Accueil / T Y P E S / Articles / Russie : l’?nigme Medvedev, un innovateur au Kremlin ?

Russie : l’?nigme Medvedev, un innovateur au Kremlin ?

C’est ? dix heures, heure de Paris, ce mercredi 7 mai 2008 qu’ont d?but? les c?r?monies officielles pour investir le nouveau Pr?sident de la F?d?ration de Russie Dimitri Medvedev ?lu avec une large majorit? (et sans r?elle opposition) le 2 mars 2008.

Apr?s la passation des pouvoirs avec son pr?d?cesseur Vladimir Poutine devant 2 400 invit?s, Medvedev doit se faire consacrer avec son ?pouse Svetlana ? la cath?drale de l’Annonciation par Alexis II, le patriarche de toutes les Russies (Medvedev avait ?t? discr?tement baptis? en 1988 : « ? partir de ce moment, je crois, une nouvelle vie a commenc? pour moi. »).

Le lendemain, jeudi 8 mai 2008, Vladimir Poutine devrait ?tre sans surprise d?sign? le nouveau Premier Ministre et approuv? par le Parlement. Il avait pr?alablement ?t? nomm? chef de son part, Russie unie, qui avait gagn? une large majorit? des si?ges aux derni?res ?lections l?gislatives (en d?cembre 2007).

Le vendredi 9 mai 2008 (jour de grande f?te en Russie pour c?l?brer la fin de la Seconde Guerre Mondiale), un grand d?fil? militaire est pr?vu pour montrer ? la face du monde la grandeur retrouv?e de la Russie.

Il va donc ?tre tr?s important de suivre les ?v?nements de politique int?rieure et ext?rieure de la Russie dans les semaines prochaines, pour savoir quelle va ?tre la r?partition des r?les entre un Poutine d?cid?ment toujours pr?sent et un Medvedev docile, loyal, fid?le et que certains qualifient de falot.

L’h?ritage de Poutine

Apr?s une p?riode de grande d?sorganisation de la Russie sous Eltsine, mais aussi de grande libert? d’expression, Poutine, ancien patron de l’ex-KGB, peut s’enorgueillir d’une grande popularit? car il a restaur? ? la fois les structures de l’?tat russe (en proie ? la d?sint?gration) et la dignit? du peuple russe sur le plan international.

Poutine a repris le contr?le des grands groupes industriels, mettant au pas l’oligarchie naissante (quelques oligarques ont ?t? condamn?s et enferm?s, d’autres ont d? s’exiler), et gr?ce ? la hausse du prix du p?trole, la Russie conna?t une forte croissance avec un PIB de 1 300 milliards de dollars et des r?serves en or atteignant 500 milliards de dollars. Poutine a m?me la volont? de faire de la Russie la septi?me puissance ?conomique du monde d’ici 2020.

Sur le plan diplomatique, Poutine a plac? la Russie comme membre ? part enti?re du G8 (le pr?sidant m?me en 2006), et a pris des positions tr?s fermes sur un certain nombre de dossiers (Iran, Kosovo entre autres).

Cette reprise en main de l’autorit? russe a eu quelques dommages collat?raux, dont le plus important est la restriction des libert?s politiques. Les opposants politiques sont pourchass?s, interdits de manifestations (encore ce 6 mai 2008 ? Moscou), voire assassin?s (comme la journaliste Anna Politkovska?a en octobre 2006) ou empoisonn?es (comme l’ancien espion Alexander Litvinenko en novembre 2006), et les t?l?visions sont sous contr?le du pouvoir politique.

Malgr? ces signes de faiblesse d?mocratique, la Russie a poursuivi son moratoire sur la peine de mort et n’a pas boulevers? ses institutions pour permettre ? Poutine de se maintenir ? sa t?te.

M?me si ses m?thodes brutales peuvent choquer les vieilles d?mocraties occidentales, Poutine jouit d’une popularit? exceptionnelle ? l’int?rieur de son pays, ce qui fait de lui un h?ros, certes populiste, mais un r?el redresseur d’une dignit? qui avait ?t? humili?e apr?s l’effondrement de l’Union Sovi?tique.

Il est int?ressant de noter que la derni?re mesure diplomatique de Poutine a ?t? de signer le 6 mai 2008 un accord avec son ancien ennemi de la guerre froide, les ?tats-Unis, sur le nucl?aire civil (accord sign? par Serge Kirienko, ancien Premier Ministre russe et patron de Rosatom, entreprise publique russe de coop?ration nucl?aire, et par William Burns, l’ambassadeur des ?tats-Unis ? Moscou). Ce contrat pr?voit une coop?ration sur le stockage des mat?riaux nucl?aires et sur le d?veloppements de nouveaux r?acteurs nucl?aires.

Les enjeux du mandat de Medvedev

Enjeux institutionnels

Le premier enjeu int?rieur concerne ?videmment la part d’initiative qu’aura Medvedev dans le nouveau dispositif mis en place par Poutine seul. Chef des arm?es et ? ce titre, capable de d?clencher une attaque ou une riposte nucl?aire, Medvedev devrait progressivement se d?marquer de Poutine qui serait surtout charg? de pr?server les int?r?ts ?conomiques de l’?tat russe, notamment du point de vue ?nerg?tique (le gaz et le p?trole ?tant le v?ritable tr?sor de la F?d?ration de Russie).

Ind?pendamment des enjeux de pouvoirs, l’autre ?l?ment int?ressant sera d’observer si ce r?gime volontairement pr?sidentiel n’?voluerait pas progressivement en r?gime parlementaire o? le Premier Ministre soutenu par une majorit? parlementaire prendrait l’ascendant sur un Pr?sident malgr? son ?lection au suffrage direct (comme en Autriche ou au Portugal).

M?me si Medvedev s’oppose ? toute ?volution du r?gime : « Notre pays ?tait, et demeure, une r?publique pr?sidentielle. Il ne peut pas en ?tre autrement. Il ne peut pas y avoir deux, ou trois, ou cinq centres de pouvoir. C’est le Pr?sident qui gouverne en Russie, et selon la Constitution, il ne peut y avoir qu’un seul Pr?sident. » (dans le magazine ‘Itogui’, quelques jours avant son ?lection du 2 mars 2008).

Influences crois?es de Medvedev et de Poutine

Parmi les principaux crit?res se trouvent les nominations dans les diff?rents postes de l’?tat. Hommes de Poutine ou hommes de Medvedev. On se souvient qu’au d?but de sa pr?sidence, Poutine avait ?t? tr?s progressif dans le placement de ses hommes, maintenant longtemps ceux de Boris Eltsine.

Une d?p?che tr?s int?ressante de Reuters ?voque le sort d’un certain nombre de responsables politiques russes qui porte ? croire que Poutine voudra absolument pr?server ses hommes dans les postes concernant la s?curit? et la d?fense qu’il ne pourra plus contr?ler directement (au contraire des postes ?conomiques qui seront de sa comp?tence en tant que Premier Ministre).

Politique ?trang?re

De nombreux enjeux montrent l’importance de la Russie et toute ?volution diplomatique sera observ?e avec beaucoup d’attention. Jean-Claude Juncker, Premier Ministre du Luxembourg, a d?j? pu constater quelques qualit?s chez Medvedev : « intelligent, avec une excellente ma?trise des dossiers et un bon sens de l’humour ».

Le dossier sur le nucl?aire en Iran reste ?videmment le plus grave et jamais la Russie ne pourrait rester silencieuse si les ?tats-Unis avaient par malheur d?cid? d’entamer un conflit arm? avec l’Iran (dont la puissance, la taille et l’int?r?t g?ostrat?gique n’ont rien ? avoir avec l’Irak).

La r?solution du conflit isra?lo-palestinien ne pourra pas se passer non plus de la Russie, parti engag? dans le Quartette avec les ?tats-Unis, l’Union Europ?enne et l’ONU.

Les s?paratistes pro-russes d’Abkhazie pourraient d?clencher un nouveau conflit en G?orgie. Une guerre entre la G?orgie et la Russie serait selon certains imminente d’autant plus que la G?orgie, qui est une voie de transit du p?trole et du gaz caucasiens, vient de demander son adh?sion ? l’OTAN. Medvedev voudra-t-il sa propre guerre comme Poutine a eu celle de Tch?tch?nie (la seconde) pour se rendre populaire aupr?s de la population russe ?

Le conflit ?nerg?tique avec l’Ukraine, l’ind?pendance du Kosovo, l’?largissement de l’OTAN, la mise en place d’un bouclier anti-missile am?ricain sont autant de sujets qui entravent les relations entre la Russie et l’Union Europ?enne. Selon Juncker, Medvedev « consid?re que la Russie fait partie de l’Europe et veut que la Russie et l’Union Europ?enne travaillent ensemble pour r?pondre aux probl?mes auxquels notre continent est confront?, qu’ils soient ?conomiques, li?s ? la s?curit? ou autres. ».

L’attitude de la Russie au cours des Jeux Olympiques de P?kin en ao?t 2008 sera ?galement scrut?e avec minutie. On se rappelle que ce sera la Russie qui organisera les JO d’hiver en 2014, ? Sotchi et qu’elle ne souhaitera sans doute pas que des ?tats lui fassent des le?ons de d?mocratie. D’ailleurs, avec le Kazakhstan, la Chine sera l’un des premiers pays que visitera Medvedev en tant que nouveau Pr?sident russe.

L’Afrique pourrait aussi ?tre un nouveau d?fi de taille pour la Russie. La chute de l’Union Sovi?tique lui a fait en effet perdre beaucoup d’influence en Afrique et la Chine a su capter ?conomiquement l’int?r?t des Africains. Nul doute que la Russie devra y jouer un nouveau r?le.

Ouverture ?conomique

L? o? sera attendu Medvedev sera dans le domaine ?conomique, encore qu’il ait d? c?der une partie du contr?le ? son pr?d?cesseur direct. En effet, Medvedev a toujours d?clar? qu’il ?tait un lib?ral dans le sens ?conomique du terme. Toute sa campagne pr?sidentielle a ?t? bas?e sur cela, en d?fendant un programme coh?rent et volontariste pour aider l’?conomie russe ? se d?velopper et ? se moderniser. Un programme auquel il a attach? beaucoup d’importance.

Dimitri Medvedev l’a encore r?p?t? lors de son discours d’investiture au Kremlin ce 7 mai 2008 en insistant sur l’innovation tout azimuts : « Nous construirons des entreprises avanc?es, moderniserons l’industrie et l’agriculture, cr?erons de fortes motivations pour les investissements priv?s et, plus g?n?ralement, veillerons ? ce que la Russie se hisse durablement parmi les leaders du d?veloppement technologique et intellectuel. ».

Avec pour ambition : « que la Russie devienne l’un des meilleurs pays du monde ».

Le r?el d?fi reste dans l’apparition (aujourd’hui encore trop timide) d’une v?ritable classe moyenne qui pourra avoir la capacit? financi?re de consommer.

Les ressources naturelles de la Russie ne manquent pas, notamment avec le gaz et le p?trole et aussi sa position g?ographique qui autoriserait de nouveaux couloirs a?riens survolant son territoire et r?duisant la dur?e des vols intercontinentaux.

Un autre challenge est aussi d’en finir avec la criminalit? sur internet. La plupart des escrocs virtuels sont effectivement h?berg?s par des sites russes qui jouissent encore d’une trop grande impunit?.

Une d?mocratie ? restaurer

Ce sera, l? aussi, un chantier qui devrait permettre ? Medvedev de se diff?rencier de Poutine. Pourra-t-il entamer une ouverture politique afin de desserrer l’?tau des m?dias russes et autoriser l’expression d’une r?elle opposition ? Medvedev serait plut?t partisan de cette lib?ralisation, mais en aura-t-il les moyens ?

Wait and see

? court terme, la continuit? politique para?t assur?e en Russie.

Il reste que forc?ment, Dimitri Medvedev, par sa personnalit?, par ses pr?f?rences, par ses nominations, marquera petit ? petit la politique de son pays.

Jusqu’? un ?ventuel d?saccord majeur avec Vladimir Poutine.

Ce jour-l?, le risque serait grand d’un retour ? un ?tat autoritaire mais inversement, une telle divergence pourrait aussi finalement aboutir un ancrage d?finitif de la d?mocratie en Russie.

Laissons donc Medvedev faire ses premiers pas, mais observons bien.

Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (7 mai 2008)

Pour aller plus loin :

La pratique institutionnelle dans la Russie post-sovi?tique.

Nouvelle star ou nouveau tsar ?

Le sacre virtuel de Medvedev.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Femmes battues

Je n’ai pas connu de près des femmes battues violemment. La seule qui se soit ...