Accueil / A C T U A L I T É / SAVOIR FAIRE: Au bouleau !

SAVOIR FAIRE: Au bouleau !

Il ne s’agit plus de traverser la rue pour en trouver, du boulot, mais seulement de rentrer dans le bois, afin de récolter la sève de cet arbre si bénéfique pour notre corps…

 

La récolte de la sève des arbres est connue depuis très longtemps, et nos amis québécois en savent quelque chose, eux qui récoltent traditionnellement depuis des lustres la sève des érables, afin d’en fabriquer un sirop.

La récolte se passe surtout dès la fin de l’hiver, jusqu’au début du printemps, car ensuite, l’arbre garde toute sa sève pour lui…lien

Mais il y a une autre sève récoltable et bien moins connue, celle du bouleau.

Tout comme pour l’érable, la période de récolte est limitée, généralement de la fin du mois de février à la troisième semaine de mars… car ensuite, l’arbre a besoin de toute sa sève, et la garde pour lui.

Autre différence, cette sève se consomme tout de suite, et ne se garde pas très longtemps, à moins de la « thermiser », ce qui diminue ses propriétés, ou de mettre un clou de girofle dans chaque bouteille d’un litre, afin de freiner sa fermentation.

 

La récolte est d’une facilité extrême : il suffit d’avoir un bidon d’au moins 5 litres, en plastique, juste pour la récolte, car ensuite, il faut mettre en bouteille de verre, et tenir au frais dans une cave…

Il faut aussi 30 cm de durite transparente, et avec une chignole percer un trou dans le bouchon du bidon, puis percer doucement le tronc jusqu’à ce que les copeaux sortent humides.

Inutile de percer plus profondément.

Puis on entre la durite dans le trou fait dans l’arbre, et on raccorde la durite au bidon.

L’opération ne prend que quelques minutes, et garantit la production d’au moins 5 litres par jour et par arbre.

La sève de bouleau se boit fraîche, quasi aussi transparente que l’eau, et apporte des bienfaits pour tout le corps.

On peut en boire tant qu’on veut, et une cure d’un mois permet d’en boire 5 litres, à raison de quelques verres par jour.

Les bienfaits de cette sève sont nombreux.

D’abord elle détoxifie les organes, car elle contient 2 hétérosides, la bétuloside et le monotropitoside, devenant idéale en cure de printemps pour éliminer les toxines accumulées par notre corps.

Elle peut aussi s’utiliser pour soigner les cheveux : une bonne friction de ceux-ci, sans rinçage, règle beaucoup de problèmes qu’ils pourraient connaitre… pellicules etc.

On peut aussi l’utiliser pour soigner sa peau, favorisant ainsi son éclat.

Dernier atout de la sève de bouleau, la quinzaine d’acides aminés qu’elle contient, ainsi que sa cinquantaine de protéines, en font un très bon reminéralisant. lien

Mais il y a mieux.

En effet, cette sève a tendance à fermenter, et peut être stabilisée, devenant ainsi disponible tout au long d’une année.

Au-delà du clou de girofle mentionné plus haut, un verre à liqueur d’alcool, alcool de fruit, pastis, etc… permet aussi sa stabilisation.

La sève devient alors « probio-gemmo détox » dépuratif, et se trouve dans les commerces à raison de  15 € le litre…encore une raison pour la prélever soi-même. lien

Certaines officines en proposent et y ajoutent des extraits de bourgeon de cassis, de genévrier… permettant la production du Kombucha de bouleau. lien

La recette de la fabrication du Kombucha de Bouleau est sur ce lien.

Dans mon village, ils sont nombreux à s’y mettre, et ceux que j’approvisionnais (200 litres la première année), font maintenant leur propre récolte.

L’un de ceux-ci, qui sujet à de graves problèmes de santé, consultait mensuellement son docteur, à fin d’analyses.

Or quelle n’a pas été la surprise du docteur, constatant qu’après sa cure de sève de bouleau, beaucoup de problèmes qu’il avait avaient été réglés.

Comme dit mon vieil ami africain : « celui qui a planté un arbre avant de mourir n’a pas vécu inutilement  ».

L’image illustrant l’article vient de http://jardinsdesortilege.fr

Merci aux internautes de leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

Un bon docteur n’a pas de clients

Ce Gui qui met l’amour en cage

Ce merveilleux 6ème sens

Atchoum

L’huile de l’arbre

Un article à la noix

A table avec les sauvages

A table avec les insectes

Des racines et des arbres

Finissez vos assiettes

Main verte pour tomate rouge

La drogue ce tabou

Ces plantes qui font trembler Big-Pharma

Arrêtez la terre, je veux descendre

A l’oreille des feuilles

La terre folle

Au bois de mon cœur

Les dessous du chou

Le jardin extraordinaire

Des piquants qui protègent

Ces plantes qui tuent les virus

L’amarante, plante espiègle

Des pommes, des poires, mais pas n’importe quoi

Aimer la Terre

Les avancées de l’immobile

A l’aide d’iode

N’écrasez pas le champignon

Jamais déçu par le chou

Sauvé par l’écorce

Commentaires

commentaires

A propos de olivier cabanel

avatar

Check Also

Perruches : faut-il craindre un « grand remplacement » ?

C’est un fait avéré : les perruches à collier et les perruches moine sont de plus ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.