Accueil / T Y P E S / Articles / SCANDALES ? L?OUEST AU CANADA

SCANDALES ? L?OUEST AU CANADA

La m?decine du Professeur Biron?

Un vent de n?olib?ralisme en politiques de sant? balaye les provinces de l?ouest du pays tandis que le m?me ph?nom?ne est observ? en Angleterre et en France. Les lobbies noyautent les minist?res du commerce et ceux-ci noyautent les minist?res de la sant?. C?est ce que confirment quatre ?v?nements r?cents.

En Colombie Britannique.

S?il revient ? Sant? Canada d?autoriser la mise sur le march? de nouveaux produits pharmaceutiques ou de nouvelles indications (= maladies o? le produit est prouv? utile), c?est aux provinces, par leurs programmes d?assurance-m?dicament, de choisir de rembourser ceux dont les co?ts ne sont pas exorbitants quant au b?n?fice attendu. On les inscrit alors sur un formulaire de remboursement. Pour un fabricant, c?est un succ?s assur? que d??tre ainsi ?list??.

Cette liste est dress?e et mise ? jour apr?s consultation d?un comit? ind?pendant des fabricants qui prend ses d?cisions dans l?int?r?t des patients en examinant les preuves fournies par le promoteur et celles contenues dans la documentation m?dicale, et qui ?value le rapport co?t-utilit?. Ce comit? consultatif se nomme Conseil du m?dicament ? Qu?bec et Therapeutics Initiative ? Vancouver o? il est int?gr? ? l?Universit? de Colombie Britannique.

Ces comit?s consultatifs agissent comme chiens de garde et ce r?le est d?autant plus important que la majorit? des nouveaux m?dicaments introduits depuis au moins deux d?cennies n?ont que tr?s peu contribu? ? am?liorer les soins de sant? tout en augmentant leurs co?ts inutilement. On peut pratiquer une bonne m?decine, en 2010, avec des produits g?n?riques moins chers et dont la toxicit? ne r?serve pas de mauvaises surprises.

Coup de th??tre, le 30 septembre 2010 le minist?re de la sant? britanno-colombien envoie des m?morandums internes divulguant l?intention de mettre fin ? Therapeutics Initiative qui avait admirablement bien fonctionn? depuis 14 ans, probablement le meilleur et plus respect? comit? du genre au Canada; ceci pour le remplacer par un nouveau comit? qui fera une large place aux promoteurs et deviendra peut-?tre le pire au pays. C?est comme demander au loup de garder la bergerie. Le coordonnateur de la Coalition canadienne de la sant?, Michael McBane, est furieux et compare cette d?cision ? confier la s?curit? publique ? une bande de motards .

En cons?quence, les deniers publics en CB pourraient ?tre allou?s ? des nouveaux produits ou de nouvelles indications qui n?en valent pas le prix et qui comportent peut ?tre des risques injustifi?s. Le groupe de travail charg? de restructurer l??valuation pharmaco-?conomique inclut nuls autres qu?un repr?sentant de Pfizer, la plus puissante pharma au monde, ainsi que le porte-parole de l?industrie pharmaceutique innovatrice du Canada, qui sont deux lobbyistes chevronn?s. Le marketing aura dor?navant les coud?es franches ? l?assurance-m?dicament de la Colombie-Britannique.

Le danger, c?est que cette temp?te souffle vers les provinces plus ? l?est?Elle a franchi les Rocheuses.

En Alberta

Voici l?histoire du harc?lement d?un d?put? provincial, un urgentologue qui a critiqu? ouvertement son syst?me de sant?: non seulement il est exclu du caucus de son parti m?me s?il a toujours ?t? un loyal conservateur, mais des coll?gues de l?Assembl?e l?gislative ainsi que l?establishment m?dical pr?s du pouvoir dans sa province, ont recours ? la calomnie et veulent le faire passer pour un fou. Son nom est Raj Sherman. La ville est Edmonton. Nous sommes en novembre 2010.

Le ?p?ch?? de ce politicien courageux, membre du parti au pouvoir est d?avoir critiqu? ouvertement des lacunes de Alberta Health en ce qui concerne les d?lais d?attente aux urgences. Ce que demandait Sherman ?tait simplement d?int?grer dans la loi albertaine un amendement limitant le temps d?attente: quatre heures pour les patients gravement malades ou bless?s et six heures pour les autres.

Un autre d?put? aurait contact? le Coll?ge des m?decins pour discuter de la sant? mentale de Sherman et demander une ?valuation psychiatrique pour lui permettre de continuer ? pratiquer. De plus, un autre d?put? lui a relay? un courriel vocal, de la bouche du psychiatre pr?sident de l?Association m?dicale de l?Alberta, message insinuant que Sherman souffrait de ?manie? (la phase d?excitation des bipolaires), diagnostic pos? sans autres ?l?ments qu?une discussion entre un autre d?put? et le psychiatre en question ? propos du stress que subissait Sherman en critiquant ouvertement les politiques de son propre parti.

Les couteaux volent bas, et ce ne sont m?me pas des chirurgiens?La campagne de d?nigrement a r?ussi. La saga continue.

De l?autre c?t? de l?Atlantique les deux m?res-patries du Canada sont loin de donner l?exemple.

En Angleterre

On vient de retirer ses pouvoirs au National Institute for Clinical Excellence (NICE pour les initi?s), comit? consultatif qui proposait de rembourser seulement les m?dicaments plus utiles que nuisibles et dont le prix ?tait raisonnable, r?le jou? au Qu?bec par le Conseil du m?dicament. Un recul monumental pour la sant? et le budget sant? des Anglais. Le NICE ?tait un chef de file mondialement reconnu et respect?, et plusieurs pays songeaient ? l?imiter.

En France

En France un produit coupe-faim amaigrissant a ?t? retir? du march? avec un scandaleux retard de 33 ans. Il est soup?onn? d??tre ? l?origine de centaines de morts inutiles entre 1976 et 2009 (on avance le chiffre de 500 d?c?s) en plus de n?avoir jamais d?montr? son utilit? dans l?ob?sit? des diab?tiques. Mediator? est son nom de marque, benfluorex est son nom g?n?rique.

La couverture m?diatique est aussi grande que celle qui entoura la saga du vaccin A/H1N1. Une enqu?te p?nale va ?tre institu?e pour compl?ter l?enqu?te m?dicale, on doit interroger tant le fabricant Servier que l?Agence du m?dicament. On accuse de partout l?Agence du m?dicament (alias AFSSAPS, pendant fran?ais de la FDA am?ricaine) d??tre de connivence avec le fabricant, le deuxi?me en importance en France apr?s Sanofi-Aventis. Les victimes souffrent de l?sions aux valvules cardiaques. L?sions parfois fatales.

La saga bat son plein.

Pierre Biron

Pierre Biron est m?decin a la retraite. ?Il a ?t? professeur et chercheur en pharmacologie ? l’Universit? de Montr?al
Soumis ? centpapiers.com le 28 novembre 2010

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en Stock (CCLVII) : par bateaux, aussi…

Aujourd’hui, exceptionnellement, et les jours suivants, on va parler bateaux.  Et surtout voiliers.  Lors du ...