Accueil / A C T U A L I T É / Sale temps pour Reynouard, le copain de Dieudonn

Sale temps pour Reynouard, le copain de Dieudonn

D?cid?ment, ?a s’entrechoque l’actualit?. Au moment m?me o? un pseudo-artiste abreuve ses spectateurs de propos antis?mites ? chacun de ses spectacles et clame avec son mentor Faurisson que les chambres ? gaz n’ont pas exist?, et en m?me temps regrette qu’elles n’aient pas pu tuer assez de juifs encore en proposant d’y ajouter un journaliste (il ne s’est m?me pas rendu compte de cette incoh?rence compl?te), un des personnages qu’a d?fendu Dieudonn? vient de subir un sacr? revers, qui ruine de fait l’ensemble de sa carri?re naus?abonde. On vient en effet d’inculper, en Allemagne,?un ancien nazi responsable du?massacre d’Oradour-sur-Glane, massacre selon Reynouard qui n’aurait pas eu lieu selon ce qu’enseigne l’histoire depuis des lustres. Car Dieudonn? ne s’est pas content? de d?fendre les th?ses de Faurisson, lui aussi a applaudi aux inepties historiques sur Oradour prof?r?es par Reynouard (*), qui a a ?t? en 1997 exclu de l’?ducation nationale ? 28 ans, par un ministre de l’Education appell? Fran?ois Bayrou (via le recteur de l’Acad?mie de Caen, Philippe Lucas, ancien Membre du comit? national d??thique), un Bayrou qui ne passait pas alors pourtant pour un Manuel Valls… semble avoir oubli? la classe politique fran?aise, bien trop frileuse sur le cas Dieudonn? (Marine LePen d?clarant g?n?e que les relations entre Dieudonn? et son p?re ?tant de l’ordre de seule « sph?re priv?e« )….

trio-7-17ba9Le soutien de Dieudonn? ? Vincent Reynouard (ici ? gauche avec Blanrue et Salim Laibi, un bien joli trio d’antis?mites !)?n’est en effet pas une invention. Dans une vid?o diffus?e le 30 octobre 2010 Dieudonn?, r?pondant ? la phrase raciste prof?r?e par le parfumeur Guerlain (l’infecte?« je ne sais pas si les n?gres ont jamais tellement travaill? ») en avait profit? pour soutenir ouvertement Vincent Reynouard, ce qui avait ?chapp? ? beaucoup je parie :. peu de temps apr?s le d?but il avait en effet?d?clar? ? la vol?e 😕« Imaginez une seconde une telle n?gation au sujet des chambres ? gaz, par exemple. L?, il serait emprisonn?, condamn? ? je ne sais combien d?ann?es de prison comme notre ami Reynouard qui aujourd?hui est en prison… »?Le « notre ami » rangeant obligatoirement Dieudonn? dans la cat?gorie du groupe des n?gationnistes soutenant l’individu ; l’ex artiste ajoutant une autre provocation juste apr?s 😕« il a ajoute que ce qu?il trouve insupportable, « c?est le silence complice de cette vieille classe politique et des m?dias aux ordres, trop occup?s ? nous resservir une ?ni?me fois cette indigeste affaire Halimi qui n?int?resse plus personne (?), le « deux poids deux mesures ».?Une affaire Halimi o? avait ?t? clairerement d?montr? le r?le de l’assassin antis?mite Yossouf Fofana, que Dieudonn? n’a pas h?sit? r?cemment ? domicilier chez lui (alors qu’il ?tait en prison pour perp?tuit? !) lors d’un de ses nombreux proc?s (fabriquant ainsi un faux manifeste !!!). Fabriquer des faux, chez les partisans du n?gationnisme, devient vite en effet une seconde nature, et Dieudonn? n’?chappe pas ? la r?gle.

images-383-c29d3Chez Reynouard (ici ? gauche dans sa p?riode « prof de techno »), c’est une seconde nature depuis longtemps, sinon depuis toujours. Le fait d’avoir agi dans l’Acad?mie de Caen n’est pas un hasard ; comme Faurisson qui avait manifestement b?n?fici? de soutiens dans son acad?mie (Lyon), Reynouard a cr? pouvoir tout dire dans un endroit o? un?doyen, en l’occurrence?Michel de Bo?ard, sp?cialiste du Moyen Age – et lui-m?me pourtant ancien?d?port? ? Mathausen?-, avait ? la surprise g?n?rale permis la soutenance de la th?se n?gationniste d’Henri Roques. Roques,?secr?taire g?n?ral du groupuscule?n?ofasciste?la?Phalange ?Fran?aise?verra sa th?se annul?e quelques ann?es apr?s, fait rarissime : elle lui avait ?t? sugg?r?e par… Faurisson (pour voir les magouilles pour y arriver, c’est ici, on y d?couvre beaucoup de personnes du GRECE derri?re « l’?tudiant » attard? Roques **).?Chez Reynouard, la n?gation de la Shoah est un th?me obsessionnel tr?s t?t, en effet. Et pour tenter d’en convaincre les autres, tr?s t?t aussi il va mettre en ?uvre une m?thode, toujours la m?me, celle d’envois cibl?s de courriers n?gationnistes ? des personnes choisies avec soin. Il n’en changera jamais plus (aujourd’hui, le net lui fait une ?conomie de timbres cons?quente, h?las !). D?s 1992, alors qu’il n’a que 23 ans et n’est pas encore enseignant, il?adresse ainsi aux vingt-quatre ?l?ves d’un lyc?e, r?cents laur?ats du concours?R?sistance?et?D?portation, des lettres (anonymes) qui contiennent des photocopies d’?crits dont ceux de Faurisson, niant l’existence des chambres ? gaz en Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale. La d?marche est plus que singuli?re, elle est l’?uvre d’un d?ment provocateur, les (tr?s) jeunes dipl?m?s ?tant abasourdis par de tels envois rest?s sans signature alors qu’ils viennent juste de concourir. Bien avant l’internet, Reynouard usait et abusait d’un masque pour r?pandre son fiel, et visait surtout la jeunesse, et son manque de savoir pour arriver ? s?duire. L’enqu?te men?e l’ayant facilement rep?r?, d?busqu? derri?re son anonymat, ?tant donn? son activisme et la localisation de ses envois postaux,?il se retrouve condamn? d?s le?8 octobre?1992, par la?cour d’appel de Caen?? un mois d’emprisonnement avec sursis et ? 5?000 francs d’amende pour « contestation de l’existence d’un ou plusieurs?crimes contre l’humanit? » (via l’arr?t n? 679). Ce qui ne l’emp?che en rien de recommencer d?s le lendemain ? fabriquer des tracts n?gationnistes ! Chez lui, c’est en effet obsessionnel !

ouvrages_de_reynouard-393cbDeux ann?es plus tard, et malgr? un activisme toujours aussi ?vident, il se retrouve enseignant le Lyc?e Professionnel, apr?s avoir ?t? re?u ? un rapide concours. Personne dans l’administration n’a fait de lien entre celui qui r?pand depuis des ann?es sa parole n?gationniste et la nouvelle recrue ! Reynouard, sur de lui et de ses soutiens propose discrtement deux ans plus tard au?brevet des coll?ges de juin 1996, un ?sujet sur le « g?nocide des juifs« , intitul? en effet tel quel (alors qu’il est enseignant de math?matiques !). Reynouard avait tr?s bien con?u l’affaire, puisqu’il y pr?sentait comme source de d?bats le?un extrait « d’Au nom de tous les miens« , de Martin Gray. On comprend vite chez Reynouard son aspect retors et insidieux, car on sait que le t?moignage impr?cis et variable de Martin Gray a longtemps ?t? suspect? d’?tre un faux manifeste : ? l’?poque, Pierre Vidal-Naquet avait m?me accus? Gray d’avoir tout invent? pour Treblinka, et les n?o-nazis en avaient fait aussit?t leur cheval de bataille (Vidal-Naquet reviendra plus tard sur ces accusations, en acceptant les explications de Gray). Bref, poser la question via un support aussi pol?mique, disons, ?tait bien ?uvre tortueuse. Elle ?tait sign?e, pourtant, par un individu qui avait d?j? un lourd passif derri?re lui : avant m?me de devenir en 1994 professeur de lyc?e professionnel (PLP 2), Vincent Reynouard ?tait en effet d?j? pass? plusieurs fois en proc?s (en 1991 et 1992 notamment), ?comme on a pu le voir, des proc?s dans lesquels il avait ?t? d?fendu ? chaque fois par?Me?Delcroix, l’avocat de Faurisson, ce qui aurait d? mettre la puce ? l’oreille ? son administration (Delcroix ayant lui-m?me ?t??condamn? pour n?gationnisme?!). En 1990, celui qui avait propos? le sulfureux sujet avait m?me ?d?j? ?t? exclu de l’?cole d’ing?nieurs de Caen, apr?s avoir coll? tout le campus de tracts n?gationnistes : difficile pour une administration d’avoir r?ussi ? l’ignorer. Cela aussi aurait d? alerter les autorit?s…??Philippe Lucas, le recteur, effar? devant la facilit? avec laquelle le sujet ?tait arriv? sur les tables des ?l?ves, avait aussit?t propos? aussit?t la suspension de l’enseignant… et m?me demand? ? la cl? sa r?vocation, l’enqu?te diligent?e ayant retrouv? des ?l?ments n?gationnistes jusque dans les ordinateurs du lyc?e o? enseignait Reynouard ! La faute de l’administration ?tait ?vidente !

revision-69454En fait, Reynouard, au vu et su de son lourd pass?, n’aurait jamais d? ?tre titularis? en 1996, deux ans apr?s sa prise de fonction, rel?veront les enqu?teurs 😕« cette impunit? a donc pris subitement fin le 18 d?cembre 1996. Le recteur reproche trois faits au jeune enseignant suspendu: la r?ception de deux courriers priv?s sur le fax du lyc?e; le stockage dans son fichier de l’ordinateur de l’?tablissement de deux textes niant l’extermination des juifs et d’un troisi?me sur Oradour (d?j??????); et la distribution d’un exercice sur les statistiques de mortalit? ? Dachau, typique argumentation n?gationniste, ? base de sophismes, tir?e d’un article de?Robert Faurisson?publi? en 1990 dans la « Revue d’histoire r?visionniste »?(o? on trouvait d?j? Serge Thion, vir? du CNRS pour antits?mitisme et qui a soutenu aussi Dieudonn?).?Mais avec ce dernier ?l?ment – le seul qui concerne ses rapports avec les ?l?ves – l’administration scolaire aggrave son propre cas, l’exercice en question, ancien, datant de… novembre 1995, soit deux mois apr?s sa titularisation ».?Une fois convoqu? devant un rectorat pr?t ? invoquer l’erreur de jeunesse de sa part (pour minimiser la responsabilt? de ses fonctionnaires !), Reynouard n’avait rien trouv? de mieux que de revendiquer haut et clair son n?gationnisme, se mettant automatiquement dans la position du martyr exclu de l’Education Nationale ?(la martyrologie fait partie int?grante de laPNFE-9587e strat?gie n?gationniste, on le voit tr?s bien avec le cas Dieudonn? qui braile ? la censure et ? la fin de la libert? d’expression).?« Mes opinions r?visionnistes ne peuvent absolument pas ?tre qualifi?es d’erreur de jeunesse, puisque je pers?v?re depuis cinq ans. (…) J’ai ?t? titularis? en septembre 1995. Or, ? cette date, personne n’ignorait que je restais un r?visionniste convaincu et que, pour la justice, j’?tais un multi-r?cidiviste. »?L’Education Nationale n’avait m?me pas enqu?t? (chaque fonctionnaire avait alors pourtant droit ? son enqu?te de r?putation ? cette ?poque), car elle aurait alors facilement d?couvert qu’il ?tait un?membre actif jusque 1991 du Parti nationaliste fran?ais et europ?en (PNFE), un mouvement politique ouvertement n?o-nazi, dont toutes les r?unions se terminaient par le salut hitl?rien !

L’Education Nationale avait ?t? fautive, car elle aurait d? ?galement remarquer le style de cours de Reynouard, ?maill? des remarques ou des plaintes de parents d’?l?ves vigilants.« Vincent Reynouard, professeur de math?matiques en classe de BEP au lyc?e d’enseignement professionnel d’Honfleur, a ?t? suspendu de ses fonctions le 20 d?cembre dernier pour avoir stock? sur l’ordinateur de l’?tablissement des documents niant l’Holocauste juif. Fabrice Pellizzari, directeur du cabinet du rectorat, rel?ve que Vincent Reynouard proposait en outre ? ses ?l?ves des travaux de math?matiques qualifi?s d’?ind?licats?, comme ??tablir un d?compte des morts dans les camps de concentration pendant la guerre de 39-40? »?r?v?le le?9 janvier 1997 L’Humanit?.?Le syst?me ?ducatif avait donc eu le tort d’accepter en son sein ce genre d’individu, il ne restait que la solution de l’exclusion, car sinon c’?tait un deuxi?me cas Faurisson, pri? de ne ne plus enseigner pour ne pas faire de vagues, mais pay? pour rester chez lui ? ne rien faire, ce qu’il fera 17 ann?es de suite…. Reynouard expliquera plus tard l’incomp?tence du lyc?e de Honfleur o? il avait ?t? nomm? et en raillera la direction 😕« le voici alors nomm? au LEP de Honfleur, ? sa grande surprise: « Je me suis dit: ils sont dingues, ils me titularisent, avec tout ce que je fais ! » Les proc?s continuent de s’encha?ner; la presse en parle, mais rien ne se passe. En avril 1996, il est condamn? ? trois mois de prison avec sursis. Vincent Reynouard, qui ne r?pond pas aux convocations des juges, se fait cueillir par la police judiciaire. « Pour justifier mes absences, j’apportais les photocopies des mandats d’amener au proviseur, s’amuse-t-il ? raconter aujourd’hui. Il ne m’a?jamais pos? une seule question! » …?Reynouard n’a en fait jamais arr?t? de pr?ner le n?gationnisme; partout o? il a pu passer. Pourquoi donc son proviseur n’a-t-il jamais alert? ses sup?rieurs demeure une ?nigme. La gangr?ne n?gationniste ne se limitant pas ? Caen en 1997 semble-t-il:?« par ailleurs, une cinquantaine d’ouvrages d’extr?me droite ont ?t? retir?s du centre de documentation et d’information (CDI) du lyc?e Edmond-Rostand de Saint-Ouen-l’Aum?ne (Val-d’Oise). Les enseignants de l’?tablissement, r?unis en collectif, ont alert? les parents d’?l?ves, le proviseur, l’administration, les associations antiracistes et les m?dias. Le rectorat de Versailles a affirm? qu’une enqu?te est en cours pour d?terminer qui a introduit ces ouvrages dans l’?tablissement ». A chaque fois, ce sont des jeunes, plus mall?ables, que les n?gationnistes avaient donc vis?. L’enqu?te ne d?bouchera sur rien, ou plus exactement sur le fait que les livres arriv?s l? personne ne voulait en endosser la responsabilt?, et surtout pas la directrice de l’?poque, Maryse Rigaud, qui avait vite d?clar? porter plainte ? la moindre accusation prof?r?e (***). Dans la liste qu’elle-m?me donnera, des ouvrages de bonne vieille droite, mais pas d’ouvrages n?gationniste ? propement parler : avaient-ils ?t? retir?s ? Pourquoi dedans il y avait eu un Mein Kampf qui ne faisait plus partie de l’inventaire, myst?re (selon elle il ?tait destin? aux seuls enseignants pour pouvoir en critiquer le contenu).?En face, on n’avait pas du tout la m?me opinion : « Les repr?sentants du collectif, eux, ont obtenu le soutien de plusieurs associations et mouvements antiracistes, et pour preuve du caract?re tendancieux de la cinquantaine de livres (sur 1 000) trouv?e dans le CDI du lyc?e, ils signalent le d?s?quilibre entre la pr?sence d’ouvrages d’?diteurs confidentiels porteurs d’une ligne ?ditoriale ultranationaliste, comme?Pays et terroirs,?Editions de Chir?,?Editions du Triomphe, et l’absence volontaire d’un auteur comme Primo Levi, d’un ethnologue comme L?vi-Strauss, d’un g?n?ticien comme Albert Jacquard » Ces derniers ont bien ?t? demand?s par des professeurs, ? plusieurs reprises pour certains, mais n’ont jamais ?t? command?s par la direction du lyc?e Edmond-Rostand« . Bref, on commandait…. les ouvrages que d?sirait la direction, rien d’autre ! Clochemerle, jusque dans les lyc?es, en quelque sorte !?Ci-dessous, la bien plus tranquille rue principale d’Oradour avec les ?coliers… qui seront tous assassin?s par la sauvagerie nazie.

oradour_enfants-a0bc5

Vincent Reynouard, obs?d? par la Shoah et la d?fense de son h?ros Hitler, avait donc logiquement d?barqu? une nouvelle fois dans le monde des n?gationnistes avec un montage vid?o ?con?u sur son ordinateur ayant pour th?me Oradour-sur-Glane, un th?me qu’il avait d?j? abord? 22 ans auparavant (une obsession, je vous dis !), l’auteur tentant toujours de disculper les nazis responsables de l’horrible massacre; par tous les moyens possible, dont le mensonge, sa grande sp?cialit?. La lecture du compte-rendu de la d?cision du tribunal le 12?d?cembre 2003 est ? ce propos ?difiant, le pr?venu se voyant accus? et condamn? avec comme chef d’inculpation l’apologie de crime de guerre suivant ainsi int?gralement l’ordonnance de renvoi du Juge d’Instruction du 22 juillet 2003.?das_reichA-5a2d1« Lors de l’audience,?Vincent Reynouard expliquait que la cassette-vid?o ne constituait m?me pas???l?esquisse???d’une apologie de crime de guerre mais une simple ??contestation de tout ou partie de la mat?rialit??des faits imput?s aux?Waffen?SS,???par des arguments de libre d?bat??, qui ??partiellement en ?terait le caract?re criminel ou l’att?nuerait??. Le pr?venu maintenait qu’en r?alit? les?Waffen?SS ??n?auraient pas voulu causer de mal aux femmes et?enfants??,?pour cela ??s?par?s pr?cautionneusement???des hommes, mais qu’une ??explosion inopin?e???aurait alors?ravag? le sanctuaire.?Or, la version soutenue par Vincent Reynouard est?manifestement et d?lib?r?ment contraire ? la v?rit?,?et ? la r?alit? des faits tels qu’ils se sont d?roul?s et qui ont donn? lieu ? deux d?cisions judiciaires, en France, ? Bordeaux en 1953, et ? Berlin-Est en 1983 ».?Oui, vous avez bien lu la th?se inepte d?velopp?e : celle de l’explosion de l’Eglise qui selon lui serait d?e aux… r?sistants et non aux SS (la r?sistance ayant soi-disant cach? un d?p?t d’armes dans l’Eglise, ce qu’il n’a jamais r?ussi ? prouver). Ci-dessous, les adultes de la tranquille petite cit? d’Oradour avant que ne se d?cha?nent les SS et la barbarie nazie (ou bien plus tard le mensonge, prof?r? par ces n?gationnistes ? la Reynouard).

oradour_adultes-c1058

L’histoire d’Oradour est en effet cern?e et a ?t? moult fois v?rifi?e, depuis le temps. Les femmes et les enfants enferm?s dans l’Eglise incendi?e ont bien ?t? tu?s par des SS, contrairement ? ce que qu’ose ?noncer Reynouard, des SS qui ont laiss? derri?re eux quelques maigres preuves, dont une enveloppe et une carte postale, ou des inscriptions permettant de les identifier.??Des SS d’une section (la 3eme) ?d’une compagnie de la 2eme division blind?e?Das Reich.?Une division purement nazie, charg?e de faire r?gner la terreur par des repr?sailles sanglantes sur la population et que l’on retrouvera jusqu’en Normandie.?Si la carte postale ne m?ne pas ? grand’chose, un graffiti retrouv? sur un des murs de l’?cole de Nieul o? avait stationn? la division SS intervenue le lendemain ? Oradour laissait une indication pr?cieuse sur le « 3e KP ». Deux autres relev?es sur deux portes de la pharmacie du village idem. L’officier allemand pr?sent ce jour-l? avait demand? ? des t?moins la route de Chamborret… qui m?ne directement ? Oradour (ce n’est qu’? 11 km). das_reichB-6be29Il cherchait manifestement Oradour, o? ?figurait aucun maquis de r?sistants, ni dans les alentours. L’ouvrage « Oradour-sur-Glane, vision d’?pouvante« , de Masfrand et Pauchou, ouvrage imprim? en 1970, dont je dispose depuis longtemps (j’ai d? le trouver sur les quais ? Paris en 1973 et m’en suis servi en support p?dagogique) d?montre sans aucune possiblit? de discussion. que l’on a bien un massacre par tirs d’armes au sein m?me de l’Eglise, avant son incendie. Les hommes avaient ?t? tu?s d’abord dans les granges o? les avait rassembl?s (c’est cela que l’on reproche ? l’inculp? allemand d?sign? hier, qui nie toute implication, il avait ? peine 19 ans au moment des faits) et les femmes et les enfants regroup?s dans l’?glise, les allemands y emmenant une « sorte de caisse assez volumineuse de laquelle d?passaient des cordons qu’il laiss?rent tra?ner sur le sol », selon le seul t?moignage de rescap?e que l’on ait pu avoir. « Ces cordons ayant ?t? allum?s, le feu fut communiqu? ? l’engin dans lequel un forte explosion soudain se produisit et d’o? une ?paisse fum?e noire et suffocante se d?gagea. Les femmes et les enfants, ? demi asphyxi?s et hurlant de frayeur, afflu?rent alors vers les parties de l’Eglise o? l’air ?tait encore respirable. C’est ainsi que la porte de la sachristie fut enfonc? sous la pouss?e d’un groupe ?pouvant?. charnier-a68d6J’y p?n?trai ? la suite et r?sign?e, je m’assis sur une marche d’escalier. Ma fille vint m’y rejoindre. Les Allemands, s’?tant aper?us que cette pi?ce ?tait envahie, abatirrent sauvagement ceux qui y avaient cherch? refuge. Ma fille fut tu?e pr?s de moi, d’un coup de feu tir? de l’ext?rieur. Je dus la vie ? l’id?e que j’eus de fermer les yeux et de simuler la mort. Une fusillade ?clata dans l’?glise, puis de la paille, des fag?ts, des chaises furent jet?s p?le-m?le sur les corps qui gisaient sur les dalles. »?Les ?faits sont l?, le t?moignage de la seule rescap?e indiscutable, et les cadavres aussi, l’ouvrage pr?sentant les restes carbonis?s des enfants dont le spectacle, 70 ans apr?s fait toujours vomir. Lors du proc?s de Bordeaux, des SS corroborreront les dires de cette seule rescap?e (en l’occurrence Marguerite Rouffanche). Fait notable et horreur suppl?mentaire, des SS reviendront le lendemain pour enterrer des victimes en les rendant syst?matiquement m?connaissables : on les retrouvera dans des charniers (ici ? gauche), le plus souvent la t?te fracass?e ? coups de crosse, ou le corps carbonis? ? moiti? seulement (je ne vous diffuse pas les images, elles sont insupportables !).

L’ouvrage pr?cise donc les preuves qui vont ? l’encontre totalement de l’ignoble pr?tention de Reynouard. Comment peut-il ainsi mentir ainsi devant des faits prouv?s, seul la psychiatrie je pense est capable de l’expliquer, et d’expliquer sa monomanie pour arriver au bout de sa peudo d?monstration, qu’il effectue depuis pr?s de 25 ans maintenant, sans discontinuer. Maladivement. C’est ? ?a qu’on reconna?t les n?gationnistes : ? leur art du d?guisement, ? leur fa?on de faire?passer quelque chose pour autre chose.?Tromper, et encore tromper les gens, voila leur credo ! Ou recopier leurs mensonges entre eux ; la th?se de Reynouard n’est autre que la reprise int?grale de celle de J.C. Pressac, diffus?e en 1997 (les deux fausses hypoth?ses sont sorties en m?me temps ? partir d’un m?me ouvrage collectif), qui reposait elle aussi sur les deux m?mes axiomes aussi ridicules : la pr?sence selon Pressac d’un?« d?p?t de munitions cach? par la r?sistance dans le clocher de l’?glise« , et plus idiot encore, une?explosion accidentelle des munitions; l’attribu?e ? des? »enfants enferm?s?dans l’?glise ?chappant ? la surveillance de leurs parents ». En somme, un jeu qui aurait mal tourn? ! The th?se honteuse ! Il suffit qu’il y en a?t un seul qui b?le, pour que tout le troupeau le suit. Pressac, un pharmacien qui?« collectionnait les casques de la Seconde Guerre mondiale, les insignes nazis et tout ce qui se rapporte ? l’univers du Troisi?me Reich »?selon Val?rie Igounet, et qui rompera avec Faurisson sur les chambres ? gaz. Or lui aussi ?tait d’extr?me droite 😕 »il se reconna?t , un bref moment, dans le groupuscule d’extr?me droite de Pierre Sidos,?l’Oeuvre fran?aise, qui diffuse?Six millions de morts le sont-ils r?ellement???Plus apr?s, Jean-Claude Pressac restera quelques mois ??Ordre nouveau avant de rejoindre le?Front national : le n?gationniste choisit toujours le m?me camp politique.

eglise planCar on a bien tir? dans l’Eglise avant d’y mettre le feu, ce que Reynouard ose nier (en fait c’est le seul moyen d’accr?diter sa th?se biais?e !), pr?cise l’ouvrage cit?.? »Un rapport de l’Ev?ch? constate « Le ma?tre-autel a??t? bris? en certains endroits par les balles et les marteaux,?le tabernacle enfonc? devant et derri?re, la table de communion?a ?t? arrach? et tordue. » Les cloches ont ?t? fondues sous l’effet?de la chaleur et ne sont plus qu’un amas informe de bronze?r?pandu sur les dalles.?Mme Rouffanche a d?clar? que de multiples coups de?feu ont ?t? tir?s dans le lieu saint. Le mur entourant la fen?tre?de la sacristie pr?sente, en effet, de nombreuses traces de balles.?D’autre part, les murailles situ?es en face de la principale?porte d’entr?e de l’?glise portent plusieurs points d’impact.?La plaque de marbre o? sont inscrits les noms des habitants?d’Oradour morts pendant la guerre 1914-1918, travers?e?de part en part par des projectiles, a ?t? d?tach?e du mur. Cette constatation indique que de nombreux coups de feu ont??t? tir?s depuis la porte d’entr?e principale. D’autres fusillades?ont ?galement ?t? effectu?es ? l’int?rieur du lieu saint. On y?a trouv?, en effet, un grand nombre de douilles. Nous y en?avons recueilli nous-m?mes.?Le rapport de l’Ev?ch?, ?tabli d’apr?s les constatations?des s?minaristes qui ont proc?d? aux exhumations et inhuma?tions des cadavres, pr?cise que des centaines de douilles ont ?t? trouv?es sur le sol jusquau premier tiers de l’Eglise. Ce qui indique que les allemands ont p?n?tr? assez avant dans?I’int?rieur du lieu saint pour proc?der ? leur tragique fusillade. D’ailleurs, des points d’impact de balles visibles sur certains?murs sont fort ?loquents ? cet ?gard.?De m?me, d’importantes ?claboussures de. sang maculent?deux des murailles de la chapelle de gauche »…?la th?se formul?e par Reynouard ne tient donc pas et ne peux pas tenir devant les preuves ?loquentes r?unies juste apr?s le massacre !?« Si l’on n’a recueilli dans les ruines aucun engin incendiaire,?on a cependant trouv? des quantit?s de douilles de revolvers 9?de millim?tres avec inscription au culot : WRA 9 mm, ainsi?que des douilles de fusils.?M. Rom?rio, entrepreneur T. P., charg? de la consolidation des ruines de l’?glise, a d?couvert, pr?s du ma?tre-autel,?sous des tas de d?combres, au milieu d’ossements humains et?d’objets divers, six douilles de fusils de 50 millim?tres de?longueur, portant au culot les inscriptions suivantes :
oradour_corps-ec34d– la premi?re : hrn St 39-43;
– la deuxi?me : hrn St 40-43;
– la troisi?me : hrn St 41-43.
Les inscriptions des trois culots des autres douilles d?t?rior?es par le feu et l’oxydation demeurent illisibles.?Pour notre part, nous avons d?couvert une douille de?revolver portant l’inscription suivante : aso Stf 8-44 et?plusieurs autres de fusil sur lesquelles nous relevons les m?mes?lettres et chiffres que ci-dessus. Nous en noterons une portant?l’inscription suivante Kam St 42-5. » Reynouard ira loin dans l’ignominie, dans le domaine des preuves retrouv?es : apr?s avoir ni? les tirs allemands, il ira raconter que des douilles provenaient de mitraillettes largu?es par les alli?s pour les r?sistants, en modifiant les chiffres et les lettres relev?es par les observateurs de l’?v?ch? ou les auteurs de l’ouvrage !!! Or les impacts, les traces de sang, l’emplacement particulier des douilles principalement relev?es, ne plaident en aucun cas pour sa th?se immonde. Il n’emp?che, il la propose quand m?me en trichant ou en dissimulant ce qui va ? l’encontre de cette ?lucubration impossible ? tenir. C’est le propre du n?gationnisme, que de transformer ainsi les faits et de mentir sur ces derniers. Ce que manifestement Reynouard fait, que ce soit pour Oradour ou pour les chambres ? gaz.

livre_oradour-d584fMais il est d?sormais cern?, en 2003. Aussi proc?durier qu’un Faurisson ou un Dieudonn?, il fera tout pour retarder son incarc?ration : il faut attendre l’ann?e suivante, en 2004, pour que?la?cour d’appel de Limoges?le condamne effectivement ? vingt-quatre mois de prison, dont six ferme, pour apologie de?crimes de guerre. Il choisit alors de s’enfuir en Belgique, via sa secte relgieuse et un mouvement flamand pro-hitl?rien qui se charge de le cacher aux autorit?s : le voil??hors la loi en cavale, recherch? par la police. Visiblement il avait??t? aid? par un r?seau fasciste:?« mais en pleine?affaire Williamson, la presse a ?t? la plus rapide. La semaine derni?re, Reynouard a ?t? localis? dans le quartier bruxellois d’Ixelles par l’?dition belge de Paris Match. Le Fran?ais et ses sept enfants avaient, ?crit l’hebdomadaire, ?trouv? refuge dans le fief d’une communaut? religieuse catholique dissidente, le sanctuaire Notre-Dame des sept douleurs?.?D’apr?s ses proches, il vivait de cours particuliers et, insistent-ils, il est aujourd’hui priv? d’argent. ?Toute l’existence de cet homme est maintenant bas?e l?-dessus. Il vit de et pour cela?, estime l’avocat Rapha?l Nisand, repr?sentant de la Licra dans le Bas-Rhin. ?M?tier?: n?gationniste?, r?sume un autre, intrigu? par les origines de ces financements et soutiens ouvertement exprim?s. »?Des financements occultes, dont certains provenant de Suisse.?reynouardVHOEn 2001 d?j?, Reynouard avait particip? ? un autre collectif auteur d’un ouvrage intitul?  » d’Oradour-sur-Glane ? Berne, contre la censure, les mensonges & le racket international » une brochure diffus?e par les n?o-nazis belges de VHO, o? l ‘on trouvait l’ineffable?antis?mite suisse Jean-Ren? Berclaz. Dedans, Reynouard affirmait que ses ?lucubrations? »n’?taient pas une provocation ? l’?gard des r?sistants, des familles des victimes du massacre, des associations locales et d?partementales qui les repr?sentent »,?alors que c’?tait clairement le cas ! Ce qui s’appelait nier l’?vidence !!! J’avais d?j? d?crit ailleurs le personnage de Berclaz 😕 »un « n?gationniste condamn? ? maintes reprises par la justice fribourgeoise,?Ren?-Louis Berclaz, le secr?taire de la d?funte association ch?teloise Justice & V?rit?, d?cr?t?e interdite en 2002 par la Tribunal civil de la Veveyse ».?Lors de l?enqu?te de 1995 le concernant, les policiers suisses avaient d?couvert chez lui?l?ignominieux? »Rapport Rudolf »,?qui niait le gazage des juifs dans les camps de la mort. Un texte largement diffus? en France par le?n?gationniste Serge Thion.?Et par un autre, tant admir? sur?les sites n?o-nazis?: Vincent Reynouard.?Son mouvement a ?t? depuis dissous par la justice suisse. Condamn? ?galement plus tard pour abus de confiance, il s?enfuit en 2004?en?Serbie-Mont?n?gro?ou un?mandat d?arr?t est lanc? contre lui »... A ?ce jour, le site Agoravox?h?berge toujours son compte… roumain. Une honte !

Il se fera prendre six ans ans plus tard, ce Reynouard, et sera arr?t? le 9 juillet 2010. J’ai eu en 2007 la chance de pouvoir rencontrer par hasard l’officier de police criminelle qui l’avait d?j? arr?t? une premi?re fois, le 10 novembre 2006,??lors d’une tentative pour rejoindre une r?union de n?o-nazis parisiens,?(il s’appelle?Julien M., et Reynouard, qui m’accuse ailleurs de ne rien savoir sur son arrestation le conna?t tr?s bien lui aussi, et ne pourra que le confirmer !), un policier qui le d?crit facilement comme un exalt? incontr?lable, ? la limite de la d?mence. Avant de s’enfuir en Belgique, il avait en effet??? nouveau ?t? condamn? le 8 novembre?2007?? un an de prison et 10?000 euros d’amende cette fois en Alsace, par le tribunal correctionnel de?Saverne?(Bas-Rhin) pour contestation de crimes contre l’humanit? (encore une fois) : il avait effectivement recommenc?, en envoyant cette fois une brochure intitul?e ??Holocauste, ce que l’on vous cache?? dans des ?mus?es, ou des syndicats d’initiative alsaciens ! Ce qui tournait encore ? la m?me monomanie et la m?me m?thode ! Il rejoignait donc la prison de Valenciennes, pour aussit?t voir appara?tre sur le net des textes r?clamant sa sortie, au nom de la?« libert? d’expression« , la m?me que revendique aujourd’hui Dieudonn?. Une p?tition sign?e Paul-Eric Blanrue, ancien du FN auteur d’ouvrages antis?mites, mais aussi par Alain Soral et… l’in?vitable Dieudonn?, lui aussi signataire de la demande !!!

reynouard-6-a0bd7-1Juste avant d’?tre incarc?r?, il… avait cependant r?cidiv?, semble-t-il, encore une fois en visant ? nouveau les coll?ges, lors de l’envoi de CD-Roms pr?sent?s de fa?on incroyable comme ?tant un anti-virus ? d?ployer dans les ordinateurs, qu’il avait baptis? du nom des deux principaux n?gationnistes actuels !!!?« Les CD-ROM ?taient accompagn?s d’un courrier ? l’ent?te du Conseil de l’Europe, de la Commission europ?enne de la Sant? et de l’Education nationale. Ce courrier pr?tendait fournir des informations concernant une maladie plus grave que la grippe H1N1 : la maladie de « Fauridel-Zunsson » qui attaquait la m?moire des victimes du virus. Il soulignait que le CD-ROM donnait les renseignements utiles pour se prot?ger de la maladie, donc qu’il fallait le mettre dans les biblioth?ques ou centres de documentation.?Le CD-ROM ?tait en r?alit? le catalogue diffus? par Vincent Reynouard et son ?quipe. On y trouvait des textes int?graux de brochures ainsi que des exemplaires de la revue?Sans Concession?et une liste d’ouvrages ? commander ».?A ce stade, ?a tourne en effet ? la d?mence pure et simple ! Le parquet n’ayant pas r?ussi ? d?terminer si c’?tait bien lui l’envoyeur, Reynouard (qui ne se sera donc pas poursuivi pour ces envois), se gaussera apr?s en affirmant que c’?tait bien entendu un autre « r?visionniste » que lui qui avait fait le coup, alors que la m?thode employ?e le d?signait d’office ?(tous les textes distribu?s sur le CD-ROm ?taient de lui, et le masquage choisi rappelait ses m?thodes ant?rieures) !!!

Toute une vie consacr?e ? entretenir des mensonges, chez Reynouard, donc. Une question vient ? l’espit, en raison de la dur?e de cette manipulation de l’histoire. Mais pourquoi s’obstinent-ils donc, avec Reynouard, ? vouloir r??crire les faits ? propos des camps d!extermination ou d’?v?nements historiques atroces ? Le projet est simple, c’est bien celui de Faurisson, et Vincent Reynouard l’a ?crit lui-m?me il y a quelques ann?es. Il ne s’ag?t pas moins que de fabriquer un Hitler pr?sentable, d?barrass? totalement de la responsabilit? du meurtre de millions de juifs, ou d’autres individus, et pour cela il faut donc modifier l’histoire, ce ? quoi s’att?le Reynouard depuis des lustres, avec une obstination maladive. Il l’a clairement ?nonc? lui-m?me 😕« Vers quatorze ans, j?ai pu contempler les photos du III?me Reich. J?ai rapidement compris que le vrai socialisme, celui auquel j?aspirais, avait ?t? r?alis? par?Adolf Hitler. Ce fait m?apparaissait comme une ?vidence. Lorsque je m?en ouvrais aux adultes, ils r?pondaient en invoquant les ?atrocit?s nazies?. Pendant longtemps, j?y ai cru. Mais j?admirais tout de m?me Hitler pour ses r?alisations sociales et je disais?: ?Il faudra refaire un ?tat national-socialiste sans les camps.? On me r?pondait que c??tait impossible car le national-socialisme menait naturellement aux?camps de la mort. Dans ma t?te pourtant, je n?arrivais pas ? comprendre comment un tel r?gime, si bon pour son peuple, avait pu mener ? de telles atrocit?s. La franche dichotomie me troublait et m?amenait ? douter parfois. Mais tout le monde me le disait? Alors je restais seul, un peu honteux, avec mon ?national-socialisme?… (Sans concession- sa revue-?n?30 d’avril?2007).?Reynouard, partisan d?clar? du national-socialisme, le syst?me politique des nazis, tisse donc bien depuis des ann?es les louanges encensant Hitler en modifiant les faits historiques dans le but de minimiser sa terrible responsabilit? ou celle des troupes sous ses ordres. Reynouard gomme les terribles exc?s du nazisme pour en faire un syst?me politique acceptable ! ?Incapable de d?montrer la sup?riorit? du syst?me auquel il adh?re depuis sa jeunesse, il a r?solu de fermer les yeux sur certaines de ses exactions afin de ne retenir que ce qui pourrait ?tre positif dans cette politique anti-d?mocratique. C’est bien une tromperie, et comme l’a si bien dit Robert Badinter devant Faurisson, c’est surtout une falsification de l’histoire !

Comme Reynouard ?l’a dit, un Hitler sans camps d’exterminations serait pr?sentable selon lui ! D’o? son achernement ? vouloir en nier l’existence ! Une politique de l’autruche caract?rielle syst?matique, d?s que l’on aborde je sujet de l’admiration sans bornes qu’il pr?sente pour son idole politique.?D?fendre Reynouard, admirateur inconditionnel du nazisme, c’est donc pleinement adh?rer au syst?me nazi : ce que fait, sans aucun doute possible, Dieudonn?, qui vient de dire qu’il ne l’?tait pas, nazi (ou un Blanrue, qui lui aussi d?guis? la r?alit? en osant montrer une porte de cloison interm?diaire ciolle ?tant celle d’une chambre ? gaz). Pour y arriver, Reynouard ne fait pas qu’encenser le nazisme, il s’attaque aussi ? ? vie actuelle en France, en reprenant le vieux th?me de la d?cadence des m?urs cher ? l’extr?me droite.« Notre cible ne doit ?tre ni la jud?o-ma?onnerie, ni le gauchisme pro-immigration, ni le f?minisme, ni les lobbys gays et lesbiens,?ce ne sont que les sympt?mes visibles et ext?rieurs du subjectivisme et de l’h?donisme qui corrompt les foules. C’est la foule qui secr?te tout cela, ou plus exactement, la logique des id?es mauvaises auxquelles la foule adh?re (sic)… »?En somme, selon ce manque d’analyse ?vident, ce seraient les fran?ais eux-m?mes qui produiraient ces tares que seraient selon lui l’homosexualit?, le f?minisme, l’acceptation de l’immigration ou la pr?sence des juifs ou des francs ma?ons dans la soci?t? fran?aise. En cela, Reynouard est bien d’extr?me droite, d’un courant tr?s classique, qui nie l’?volution r?cente de la soci?t?, celle issue de la chr?tient? historiquement fig?e dans le temps: il est en effet?s?d?vacantiste, mouvement religieux r?actionnaire pour qui le dernier pape est Pie XII est le seul valable (tous ses successeurs ?tant des imposteurs selon eux) ! Il est aussi aujourd’hui p?re de 7 enfants (ce dont il joue en se pr?sentant ainsi lorsqu’il ?se retrouve en prison en mettant en avant ses responsabilit?s de o?re de famille, sa femme ?tant bien entendu celle au foyer). La r?ouvertture d’un proc?s sur le massacre d’Oradour sera donc l’occasion de tordre le coup une nouvelle fois aux th?ses monstrueuses de cet obs?d? de la r?habilitaiton d’Adolf Hitler, qui, pour arriver ? ses fins, ? consacr? sa vie ? falsifier l’histoire.

oradour_actuel-076f5-1

 

 

reynouard-5-be5ae-1Nous avons donc un beau sp?cimen de n?gationniste sous la main avec ce personnage abject, pr?sent? comme ?tant un « ami » de Dieudonn?. A ceux qui essaieraient de dire qu’il n’y a pas de rapport entre le r?visionnisme sc?l?rat d’un Reynouard sur Oradour-sur -Glane, qui salit la m?moire la m?moire des massacr?s (sur les 642 victimes 209 avaient moins de 14 ans, et 54 entre 14 et 21 ans), et les id?es de l’artiste, je produirai simplement un clich?. Celui d’un Reynouard ? peine sorti de prison allant faire sa sinistre « quenelle » devant le Palais de Justice de Paris. Une provocation qui risque de lui co?ter tr?s cher. Ce geste n’est pas, avec lui, qu’antis?mite: chez lui, il est aussi la revendication d’un n?gationnisme clairement affich? depuis la mont?e sur sc?ne de Faurisson lors d’un spectacle de Dieudonn?. En continuant aujourd’hui encore ? d?nigrer les chambres ? gaz et le massacre d’Oradour sur Glane, dont on a retrouv? depuis peu les v?ritables auteurs c?t? allemand (gr?ce aux archives de l’Allemagne de l’Est et de la Stasi, qui avait enregistr? leurs noms), Reynouard s’expose tout simplement ? conna?tre ? nouveau la prison, au nom de la loi Gayssot, qui garantit donc bel et bien la population des exc?s antis?mites de ce genre d’individus. reynouard2-2-40d1b-1Il y s?journera tr?s certainement avec son nouveau supporter, si ce dernier ne fait pas ses valises rempies de billets ?pour fuir au Cameroun comme Reynouard avait fuit en Belgique (sans les billets !). Christine Taubira, insult?e cet ?t? par ces nazillons, et par Reynouard en personne avec une effigie raciste, ce que j’ai vainement tent? de d?noncer, appr?ciera ? sa juste valeur le geste de d?fi que venait de commettre ce jour-l? l’ignoble individu qu’est Reynouard. On notera gr?ce ? cette photographie et une autre exhum?e de son lourd pass?, qu’en plus de savoir mentir, Vincent Reynouard sait aussi changer de main pour passer rapidement du salut nazi ? celui pr?sent? comme ne l’?tant pas par Dieudonn?…une gymnastique chez lui visiblement… fort naturelle. Comme quoi les deux gestes… sont fort bien li?s, quoi qu’on en dise !

 

En compl?ment, on peut toujours lire :
« Oradour-sur-Glane vision d??pouvante » (Guy Pauchou et Pierre Masfrand)
« Dans l?enfer d?Oradour » (Pierre Poitevin)
« Oradour ville martyre » (Franck Delage)
« Un crime de guerre » (Sylvain Joubert) Editions Flammarion
« La Division Das Reich de Montauban a la Normandie » (Philip Vickers) idem

et aller voir le site :

http://oradour-sur-glane.pagesperso-orange.fr/avant%20propos.htm

(*) qui valent largement celles ?tal?es par Alain Soral et ses ?lucubrations sur les « fen?tres » des chambres ? gaz,?d?mont?es ici avec brio.?Un propos d’une stupidit? afflgeante, bourr? de contradictions et d’erreurs historiques, de celui qui, ? l’?vidence ? servi de mentor ? Dieudonn?. Le n?gationnisme c’est avant tout des approximations historiques, et Soral le prouve ? l’?vidence avec sa th?se ridicule du petit carreau de fen?tre ou celle du gaz subsistant, des th?ses ineptes glan?es ici et l? sur des sites pro-nazis am?ricains, l? ou Dieudonn? ? emprunt? les siennes sur la Traite des Noirs.

(**) ?Extrait de Wikipedia?: « En 1981, alors qu’il vient de prendre sa retraite, Henri Roques prend contact avec Faurisson?qui lui sugg?re de faire une th?se sur les r?cits de?Kurt Gerstein.?Roques commence son travail sur Kurt Gerstein en r?digeant un m?moire,?Poliakov face au t?moignage Gerstein, et il est cit? comme t?moin du plaignant au proc?s intent? par?Robert Faurisson?contre?L?on Poliakov.?Jacques Rougeot, professeur de lettres de l’Universit? Paris IV, accepte d’?tre son directeur de th?se. Rougeot a connaissance?de certaines contradictions, voire d’invraisemblances, pr?sentes dans les r?cits de Gerstein???Pour mettre tout le monde d’accord, rien ne vaut mieux qu’une th?se. Comme ?a, les textes authentiques appara?tront, et celui qui s’est tromp? reconna?tra son erreur???Le sujet de th?se « Les confessions de Kurt Gerstein. ?tude comparative des diff?rentes versions « est d?pos? en 1982. Roques se fait initier par Faurisson ? la critique des textes et aux r?gles de la m?thode universitaire en m?me temps qu’il rend compte r?guli?rement de ses travaux ? son directeur de th?se.?En 1984, Roques a termin? la r?daction, et Rougeot doit constituer un jury.?Devenu conscient du caract?re explosif de la th?se, il tente de constituer un jury au-dessus de tout soup?on, mais se heurte ? divers refus. Roques prend alors l’affaire en main et renoue avec Jean-Claude Rivi?re, un professeur de Nantes qui n’est ni historien ni germaniste, mais ancien r?dacteur au journal d’extr?me-droite?Europe-Action?et cofondateur du?GRECE?et qui accepte de devenir son nouveau directeur de th?se. Il s’agit d’une th?se pour l’obtention non pas d’un ??doctorat d’?tat??, mais d’un ??doctorat de troisi?me cycle?? un dipl?me dont la disparition ?tait pr?vue le 1er?octobre 1985 dans le cadre de la loi Savary?(voir l’article consacr? au?doctorat en France). Le jury de th?se est finalement pr?sid? par?Jean-Paul Allard, professeur de langue et litt?rature germanique ??Lyon III?et directeur des??tudes indo-europ?ennes, avec?Pierre Zind, professeur associ? au d?partement de sciences de l’?ducation de?Lyon II, autonomiste alsacien proche du?GRECE. Thierry Buron, assistant ? l’Universit? de Nantes, figure dans le jury ? titre de consultant. Il est catholique int?griste?alors que les autres membres du Jury sont plut?t proches du?GRECE. En fait, Henri Roques reconna?tra que Faurisson aura ?t? son ??directeur de th?se officieux??« 

(***)ultra-droiti?re elle-m?me, ?elle laisse ? la post?rit? un beau monument :?un texte plut?t surprenant,?qui explique surtout son r?le dans la conduite id?plogique de l’?tablissement (et celle du choix des ouvrages, qui ?tait donc manifestement le sien en effet ?(en profitant au passage pour fusiller sa hi?rarchie !) : « Un lyc?e en ZEP qui marche bien, cela ?tonne et contrarie tous ceux qui ne supportent pas l’autorit?, m?me lorsqu’elle est au service de tous. J’ai d? faire face en 1997 ? une crise aigu? dont toute la France a pu entendre parler. Une documentaliste nouvellement mut?e d’un autre ?tablissement a tent? une op?ration de censure des livres non politiquement corrects? ? son avis. J’ai appris, de son pr?c?dent proviseur, que cette personne, trotskiste, semble-t-il, avait s?vi cinq ans dans son ?tablissement : ? 5 ans de tentatives de d?stabilisation avec manipulation des ?l?ves…??.??Elle fut soutenue par une poign?e de professeurs (dont un membre du bureau du MRAP et des communistes, qui signaient courageusement des p?titions et d?nonciation adress?es ? la presse sous le nom de collectif d?enseignants). Je m’opposai ? leur emprise et fus, d?s lors, l?objet d’une pers?cution sournoise, par quelques syndicats interpos?s. Car, l? o? les adh?rents du SNES se comptaient auparavant sur les doigts d’une seule main, on vit fleurir une demi-douzaine de syndicats de gauche et d’ultra gauche, repr?sent?s chacun par une personne mais relay?s ? l’?chelon d?partemental et national par des syndicalistes professionnels. La FEN ne se joignit pas ? cette coalition. Il faut lui rendre justice. Le parti communiste et ses satellites?: LICRA, MRAP, SOS Racisme, firent chorus pour d?noncer, sans les nommer, les ouvrages dont la documentaliste affirmait qu’ils ?taient ? racistes, fasciste, p?tainistes, bellicistes, colonialistes, ultranationalistes, royalistes et r?visionnistes quant ? l’histoire de la France.? ?(….).?Le recteur mis au courant par mes rapports se montra d’une mollesse et d’une inaction suspectes.?Il?alla jusqu’? dire ? la documentaliste?qu’elle avait bien faite de d?noncer les livres qu’elle jugeait mauvais, sans se prononcer sur la validit? de la d?marche, eu ?gard aux noms d’auteurs concern?s dont il avait pourtant la liste. Parmi ces auteurs, il faut citer : Fran?ois d’Aubert, ?lisabeth Bourgeois, Andr? Castello, Jean-Fran?ois Chiappe, Jean Delaunay, Jean-Fran?ois Deniau, Jean-Paul Fitoussi, Marx Fumaroli, Alain Madelin, Alain Peyrefitte, Jean Raspail, Ronald S?cher, Guy Sorman, Pierre Andr? Taguieff, Jean Tulard, Soljenitsyne, Jean-Marc Varaut, Wladimir Volkoff, Thierry Wolton??Le recteur d?l?gua 7 inspecteurs dont 1 inspecteur g?n?ral pour examiner les ouvrages. Ils n’y trouv?rent rien de r?pr?hensible, et pour cause, mais leurs conclusions ne furent pas publi?es. (…)?Il y eut proc?s et la documentaliste fut condamn?e aux d?pens et au franc symbolique par quatre auteurs dont elle avait cit? le nom dans une interview au Monde. Elle fut ?loign?e du lyc?e pendant un an ? ma demande, par l’octroi ? titre exceptionnel d’un stage de formation qu’elle avait sollicit? mais auquel elle n’avait pas droit. Elle n’encourut aucune sanction disciplinaire malgr? le rapport que je fis contre elle pour manquement grave ? ses devoirs professionnels et, un an plus tard, un nouveau recteur la r?int?gra au lyc?e sous la pression des syndicat. (…)?J’ai d?couvert que les organes de presse sont ?galement manipul?s. Il existe un r?seau de correspondants de l’Agence France-Presse. La liste est tomb?e un jour fortuitement entre mes mains avec leur num?ros de t?l?phone. Or, la plupart des publications nationales sont pr?tes ? reproduire avec complaisance, sans souci de v?rit?, leurs communiqu?s, ceux d’ultra gauche ». ?Pas mal, hein comme th?orie du complot ? l’AFP notamment !!! Sid?rante parano?a contre les « gauchistes » !!! ?Elle ?t? n?anmoins nomm?e en 1992 chevalier des palmes acad?miques et a pris sa retraite en 1999… Dans sa liste, le nom de??Jean-Marc Varaut, avocat, pr?cise assez ses options politiques : royaliste, il avait ?t? membre des comit?s Tixier Vignancourt, l’ultra droitiste candidat ? la pr?sidentielle, qui faisait coller ses afriches par JM LePen, et l’avocat aussi de?Jacques M?decin,?de?Fran?ois L?otard, de?Philippe de Villiers, de?Jacques Crozemarie?ou du putchiste?Maurice Challe, celui de?Bob Denard?le fameux chef des mercenaires, mais aussi et surtout de…?Maurice Papon?!

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Il y a cinquante ans, le premier pas sur la Lune (6)

Hier nous avons découvert une personnalité attachante, aujourd’hui disparue, celle de Neil Armstrong, premier homme ...