Accueil / T Y P E S / Articles / Scandale Karachi: Villepin confirme, Gu?ant nie mais les familles de victimes contrent

Scandale Karachi: Villepin confirme, Gu?ant nie mais les familles de victimes contrent

Dominique de Villepin ?tait donc invit? hier soir au 20 heures de TF1 pour s?expliquer apr?s l?annonce d?une plainte des familles de victimes de l?attentat de Karachi ? venir le concernant (avec Jacques Chirac et des cadres de la Direction de la construction navale), pour ??mise en danger de la vie d?autrui et homicide involontaire??. Et il a confirm? ce qu?avait d?j? dit au juge l?ancien ministre de la D?fense Charles Millon : ??Distinguons deux choses : il y avait les commissions l?gales et il y avait des commissions qui revenaient vers la France, vers des personnalit?s, politiques ou non politiques, qui elles, ?taient totalement ill?gales. Jacques Chirac (?) a demand? au ministre de la D?fense Charles Millon de bien vouloir approfondir ce dossier et de l??clairer. Charles Millon a mis ses services au?travail, il a demand? des informations? Il est apparu que de tr?s forts soup?ons de r?tro-commissions existaient dans deux dossiers, deux contrats : un contrat avec le Pakistan, contrat des sous-marins, et un contrat avec l?Arabie Saoudite. A partir de l?, le pr?sident de la R?publique a donc d?cid? d?interrompre les versements de commissions pouvant donner lieu ? r?tro-commissions.?? L?ancien secr?taire g?n?ral de l?Elys?e de l??poque se d?douane ensuite du danger que faisait peser sur les personnels de la DCN en poste au Pakistan l?arr?t de ces versements en parlant de simples ??craintes??, puis en mettant en avant le d?lai entre cette d?cision de 1995 et l?attentat survenu en 2002 ? pour lequel Guillaume Dasqui? (de Lib?ration)?avance une explication.

R?action furibarde de Claude Gu?ant, actuel secr?taire g?n?ral de l?Elys?e et v?ritable bras droit de Nicolas Sarkozy ? ? l??poque directeur adjoint du cabinet du ministre de l?Int?rieur Charles Pasqua, soutien du candidat? Balladur : ??Le devoir de v?rit? auquel chacun doit contribuer dans cette affaire douloureuse ne doit pas favoriser pour autant les interpr?tations les plus fantaisistes. Il n?est en particulier pas acceptable que ce drame soit utilis? comme un argument de circonstance pour alimenter la d?marche entreprise par ceux qui n?ont d?autre pr?occupation que d?impliquer le chef de l?Etat, par une succession d?insinuations, dans une affaire qui ne le concerne en rien.??

Les familles de victimes lui r?pondent dans un communiqu? que publie Guy Birenbaum : ??Nous n?avons pas comme pr?occupation d?impliquer le chef de l?Etat, nous cherchons simplement ? conna?tre la v?rit? sur les circonstances entourant la mort de nos proches. Je tiens ?galement ? vous rappeler un m?mo du procureur Marin lui m?me, ?tabli en 2007 et rapprochant le nom de Nicolas Sarkozy aux societ?s off shore Heine et Eurolux, ainsi que les ?changes ayant eu lieu entre notre actuel Pr?sident et JM Boivin* dont le contenu est d?sormais connu de tous.? Poursuivons la lecture des offusquations gu?antesques : ?A ces approximations s?ajoutent des all?gations calomnieuses, parfois pr?sent?es comme de pr?tendues certitudes, port?es contre la personne ou l?action de Nicolas Sarkozy et qui ne reposent cependant sur aucun commencement de preuve.??

R?ponse des familles : ??Ces ?approximations? viennent d??tre confirm?es par l?ancien s?cr?taire g?n?ral de l?Elys?e devant des millions de t?l?spectateurs. Et puis? ne devez vous pas laisser la justice faire son travail ? Ne devez-vous pas respecter la s?paration des pouvoirs ??? Gu?ant ? nouveau : ??Affirmer sans autre forme de proc?s que les conditions du march? d?armement Agosta avec le Pakistan auraient eu pour cons?quence de contribuer ill?galement au financement de la campagne ?lectorale du Premier ministre de l??poque, dont les comptes ont ?t? valid?s par le Conseil constitutionnel, rel?ve de la rumeur malveillante qui vise ? jeter le discr?dit sur la vie politique de notre pays. Nicolas Sarkozy n?a par ailleurs jamais ?t? le responsable, ni le tr?sorier, de la campagne d?Edouard Balladur. Il en ?tait le porte-parole. De m?me, ? aucun moment alors qu?il ?tait ministre du Budget de 1993 ? 1995, Nicolas Sarkozy n?a eu ? approuver des commissions relatives ? des march?s ? l?exportation, la proc?dure d?agr?ment pr?alable en cette mati?re ayant ?t? supprim?e d?s le mois d?octobre 1992. De plus, la n?gociation des contrats d?armement ?voqu?s avait ?t? engag?e bien avant que Nicolas Sarkozy ne devienne ministre du Budget.?? R?ponse perfide des familles : ??Mais les interm?diaires douteux sont justement apparus alors que le contrat ?tait quasiment sign??

Le grand chambellan de Sarkozy conclut par cette superbe tartufferie : ??Ces amalgames ne contribuent pas ? la s?r?nit? n?cessaire au d?bat judiciaire.?? Faut-il rappeler que le pouvoir n?a eu de cesse dans cette affaire de mettre des b?tons dans les roues ? la justice ? ??En ce qui concerne l?ouverture de l?information instruite par M. Van Ruymbeke, il a fallu que nous nous battions pour l?obtenir et encore, avec un champ restreint. Nous nous battons encore ? ce jour pour obtenir que l?int?gralit? de l?affaire soit instruite. Sur ce point, nous ne vous remercions pas de l?appel de parquet concernant l?ordonnance rendue par ledit juge??, rappellent les familles.???Aucune demande de document n?a jusqu?? pr?sent fait l?objet d?un refus??, ose encore Gu?ant. Les familles ont beau jeu de lui r?torquer : ??Pas de refus mais des transmissions partielles? 4 pages d?un rapport en contenant pr?s de 200? le compte n?y est pas.?? Toujours dans la m?me d?marche de tenter d?emp?cher les investigations, une autre pr?cision : ??Le juge Trevidic avait ?tabli une demande de d?classification circonstanci?e demandant que lui soient transmis l?int?gralit? des documents classifi?s n?cessaires ? la recherche de la v?rit?. Le ministre de la D?fense Herv? Morin avait alors fait savoir que toute la lumi?re avait ?t? faite et que tous les documents avaient ?t? transmis. Or, ? plusieurs reprises, des documents ont ?miraculeusement? ?t? retrouv?s au fur et ? mesure de la pression se faisait plus forte.?? Eni?me illustration enfin de la mauvaise volont? manifeste du Pouvoir, la protestation de Bernard Cazeneuve, rapporteur de la mission parlementaire : ??La mission regrette le refus du gouvernement de lui communiquer toute source documentaire de premi?re main, malgr? ses nombreuses demandes??.

Comment Balladur, sans l?appui du parti acquis ? la cause de Chirac, a-t-il pu financer sa campagne, r?unissant la somme de 89,776 millions de francs, suivant les comptes du Conseil constitutionnel?? Int?ressant ??d?tail?? livr? par?Le Monde 😕??l?association pour le financement de la campagne d?Edouard Balladur aurait touch? 10 millions de francs en liquide, quelques jours avant la fin de sa campagne, selon les r?v?lations de Lib?ration, qui s?appuie sur des documents bancaires, publi?s par Mediapart. Faux, r?torque l?ancien premier ministre dans Le Figaro. Il prend appui sur le fait que le Conseil constitutionnel a valid? ses comptes de campagne sans y trouver ? redire??. ??Une question demeure : pourquoi le Conseil constitutionnel a-t-il valid? les comptes de campagne d?Edouard Balladur si ceux-ci ?taient entach?s d?irr?gularit?s ?, interroge Le Monde dans un autre article.?Le juge Tr?vidic demande ? consulter les archives des d?lib?rations. Mais Jean-Louis Debr? , l?actuel pr?sident du Conseil constitutionnel, ren?cle.

A une premi?re requ?te de l?avocat des victimes, Me Morice, qui souhaite organiser une rencontre entre elles et lui d?but octobre 2010, il r?pond par la n?gative. Il explique par ailleurs au Monde qu?il ??faudrait [qu’il y ait] une bonne raison pour rapatrier les archives?? des d?lib?rations de 1995. ??Donc, en l??tat, je ne vois pas comment tirer les choses au clair??, conclut M. Debr?. D?but novembre 2010, Jean-Louis Debr? refuse une nouvelle fois de divulguer le contenus des d?bats, cette fois au juge Van Ruymbeke. Dans un courrier, il lui oppose le ??secret qui s?attache aux d?lib?rations?? du Conseil constitutionnel, s?appuyant sur l?article 63 de la Constitution pour estimer qu?il faut attendre vingt-cinq ans avant de rendre publics les d?bats entre les ??sages??. Mich?le Alliot-Marie, alors garde des sceaux, a pourtant garanti, ? l?Assembl?e, que le juge pourrait consulter ces archives. Interrog? par Le Monde, Roland Dumas, le pr?sident socialiste du Conseil constitutionnel en 1995, ne semble pas, quant ? lui, se rappeler de cet ?pisode troublant : ??Je n?ai pas le souvenir d?avoir infirm? le rapport des rapporteurs, assure-t-il au Monde. Je ne me souviens pas qu?il y ait eu le moindre probl?me sur les comptes de campagne de M. Balladur, comme je ne me rappelle pas que leur rejet ait ?t? pr?conis?. Pourtant, j??tais quand m?me dans l?opposition ? cette ?poque???

??M?me opacit? du c?t? de l?Assembl?e, poursuit Le Monde : Lorsque Marc Tr?vidic demande ? consulter les auditions de la commission d?enqu?te de Bernard Cazeneuve, le pr?sident de la commission de la d?fense, l?UMP Guy Tessier, refuse s?chement. Le juge se tourne alors vers Bernard Accoyer.? Mais le pr?sident de l?Assembl?e nationale (UMP lui aussi, NdA) refuse ? son tour, arguant de la ??s?paration des pouvoirs?? et de la confidentialit? de ces auditions. Une plainte a ?t? d?pos?e contre lui par les familles de victimes pour ??entrave ? la justice.?? Gu?ant reprend le m?me argumentaire : ??Il convient de souligner que les positions r?cemment adopt?es, pour ce qui les concerne, par le Conseil constitutionnel et par l?Assembl?e nationale de ne pas communiquer certaines informations ne sont fond?es que sur le respect des exigences d?coulant de la Constitution et de la loi. Cela n?a rien ? voir avec la protection du secret de la d?fense nationale.?? Il est l? encore contr? par les familles des victimes : ??Pour ce qui concerne la position de Mr Accoyer, pourquoi ce qui a ?t? possible dans les dossiers Rwanda et Urba ne l?est pas pour le dossier Karachi ??? Peut-?tre tout simplement parce que, dans l?affaire pr?sente, il appara?t de plus en plus clairement que l?actuel pr?sident de la R?publique est directement impliqu? dans un vaste syst?me de corruption !

* Nous reviendrons ult?rieurement sur ce volet de l?affaire, digne d?un roman d?espionnage qu?on pourrait titrer Le ma?tre-chanteur, les barbouzes et le candidat ? la pr?sidentielle.

M?mo – voici les diff?rents articles parus sur plumedepresse ? propos de?ce?dossier?:

1 ? Sarkozy impliqu? dans l?attentat de Karachi?: ni ??ridicule??, ni ??grotesque??, Monsieur le pr?sident?! : comment d??minents dignitaires pakistanais ont perp?tr? l?attentat pour faire pression et se venger de Jacques Chirac, coupable d?avoir mis un terme ? un m?canisme de corruption dont le grand b?n?ficiaire fran?ais ?tait l?ancien Premier ministre ?douard Balladur.

2 ? De Balladur ? Sarkozy : le ministre du Budget de l??poque a approuv? la cr?ation d?une structure destin?e ? siphonner des r?tro-commissions de ventes d?armes, connaissant forc?ment par d?finition l?utilisation qui en serait faite, ladite utilisation ?tant finalement av?r?e dans la transaction occulte avec les dignitaires pakistanais. Par cons?quent, Sarkozy savait forc?ment que le financement de la campagne pr?sidentielle dont il ?tait le directeur provenait d?une caisse noire transitant par la soci?t? cr??e sous ses auspices de ministre du Budget.

3 ? Vers l?in?luctable ?touffement ? : d?montage en r?gle de la path?tique d?fense de Sarkozy, pourtant accus? par tant d??l?ments pr?cis, et m?canismes l?gislatifs mis en oeuvre par le Pouvoir pour emp?cher que la lumi?re puisse ?tre faite, sur cette affaire en particulier et sur tout autre?dossier g?nant dans l?avenir.

4 ? L??tau se resserre autour de Sarkozy : deux t?moignages capitaux sont r?cemment venus pr?ciser le m?canisme de corruption mis en place et l?implication directe de Sarkozy.

Soutenez Plume de presse

Cet article vous a int?ress? ? L?info ind?pendante et gratuite ne nourrit pas son homme? Contribuez ? faire vivre ce blog en vous acquittant d?une cotisation, m?me d?un euro. Merci !

A’ lire aussi:

  1. Tapie : et un mensonge de plus dans ce scandale d?Etat !
  2. Flash-ball suspendu par le pr?fet : mais comment la police pourra-t-elle ?borgner les jeunes ? Avec les tirs tendus de lacrymo, pardi !
  3. La p?nurie d?essence est l?? mais les m?dias restent discrets

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Langouët : le village écologique modèle en lutte contre le glyphosate

Il y a quelques semaines, le maire de Langouët a une nouvelle fois fait parler ...