conclut : il n?y a presque certainement pas de Dieu. S?il avait ?t? intellectuellement honn?te, il aurait pu conclure aussi bien : il y a presque certainement un Dieu.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Berlin : les concerts historiques du 12 novembre 1989

La majorité d’entre nous garde en mémoire les images du mini-concert donné par Mstislav Rostropovitch ...

One comment

  1. avatar

    «À strictement parler, la science n’a rien à dire sur le sens de l’univers.»
    Tout à fait d’accord. C’est à dire que l’observation de l’Univers par la science me permet pas de pencher ni d’un coté, ni de l’autre pour ce qui est de l’existence d’un dessein suprême.

    Mais c’est là que la philosophie doit prendre la relève, ce qu’elle ne fait pas vraiment.

    Et celle-ci devrait dire: «so what?».
    Contrairement à ce que vous semblez laisser entendre, je penses bien que la réponse à cette question, bien que fascinante, soit totalement inutile.

    – Qu’on prouve l’existence d’un dieu ne prouve en rien qu’il est le même que les religions ont inventées.
    – Qu’on prouve l’existence d’un dieu ne prouve pas que celui-ci est le dieu interventionnisme des religions, celui qu’il faut prier, vénérer et sacrifier.
    – Qu’on prouve l’existence d’un dieu ne prouve pas qu’il a l’humain en tête. Que le dessein de l’Univers est l’humain. S’il existe, il ne sait peut-être même pas que vous, vous existez !

    Et on serait de retour à la case départ…

    Les religions donnent en sens à la vie en décrivant ce qu’il y a après celle-ci. (Paradis, redemption, etc)
    La science donne un sens à la vie en décrivant ce qu’il y avait avant celle-ci. (gènes, évolution, etc )

    C’est la philosophie qui est la discipline qui devrait s’élever au dessus de tout ceci et nous donner un sens à la vie en rapport avec… la vie…, le présent, la réalité du moment.