Accueil / A C T U A L I T É / Si Donald Trump devenait Français…

Si Donald Trump devenait Français…

 

Pourrait-il se présenter aux élections présidentielles françaises ? La réponse est oui ! Pourrait-il gagner la présidence de la République française. La réponse est encore affirmative, car en France comme aux Etat Unis, nous avons une forte attirance pour le politiquement incorrect. Donc, Trump ferait chez nous un véritable tabac. Hélas, (ou tant mieux) autant de fois que d’étoiles sur le drapeau américain, Mélania ne viendra pas remplacer Brigitte à l’Elysée, même si légalement c’est possible. Vous savez bien que le slogan du milliardaire étasunien est « América First », bien sûr, après ses affaires personnelles. Mais l’idée même que l’actuel président Américain vienne en France pour détrôner notre Jupiter est impensable voire impossible !

Sauf que Trump, en grand admirateur de Napoléon qu’il est, pourrait arguer qu' »impossible n’est pas français ».

Alors, imaginons un instant que pendant les 3 ans qui viennent, Trump apprenne parfaitement la langue française. Puis, qu’il perde les élections de 2020, battu par Mark Zucherberg qui « veut rapprocher le monde ». Au passage il faut souligner la première place d’Emmanuel Macron du classement « 40 under 40 » du magazine économique « Fortune » (cocorico deux fois), qui consacrait les personnalités de moins de 40 ans les plus influentes de la planète. Le Patron de Facebook rétrograde à la deuxième place. Evidemment le penchant libéral de ce magazine du monde des affaires n’aura échappé à personne, rien à voir avec la prose du journal « L’Humanité ».

Bon, il reste quelques détails à régler. D’abord, il faut que Trump adopte la nationalité française et comme Trump est né à à New York (Queens) et ne réside pas en France, une rapide naturalisation pourrait poser quelques problèmes. Mais non, même pas, il suffirait que le magnat de l’immobilier investisse une véritable fortune dans l’économie de son futur pays d’adoption, et le tour est joué. Car, selon l’article 21-19 6° du code civil prévoyant que peut être naturalisé sans condition de durée de résidence en France « l’étranger qui a rendu des services exceptionnels à la France ou celui dont la naturalisation présente pour la France un intérêt exceptionnel. »

Imaginez-vous maintenant en 2020, Trump vient de perdre les élections dans son pays et débarque en France sous l’oeil avide de toutes les caméras de l’hexagone. Trump est furibard contre Macron qui a soutenu Mark Zucherberg pendant la campagne électorale américaine, sa vengeance s’annonce fantastique. En outre, le multimilliardaire pourrait faire exploser ses comptes de campagne jusqu’à fausser le jeu électoral sans risquer l’invalidation de sa possible élection. Cet article explique en détail le processus.

Une fois débarqué sur notre territoire national, il ne resterait plus à Trump qu’à fonder un nouveau parti politique qu’il pourrait appeler « La France d’abord est en marche ». Quand aux élections législatives, rien de plus facile que de trouver au moins 300 députés godillots avec l’aide de quelques millions d’euros.

Une fois élu, les premières mesures de Donald Trump

D’abord, la construction d’un mur qui irait de la frontière italienne jusqu’à l’Espagne pour stopper l’immigration. C’est bon pour le tourisme et la vue sur la mer. Pour faire plaisir à Nicolas Hulot, l’ouvrage serait recouvert par des panneaux solaires.

Ensuite, changer la Constitution française en y introduisant la copie du Premier amendement américain…

« Le Congrès ne pourra faire aucune loi concernant l’établissement d’une religion ou interdisant son libre exercice, restreignant la liberté de parole ou de la presse, ou touchant au droit des citoyens de s’assembler paisiblement et d’adresser des pétitions au gouvernement pour le redressement de leurs griefs ».

Ainsi, les suprémacistes français, les néo-nazis, les antisémites et les homophobes pourront enfin se lâcher dans la plus totale impunité.

Mais Trump introduira également le deuxième amendement…

« Une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d’un État libre, le droit qu’a le peuple de détenir et de porter des armes ne sera pas transgressé. »

Voilà qui promet une saine animation dans nos rues pour l’après 2022. Inutile de préciser que ce texte n’est que de la pure fiction, encore que !

 

Commentaires

commentaires

A propos de gruni 57

avatar
J'ai une fâcheuse tendance à l'ambiguïté. Ce n'est pas ma faute je suis tombé dans le deuxième degré quand j'étais petit. Depuis, pour me soigner, j'ai tenté une cure prolongée sur Agoravox. Le résultat a été désastreux, c'est encore pire qu'avant. Alors ne me prenez surtout pas au sérieux, mon cas déjà désespéré pourrait s'aggraver avec une grosse tête.

Check Also

Réforme des institutions : un projet à minima d’Emmanuel Macron…

Après des semaines de tractation entre majorité et opposition,  le Premier ministre, Edouard Philippe, a présenté ...