Accueil / A C T U A L I T É / Schizophr?nie et maniaco-d?pression
Maladie mentale Quand ton cerveau t?emprisonne Tous les midis, Jan s?installe avec ses coll?gues de travail pour partager son repas. La pause permise est d?une heure mais il ne reste jamais plus de 10 minutes. Calmement, il quitte la table … Continuer la lecture

Schizophr?nie et maniaco-d?pression

Maladie mentale

Quand ton cerveau t?emprisonne

Tous les midis, Jan s?installe avec ses coll?gues de travail pour partager son repas. La pause permise est d?une heure mais il ne reste jamais plus de 10 minutes. Calmement, il quitte la table pour passer au dessert : une cigarette qu?il fume seul, ? l?ext?rieur.

Annie Mathieu Dossier Sant? mentale , Sant?

schizophrenie-maniaco-depression-sante-mentale ?g? de 37 ans, Jan appara?t timide, voire un peu renferm?. Quand on le c?toie r?guli?rement, on se dit qu?il est tout simplement solitaire. Le diagnostic des psychiatres est plus tranch?: il est schizophr?ne et maniacod?pressif.Il tient ? discuter chez lui, dans son appartement de la Petite Italie ? Montr?al. Une fois la porte de son 4 et demi franchie, son univers s?ouvre, comme s?il lui ?tait plus facile, entre ses quatre murs, de tenter d?expliquer l?inexplicable: les caprices d?un cerveau qui ne roule pas comme celui de tout le monde.

Sant? mentale, des signes peu visibles

Il ne m?nage pas les d?tails, pr?t ? d?mystifier la maladie avec laquelle il cohabite depuis 19 ans. Les pr?jug?s, le manque d?infrastructures dans les h?pitaux et l?image v?hicul?e dans les m?dias l?agacent. Chez Jan (nom fictif), les signes sont peu visibles, si ce n?est, comme il l?affirme moqueur, qu?il ne socialise pas ? la vitesse de l??clair. Il tremble aussi un peu des mains, effet secondaire d?un des six m?dicaments qu?il doit prendre quotidiennement. On est loin du malade mental qu?on imagine et pourtant le cas de Jan est grave.?Je suis diagnostiqu? schizo-affectif?, affirme-t-il sur le ton de celui qui annonce qu?il a attrap? un rhume. L?effet est voulu. ?Pour beaucoup de gens, cette ?tiquette est honteuse. Ils n?ont pas r?alis? que cette maladie en est une comme les autres, comme le diab?te. Un point c?est tout.?

Schizophr?ne et maniaco-d?pressif

schizophrene-maniaco-depressif-sante-mentale-desinstitutionalisation ?Je suis schizophr?ne et bipolaire?, ?labore-t-il. Patiemment, il poursuit son explication : ?Il existe plus de 250 variantes de la schizophr?nie selon le Diagnostic and Statistical Manual (DSM)?, le livre de r?f?rence pour les troubles mentaux. Il pr?cise : ?Mon cas est tr?s grave?. Surtout que sa maladie est jumel?e avec des troubles bipolaires, ou maniacod?pressifs, d?apr?s l?ancienne terminologie.Les schizophr?nes sont g?n?ralement isol?s et vivent des p?riodes hors de la r?alit?, qui ? leur apog?e, sont appel?es psychoses. La solitude extr?me est aussi un mal commun chez les schizophr?nes. Deux chats adorables, Pou?t et Rigatoni, comblent une partie de la solitude de Jan. Mais les f?lins ne sortent pas au cin?ma ni ne partagent sa vie comme une amoureuse.?Physiquement, il y a aussi des diff?rences, poursuit Jan. Par exemple, mes yeux ont parfois un comportement anarchique. Je ressens aussi moins les diff?rences de temp?rature. C?est pourquoi il y a beaucoup d?itin?rants malades qui semblent bien supporter le froid?, explique-t-il.

D?sinstitutionalisation et sant? mentale

Parenth?se qui le laisse sceptique quant ? la d?sinstitutionalisation des gens atteints de maladie mentale. ?Beaucoup se sont retrouv?s dans la rue. Ils n?avaient pas, comme moi, de famille pour les soutenir. Ces derniers ne prennent pas la m?dication requise, ce qui les rend instables. Ceci ne contribue ?videmment pas ? enrayer les tabous vis-?-vis ces maladies?, explique-t-il.Quant ? la bipolarit?, cette maladie est caract?ris?e par des sautes d?humeur, de longues p?riodes de ?down?, de d?primes intenses suivies de longues p?riodes de ?high? o? on se sent invincible. ?On peut m?me penser avoir ?norm?ment d?argent et d?penser de grosses sommes au-dessus de nos moyens r?els?, illustre-t-il.Pour Jan, tout a commenc? ? l??ge de 17 ans. Une gr?ve ?tudiante au c?gep l?oblige ? rattraper le retard accumul?. Le stress monte pour le jeune homme qui ?tudie en sciences pures. Plut?t que sur les bancs d??cole, il termine sa session dans un lit d?h?pital. Il y restera six mois, le temps de se remettre de sa premi?re psychose majeure. ?J?ai p?t? un c?ble, explique calmement Jan. Je croyais avoir des pouvoirs paranormaux?Quand je marchais ? l?ext?rieur de l?h?pital, je pensais que j??tais radioactif!?, se rappelle-t-il, entre deux bouff?es de cigarette.Mentalement, l?exp?rience est ?puisante, comme si le cerveau venait de courir un tr?s long marathon. ?En sortant de l?h?pital, je n??tais m?me pas capable de me faire cuire un ?uf ?, poursuit-il. Il est maintenant contraint ? prendre quotidiennement des m?dicaments pour stabiliser son ?tat. ?Tu vois ton avenir qui passe tout droit devant toi?, explique-t-il, toujours impassible. ? Les psychiatres ne te le disent pas directement mais te font comprendre que tu pourras pas faire n?importe quel m?tier?, se rappelle-t-il. L?universit? est exclue. C?est cette nouvelle r?alit? qui est la pilule la plus dure ? avaler.

Vivre comme tout le monde

Au salon, son dipl?me de technicien en informatique sert de d?coration sur des murs peu garnis. Il a fallu 8 ans ? Jan pour terminer sa scolarit?; son rythme de croisi?re a ?t? ralenti par 4 hospitalisations, 2 psychoses et 3 cours par session. Ses professeurs n?ont jamais ?t? mis au courant et Jan n?aura eu droit ? aucun service sp?cialis? : la maladie mentale n?est pas consid?r?e comme un handicap au m?me titre que la c?cit?.Son dipl?me, il en est fier. Il fait partie des 40% de gens atteints de maladie mentale qui ont la capacit? de travailler. Pourtant, il n?exerce pas un m?tier au mieux de ses comp?tences et de ses capacit?s intellectuelles. Sa technique en informatique n?est d?aucune utilit? dans l?ex?cution de ses t?ches quotidiennes. ?L?informatique, ce n??tait pas pour moi?, explique-t-il, r?sign? ? n??tre bon qu?en th?orie. Son travail actuel ?il est commis de bureau? est routinier et exempt de tout stress. Cela lui convient mieux et correspond aux limites qu?il a appris ? se fixer.Difficile de croire en discutant avec Jan qu?il ?prouve des probl?mes qui l?emp?chent de fonctionner normalement. Il explique avoir du mal ? garder son appartement en ordre. Une femme de m?nage pay?e en partie par le gouvernement l?aide ? le garder propre. Apr?s h?sitations, il tente une explication peu convaincante : ?Si tu es m?lang? dans ta t?te, c?est dur de faire du m?nage.? Puis, voyant la r?action de son interlocuteur, il r?essaie : ?N?oublie pas que c?est le cerveau qui est affect??. L?argument est de taille, ? la hauteur d?un homme qui a consacr? beaucoup d??nergie ? apprivoiser son handicap.

Autres textes sur Sant? mentale

Etienne Gervais au dela de la folie

Martin Matte, l?humour et les traumatismes cr?niens ? Tout le monde en parle.

Ma schizophr?nie

Les r?alit?s de l?autisme

?cole Ir?n?e Lussier: Bricoler l?estime de soi

La rage du trop gentil

Schizophr?nie et?maniaco-d?pression

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Les milices au Michigan, une vieille histoire… d’extrême droite (2)

L’historique de la création des milices dans le Michigan nous replonge vite dans une atmosphère ...