Accueil / T Y P E S / Articles / Russie : les poutineries dureront-elles jusqu’en 2021 ?

Russie : les poutineries dureront-elles jusqu’en 2021 ?

Dr?le de pouvoir qui r?gne ? Moscou depuis le 7 mai 2008.

Dimitri Medvedev est officiellement Pr?sident de la F?d?ration de Russie, ?lu le 2 mars 2008, confortablement ?lu ? 70%, dans un ?tat ? r?gime pr?sidentiel, et tout porte ? croire que c’est le Premier Ministre qui d?tiendrait les r?elles clefs du pouvoir.

O? se trouve le pouvoir ? Moscou ?

Il faut dire que le Premier Ministre s’appelle Vladimir Poutine et qu’il a d? s’effacer derri?re un homme loyal choisi par lui, car la Constitution russe l’emp?chait de solliciter un troisi?me mandat pr?sidentiel cons?cutif.

Avant 2008, d’ailleurs, beaucoup se demandaient pourquoi il ne r?viserait pas la Constitution : il suffisait d’enlever cette limitation ? deux mandats cons?cutifs, que la France vient juste d’adopter par la volont? de Nicolas Sarkozy et que le Pr?sident du Venezuela Hugo Chavez n’a pas su abroger en 2007.

D’autres affirmaient qu’il suffirait que Dimitri Medvedev d?missionne quelques mois apr?s son investiture pour permettre ? Poutine de refaire deux autres mandats cons?cutifs.

Apr?s six mois d’exercice de la fonction pr?sidentielle, Medvedev r?pond par lui-m?me aux nombreuses interrogations le concernant.

Apparemment, non, ce n’est pas lui qui a le pouvoir, m?me s’il l’a constitutionnellement. Le choix de Vladimir Poutine a donc ?t? pertinent : Medvedev est bien l’homme falot qu’on connaissait avant l’?lection de mars.

Premier discours sur l’?tat de la nation

Pour s’en convaincre, il suffit de se reporter ? son tout premier discours sur l’?tat de la nation. Une sorte de discours du Tr?ne qu’a aussi institu? Nicolas Sarkozy dans sa r?vision constitutionnelle estivale.

Ironie du sort, le jour o? il devait le prononcer, le rouble s’est effondr?. Alors Medvedev a d?cid? de le reporter au… 5 novembre 2008. Ce n’est ?videmment pas un hasard. Le lendemain du 4 novembre 2008. Cette date ?tait connue depuis au moins quatre ans, c’est l’?lection pr?sidentielle am?ricaine.

Un bon moyen pour la Russie de tester le prochain Pr?sident Barack Obama.

Cela s’est d?roul? devant l’Assembl?e f?d?rale (le Parlement russe r?unissant Douma et Conseil de la F?d?ration) dans la salle Saint-Georges du Grand Palais du Kremlin.

Dans cette intervention tr?s attendue, Medvedev a menac? d’installer des missiles de courte port?e ? Kaliningrad, cette enclave (anciennement K?nigsberg) constituait la Prusse Orientale et qui est bord?e de la Pologne et de la Lituanie. Bref, la Russie veut mettre ses armes au milieu m?me du territoire de l’Union Europ?enne.

Sans doute ?tait-ce le message le plus marquant de son discours.Mais un autre passage ?tait aussi tr?s important.

Rallongement de la dur?e des mandats

Dimitri Medvedev a annonc? qu’il comptait r?viser la Constitution russe pour rallonger la dur?e des mandats pr?sidentiel et l?gislatif. Allonger le mandat pr?sidentiel de quatre ? six ans et celui des d?put?s de quatre ? cinq ans.

Medvedev assure qu’il ne s’agit que d’une correction mineure : « Je vous dis franchement : Il ne s’agit pas d’une r?forme constitutionnelle, mais d’une correction de la Constitution. Ce sont des amendements r?ellement importants qui ne feront toutefois que pr?ciser le texte et ne concerneront pas l’essence politique et juridique des institutions d?j? existantes. ».

Cependant, Tamara Morchtchakova, ancienne juge de la Cour Constitutionnelle, affirme au coontraire que c’est une r?forme profonde qui bouleverse les ?quilibres entre l’ex?cutif et le l?gislatif, notamment parce que les mandats des d?put?s et du Pr?sident ne co?ncideront plus.

Faire ?lire les « s?nateurs » russes

Medvedev veut par ailleurs r?former le Conseil de la F?d?ration, l’?quivalent russe du S?nat fran?ais. Il veut qu’il ne soit compos? que d’?lus. Actuellement, il est form? de deux s?nateurs par r?gion administrative, un nomm? par l’ex?cutif r?gional et un autre nomm? par le l?gislatif r?gional.

L’objectif de Medvedev : « Le Conseil de la F?d?ration sera donc constitu? de citoyens qui ont pass? la proc?dure d’?lection, qui ont une exp?rience de travail avec les ?lecteurs et qui repr?sentent non seulement les autorit?s, mais aussi la population des r?gions respectives. ».

Pas de r?f?rendum

Le Pr?sident du Conseil de la F?d?ration, Sergue? Mironov, a d’ailleurs estim? que son assembl?e pourrait examiner dans les semaines qui viennent ces amendements ? la Constitution et qu’ils ne prendraient effet qu’? partir de d?but 2009 dans la mesure o? ils doivent aussi ?tre approuv?s par les assembl?es l?gislatives des deux tiers des r?gions administratives de la Russie (imaginez que la r?vision de la Constitution fran?aise, pour ?tre applicable, doivent ?tre ratifi?e par les deux tiers des Conseils r?gionaux).

La chef du d?partement juridique de la Pr?sidence russe, Larissa Brytcheva, a par ailleurs exclu tout r?f?rendum pour adopter ces amendements constitutionnels car ce n’?tait pas n?cessaire.

Autres r?formes qui peuvent avoir des cons?quences politiques importantes

Parmi les autres r?formes propos?es par Medvedev, un amendement ? la loi r?gissant les partis politiques pour obliger leurs dirigeants ? effectuer des rotations : « Une personne ne peut pas occuper un poste important au sein d’un parti au-del? d’un d?lai d?termin? ». Le chef de l’actuel parti majoritaire « Russie Unie » est Poutine depuis fin 2007.

Il veut aussi modifier la d?signation des gouverneurs r?gionaux (aujourd’hui nomm? par l’ex?cutif f?d?ral) en ne permettant que les candidatures issues des partis vainqueurs aux ?lections r?gionales.

D?mocratie, libert?s politiques et propri?t? priv?e

Dimitri Medvedev, qui visiblement n’a pas le profil du dictateur (loin de l? !), a m?me voulu rassurer sur l’?tat d?mocratique de la Russie.

Il l’a r?affirm? fermement : « Nos buts sont immuables. Les brusques fluctuations dans la situation politique et ?conomique, les turbulences dans l’?conomie et la tension militaire et politique qui augmente ne seront pas un pr?texte au d?mant?lement des institutions d?mocratiques et ? la nationalisation de l’industrie et des finances. Les libert?s politiques des citoyens et leur propri?t? priv?e sont intangibles. ».

Il a m?me vilipend? la bureaucratie en ces termes : « La bureaucratie fait p?riodiquement pression sur le business pour qu’il agisse selon son go?t, contr?le les m?dias pour qu’ils ne disent pas plus qu’il ne faut, s’ing?re dans le processus ?lectoral pour que la bonne personne soit ?lue et fait pression sur les tribunaux pour qu’ils prononcent le bon verdict. ».

Medvedev a rappel? aussi que « la Constitution joue un r?le d?cisif dans le devenir de la d?mocratie russe. La libert? de l’individu, les institutions et les proc?dures d?mocratiques m?res qu’elles garantit, tout cela est une source de notre essor ? venir. (…) La Constitution a d?termin? le vecteur de renouvellement de la Russie en tant que nation libre, en tant que soci?t? qui met en priorit? les droites et la dignit? de chaque individu. (…) L’adoption en 1993 d’une Loi fondamentale ?levant l’individu, sa vie, ses droits et sa propri?t? au rang des valeurs supr?mes a ?t? un ?v?nement sans pr?c?dent dans l’histoire de la nation russe. ».

Dimitri Medvedev s’est m?me donn? le luxe de citer Piotr Stolypine, Premier Ministre du dernier tsar Nicolas II (que la Russie vient de r?habiliter) : « Il faut en premier lieu former un citoyen, et lorsque cet objectif aura ?t? atteint, la soci?t? civile s’installera elle-m?me en Russie. ».

Il a aussi encourag? le d?veloppement des r?seaux multim?dias : « La libert? de parole doit ?tre assur?e gr?ce aux innovations technologiques. Il faut ?largir l’espace libre d’Internet et de la t?l?vision num?rique. Aucun fonctionnaire n’est en mesure d’entraver les discussions sur Internet ou de censurer mille canaux ? la fois. » et a affirm? : « Les partis parlementaires doivent avoir des garanties nettes de leur couverture par les m?dias. ».

L’opposition ne s’est d’ailleurs pas g?n?e pour annoncer le lendemain de ce discours la cr?ation d’un mouvement unifi? « Solidarit? » pour le 13 d?cembre 2008, soit le lendemain de la Journ?e de la Constitution, et qui rassemblera dans le m?me parti notamment Boris Nemtsov, l’ancien Vice-Premier Ministre de Boris Eltsine (et ex-dauphin potentiel) et Garry Kasparov.

Justification du rallongement du mandat pr?sidentiel

Le projet de rallongement du mandat pr?sidentiel n’est pas nouveau et revenait en surface r?guli?rement en Russie depuis 1990. Medvedev a rappel? que « les ?tats d?mocratiques ont assez souvent chang? la dur?e des mandats des organes du pouvoir d’?tat » (m?me en France).

Il est aujourd’hui justifi? par la crise financi?re. Le Ministre des Finances et Vice-Premier Ministre Alexe? Koudrine a estim? que cela permettrait la stabilit? de l’?conomie : « Six ans, c’est un d?lai suffisant pour que le Pr?sident, qui que ce soit, puisse s’illustrer. ».

Supputations et rumeurs

Mais en fait, ce projet aurait ?t? pr?par? d?s 2007 sous Vladimir Poutine. Son auteur r?el serait Vladislav Sourkov, premier chef adjoint de l’administration pr?sidentielle (l’?quivalent de directeur adjoint de cabinet de Medvedev).

L’objectif aurait ?t? de faire ?lire Medvedev pour mettre en œuvre des r?formes sociales tr?s impopulaires et cette r?forme constitutionnelle.

Ensuite, d?s 2009, Medvedev pourrait d?missionner, ce qui rendrait possible une nouvelle candidature de Poutine (actuellement toujours tr?s populaire).

C’est en tout cas ce qu’affirme le journal « Vedmosti » ce 6 novembre 2008 dont les sources proviendraient de l’administration pr?sidentielle elle-m?me.

Poutine encore pr?sent en 2021 !

Vladimir Poutine pourrait alors effectuer deux mandats pr?sidentiels suppl?mentaires, de six ans cette fois-ci, jusqu’en… 2021. Ann?e o? les ?lections l?gislatives et pr?sidentielle co?ncideront de nouveau (les prolongations des mandats ne s’appliquant qu’? la prochaine Douma et au prochain Pr?sident).

?trangement, Poutine avait justement pr?sent? pendant la campagne ?lectorale un programme pour une p?riode s’?talant jusqu’en 2020 (Strat?gie-2020).

Et des fonctionnaires de l’administration pr?sidentielle ont confirm? que Poutine se pr?parerait d?s maintenant ? une nouvelle campagne ?lectorale, par la cr?ation d’un site Internet, par le discours programme qu’il prononcera le 20 novembre 2008 au congr?s de son parti « Russie Unie » dont il est le pr?sident, et par une ?mission de t?l?vision o? il r?pondra aux citoyens en direct (un exercice que n’a jamais os? faire Medvedev).

De plus, l’obligation de limiter dans le temps les fonctions des dirigeants de partis politiques cassera toute capacit? de l’opposition (qui se structure donc) ? promouvoir un candidat capable de faire jeu ?gal avec Poutine.

D?menti et arri?re-pens?e

Dimitri Peskov, le porte-parole de Poutine, a comme pr?vu d?menti formellement l’hypoth?se d’une d?mission de Medvedev en 2009 : « Il s’agit seulement de supputations de la part de ce journal, dont les informations sont absolument sans aucun fondement. ».

Malgr? ce d?menti, la forte popularit? de Poutine, sa pr?sence toujours aussi soutenue dans les m?dias (il reste encore plus cit? que Medvedev dans les m?dias) et les perspectives ? long terme qu’il ne cesse de pr?senter ne sont pas anodines.

Une analyse qui ?tait d?j? d?crite ici d?s le 29 f?vrier 2008 :

« Poutine assumerait pendant quelques temps mois ou ann?es le r?le de Premier Ministre, et, ? l’occasion d’un ?v?nement quelconque, il demanderait ? Medvedev de d?missionner. Poutine pourrait alors concourir ? nouveau ? l’?lection pr?sidentielle pour deux mandats encore (il a 55 ans) et garder la ma?trise de la vie politique pendant presque vingt ans (d’ailleurs, le projet Poutine fixe les priorit?s jusqu’en 2020 !). Medvedev serait ?videmment r?compens? pour sa grande loyaut?. »

La question sans r?ponse…

Alors, la Russie est-elle une d?mocratie ?

Tant que l’habile Vladimir Poutine est tr?s populaire dans les sondages, le pouvoir pr?sidentiel ne cessera de proclamer son attachement aux libert?s politiques.

Mais jusqu’? quand ?

Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (7 novembre 2008)

Pour aller plus loin :

La pratique institutionnelle en Russie.

Qui est Medvedev ?

L’?lection de Medvedev.

Limitation ? deux mandats successifs.

Medvedev devient le 3e Pr?sident de la Russie « d?mocratique ».

D?p?ches sur les intentions constitutionnelles de Medvedev.

Les menaces de Medvedev ? Obama.

Medvevdev, protecteur de la d?mocratie ?

Vid?o du discours de Medvedev du 5 novembre 2008.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Abbey road: nostalgie

C’était il y a cinquante ans, plus exactement le 8 août 1969. J’avais 21 ans, ...